Lettres à Falconet/22

Lettres à Falconet
Lettres à Falconet, Texte établi par J. Assézat et M. TourneuxGarnierXVIII (p. 310-311).


XXI


Vous jetez les hauts cris, mon ami, et vous avez tort. Je vous ai écrit dix fois depuis deux ou trois mois, mais je vois que ces lettres ont eu le même sort que celles que j’ai adressées à monsieur le général.

Je vous salue et vous embrasse de tout mon cœur.

Dites à Mlle Collot que son jeune frère est apprenti imprimeur chez Le Breton.

J’ai reçu l’épître de l’abbé Beaudeau avec la petite apostille de votre main. Si l’abbé est encore à côté de vous, buvez tous les trois à ma santé.

Celui qui attend cette lettre, et qui vous la remettra, s’impatiente.