Page:Metzger - Les doctrines chimiques en France du début du XVII à la fin du XVIII siècle, 1923.djvu/484

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
482
les doctrines chimiques en france
— Leur réelle signification. — Chacun d’eux est le symbole abstrait d’une classe de corps. — Impossibilité de les obtenir purs, le laboratoire de Béguin ressemble à une cuisine — Ses connaissances expérimentales. — Il s’intéresse aux remèdes d’origine métallique. 
 35
D. Analyse du cours de Davidson. — La chimie encastrée dans une métaphysique dont elle est inséparable. — Comment la connaissance du monde sensible révèle les propriétés du monde intellectuel. — Davidson additionne les principes spagyriques aux éléments péripatéticiens. — Il croit la transmutation des métaux réalisable. — Sa théorie de la dissolution. — Le solvant a une connaissance certaine des propriétés du soluble qu’il choisit. — Correspondance de composition entre le solvant et le soluble. — Forme atténuée sous laquelle la théorie a été reprise au xviie siècle. 
 45
E. — Les ouvrages d’Étienne de Clave. — L’élément est pour lui un corps simple indécomposable et intransmuable. — Il n’admet pas sur ce point l’autorité d’Aristote. — Discussion de l’opinion des péripatéticiens et des paracelsistes. — Définition des cinq principes. — Leur caractère spécifique est une qualité occulte. — Définition des qualités occultes. 
 51
F. — Un mot sur le cours d’Arnaud. — Il ne vise rien au delà du but pharmaceutique poursuivi. — Définition pratique des termes de chimie. — Le cours de Barlet, œuvre d’une imagination romanesque, ne nous retiendra pas non plus. 
 59
G. Analyse du cours de Lefèvre. — Il nous guide dans une métaphysique spiritualiste qui domine sa doctrine chimique. — Problème méthodologique posé. — La chimie est-elle une science ou un art ? Quel est son objet ? Doit-elle être spéculative ou expérimentale. — Rapport entre la théorie et l’expérience. — Comment la théorie éclaire la pratique. — L’esprit universel et incorporel dont tous les corps sont des modifications spécifiées par des ferments. — Des possibilités contenues en cet esprit. — Son origine date de la création. — La nature ne peut ni le détruire ni le créer. — Aussi le chimiste n’observe que des transformations. — Les ferments sont mal définis et leur action peu claire. — La décomposition des mixtes. — Les cinq principes découverts par le sens. — Ces principes existaient dans le mixte et ne viennent pas de la transmutation de cette substance. — Les propriétés spécifiques des cinq principes. — Opposition des opinions chimiques et péripatéticiennes. — Et discussions de leurs argu-