Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/255

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


A tresillustre Prince,

ET REVERENDISSIME MON SEIGNEVR ODET

cardinal de Chastillon.




Vous eſtez deuement aduerty, Prince treſilluſtre, de quants grands personaiges i’ay eſté, & ſuis iournellement ſtipulé, requis, & importuné pour la continuation des mythologies Pantagruelicques : alleguans que pluſieurs gens languoureux, malades, ou autrement faſchez & deſolez auoient à la lecture d’icelles trompé leurs ennuictz, temps ioyeuſement paſſé, & repceu alaigreſſe & conſolation nouuelle. Es quelz ie ſuis couſtumier de reſpondre, que icelles par eſbat compoſant ne pretendois gloire ne louange aulcune : ſeulement auois eſguard & intention par eſcript donner ce peu de ſoulaigement que pouois es affligez & malades abſens, lequel voluntiers, quand beſoing eſt, ie fays es preſens qui ſoy aident de mon art & ſeruice. Quelques fois ie leurs expoſe par long diſcours, comment Hippocrates en pluſieurs lieux, meſmement on ſixieſme liure des Epidemies, deſcrivant l’inſtitution du medicin ſon diſciple : Soranus Epheſien, Oribaſius, Cl. Ga-