Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 2.djvu/342

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


long échancré dans ses quatre angles, coupé de diagonales qui menent dans une figure octogone allongée, qui présente des renfoncemens pour des vases ou des figures en face de chaque allée : on entre par quatre allées dans la salle du milieu, où l’on trouve une piece d’eau cintrée dans ses extrémités, avec un bouillon au milieu : les quatre bancs pratiqués dans la palissade de l’octogone en face de chaque allée, découvrent cette fontaine, & s’enfilent l’un l’autre : on trouve encore quatre bancs cintrés dans les petits cabinets ménagés dans les angles de la salle du milieu.

On trouvera la maniere de tracer ce bosquet & de le planter, aux articles Tracer, Planter. (K)

BOSRA, nommée Busseret dans les historiens François des Croisades. Bosra dans l’antiquité, ancienne métropole d’une province particuliere d’Arabie, au levant de la Palestine.

BOSSAGE, s. m. se dit en général de toute éminence laissée à une surface plane de pierre ou de bois, ou autre matiere propre au bâtiment.

Bossage, en Architecture, se dit de la saillie brute & non taillée qu’on laisse dans les bâtimens à des pierres que l’on se propose de réparer au ciseau, pour y former des ornemens, des armes, des feuillages, &c.

Joindre des pierres en bossage, c’est les laisser saillir au-delà des endroits où sont les joints, comme on le remarque au tambour des colonnes de plusieurs pieces : c’est un moyen de conserver les arrêtes de leurs joints de lit, que les cordages pourroient émousser, & d’en faciliter la pose.

On donne encore le nom de bossages ou de pierres de refend, à celles qui semblent excéder le nud du mur, quand les joints de lit en sont marqués par des enfoncemens ou canaux quarrés.

Le bossage rustique est arrondi, & ses paremens paroissent ou brutes ou pointillés également : l’arrondi a ses arrêtes arrondies ; le bossage à anglet est chanfrené, & joint à un autre de pareille maniere avec lequel il forme un angle droit : celui à pointe de diamant a le parement à quatre glacis, terminés en un point quand il est quarré, & en arrête quand il est barlong : celui qui est en caret a la saillie terminée par un caret entré deux filets, &c. (P)

Bossages, (Charpent.) ce sont des masses de bois qu’on laisse aux pieces qu’on allégit aux endroits des mortoises, pour qu’elles soient plus fortes. Voy. les arbres des grues, Pl. du Charpentier.

On donne encore en Charpente le nom de bossage, à l’arc ou au cintre que forment les bois courbes. Le bossage se toise.

* BOSSE, s. f. se dit en général de toute éminence sphérique, soit essentielle, soit accidentelle au corps où cette forme se remarque. Le bossué est l’opposé de bossu : le premier marque enfoncement, & l’autre saillie, & ils peuvent se trouver en même tems sur un corps mince ; si ce corps est bossué d’un côté, il sera bossu de l’autre. La bosse est accidentelle, toutes les fois qu’elle gâte la forme totale ; elle est essentielle, quand elle est un effet de l’art, & une suite de la conformation ou de l’usage de l’ouvrage.

Bosse, vice de conformation, qui consiste en ce que l’épine du dos est convexe & voûtée, & quelquefois le sternum. La moelle de l’épine & les nerfs qui en sortent, sont comprimés par ce dérangement ; de là vient l’amaigrissement du corps, tandis que la tête grossit ; les nerfs du cerveau sont d’autant plus actifs & plus nourris, que ceux de la moelle de l’épine sont plus affoiblis. C’est peut-être pour cette raison, dit M. Daubenton (Hist. nat. tom. III.), que les bossus ont ordinairement plus d’esprit que les autres. La regle n’est pourtant pas générale, & l’auteur


ne donne cette explication que comme une conjecture. Voyez Rachitis. (O)

Bosse, en Anatomie ; épithete dont on se sert pour caractériser une éminence. Voyez Eminence.

Ainsi on dit la protubérance ou bosse occipitale. Voy. Occipital. (L)

Bosse ou Rondebosse, en Architecture, est toute figure qui sert à l’ornement d’un édifice ; ou plus généralement tout ouvrage de sculpture, dont les parties ont leur véritable rondeur, & sont isolées comme les figures. On appelle demi-bosse, un bas relief, qui a des parties saillantes & détachées. (P)

Bosse, en terme de Bâtiment ; c’est dans le parement d’une pierre un petit bossage que l’ouvrier laisse pour marquer que la taille n’en est pas toisée, & qu’il ôte après en ragréant. (P)

Bosse (travailler d’après la), se dit, en Dessein, d’un éleve ou d’un maître qui copie d’après une figure de relief, soit en marbre, soit en plâtre. (R)

Bosse, en Marine, se dit de bouteilles de verre fort minces, qu’on remplit de quatre à cinq livres de poudre, qu’on garnit de plusieurs meches qui pendent du goulot, & d’un bouchon, qu’on allume & qu’on lance d’un vaisseau dans un autre, avec une corde longue de quatre à cinq piés : cette machine venant à se briser, met le feu dans le bâtiment, & répand le desordre entre l’équipage. On dit qu’elle est d’usage sur la Méditerranée.

Bosses, s. f. pl. (Marine.) ce sont des bouts de corde d’une médiocre longueur, ayant à leurs extrémités des nœuds nommés cul de port doubles. L’usage des bosses est de rejoindre une manœuvre rompue, ou qu’un coup de canon aura coupée ; ce qui est fort nécessaire dans un combat.

Bosses pour les haubans. Voyez Hauban.

Bosses à éguillettes ou à raban, bosses de cable ; ce sont les bosses qui sont pour le cable, c’est-à-dire qui ont au bout une petite corde qui sert à saisir le cable lorsque le vaisseau est à l’ancre.

Bosses à foüet ; ce sont celles qui étant tressées par le bout, vont jusqu’à la pointe en diminuant.

Bosse du bossoir ; c’est la manœuvre qui sert à tirer l’ancre hors de l’eau, pour l’amener au bossoir lorsqu’elle paroît. Voyez Candelette.

Bosses de chaloupe ou de canot ; ce sont les cordes dont on se sert pour amarrer les chaloupes & les canots.

Prendre une bosse ; c’est-à-dire amarrer une bosse à quelque manœuvre. (Z)

Bosse (serrure à) ; elle s’attache en-dehors, soit avec des clous rivés, soit avec des vis, dont les écrous sont placés en-dedans, & se ferme à moraillon. Voyez la description de cette serrure à l’article Serrure.

Bosse, dans les grosses Forges ; on donne ce nom à une partie des applatissoires. Voyez Applatissoire & grosses Forges.

Bosse, (Œconomie rustiq.) c’est ainsi qu’on appelle à la campagne les paquets de chardons que l’on fait pour être vendus aux drapiers, laineurs, couverturiers, &c.

Bosse, a aussi son acception en Orfévrerie. La vaisselle se distribue en plate & en vaisselle en bosse. La plate comprend les assiettes, les plats, les cuilleres, & tout ce qui n’a pas une concavité considérable. Celle en bosse comprend tous les grands vaisseaux qui ont un ventre & un cou, comme seaux, flacons, aiguieres, bassins profonds, &c.

Bosse, chez les Paumiers, se dit ou d’une éminence ronde pratiquée en saillie, d’un pié ou environ de diametre, sur quatre à cinq de haut, du côté de la grille ; ou d’un angle obtus que le mur du côté de la grille fait au même endroit, dans lequel la balle venant à frapper, elle est très-difficile à juger pour ceux qui ont à la prendre.