Page:Chantreau - Dictionnaire national et anecdotique - 1790.djvu/56

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

veut me consoler de mes peines. Ah ! s’il savoit à quel point je suis malheureux à la nouvelle d’un attentat contre les fortunes, ou d’un acte de violence contre les personnes, peut-être il m’épargneroit cette douloureuse amertume[1] » !

Ah sire ! s’il vous l’épargnera ! en pouvez-vous douter, quand vous venez de déchirer le voile que de vils démagogues avoient placé entre vous & ce peuple dont vous avez toujours été adoré ! Vous allez le voir tomber à vos pieds, fondre en larmes, & abjurer un moment d’erreur en maudissant les scélérats qui l’avoient égaré.

CONSTITUTIONNEL : un décret ou un article décrété est dit constitutionnel quand il doit faire partie de la constitution ; le prince l’accepte provisoirement. Voyez Accepter.

CONTRE-RÉVOLUTION : mot nouveau, il a vu le jour peu après celui de révolution. (Voyez ce mot.) Contre-révolution désigne le coup de main qui remettroit le despotisme ministériel sur ses pieds, & feroit passer les aristocrates du fond de cale sur le tillac ; on sait ce qu’ils ont tenté pour opérer cette manœuvre. En effet, par la contre-révolution, un corps fameux ou qui a été fameux, avoit l’espoir de recouvrer la

  1. Ce morceau est extrait du discours du roi, prononcé le 4 février, jour à jamais fatal pour nos ennemis & les siens ; car les siens sont les nôtres.