Les Grandes Chroniques de France/III/Livre quatrième

Texte établi par Jules ViardÉdouard Champion, libraire de la Société de l’histoire de France (3p. 199-258).

LIVRE QUATRIÈME
Ci comencent li fait d’Espaigne.

Ci commencent li chapitre du quart livre des faiz Karlemaine.

Li premiers des faiz d’Espagne ; si parole premierement de l’avision et du signe que Karlemaines vit ou ciel, et coment saint Jaques s’aparut à li et li dist que il delivrast la voie jusques là où ses cors gist, et comment Pampleune fut passée et toute la terre jusques au perron Saint Jaques, et puis coment il fist baptizier les Galiciens et occierre ceus qui baptesme ne voloient recevoir.

Li seconz parole des nons des citez et des viles que Karlemaines prist en Espagne, et coment la cité de Luiserne fondi à sa proiere, et puis des iiii citez que il maudist, et puis de l’image Mahomet qui a non Salahancadis et de la force que ele a par une legion de deables qui dedenz est enclose, et puis des eglises que Karlemaines edifia, de l’or et des richeces que li roi d’Espagne li donerent.

Li iii parole coment li rois Aigolanz reprist la terre d’Espagne puis que Karlemaines fu retornez en France, et coment Karlemaines mut contre lui, et d’un exemple qui mostre quel peril il a en recevoir executions de morz, et puis coment Karlemaines quist tant Aigolant que il le trova. Des batailles que François firent contre Sarrazins, autant contre autant ; des lances qui repristrent en terre, de ceus qui devoient morir en bataille ; du meschief où Karlemaines fu, et coment il retorna en France.

Li iiii parole des granz oz que Aigolant asembla contre Karlemaine et puis coment il manda à Karlemaine que il venist à lui ; coment Karlemaines ala à lui en guise de message pour lui espier. Des batailles que il fist contre Aigolant ; coment Aigolant s’enfui ; coment Karlemaines retorna en France pour rasembler ses oz, et puis parole des nons des hauz homes que il mena ovec lui en cele voie.

Li v parole coment Aigolant vint parler à Karlemaine en trives, de lor paroles et de lor desputoison ; coment il repristrent bataille autant contre autant, et coment li Sarrazins furent toz jors desconfit ; coment Aigolant vint à Karlemaine pour baptesme recevoir ; coment il s’en parti mau paiez pour les povres que il vit mengier en bas, et puis coment il prist jor de bataille à l’endemain.

Li vi parole coment tuit li Sarrazins furent desconfit et Aigolant occis, fors aucuns qui eschaperent ; coment François furent occis par lor covoitise quant il retornerent par nuit ou champs de la bataille ; coment li rois Forrez se combati à Karlemaine, et coment il et sa gent furent occis, et puis de ceus qui morurent sanz bataille.

Li vii parole coment Fernaguz, li jaiant, vint contre Karlemaine, d’outre la mer, de sa force et de sa grandor, et puis coment il enporta les barons Karlemaine en la cité de Nadres, l’un après l’autre ; coment Rolant se combati à li toute jor et puis coment il demanda trives à Rolant pour dormir, et coment Rolant li mist la pierre soz le chief pour ce que il ronfloit.

Li viii parole de la desputoison de la foi que Rolant fesoit au Sarrazin et coment Rolant se combati à li pour soustenir la foi crestiene ; coment li jaianz le jeta souz li, mès il se releva tost, à l’aide de Dieu, et coment la citez fu prise quant li jaianz fu occis.

Li ix parole coment li aumaçors de Cordres et li rois de Sebile raparellierent bataille contre Karlemaine, puis que il furent eschapé de la cautele malicieuse que li Sarrazins firent pour les chevaus des noz espoanter, et du remede que li empereres trova contre ce, et coment li rois de Sebile fu occis, et li aumaçors eschapa, qui puis fu baptiziez.

Li x parole de la seigneurie que li empereres establi ou siege de Compostele, que tuit li roi et li prelat d’Espagne fussent obeissant au prelat du siege ; après lesquiex sont les principaus eglises de tout le mont, et puis coment li arcevesques Turpins, qui presenz fu partout, raconte les mors et la qualité Karlemaine.


I.
Li premiers des faiz d’Espagne ; si parole premierement de l’avision et du signe que Karlemaines vit ou ciel et coment saint Jaques[1] s’aparut à li et li dist que il delivrast la voie jusques là où ses cors gist, et comment Pampelune fu passée et toute la terre jusques au perron Saint Jaques, et puis coment il fist baptizier les Galiciens et occierre ceus qui baptesme ne voloient recevoir[2].

Quant li empereres Karlemaines ot conquise toutes ces terres et ces estranges regions, citez et chastiaus[3] sanz nombre, dès l’une mer jusques à l’autre, par l’aide Nostre Seigneur, et il les ot souztraites des mains des mescreanz et converties à la foi crestiene, si come l’estoire a là desus parlé, il fu moult travailliez et debrisiez des granz oz que il ot tantes foiz conduites sor ses anemis et des granz travauz et continuez que il ot euz. En son cuer proposa que il n’ostoieroit plus, ainz useroit le remanant de sa vie en pais et en repos, se sainte Eglise n’avoit de li mestier. Mais Nostre Sires, qui encor voloit que la foiz crestiene fust par li multipliée, li chanja son propos en la maniere que nous vous dirons.

Une nuit esgarda vers le ciel et vit un chemin d’estoiles qui commençoit, si com il li sembla, à la mer de Frise, et se dreçoit entre Alemagne et Lombardie, entre France et Aquitaine, entre Bascle et Gascoigne et entre Espagne et Navarre, tout droict en Galice[4], là où li cors monseigneur Saint Jaques reposoit sanz non et sanz memoire[5]. En tele maniere vit ce signe par plusors nuiz ; lors commença forment à penser en son cuer que ce pooit senefier. Tandis com il estoit une nuit en cele pensée, uns hons plains de plus grant biauté que nus ne porroit deviser s’aparut à li et li dist ensi : « Biaus fiuz, que fais-tu ? » et Karlemaines li respondi : « Sire, qui es-tu ? » « Je sui, » dist-il, « Jaques li apostres, deciples Jhesu Crist, fiuz Zebedée, freres Jehan l’evangelistre, que Nostre Sires eslut par sa grace sor la mer de Galilée pour preechier sa foi au pople, et sui cil que li rois Herodes martyria par glaive. Moult me poise de ce que mes cors est en Galice sanz nule memoire, laidement traitiez entre mains de Sarrazins ; dont je m’enmerveil moult pourquoi tu n’as delivrée des mescreans la terre où mes cors repose, qui tantes citez et tantes regions as conquises en ton tens. Pour laquel chose je te faz asavoir que autresi come Nostre Sires t’a fait puissant sor touz autres rois terriens, ausi t’a-il esleu à delivrer ma terre des mains des Sarrazins et à faire la voie aus pelerins, là où mes cors repose, pour ce que il te doinst corone de victoire en la joie de paradis. Et cil chemins d’estoiles que tu as veu ou ciel senefie que tu iras a granz oz en ces parties pour destruire la paiene gent et pour delivrer ma terre et ma sepouture des mains des Sarrazins, et que tuit li pople qui habitent de l’une mer jusques à l’autre et en autres diverses regions iront après toi en pelerinage pour empetrer vers Nostre Seigneur pardon de lor pechiez ; et puis, le tens de ta vie jusques à la fin de cest siecle, raconteront les vertuz et les miracles que Nostres Sires a faiz pour ses amis. Apareille-toi donques et muef[6] au plus tost que tu porras, car je serai en t’aide par touz periuz ; si sera tes nons touz jors mais en loenge et si empetrerrai vers Nostre Seigneur à toi corone perdurable en la joie de paradis. » En tel maniere s’aparut mesires saint Jaques par iii foiz à Karlemaine.

Quant Karlemaines ot ce oï, il fu moult liez et meesmement de la promesse que li apostres li ot faite de la joie de paradis. Ses oz asembla de toutes parz et entra moult efforciement en Espagne pour destruire les anemis de la foi crestiene et pour assaucier le non Jhesu Crist.

[7]Pampelune fu la premiere citez que il aseist ; iii mois i sist, ne prendre ne la pot, car ele estoit trop forz et de murs et de siege. Lors, fist sa proiere à Nostre Seigneur et dist ensi : « Jesu Criz, sire, pour la cui foi essaucier je sui venuz en ces parties pour destruire gent sarrazine, done-moi que je pragne ceste cité, à la gloire et à la loenge de ton non ; et tu, mesires saint Jaques, se ce est veritez que tu t’apareusses à moi, proie à Nostre Seigneur que il me laist ceste cité prendre. » Toute maintenant que il ot ce dit, li mur de la cité froissierent et fondirent jusques en terre. Lors entrerent enz François ; les Sarrazins qui baptesme vorrent recevoir garderent à vie et les autres, qui en lor mescreandise demorerent, occistrent. Quant la novele de ce miracle fu par le païs espandue, li prince sarrazin venoient au devant à Karlemaine partout là où il aloit. Devant lui s’umilioient[8], li citez li rendoient, et li autre qui pas jusques à li ne venoient li enveoient treüz ; si fist en tel maniere toute la terre d’Espagne tributaire. Moult se merveilloient Sarrazins de ce que il veoient la gent de France si bele, et si fort, et si fiere, et si bien apareillié d’armes et de chevaus et d’autre hernois. Lor armes metoient jus et les recevoient honorablement et paisiblement.

En tel maniere trespassa Karlemaines et ses oz tote Gascogne, Navarre et Espagne jusques en Galice, en prenant citez et chastiaus. la sepouture monseigneur saint Jaque visita devotement, puis passa outre jusques au perron, sanz contredit[9]. Sa lance ficha en la mer et quant il vit que il ne porroit outre passer, il rendi grâces à Dieu et à monseigneur saint Jaque, par cui aide et par cui consentement il estoit jusques là venuz. Les Galiciens, qui puis la predication monseigneur saint Jaque et de ses deciples estoient reconverti à la paienne loy, fist baptisier par la main l’arcevesque Turpin. Ces choses ensi faites, il erra par toute la terre d’Espagne, de l’une mer jusques à l’autre.


II.
Des nons des citez et des viles que Karlemaines prist en Espagne et coment la cité de Luiserne fondi à sa proiere, et puis des IIII citez que il maudist, et puis de l’image Mahomet qui a non Salahancadis et de la force que ele a par une legion de deables qui dedenz est enclose, et puis des eglises que Karlemaines edifia ; de l’or et des richeces que li roi d’Espagne li donerent.

[10]Les citez et les gregnors viles que Karlemaines prist en Espagne sont ensi nomées, ou estoient ensi apelées au jor que eles furent conquises. Car, par aventure, li non d’aucuns sont puis changié, si com il avient sovent aillors. Visunia[11], Lamegue[12], Humya[13], Colimbre[14], Lugue[15], Haurenes[16], Yria[17], Thuda[18], Mydoine[19], Bracayre[20], qui est mestresse cité en ces parties. Wimarana[21], Crunya[22], Compostelle[23], et en cele cité gist li cors monseignor saint Jaque, qui en ce tens estoit encores petite. Toutes ces citez conquist en Galice.

Celes que il conquist aillors en Espagne sont li non tiex. Aaucale[24], Godefare[25], Thalamanque[26], Uzede[27], Ulmas[28], Kanalyas[29], Madritha[30], Makueda[31], Sainte Eulalye[32], Thalavera[33], qui moult est planteureuse. Medinacelim[34], qui autant vaut come haute citez. Bellangua[35], Osma[36], Segontia[37], Segovya[38], qui moult est granz citez. Haavilla[39], Salahamanca[40], Sepullegua[41], Tholeste[42], Kalatrava[43], Badjoht[44], Turgel[45], Thalavera[46], Godyana[47], Emerithe[48], Althamore[49], Palance[50], Luiserne, Venthouse[51], qui est par autre non apelée Carcesse[52] ; si siet en i lieu qui a non Vauvert[53]. Caparra[54], Austurgua[55], Ovente[56], Legye[57], Karrion[58], Burgues[59], Nadres[60], Kalaguria[61], Urence[62], Lestoile[63], Kalathahus[64], Miraclar[65], Tuthele[66], Sarragouce[67], Pampelune[68], Baoine[69], Jasque[70], Osque[71], qui seut estre fermée de iiiixx et x tors. Terragone[72], Barbastre[73], Rozas[74], Urgelle[75], Elne[76], Geronde[77], Barcinone[78], Terragone[79], Leryde[80], Tortouse[81], qui trop est fort citez. Barbagalle[82], qui est ausi citez trop forz[83]. Aurelye[84], la tierce qui moult rest de grant force. Algalethe[85], Azanye[86], Yspalide[87], Escalone[88], Horamalangue[89], Horaburriene[90], Horacotente[91], Hubeda[92], Baecia[93], Petrousa[94], en cele cité fait on le fin argent. Valence[95], Denie[96], Sathive[97], Granade[98], Sebile[99], Cordes[100], Albula[101], Azintine[102], en cele cité gist li cors saint Torquate[103], confessor, qui fu serjanz monseignor saint Jaques. A sa sepouture est uns oliviers qui chascun an florist et porte fruit le jor de sa feste, par miracle[104], si est aus ydes du mois de mai. Après est la citez de Beserte[105], en cele cité sont li très fort chevalier qui sont apelé Arabic. Les granz isles[106], Bougie[107], qui par costume est roiaumes, l’isle de Gabibe[108], la cité de Gouaren[109] qui est en Barbarie, Meloyde[110], Evice[111], Formenthere[112], Alchoraz[113], Almarie[114], Moneque[115], Gibalthare[116], Carthage[117], Septe[118], qui siet es destroiz d’Espagne, là où li cours de la mer est plus estroiz ; Gesir[119] et Tharuz[120]. Si ne conquist pas Karlemaine toutes ces terres tant seulement, mais toute la terre Landaluf[121], toute la terre de Portigal[122], toute la terre de Serrane[123], tote la terre de Casteloine[124], toute la terre de Navarre, tote la terre de Bascles[125] et maintes autres regions qui pas ne sont ci nomées pour eschiver la confusion.

Toutes ces citez et ces regions devant nomées estoient à li obeissanz et à son commandement ; aucunes des citez conquist sanz bataille et aucunes par grant engin et par grant bataille ; mès la cité de Luiserne[126], qui siet en un val qui a non Vauvert, ne pot-il prendre jusques au darrenier ; car cele cité estoit trop forz et trop bien garnie. A la parfin, l’aseja et sist entor iiii mois ; mès quant il vit que il ne la porroit prendre par force, il fist sa proiere à Nostre Seigneur et à monseigneur saint Jaque[127]. Lors chairent li mur et demora sanz habiteor, et une grant iaue, ausi come uns estans, leva enmi la cité, noire et horrible ; si noient[128] dedenz grant poisson tuit noir, qui jusques aujord’ui sont veu noer parmi cel estanc.

Aucun des anciens rois de France et aucun des empereor de Rome pristrent aucune foiz plusors de ces citez devant nomées, si come Clodovées, li premiers rois crestiens, Clothaires, Dagoberz, Pepins, Challes Martiaus. Cist conquistrent Espagne en partie et en partie la lessierent ; mès cit Karlemaines li granz la conquist toute entierement en son tens et la fist obeir a ses commandemenz. iiii citez i out que il maudist quant il les ot conquises par grant travail ; si sont maudites et sanz habiteors jusques aujord’ui ; c’est asavoir : Luiserne, Venthouse[129], Capparra[130] et Adama[131].

[132]Touz les temples et toutes les ydoles des Sarrazins que il trova en Espaigne destruit de tout en tout, fors une tant seulement qui est en la terre de Landaluf ; si a non Salancadis, si vaut autant à dire come li diex de Cadis, car cit moz Cadis si est mis pour le propre non du lieu, et Salam, en Arabie, si vaut autant come Diex. Si dient li Sarrazins que lor diex Mahomez fist cele ymage en son propre non quant il vivoit, et enclost et seela dedenz une legion de deables, par l’art de nigromance, qui cele ymage tienent en si grant force que nus ne la puet fraindre ne brisier, et se aucuns crestiens aproche près, tantost muert, ou il est en grant peril de mort[133]. Mès se aucuns Sarrazins i aproche, il s’en retorne sains et haitiez. Se aucuns oisieus si asiet par aventure, tantost muert. Si volons ici deviser le siege de cele ymage. Sor le rivage de cele mer est une haute pierre, moult bien ovrée d’anciene ovre sarrazinoise, large et quarrée par desouz et par desus estroite et haute, tant haut come uns corbiaus puet voler. Sor cele haute columbe est cele ymage, sor ses piez, en estant, de cuivre fin et esmeré[134], faite en forme d’ome. En sa destre main tient i clef, la face atornée vers midi ; si ont sorti li Sarrazin que cele clef li doit chaoir de la main en cele année que uns rois sera nez en France, es darriens jors de cest siecle, qui tote la terre d’Espagne convertira à la foi crestiene. Et quant cil de la terre verront que cele clef sera chaue il repondront[135] lor richeces en terre et guerpiront Espagne.

[136]De l’or et des richeces que li roi et li prince d’Espagne donerent et presenterent à Karlemaine, fist-il faire l’eglise Saint Jaque par iii années que il demora ou païs. Patriarche et chanoines i establi selonc la constitution et la reule saint Ysidore le confessor. Noblement l’estora et la garni de campanes, de dras de soie, de livres, de textes, de croiz et de calices et d’autres aornemenz. Du remanent de l’or et de l’argent que il aporta d’Espagne estora-il et fonda maintes eglises quant il fu retornez en France ; c’est asavoir : l’eglise Nostre Dame Sainte Marie de Es la Chapele et l’eglise Saint Jaque en cele vile meismes. Une autre eglise de Saint Jaque en la cité de Bediers[137], et en la cité de Thoulose une autre de Saint Jaque. Et la quarte de Saint Jaque en Gascoigne, entre la cité d’Axa[138] et Saint Jehan de Sorges[139], sor le chemin aus pelerins, et la ve ausi de Saint Jaque, en la cité de Paris, entre le flum de Saine et Montmartre, et eglises et abbaïes que il estora et fonda sanz nombre parmi le monde.


III.
Coment li rois Aigolanz reprist la terre d’Espagne puis que Karlemaines fu retornez en France et coment Karlemaines mut contre lui, et d’un exemple qui monstre quel peril il a en recevoir execution de morz, et puis coment Karlemaines quist tant Aigolant que il le trova. Des batailles que François firent contre Sarrazins, autant contre autant. Des lances qui repristrent en terre de ceus qui devoient morir en bataille. Du meschief où Karlemaines fu et coment il retorna en France

[140]En poi de tens aprés ce que Karlemaines fu retornez en France, uns rois païens de la terre d’Aufrique, qui avoit non Aygolanz[141], entra a granz oz en Espagne, la terre que Karlemaines avoit prise conquist, les citez et les chastiaus ; les crestiens que il avoit lessiez es garnisons chaça touz et occist en partie. Quant Karlemaines sot ces noveles, il assembla ses oz et entra derechief en Espagne. A cele foiz fu guierres[142] de ses oz li dux Miles d’Anglier[143].

Incidence.[144]Ci endroit volons raconter une merveilleuse aventure qui avint en cele ost, pour doner exemple d’amendement aus executors qui retienent les lais que il doivent departir aus povres pour les âmes des morz. Un jor, estoit li oz logiez en la terre des Bascles, delez une cité qui a non Baione ; là prist maladie à un chevalier qui avoit non Romariques, au lit acoucha et quant il se senti agregier[145] il fist sa confession à un prestre et reçut son sauveor. A un sien cosin commanda que il vendist un cheval que il avoit et departist l’argent aus povres pour s’âme. Cil trespassa ; ses cousins vendi le cheval c sous ; les deniers que il dut departir aus povres pour l’âme du mort despendi en robes et en viandes[146] ; et por ce que la venjance du soverain juge seut aucunes foiz ensuivre le maufet, tout maintenant li morz s’aparut au vif au chief de xxx jors ; si gisoit lors en son lit ausi come en transes et li dist ensi : « Saches-tu que Nostre Sires m’a pardonez mes pechiez ; et pour ce que tu as xxx jors mes choses retenues que je te commandai departir aus povres pour le remede de m’âme, je ai autant demoré es paines de purgatoire. Hors en sui par la misericorde Nostre Seigneur, et si saches certainement que je serai demain asis en la gloire de paradis et tu seras mis es tormenz d’enfer. » Atant s’esvanoi li morz et li vis se leva et fu en moult grant paor et en grant angoisse de cuer. Au matin, commença à raconter à touz ceus qui oïr le voloient cele avision. Tost fu espandue partout cele novele ; et tandis come li oz estoit en bruit et en murmure de cele chose, horribles voiz furent oïes en l’air soudainement, droit sor celui qui l’avision contoit, et sembloit que ce fussent uslemenz de leus et ruiemenz de lyons, et tot maintenant le ravirent li deable en la presence de touz ceus qui entor lui estoient. Par iiii jors fu quis de genz à cheval par montagnes et par valées ; mès il ne pot estre trovez. Entor xii jors après que ce fu avenu, chevauchoit li oz parmi la terre de Navarre ; lors fu li cors de li trovez par aventure touz defroissiez sor le coperon d’un sauz[147], à iiii jornées de la devant dite cité. A cel eure que li deable le ravirent, il le porterent en haut, en l’air, par l’espace de iii liues par devers la mer ; là le jeterent, et l’âme de li porterent es paines d’enfer. Pour ce, sachent tuit cil qui les testamenz des morz retienent en lor propres us, que il se dampnent perpetuement.

[148]Karlemaines et li dux Miles d’Angliers, qui de ses oz estoit conduisierres, commencierent à querre Aygolant parmi Espagne. Tant et si sagement le quistrent, que il le troverent en un païs qui est apelez la Terre dse Chans[149], sor un flueve qui est nomez Cheia[150], en mi une praerie qui siet en un plain grant et large. En ce maime lieu, fonda puis Karlemaines i eglise en l’onor des ii martyrs Facundes et Primitif[151], et une abbaïe où li cors des ii martyrs reposent, puis i out-il vile grant et plenteureuse qui siet en ce lieu meismes[152]. Tant chevaucha Karlemaines que les ii oz s’entraprochierent. Lors manda Aygolant bataille à Karlemaine en tel maniere come il vorroit, xx contre xx, xl contre xl, ou c contre c, ou m contre m, ou i contre i. Et Karlemaines envoia c crestiens contre c Sarrazins ; si furent tantost occis li Sarrazins ; et puis en renvoia Aygolant autres c qui refurent occis tantost. A la parfin, en envoia Aygolant iim contre ii mil, dont li i en furent occis et li autre s’enfuirent. Quant Aygolant vit que il perdoit ensi sa gent en toutes manieres, si jeta ses sorz priveement[153] et trova que Karlemaine perdroit. Lors li manda bataille planiere à l’endemain, et Karlemaines la reçut et fu otroié d’une part et d’autre. Aucuns des crestiens apareillierent lor armes moult bien et moult bel pour combatre à l’endemain, et fichierent au soir lor lances en terre devant les herberges, en mi la praerie, selonc le devant dit flueve, et au matin les troverent reprises en terre et covertes d’escorce et de fouilles ; les lances tant seulement de ceus qui devoient martyre recevoir pour la foi Jhesu Crist. Lors se merveillierent plus que nus ne porroit cuider et atornerent toutes voies ce miracle à la loenge Nostre Seigneur. Les lances coperent après terre, et li estoc qui demorerent moultiplierent puis grant bos, qui jusques aujord’hui apert encores en ce lieu meismes, car il i avoit moult de lances. Cist signes fu merveilleus ; grant joie et grant porfit des ames senefioit ; grant occision et grant martyre des cors.

Que vous diroit-on plus ? L’endemain vindrent à bataille d’une part et d’autre. Occis i furent xlm crestiens et Miles[154] d’Angliers peres Rollant et chevetains des oz. Si furent cil des quiex les lances foillirent le soir devant la bataille. Tuit cist reçurent martyre pour l’amor de Nostre Seigneur. Là fu Karlemaines à tel meschief que ses chevaus fu soz lui occis. Si ot encores entor lui iim crestiens à pié ; lors s’estut li empereres sor ses piez[155], Joieuse s’espée sacha et se feri par grant vertu ou milieu des Sarrazins. Là trencha maint païen par mi et fist entor lui merveilleuse occision. Au vespre se retraistrent crestien et Sarrazin ausi vers lor herberges.

L’endemain vindrent secorre Karlemaine iiii marchis d’Ythalie à tot iiiim homes. Mais Aygolant qui bien sot que li secors li estoit venuz se retraist arrieres, et Karlemaines retorna lors a tot son ost en France[156].

Ou miracle devant dit des lances qui repristrent, est entenduz li saluz des âmes de ceus desquiex les lances foullirent et des noz meismes. Car ausi come li chevalier Karlemaine apareillierent lor armes pour combatre contre lor anemis, ausi devons-nous apareillier noz armes ; c’est à dire, bones vertuz pour combatre contre les vices. Se nous avons donques foi contre l’eresie des Bogres[157], charité contre envie, chastée contre luxure, oreson contre temptation, povreté contre les bones aventures des choses terrienes, perseverance contre legiereté de propos, silence contre tençons, obedience contre charnel corage ; noz hantes[158] floriront devant Notre Seigneur au jor du jugement. O com sera ore beneureuse et florie en paradis, l’âme du vainqueor qui loiaument se sera combatuz contre les vices ; car nus ne sera coronez fors cil qui loiaument se seront combatu contre les pechiez. Et ausi come li chevalier Karlemaine morurent en bataille, aussi devons-nous morir quant aus vices et vivre ou monde en saintes vertuz, si que nous puissons deservir corone florie de victoire en la joie de paradis.


IV.
Des granz oz que Aigolant asembla contre Karlemaine, et puis coment il manda à Karlemaine que il venist à lui ; coment Karlemaines ala à lui en guise de message pour lui espier. Des batailles que il fist contre Aigolant ; coment Aigolant s’enfui ; coment Karlemaines retorna en France pour rasembler ses oz, et puis parole des nons des hauz homes que il mena ovec lui en cele voie.

[159]En tant de tens come Karlemaines demora en France pour ses oz assembler, Aygolant se porchaça de toutes parz et asembla merveilleusement granz oz de diverses nations ; Mors, Moabithiens, Ethiopiens, Sairans, Turs, Aufricans et Persanz[160], et tant de rois et de princes sarrazins com il pot avoir de toutes les parties du monde. Thexophine, le roi d’Arabe[161] ; Buriable, le roi d’Alixandre[162] ; Avithe, le roi de Bougie ; Hospine, le roi d’Agabibe[163] ; Fantime, le roi de Barbarie ; Allis, le roi de Marroc[164] ; Maimone, le roi de Meque ; Ebrechim, le roi de Sebille, et l’aumaçor de Cordres[165].

Ensi vint Aygolant a touz ses oz jusques à une cité de Gascogne qui a non Aggenni[166], et par force la prist. Lors manda Aygolant à Karlemaine que il venist à li paisiblement, a petite compagnie de chevaliers, en prometant que il li donroit or et argent et lx chevaus charchiez d’autres richeces, se il voloit tant seulement estre sogiez à li et obeir à ses commandemenz. Pour ce le mandoit que il le voloit cognoistre et que il le peust plus legierement occire en bataille. Mais Karlemaines, qui bien pensoit la malice, prist ovec lui iim des plus esleuz de sa gent et vint prez[167] à iiii miles de la cité d’Agenes où Aygolant et ses oz estoit. Repostement les lessa en un enbuschement, quant il aprocha près de la cité ; mais il en prist lx ovec lui tant seulement, et les mena jusques sor une haute montegne dont il pot plainement choisir et sorvooir[168] toute la cité. Là les lessa et chanja son habit et fu en guise de message, sanz lance, son escu torné sor son dos, ensi come messager vont en tens de bataille ; i seul compagnon prist et vint jusques à la cité. Aucun des Sarrazins oissirent hors contre els et lor demanderent qui il estoient et que il queroient. « Nous sommes », distrent-il, « message le grant roi Karlemaine qui nous envoie çà pour paller à Aygolant vostre roi. » Li Sarrazins les pristrent et les menerent devant Aygolant, et li distrent ensi : « Li rois Karlemaines nous a à toi envoiez et te mande que il vient ça parler à toi, a tout lx chevaliers tant seulement pour faire ton commandement ; et vot chevauchier ovec toi et estre tes hons, se tu li veuz acomplir ce que tu li as promis. Pour ce, te mande que tu viegnes a li a tout lx de tes homes sanz plus ; si parles à li paisiblement. » Lors lor dist Aygolant que il retornassent à Karlemaine et li deissent que il l’atendist.

Quant cil s’en furent parti, Aygolant s’arma, il et li sien que il beoit amener ovec lui. Il ne cuidoit pas que ce fust Karlemaine qui à li parlast. Là le cognut li empereres et les rois sarrazins qui ovec lui estoient. Le siege de la cité vit et tenta de quel part ele estoit plus legiere à prendre[169]. Aus lx chevaliers que il ot lessiez en la montegne retorna, et puis au iim[170], et Aygolant le sui a tout vii mile Sarrazins pour le occire se il peust ; mais il s’avancierent si, par tost chevauchier, que Aygolant ne les pot ataindre[171]. Adonc retorna derechief Karlemaines en France, et quant il ot ses oz asemblez, il retorna en Espagne et vint jusques devant la cité où Aygolant et ses oz demoroit. Le siege mist entor, et asist dedenz Aygolant et ses genz ; là sist entor vi moys. Ou viie mois fist drecier ses perrieres et ses mangoniaus ; ses truies[172] fist fouir et ses chastiaus de fust garnis aprochier des murs de la cité. Et quant Aygolant vit que il estoit en tel destroit, il et li plus grant de son ost s’en issirent une nuit repostement par fraites et par fausses overtures[173], et trespasserent le flum de Gyronde qui près de la cité coroit. En tel maniere eschapa à cele foiz Aygolant des mains Karlemaine.

L’endemain entrerent li crestien en la cité a grant joie ; des Sarrazins qui laienz furent trové, en furent li un occis, et li autre[174] eschaperent par le flum de Gyronde ; mais toutes voies en i ot-il d’occis entor xm.

[175]Jusques à la cité de Saintes s’enfui Aygolant et sa gent, qui lors estoit en mains de Sarrazins. Karlemaines ala après et li manda que il li rendist la cité ; et Aygolant li remanda que il n’en rendroit mie ; mais se il voloit bataille il l’auroit par tel convent que la cité fust à celui qui vaincroit. D’ambedeus parz fu ensi la bataille otroiée. Mais le jor devant que les eschieles des crestiens fussent rengiées et ordenées devant les herberges pour combatre, avint une merveille en uns prez qui sont entre la cité et un chastel qui a non Tailleborc[176]. Là fichierent aucun lor lances en terre devant les tentes ; l’endemain les troverent reprises, escorcié[e]s[177] et fouillues, cil tant seulement qui pour la foi Jhesu Crist devoient recevoir martyre en cele bataille. Cist maismes miracles estoit ausi avenuz en une autre bataille, si com l’estoire a lassus conté.

Cil qui lor lances virent fouillues et reprises furent moult lié de ce miracle ; maintenant les coperent après terre. Tuit ensemble se mistrent en une eschiele et ferirent li premier en la bataille. Moult des Sarrazins occistrent ; mais à la parfin reçurent-il martyre pour Nostre Seigneur. Si furent par nombre cil qui ensi morurent entor iiiim. En cele bataille fu Karlemaine à si grant meschief que ses chevaus fu soz li occis, et fu moult enpressiez par la force des païens. Son cuer et sa force reprist, ovec sa gent à pié en els se feri par grant vertu, et en fist moult grant occision, et à la parfin ne porent li Sarrazins souffrir sa force, ainz guerpirent la bataille et s’enfuirent en la cité, et Karlemaines les sui et asist la cité de totes parz, fors par devers le flum.

L’endemain, ausi come après mienuit, se mist Aygolant à la fuite par mi le flueve qui a non Charente[178] ; mais Karlemaines et ses genz qui bien les aperçurent, les enchaucierent. En cel enchauz fu occis li rois de Gababile[179] et li rois de Bougie, et entor iiiim des autres Sarrazins.

[180]Lors deguerpi Aygolant la terre de Gascogne ; les porz passa[181] et vint à Pampelune, la cité garni et commença à refaire les murs par là où il estoient cheus[182]. A Karlemaine manda que il l’atendroit là et que il auroit à lui pleniere bataille. En ces entrefaites, Aygolant rapareilla sa force de toutes parz ; mainte eschiele de combateors asembla et fist moult grant apareil de bataille ; et Karlemaines qui ces noveles oï ne le vot plus ensuivre, car ses oz estoit las et travailliez d’errer et de combatre, et si estoit moult afebloiez et apetisiez pour la mort de maint preudome. Pour ce retorna en France et meesmement pour plus granz oz asembler. Touz les rois, les princes et les dux asembla, et fist partout crier que tuit contenz fussent acordé et que ferme pais fust faite. A touz ceus que il haoit pardona son mautalent ; à ceus qui à bataille ne se pooient apareillier par povreté, dona armes et garnemenz.

Si sont ci après nomé li plus grant des princes qui ovec lui alerent en Espagne.

Li dux Rollanz, cuens du Mans et sires de Blaives[183], niez Karlemaines, fiuz de seror Berte et fiuz le duc Milon d’Angliers, conduisierres des oz et guierres des batailles ; cil i vint a iiiim combateors. Oliviers[184], cuens de Genes, fiuz le conte Renier, ausi a iiiim. Estouz, li cuens de Langres[185], a tout iiiim. Arastannes, li rois de Bretagne, i vint a tout viim, car à ce tens avoit roi en Bretagne[186]. Angeliers, li Gascons, dux d’Aquitaine, a tout iiiim[187]. Gaifiers, rois de Bordiaus, a tout iiiim. Gerins, Geriers, Salemons, Estouz li Escoz[188] et Baudoins, freres Rolant ; tuit cit i amenerent xm combateors. Godebues li rois de Frise i vint a tot iiiim. Hoyaus, li cuens de Nanthes, i amena iim. Hernauz de Biaulande[189], iim. Naymes, li dux de Baiviere[190], xm. Ogiers, li rois de Danemarche[191], xm. Lamberz, li princes de Boorges, iim. Sanses, li dux de Borgoigne, xm. Constantins, li prevoz de Rome, xxm. Renauz d’Aubeespine, Gautiers de Termes, Guielins[192], Guerins, li dux de Loherene, en amenerent iiiim. Begues, Auberiz li Borgoinz[193], Bernarz de Nubles, Guinarz, Estormiz, Thierris, Yvoires, Berengiers et Hatons, tuit cist i amenerent granz oz. Turpins li arcevesques de Rains et Ganelon li traitres qui vendi les vii pers au roi Marsilion, cist i amenerent grant gent. Li oz de la propre terre Karlemaine estoit prisiez à xlm chevaliers. D’autre gent et de genz à pié n’estoit nus nombres. En tel maniere entra Karlemaine a tout ses granz oz en Espagne et porprist les montagnes qui sont devant la cité de Pampelune, où Aygolant l’atendoit à bataille. Mais quant il vit les granz oz que il ot amenées, il se commença forment à merveillier de son pooir. Si granz paors le prist que il ne s’osa à li combatre, ainz requist trives pour parler à Karlemaine, et li empereres les li otroia volentiers.


V.
Li V parole coment Aigolant vint parler à Karlemaine en trives, de lor paroles et de lor desputoison ; coment il repristrent bataille autant contre autant et coment li Sarrazins furent toz jors desconfit ; coment Aigolant vint à Karlemaine pour baptesme recevoir ; coment il s’en parti mau paiez pour les povres que il vit mengier en bas et puis coment il prist jor de bataille à l’endemain.

[194]Puis que trives furent donées, et ce vint au l’endemain, Aygolant oissi de la cité, il et sa gent ; delez la vile lessa son ost ; lx des plus hauz homes prist et vint à Karlemaine qui estoit à une mile de la cité. Li oz des crestiens et des Sarrazins estoient logié en un trop bel plain et trop grant, assez près de la cité ; si avoit bien vi miles de lonc et de lé. En mi estoit li chemins de Saint Jaque qui les ii oz devisoit ; et quant Aygolant fu devant Karlemaine venuz, il li dist en tel maniere :

« Es-tu Aygolant qui ma terre m’as tolue par tricherie et par desloiauté ? Je avoie conquise Gascogne et Espagne par l’aide Nostre Seigneur et les avoie converties à la foi crestiene, les rois et les princes sozmis à ma segneurie et à mon empire, et tu as les crestiens occis, mes citez et mes chastiaus pris et toute la terre degastée par feu et par occision tandis come je estoie retornez en France ; pour laquel chose, je me duel moult durement. »

Quant Aygolant entendi que Karlemaines parloit à li en Arabie, il se merveilla moult, et moult fu liez, car Karlemaines avoit apris langue sarrazinoise en la cité de Tholete où il demora une partie du tens dès s’enfance[195]. Lors respondi Aygolant :

« Je te pri », dist-il, « que tu me dies tant pourquoi tu as tolue la terre à nostre gent qui pas ne te vient par heritage ; car tes peres, ne tes aiex, ne tes besaiex, ne nus de ton lignage ne l’atindrent ainques. »

Et Karlemaines li respondi :

« Pour ce disons-nous que la terre est nostre, que Nostre Sires Jhesu Criz, crierres du ciel et de la terre, a esleue nostre gent crestiene sor toutes autres et a establi qu’ele soit dame et maistresse de tout le monde ; et pour ce, ai-je convertie ta gent sarrazine à nostre foi tant com je poi. »

Aygolant respondi :

« N’est pas, » dist-il, « digne chose que nostre gent soit sogiete à la vostre, com nostre loys vaille mieuz que la vostre ; car nous avons Mahomez qui est messages Dieu et fu envoiez à la gent sarrazine, les cui commandemenz nous tenons ; et si avons noz diex toz puissanz qui par le commandement Mahomet nous denuncent les choses à avenir. Ces diex nous creons et cotivons, par lesquiex nous vivons et regnons. »

« Aygolant » dist Karlemaines, « tu erres en ce que tu dis que vous tenez les commandemenz Dieu, car vous avez les commandemenz et la fause loy d’un home mortel, plain de toute vanité, et creez[196] et aorez le deable en fauses ydoles ; mais nous tenons les vrais commandemenz de Dieu et creons et aorons Dieu le pere, et le Fil et le Saint Esperit, dont noz ames vont en la joie de Paradis par la sainte foi que nous tenons, et les voz, si vont ou parfont d’enfer[197] par la fause loy que vous tenez. Et pour ce, apert que nostre foi vaut mieuz que vostre loy ; pour laquel chose, je t’amonest que tu et ta gent recevez[198] baptesme et vivez, ou tu viens à bataille contre moi et recevez dolereuse mort de cors et d’ame[199]. »

« Ja ce n’aviegne », dist Aygolant, « que je reçoive baptesme et que je denoie et deguerpisse Mahomez mon dieu tout puissant ; ainz, combatrai-je et ma gent contre toi et la toue, par tel convent que se nostre loys plaist mieuz à Dieu que la vostre, que vous soiez vaincuz, et se la vostre vaut mieuz, que vous soiez vainqueor. Si soit hontes et reproches touz jor mais aus vaincuz et loenge et honors aus vainqueors, et se il avient chose, que nostre gent soit vaincue, je rechevrai baptesme, se je puis tant vivre. »

Ensi fu otroié d’une part et d’autre, et se departirent a tant. Lors envoia Karlemaines xx crestiens contre xx Sarrazins et tantost furent li païen occis, et puis xl contre xl ; si refurent ausi occis li Sarrazins, et puis c contre c, et refurent ausi occis li païen, et puis c encores contre c ; mais à cele foiz, furent li crestien occis pour ce que il fuirent pour paor de mort. Cist qui ensi morurent pour ce que il fuirent, segnefient la parece d’aucuns, qui laschement se combatent contre les vices ; car ausi come cil qui se combatent pour la foi ne doivent ainques fuir ne resortir[200], ausi ne doivent cil qui se combatent contre le deable ; car se il resortissent, il morront es pechiez. Mais cil qui forment se comabtent vainquent legierement le deable qui les pechiez amenistre.

Après furent envoié cc contre cc, et puis m contre m, et touz jors furent occis li Sarrazins. Lors, requist Aygolant trives à Karlemaine pour parler à li et dist que la foi crestiene valoit mieuz que la lor. A Karlemaine vint et li dist que il et sa gent recevroient baptesme l’endemain. A tant retorna à sa gent et dist a ses rois et à ses princes que il voloit estre baptiziez, et commanda à toute sa gent que il s’apareillassent à recevoir baptesme, dont aucun s’i consentirent et aucun le refuserent.

[201]L’andemain, en droit l’eure de tierce, vint Aygolant à Karlemaine pour baptesme recevoir. A l’eure que il vint, estoit Karlemaine et sa gent assis au mengier. Tout maintenant que il le vit seoir à sa table, et maintes autres tables apareilliés entor li, et vit ceus qui manjoient en divers habiz ; les uns en habit de chevaliers ; les autres en habit d’evesques ; les autres en habit de moines ; les autres en habit de chanoines reulez[202] et les autres en habit de clers. Il li demanda de chascune ordre par li et quiex genz ce estoient.

« Ceus », dist Karlemaines, « que tu voiz vestuz de riches dras touz d’une color, ce sont li evesque et li prestre de nostre loy, qui nous preechent et nous esponent[203] les commandemenz Nostre Seigneur. Si nous absolent de noz pechiez et nous donent la beneïçon Nostre Seigneur. Ceus que tu voiz en noir habit, ce sont moine et abbé qui sont plus sainte gent que li autre ; si ne cessent de proier la divine majesté pour nous. Ceus que tu voiz après, qui sont en blanc habit, il sont apelé chanoine reulé, qui vivent selonc la reule des mellors sains et proient ausi pour nous et chantent messes et matines et heures pour l’estat de nostre foi. »

Entre les autres choses regarda Aygolant d’autre part, et vit xiii povres[204], vestuz de povres dras, qui menjoient à terre sanz table et sanz nape ; si avoient poi à mengier et à boivre. Lors demanda à Karlemaine quiex genz ce estoient. « Ce sont », dist-il, « les genz Dieu, message Nostre Seigneur Jhesu Crist, que nous parissons chascun jor ou non des xii apostres. » Lors respondi Aygolant. « Cil qui sont entor toi sont tien et sont bieneureus et largement menjuent et boivent et son bien vestu et noblement, et cil que tu diz qui sont de ton Dieu et si message, pourquoi sueffres-tu que il aient fain ne mesaise, et que il soient si viument[205] vestu et si loing de toi assis ne si laidement traité ? Mauvesement sert son seigneur qui ses messages reçoit si laidement. Grant honte fait à son seignor, qui ensi ses messages sert. Ta loy que tu disois si bone monstre par ce que ele soit fause. » Après ces paroles departi et retorna à sa gent, et refusa le saint baptesme que il voloit recevoir, et l’endemain manda à Karlemaine bataille. Lors entendi li empereres que il ot baptesme refusé pour les povres que il vit laidement traitier. Pour ce commanda Karlemaines que li povre fussent honestement vestu et que il fussent soufisamment repeu de vins et de viandes.

Ci endroit se puet chascuns advertir com cil est en grand corpe vers Nostre Seigneur qui ses povres ne peist en tens de neccessité. Se Karlemaines perdi ensi le roi Aygolant et sa gent que il ne fu baptiziez, pour ce que il vit les povres laidement traitier, que sera-il au jor du joise[206] de ceus qui en ceste mortel vie ont les povres en despit et malement les auront traitiez ? Coment porront-il oïr cele horrible sentence de Nostre Seignor, quant il dira : « Alez vous malooit[207] ou feu perdurable, car quant j’oi fain, vous ne me donastes pas à mengier. » Pour ce, devons regarder que la foiz et la loys Nostre Seignor vaut petit au crestien se ele n’est aemplie par ovres, selonc l’apostre qui dit que ausi come cors est morz sanz ame, ausi est foiz morte sanz bone ovres. Et ausi come li rois païens refusa baptesme pour ce que il ne vit pas en Karlemaine droites ovres, ausi me dout-je que Nostre Sires ne refuse en nous la foi du baptesme au jor du joise, pour ce que il n’i trovera pas les ovres.


VI.
Li VI parole coment tuit li Sarrazins furent desconfit et Aigolant occis, fors aucuns qui eschaperent ; coment François furent occis par lor covoitise quant il retornerent par nuit ou champ de la bataille ; coment li rois Forrez se combati à Karlemaine, et coment il et sa gent furent occis, et puis de ceus qui morurent sanz bataille.

[208]L’andemain vindrent tuit armé pour combatre ou champ de la bataille, d’une part et d’autre, par le convent des ii roys[209]. Li nombres de la gent Karlemaine estoit esmez[210] à c et xxxiiiim ; de la gent Aygolant à cm. iiii batailles firent li crestien de toute lor gent et li Sarrazin v. Cele qui premiere assembla à nostre gent fu tantost vaincue. Après vint la seconde qui tantost refu desconfite. Quant li Sarrazin virent que il perdoient ensi, il mistrent lor autres iii batailles en une, et Aygolant au milieu ; et quant li crestien virent ce, si les aceinstrent de toutes parz. D’une part, Hernauz de Biaulande a tout son ost ; d’autre part, li cuens Estouz de Langres a toute sa gent ; d’autre part, Gondebues, li rois de Frise, il et ses oz ; d’autre part, li rois Constantins, il et sa gent ; et d’autre part, Rolant et Olivier a toute lor gent ; et d’autre part, Karlemaines et tout ses oz. En els se feri premiers Hernauz de Biaulande ; tant en occist et trebucha à destre et à senestre que il vint jusques au roi Aygolant qui ou milieu de sa gent estoit. Tant par s’esvertua que il l’occist de s’espée. Lors leva merveilleus criz de touz sens ; es Sarrazins se ferirent crestien de toutes parz, et tant i ferirent et chaplerent[211] que il les occistrent touz. Là fu l’occisions des Sarrazins si granz que nus n’en eschapa, fors li rois de Sebile et li aumaçors de Cordres, et aucun de lor gent. Cil s’enfuirent a petite compagnie. En cele jornée, i out tant de sanc espandu que li vainqueor nooient en sanc jusques sor les chevilles des piez[212]. Prise fu la citez et tuit li Sarrazins qui dedenz furent trové occis.

Pour ce occist Karlemaines Aygolant, que il se combati à li pour l’estrif et pour le covenant de la foi crestiene. Pour ce apert que ele sormonte toutes manieres de loys et de creances par sa bonté ; mais simplement toutes autres manieres de creances sont errors et mescreandises, et ele seule sormonte en ciel les angels et les archangels.

O tu crestiens, se tu tiens bien ta foi et aemplis par ovres les comandemenz de l’Evangile, tu sormonteras les angels en Paradis ovec ton chief Jhesu Crist, de cui tu es membres. Se tu desierres donques si haut monter, croi fermement, car ausi come dit l’escriture : « Cil qui fermement croit puet tout faire. »

Lors asembla Karlemaines ses oz de toutes parz, liez et joianz, en rendant grâces à Nostre Seignor pour si grant victoire, et ala jusques au pont d’Arge qui est en la vile Saint Jaques[213]. Là fist ses trés tendre pour herbergier.

[214]Mais aucun crestien retornerent cele nuit meismes ou champ de la bataille où li Sarrazins gisoient mort, sanz le seu Karlemaine, pour la covoitise de l’or et de l’argent et des autres richeces ; et quant il cuiderent retorner à l’ost des crestiens charchié des despoilles des morz, li aumaçors de Cordres et autre Sarrazin, qui de la bataille estoient eschapé et se tapissoient entre les montagnes, lor corurent sus et les occistrent touz, du plus grant jusques au menor. Entor mil estoient par nombre cil qui ensi furent occis.

Tiex gens senefient ceus qui en cest siecle se combatent contre le monde ; car autresi come[215] cil qui retornerent aus charoines des morz que il avoient devant vaincuz, pour covoitise des terrienes richeces, et furent occis de lor anemis, ausi est-il de ceus qui les vices ont vaincuz et ja en ont faite penitance, il ne doivent pas retorner aus vices que[216] il ne soient occis des deables par mauvese fin. Et ausi come cil qui retornerent aus estranges despoilles perdirent la presente vie et reçurent laide mort, ausi est-il des genz de religion qui le siecle ont adossé[217] et guerpi et puis retornent aus terrienes honors. Tiex genz, se il ne se gardent, perdent la celestiau vie et embracent la mort perdurable.

[218]L’endemain fu dit à Kerlmaine que uns princes de Navarre, qui Forrez avoit non, s’apareilloit à bataille contre li ; si estoit en un chastel qui siet sor la montegne de Gazigni[219]. Là vint Karlemaines et li Sarrazins s’apareilla contre lui. Le soir devant le jor de la bataille, fist Karlemaines proiere à Nostre Seigneur que tuit cil qui en cel estor devoient morir fussent cognoissant des autres ; et quant tout li oz fu armez, Nostre Sires fist tel demonstrance que croiz rouges aparurent par desus les hauberz, sor les espaules de ceus qui en cele bataille devoient morir. Lors les desevra des autres et les enclost en une chapele pour ce que il ne fussent occis. Que vous conteroit-on plus ? La bataille fu faite, li Sarrazins desconfit, li princes Forrez occis et iiim Sarrazins et li crestien que Karlemaines ot enfermez en la chapele furent trové mort. Par nombre estoient c et l. O ! com sont li jugement et les voies Nostre Seigneur repostes. O ! com est benooite la sainte compagnie des champions Nostre Seigneur qui pas ne vot que lor merites soient peries, car ja soit ce que il ne fussent pas occis par les glaives de lor anemis, ne perdirent-il par pour cela victoire de martyre. Quant Forrez et sa gent fu ensi occis, Karlemaines prist le chastel de Monjardin et toute la terre de Navarre.


VII.
Coment Fernaguz, li jaiant, vint contre Karlemaine, d’outre la mer, de sa force et de sa grandor, et puis coment il emporta les barons Karlemaine en la cité de Nadres, l’un arpès l’autre ; coment Rolant se combati à li toute jor, et puis coment il demanda trives à Rolant pour dormir et coment Rolant li mist la pierre soz le chief pour ce que il ronfloit.

[220]Ces choses ensi faites, noveles furent dites à Karlemaine que Fernaguz, uns geanz du lignage Golie[221], estoit venuz en la cité de Nadres[222] des contrées de Surie[223]. Si l’avoit envoié li amirauz de Babyloine contre Karlemaine, por defendre la terre d’Espagne, a tout xxm Turs. De si grant vertu estoit que il avoit la force de xl forz homes ; cop d’arme, de lance ne de saiete ne dotoit.

Là vint Karlemaines, au plus tost que il pot. Quant li geanz sot que il venoit, il oissi hors du chastel de la cité touz armez et demanda bataille d’un seul chevalier cors à cors. Premierement i envoia Karlemaines Ogier le Danois. Quant Fernaguz le vit tout seul ou champ, il s’en ala tout belement delez lui, à la main destre le prist et l’ambraça a toutes ses armes et l’emporta ou chastel devant touz, ausi legierement come il feist une berbiz. Si granz estoit que il avoit xii coudes de lonc, sa face i coude, ses nés une paume, ses braz et ses cuisses chascuns iiii cuetes[224] et li doit de ses mains iii pognies de lonc.

Après Ogier i ala Renauz d’Aubeespine, et li geanz le prist a un seul braz et l’emporta en sa chartre. Après, i alerent Costantins, li prevoz de Rome, et Hoiaus, li cuens de Nantes, et il les saisi a ii braz, en ii ensemble, et les enporta en chartre[225]. Après i furent envoié xx chevalier des plus puissanz de l’ost, et li geant les emporta toz ii et ii en la cité et les mist en sa chartre. Quant li empereres vit la force du geant, il n’i osa plus nuli envoier ; si estoit toz li oz esbahiz des merveilles que cil fesoit.

Rolant, qui ainc nul home ne douta, s’en vint lors à Karlemaine et li requist la bataille contre Fernagu, et li empereres, qui de li se douta, la li otroia a granz proieres. Rolant s’arma et ala contre lui et il le vit venir ; il ala vers lui et le prist tantost a la main destre et le leva legierement sor le col du cheval. En ce que il l’emportoit vers la cité, Rolant le prist par le menton et li torna la teste si forment ce devant darriers, que il chaïrent andui à terre. Tantost salirent sus[226] et monterent sor les chevaus ; vers lui s’en vint Rolant, l’espée traite, car il le cuida occierre ; à li falli, mais il feri le cheval si que il le copa par mi a i seul cop. Moult fu dolenz Fernaguz, quant ses chevaus fu occis et il fu à pié en mi le champ. Lors commença forment à menacier Rolant et s’en vint vers li l’espée traite ; mais Rolant qui le vit venir s’avança et le feri par mi le destre braz ; pas ne le navra, mais il li fist l’espée voler en mi le champ, et li geanz qui trop fu correchiez s’en vint vers lui, le poing clos, pour li ferir. A Rolant fali, mais il asena le cheval en mi le front et le feri si que il le rua mort. Ensi se combatirent tout à pié, sanz espées, jusques à l’eure de none, des poinz et des pierres qui estoient en mi le champ ; et quant ce vint vers le vespre, Fernaguz demanda trives à Rolant jusques à l’andemain. En tel maniere furent les trives prises que il vendroient l’endemain ou champ de la bataille sanz chevaus et sanz lances. A tant se departirent ; si retorna Rolant à l’ost et li geanz en la cité.

L’endemain, bien matin, revindrent ou champ si come il avoient devant devisé, mais Fernaguz aporta s’espée toutesvoies et Rolant aporta i baston tors, lonc et gros, dont il se combati tote jor à li ; mais ainques blecier ne le pot, pour ce que il estoit trop bien armez. Ou champ, avoit planté de pierres grosses et roondes, dont Rolant le feroit sovent et cil le consentoit aucunes foiz, ne ainques navrer ne blecier ne le pot. Ensi se combatirent jusques au midi que li geanz fu laz et pesanz, et ot trop grant talent de dormir. Trives demanda à Rolant jusques atant que il eust dormi, et il les li dona volentiers. Fernaguz s’endormi, qui moult estoit travailliez, et Rolant qui estoit jovenciaus, forz et haligres, li aporta une pierre soz son chief, pour ce que il dormist plus volentiers, car ne Rolant, ne autres ne li osoit mal faire tant come les trives duroient, par la constitution qui estoit tele[227], que se crestiens donast trives à Sarrazin, ne Sarrazins à crestien, li uns n’osoit mesfaire à l’autre, et cil qui brisoit les trives avant que il l’eust defié estoit par droit tantost occis.

Quant Fernaguz ot assez dormi, il s’esveilla et se tint en seant. Rolant s’asist delez lui et li demanda coment il estoit si forz et si durs que il ne doutoit cop de lance, ne de baston, ne d’espée. « Par nul sens », dist li geanz, « je ne puis estre navrez, fors par le nombril. » Si parloit en langue spanoise que Rolant entendoit assez. Lors le commença li geanz forment à regarder, et se merveilloit moult de sa proece et de ce coment il pooit vers li avoir durée. Lors li demanda coment il avoit non. « Je ai non Rolant », dist-il. « Et de quel lignage i es-tu, qui si fort te combaz à moi, et si forment me travailles ? » « Je suis », dist Rolant, « nez du lignache de France[228]. »


VIII.
De la desputoison de la foi que Rolant fesoit au Sarrazin et coment Rolant se combati à li pour soustenir la foi crestiene ; coment li jaianz le jeta souz li, mès il se releva tost, à l’aide de Dieu, et coment la citez fu prise quant li jaianz fu occis.

Lors li demanda Fernaguz quele loy li François tenoient ; et Rolant li respondi : « Nous somes », dist-il, « crestien par la grâce Nostre Seigneur, et tenons les commandemenz Jhesu Crist ; et si estrivons et nous combatons pour la foi tant comme nous poons. »

Quant li païens oï le non Jhesu Crist : « Qui est », dist-il, « cil Criz que tu croiz ? » Et Rolant respondi : « Ce est », dist-il, « Fiuz Dieu le pere qui de Virge vot naistre, soufrir mort en la croiz pour noz pechiez, et fu ou sepulchre enseveliz, et au tierz jor resuscita du sepulchre et retorna es ciex à la destre du Pere, où il regne et regnera sanz fin. » Lors, li dist Fernaguz : « Nous creons », dist-il, « que li Crierres[229] du ciel et de la terre est uns seus Diex, ne ainques n’ot ne fil ne pere, et ausi, com il n’est engendrez de nului, ausi n’engendra-il ainques nului, dont il semble donc que il soit uns seus Diex et ne mie trine. »

« Tu diz voir », dist Rolant, « quant tu diz que il est un seus Diex ; mais tu cloches en la foi, quant tu diz que il n’est pas trines ; car qui croit ou Pere, il croit ou Fil et ou Saint Esperit, car Diex est Peres et Fiuz et Saint Esperiz et uns seus Diex qui parmaint en ces iii persones. »

Lors, respondi Fernaguz : « Se tu diz », dist-il, « que li Peres soit Diex, li Fiuz soit Diex et li Saintz Esperiz Diex, dont sont-il iii Dieu et non mie uns seus. »

« Il n’est pas ensi », dist Rolant, « mais un seul Dieu et trine te preeche, car il est i et trines. Toutes les iii persones sont ensemble perdurables et unies ; tiex com li Peres est, tiex est li Fiuz et tiex li Sainz Esperiz. En persones est proprietez, en essence unitez, en majesté est aourée equalitez. Un seul Dieu et trine aourent li ange ou ciel. Abraham en vit iii et si en aoura un seul. »

« Ice me monstre », dist li geanz, « coment iii choses sont i. »

« Je le te monstrerai », dist Rolant, « par l’example d’aucunes creatures. Il a iii choses en la harpe, l’arc, les cordes et les mains, et si est une seule harpe. Ausi a-il iii choses en Dieu, le Pere, le Fil et le Saint Esperit, et si est uns seus Diex. Et ausi comme tu voiz en l’amande iii choses, l’escorce, la coquille et le nouel[230], et si est une seule amande. Ausi sont iii persones en Dieu, et si est uns seus Diex. Ou soleil a iii choses, blanchor, resplendissor et chalor, et si est une meisme chose. En la roue de la charete est li moieus, li rai et les jantes, et si est une seule roe. En toi meismes a iii choses, li cors, li membre et l’âme, et si es uns seus hons. Tout ausi est en Dieu, et unitez et trinitez. »

« Or, entent-je », dist Fernaguz, « coment Diex est trines et uns ; mais je n’entent pas coment il engendra le Fil, si com tu diz. »

« Croiz-tu », dist Rolant, « que Diex feist Adam le premier home ? » « Je le croi » dist li geanz.

« Ausinques », dist Rolant, « come Adans, qui de nului ne fu engendrez, engendra fiuz, ausi Diex li peres, qui de nului ne fu engendrez, engendra le Fil de soi meesmes, si com il vot, devant touz tens, en la maniere que nus ne porroit dire ne penser. »

« Ce me plaist », dist li geanz, « que tu diz ; mais je ne voi pas coment cil qui estoit Diex fu faiz hons. »

« Cil », dist Rolant, « qui cria ciel et terre et toutes choses de noient, fist son Fil prendre humanité en la Virge sanz semence d’ome, par la vertu de son Saint Esperit. »

« De ce me merveil », dist Fernaguz, « et à ce entendre, vuel-je travaillier, coment il nasqui de Virge sanz semence d’ome, si com tu diz. »

« Je le te monstrerai », dist Rolant. « Diex, qui Adam forma sanz semence d’autre home, vout que ses Fiuz nasquist de Virge sanz semence d’autre home ; car ausi come il nasqui du Pere senz mere, ausi nasqui-il corporement de mere sans home pere ; car tiex naissance et tiex enfantemenz afiert à Dieu. »

« Moult me merveil », dist li geanz, « coment la Virge enfanta sanz home. »

« Je le te monstrerai », dist Rolant, « car cil qui fait ou pois et en la feve engendrer un ver, les voutoirs[231] et les serpenz, et mainz poissons sanz semence de masle ; cil meisme fist que la virginité engendra Dieu et home sanz nule corruption de soi et sanz semence d’ome. Cil qui fist le premier home sanz semence d’autrui, si come je t’ai monstré, legierement pot faire que ses Fiuz fust faiz hons ou cors de la Virge et que il nasquit hons sanz humain atouchement. »

« Bien puet estre », dist Fernaguz, « que il fust nez de Virge, si come tu diz. Mais, se il fu Fiuz Dieu, il ne pot en croiz morir, si com tu affermes. Naistre pot-il, si com tu diz ; mais se il fu Fiuz Dieu, il ne pot morir, car Diex ne muert pas. »

« Tu diz bien », dist Rollant, « en ce que il pot naistre de Virge et en ce que tu recognois que il fu nez come hons ; car toute riens[232] qui naist muert ; mais pour ce que il nasqui Diex et hons, et prist ou cors de la Virge ce que il n’estoit pas devant, sanz perdre ce que il estoit devant, il morut en la croiz selonc humanité et veilla touz jors selonc la deïté, par cui vertu il resuscita ; et com il fust Diex et hons, il morut en la croiz come hons, et resuscita du sepulcre come Diex. Qui croit donques à sa nativité, il doit croire à sa passion et à sa resurrection. »

« Coment », dist Fernaguz, « doit-on croire à sa resurrection ? »

« Pour ce », dist Rolant, « que il nasqui, il morut, il resuscita au tierz jor, selonc la deïté, si come je t’ai ja dit. »

Quant li geanz entendi ceste parole, il se merveilla moult et dist à Rolant : « Rolant ! Rolant ! Pourquoi me diz-tu ces paroles desvées[233] ? Ce ne puet estre que hons morz reviegne derechief en vie. » Et Rolant respondi : « Fernagu, je te di que li Fiuz Dieu ne resuscita pas seus, ainz te di, que tuit li home qui nasquirent puis le commencement du monde jusques en la fin seront resuscité au jor du jugement, devant le throne de la majesté Jhesu Crist, et recevra chascuns la merite[234] selonc ses merites, que que ce soit, ou bien ou mal ; car cil Diex qui le petit aubre fait croistre en haut, et le grain du forment qui est porriz en terre fait revivre, croistre et fructifier, resuscitera chascun de mort à vie au darrien jor en sa propre char et en son propre esperit. Et de ce, puez-tu prendre exemple en la nature du lyon. Si li lyons resuscite son foon au tierz jor par son flair et par s’alaine ; quel merveille fu-ce quant Diex li peres touz puissanz resuscita son Fil au tierz jor par sa divine puissance ? Si ne te doit pas resembler noviaus miracles. Quant Elyes et Elisées, si prophete, resusciterent plusors morz, plus legierement donques resuscita Diex li Peres son Fil ; et il meismes qui plusors morz resuscita avant sa passion, en nule maniere ne pooit estre tenuz par mort ; car la mort fuit devant luy, et à sa voiz et à son commandement resuscitent li mort à granz torbes. »

« Lors », dist li geanz, « je voi assez ce que tu diz, mais coment il monta es ciex ? Ce ne puis-je vooir, si com tu diz. »

« Cil », dist Rolant, « qui des ciex descendi legierement, ausi legierement i pot-il monter. Cil qui par soi maismes resuscita de mort, par cele maisme puissance tresperça-il les ciex legierement, et ce, puez-tu vooir legierement par mainz exemples. Voiz-tu la roue du molin tant come elle descent d’amont aval autant remonte-ele d’aval amont ? Uns oisiaus qui vole en l’air, autant come il descent, autant remonte quant il veut. Tu maismes, se tu descenz d’une montagne, tu puez bien monter arriers là dont tu es descenduz. Li soulaus se leva ier par devers Orient et coucha en Occident ; en ce maisme lieu est-il hui levez et redescendra hui en Occident. Là donques dont li Fiuz Dieu descendi, là maismes retorna-il par sa propre vertu. »

« Je me combatrai », dist li geanz, « à toi ; que se cele foiz que tu me prieches est vraie, que je voie vaincuz, et se ele est fause, que tu soies matez, et soit perpetuiex reproches ou vaincu et à sa gent, et au vainqueor et à siens, soit loenge et gloire. »

« Je l’otroi ensi », dist Rolant.

Lors se leverent et vindrent à bataille derechief, Rolant envaï premiers li geans, et jeta i cop de s’espée vers li[235] ; mais il qui fu legiers et hastes, sali à senestre et reçut le cop en son baston. Li cox du geant, qui granz et pesanz fu, copa le baston par mi. Lors sali avant Fernaguz et saisi Rolant aus poinz, vers terre l’enclina et le jeta legierement soz li. Quant Rolant vit que il ne pooit eschaper de li en nule maniere, il commença devotement à apeler en s’aide le Fil de la Virge, et il[236] aida tant à son champion que il se sordi[237] et torna le geant soz li. Lors jeta la main à s’epsée maismes et le poinst un petit ou nombril. Lors commença li geanz à crier à haute voiz et à reclamer son dieu : « Mahomet ! Mahomet ! Mes diex secor moi, car je muir. » Atant se departi Rolant du champ et s’en ala sains et haliegres à l’ost des crestiens.

Maintenant, descendirent li Sarrazins du chastel et issirent de la cité et emportèrent lor seigneur entre lor braz vers la forterece. Lors brochierent li crestien et se meslerent ovec les Sarrazins qui emportoient Fernagu. Ou chastel entrerent à force ovec les Sarrazins qui estoit fermez au desus de la cité. Occis fu li geanz et li Sarrazins, li chastiaus et la cité prise et li prisonnier delivré par la vertu Nostre Seigneur.


IX.
Coment li aumaçors de Cordres et li rois de Sebile rapareillierent bataille contre Karlemaine, puis que il furent eschapé de la cautele malicieuse que li Sarrazins firent pour les chevaus de noz espoanter et du remede que li empereres trova contre ce, et coment li rois de Sebile fu occis et li aumaçors eschapa, qui puis fu baptiziez.

[238]En poi de tens après ces choses ensi faites, fu raconté à Karlemaine que en la cité de Cordres, l’atendoient à bataille li aumaçors de cele cité maismes et Hebram, li rois de Sebile, qui s’en estoient eschapez de la bataille de Pampelune où Aygolant fu occis. Si estoient à els venu en aide li Sarrazins de vii citez[239] : de Sathyve[240], de Denye[241], de Ubode[242], de Abule[243], de Baecye[244], de Sebile et Granade[245].

Karlemaines, quant il oï ces noveles, ordena son ost pour chevaucher contre els à bataille. En ce que il s’aprochoit de la cité de Cordres, li dui roi issirent de la vile, tuit armé, à batailles rengiés et chevauchierent contre crestiens entor iii miles loin de la cité. Si estoient entor xm et li nostre entor vim. Lors devisa Karlemaines son ost en iii eschieles. La premiere fu de chevaliers très preuz ; la seconde de genz à pié et la tierce de chevaliers. Tout en autel maniere deviserent li Sarrazins lor genz.

En ce point que nostre premiere bataille dut assembler à la premiere des Sarrazins, une grant tobe de lor gent à pié se mist devant les chevaus de noz combateors, et avoit chascuns en sa teste une barboire[246] cornue, noire et horrible, resemblant à deable, et tenoit chascuns ii tympanes en ses mains que il hurtoient ensemble, et fesoient une noise et une temoute si grant et si espoantable que li cheval de noz combateors orent si très grant paor, que il fuirent arrieres ausi come tuit forsené[247], maugrez ceus qui les chevauchoient. Après la premiere, fuirent les autres ii, et coroient li cheval si tost come saiete novelement descochié. Moult estoient lié li Sarrazins de ce qu’il veoient. Lors commencierent noz crestiens à aler pas par pas, jusques à tant que noz genz vindrent à une montaigne qui estoit à ii miles de la cité. Là se rasemblerent li crestien et firent mur d’iaus maismes.

Derechief se mistrent en conroi[248] et les atendirent à bataille. Mais li Sarrazins se retraistrent ariers, quant il les virent assemblez et ordenez en conroi, et crestien tendirent lor tentes et demorerent iluec maismes jusques au matin. Au point du jor se leverent, et se conseilla Karlemaines à sa gent que il feroient. Lors, fu crié par tout l’ost que chascuns covrist la teste de son cheval de toile ou de dras, si que il ne peussent vooir les barboires, et estoupassent forment les orilles, si que il ne peussent oïr les criz des Sarrazins, ne les sons de lor tympanes. O ! com grant engin et soutil troverent contre la malice des Sarrazins. Quant il orent ensi fait, li cheval alerent hardiement avant, qui petit de force i fesoient en lor espoantemenz, pour ce que il ne les veoient ne n’ooïent. Lors commencierent li crestien la bataille hardiement, et forment se combatirent jusques à l’eure de miedi. Moult en occistrent ; mais il ne les porent pas vaincre du tout, car il estoient tuit joint ensemble. Si avoit ou milieu d’aus i chars, que viii buef menoient, et desus une ensegne à quoi il se ralioient. Mais tantost come Karlemaines l’aperçut, il se fera en la torbe des Sarrazins, garniz et avironez de la vertu Nostre Seigneur. Lors commença à occire et à craventer à destre et à senestre jusques atant que il vint à l’estandart qui sor le char estoit. Et tantost com il ot copée la perche qui la baniere soustenoit, se desconfirent li Sarrazins et commencierent à fuir en diverses parties. Li crestien pristrent lors à crier et à huer et se ferirent es Sarrazins et en occistrent viiim. Là fu occis li rois de Sebile, et li aumaçors de Cordres eschapa et s’enfui atout iim Sarrazins. En la cité se mist ; l’endemain la rendi à Karlemaine, par tel covent que il recevroit baptesme et la tendroit de lui et des ores en avant obeïroit[249] du tout à ses commandemenz.

Ces choses ensi faites, Karlemaines departi et dona les terres et les contrées à ses chevaliers et à ses genz ; à ceus qui demorer i voudrent. Aus Bretons dona la terre de Navarre et de Bascle ; aus François la terre de Chatelle[250] ; aus Puillois la terre de Nadres et de Sarragouce ; la terre d’Arragon aus Poitevins ; aus Tyois et aus Alemanz la terre de Landaluf qui siet sor la marine ; la terre de Portigal aus Danoys et aus Flamens ; la terre de Galice ne vorrent François habiter pour ce qu’ele lor sembloit trop aspre. Puis icele heure, ne fu nus hons, ne haus ne bas, ne rois ne princes, en toute la terre d’Espagne, qui contre Karlemaine s’osast combatre ne contrester.


X.
De la seigneurie que li empereres establi ou siege de Compostele, qui tuit li roi et li prelat d’Espagne fussent obeissant ou prelat du siege. Après, lesquiex sont les principaus eglises de tout le mont, et puis coment li arcevesques Turpins, qui presenz fu partout, raconte les mors et la qualité Karlemaine.

[251]Quant Karlemaines ot ensi Espagne conquise et nus ne fu qui contre lui s’osast plus reveler, il lessa en la terre des plus granz princes de son ost et ala en la terre de Galice visiter et aourer le cors monseigneur saint Jaque. Les bons crestiens que il trova ou païs conferma en la foi, et ceus qui, par force et par desloiauté des Sarrazins l’avoient relenquie[252] et s’estoient torné à la loi Mahomet, ne pas ne la voloient lessier, fist occierre, et aucuns en envoia en France en essil. Par les citez establi evesques et menistres de sainte Eglise.

En la cité de Compostele, où li cors de monseigneur saint Jaque repose, asembla concile d’evesques et parlement des barons. Là, establi-il, en l’onor de monseigneur saint Jaque, que tuit li arcevesque et li evesque, li roi et tuit li autre prince d’Espagne et de Galice, present et avenir, fussent obeissant à l’arcevesque de Compostele. En une vile qui est apelée Hurye[253], n’establi pas evesque, car il ne la tint pas pour cité ; mais il vot et ordena que ele fust sugiete et obeissanz au siege de Compostele. Et je, Turpins, arcevesques de Rains, qui presenz estoie en ce concile de lx[254] evesques, dediai l’eglise et l’autel monseigneur saint Jaque, à la requeste Karlemaine, es kalendes de jugnet. A cele eglise soumist Karlemaines toute Espagne et Galice et li dona ausi come en douaire et commanda que chascuns chiés d’ostel[255] li rendist chascun an iiii deniers de droite rente, et fussent quite par tant de touz servages. Puis establi, en ce maisme concile, que cele eglise fust toz jors mais apelée sieges d’apostre, pour ce que li cors monseigneur saint Jaque i repose, et que tuit li concile des prelaz d’Espagne et de Galice i fussent tenu, les dignitez et les croces donées et li evesque sacré, li roi d’Espagne et de Galice enoint et sacré par la main l’arcevesque du siege, en l’onor Dieu et de monseigneur saint Jaque l’apostre. Et se la foiz defaloit en autres citez et que questions fust meue sor aucuns articles, que ele fust reformée et reconciliée par l’arcevesque et par le concile du lieu. Et à bon droit, doit estre la foiz reconciliée et reformée en cele honorable eglise. Car ausi come Ephese est sieges d’apostre es parties d’Orient pour la raison de monseigneur saint Jehan, frere monseigneur saint Jaque, ausi doit estre est parties d’Ocident l’eglise de Compostele, sieges où la foiz soit reformée et reconciliée. Si sont li dui siege que la mere des ii fiuz Zebedée requist à Nostre Seigneur ; que li uns seist à sa destre et li autres à sa senestre de son regne.

En tout le monde n’a que iii sieges et iii eglises principaus qui, par excellence, sont honoré sor toz autres ; cele de Rome, de Compostele et d’Ephese. Si n’est mie sanz raison ; car ausi come Nostre Sires establi principaus saint Pere, saint Jaque et saint Jehan, et les honora plus que nus des autres, en ce que il lor reveloit ses secrez, si com il pert[256] par les Evangiles ; ausi vot-il establir que lor siege fussent honoré sor touz autres, et par raison sont-il dit principal ; car ausi come ci troi apostre orent plus de grâce et de dignité que li autre, ausi doivent avoir li lieu où il preechierent la foi et où lor cors reposent. L’eglise de Rome est avant mise ; car sains Peres, li princes des apostres, la dedia par sa predication et sacra par le sanc de sa passion. La seconde est cele de Compostele ; car mesires sains Jaques, qui après saint Pere ot plus de grâce et de dignité, la consacra premierement par son sanc et par sa predication. La tierce doit estre cele d’Ephese, en laquele sains Jehans li evangelistres escrist cele excellent evangile : In principio erat verbum et l’Apocalipse, où il nous descovre les celestiaus secrez ; qui tant ot de grâce envers Nostre Seigneur, que il ot le privilege de s’amor sor touz les autres. Tant doivent avoir ces iii eglises d’onor et de dignité que se jugement, soient divin, soient humain, ne puent estre terminé aus autres eglises qui sont par tout le monde, il doivent estre traitié en defeni en ces iii eglises.

En la maniere que l’estoire a lassus raconté, fu Espagne et Galice delivrée des mains des Sarrazins par la vertu de Nostre Seigneur et de monseigneur Jaque et par l’aide Karlemaine.

[257]Ci endroit, fait l’estoire mencion des mors et de la quantité[258] Karlemaine et de sa maniere de vivre. Voirs est que ele a lassus parlé de ce meismes, et se l’on demandoit pourquoi ele en parole en ii lieus, l’on porroit respondre que ce est selonc divers actors ; car Eginalz qui fu ses chapelains et d’enfance norriz en son palais, et fu touz jors presenz en touz ses faiz, met la premiere description et nous escrit toutes ses batailles et ses faiz jusques à l’estoire d’Espagne.

D’iluec en avant les print li arcevesques Turpins et les nous escrit jusques vers la fin de sa vie, certains de toutes les choses qui puis avindrent, come cil qui toz jors fu ovec lui, et dit ensi que Karlemaines estoit bruns de cheveleure et vermauz en face, nobles et avenanz de cors, mais fiers estoit en regardeure[259]. En estant avoit viii piez de lonc, à la mesure de son pié maismes qui moult estoit granz. Par piz et par espaules estoit très larges ; ventre et rains avoit convenable selonc son cors, gros braz et groses cuisses avoit. Très fort estoit de touz membres ; en bataille, chevaliers très aigres et très sages. De face, avoit paume et demie de lonc, de barbe une paume, de nés demie paume, de front un pié de lonc. Si ieul resembloient ieuz de lyons, ausi resplendissanz come escharbocles. Li sorcil deseus les ieus avoient demie paume de lonc. Tantost estoit espoantez cui il regardoit par mautalent ; nus ne pooit longuement demorer devant lui, cui il regardoit par corroz à ieuz overz. Li ceinz de sa corroie avoit viii paumes de lonc sanz ce qui pendoit dehors la bocle. Poi de pain menjoit, petit de vin et trempé bevoit. Bien menjoit un quart de moton, ou ii gelines, ou une oie, ou une espaule de porc, ou un paon, ou une grue, ou un lievre. De si grant force estoit plains que il copoit un chevalier armé ; c’est asavoir un de ses anemis seant sor son cheval, dès la teste jusques aus cuisses, à un sol cop, et lui et le cheval, de Joiouse s’espée. Les braz et les poinz avoit si forz que il estendoit legierement iiii fers de cheval touz ensemble. Un chevalier armé levoit de terre sor la paume, jusques à son chief, à un seul braz. Par raison habundoit en parole, en jugemenz très droituriers, très larges en dons.

En Espagne, tant com il i demora tenoit chascun an feste pleniere et portoit ceptre et corone à iiii sollempniez festes, au Noël, à Pasques, à Penthecoste et le jor de feste saint Jaque, et fesoit tenir s’espée toute nue devant son throne, selonc la maniere des anciens empereors. Pour son cors garder, veilloient chascune nuit vixx home, preudome et loial. Li xl fesoient la premiere vigile de la nuit, x au chevez, x aus piez, x à destre et x à senestre ; si tenoit un cierge ardant. Tout en cele maniere fesoient li autre xl la seconde vigile de la nuit, et li autre xl, la tierce, jusques au jor.

Qui toz vorroit raconter ses faiz et ses merveilles, avant faudroit mains et pane[260], que l’estoire ne feroit. Mais, en la fin, nous covient raconter coment il retorna en France et la grant meschauance qui li avint de ses barons en Roncevaus, par la traïson du traitor Ganelon.

  1. Le royal ms. 16 G VI, fol. 163, du Brit. Mus., ajoute en note : « Ce glorieuz apostre de Jhesu Crist, monseigneur saint Jaques, quant les apostres de Dieu furent en divers païs devisez et dispers pour la foi de Jhesu Crist preschier, monseigneur saint Jaques fu le premier qui en la terre de la Galice vint preschier la foy Jhesu Crist ; et là fut pris des menistres du roy Herode, et à Herode le menerent qui le fist mettre à mort en la cité de Galice ; et en ce temps y tenoit-on et gardoit la foi chrestienne. Mais puis, par les pechiez de ceulz qui ou païs habitoient, y fut la foy delaissiée et devinrent mescreans jusques au temps de l’emperiere Charlemainne. Ce Charlemainne conquist tout le païs et les royaumes d’environ son empire. »
  2. Les livres IV et V de l’histoire de Charlemagne sont empruntés à la chronique de Turpin ; ils en sont presque la traduction littérale. Le livre IV correspond aux vingt premiers chapitres de cette chronique fabuleuse. Voir l’édition de cette chronique donnée par le baron de Reiffenberg à la suite de la Chronique rimée de Philippe Mouskes, t. I, p. 489-518, ou par Ferdinand Castets, Turpini historia Karoli magni et Rotholandi, Paris, 1880, in-8o, publication de la Société pour l’étude des langues romanes ; cf. Gaston Paris, De Pseudo Turpino, et Histoire poétique de Charlemagne, p. 253 à 285, et Joseph Bédier, les Légendes épiques, t. III, p. 41 à 114. Le premier chapitre de ce livre IV est la traduction des chapitres i et ii de la chronique de Turpin.
  3. Le royal ms. 16 G VI ajoute en note : « C’est assavoir : Angleterre, France, Theutonique, Baviere, Toringe, Bourgoingne, Ytalie et pluseurs autres », qui est la traduction de la chronique de Turpin : « Angliam, Galliam, Teutonicam, Boiariam, Lotharingiam, Burgundiam, Italiam, Britanniam, cœterasque regiones. »
  4. On a dans le texte latin : « Per Gasconiam, Baselamque et Navarram et Hispaniam usque ad Galeciam » (F. Castets, Turpini historia Karoli magni et Rotholandi, p. 3).
  5. La voie lactée est appelée dans le peuple le chemin de Saint-Jacques, parce qu’elle servait, disait-on, de guide aux pèlerins qui allaient à Saint-Jacques-de-Compostelle.
  6. Muef, pars.
  7. Turpini historia Karoli magni, chap. ii (éd. F. Castets).
  8. « Et s’enclinoient humblement », ajoute le royal ms. du Brit. Mus. 16 G VI, fol. 166.
  9. « Inde visitato sarcophago beati Jacobi venit ad petronum » (Chronique de Turpin). Le perron serait aujourd’hui, d’après Gaston paris (De Pseudo Turpino, p. 20. Cf. Joseph Bédier, les Légendes épiques, t. III, p. 46), la ville d’El-Padron, Espagne, province de la Corogne (l’Iria Flavia des Romains), où la barque portant le corps de saint Jacques aurait abordé.
  10. Turpini historia Karoli magni, chap. iii (éd. F. Castets).
  11. Visunia, Visuña (Santa Eufemia de), Espagne, prov. de Lugo.
  12. Lamegue, probablement Lamegos, Espagne, prov. de Lugo.
  13. Humya, Dumia, hameau de la paroisse de Santo Tome Cancelada, prov. de Lugo.
  14. Colimbre, peut-être pour Colombres, Espagne, prov. d’Oviedo, ou Coïmbra, Portugal.
  15. Lugue, Lugo, Galice, ch.-l. de la prov. de Lugo.
  16. Haurenes, Orense, Galice, ch.-l. de la prov. d’Orense.
  17. Yria, Uria, Espagne, prov. d’Alava. M. Castets propose l’ancienne Iria Flavia, auj. El-Padron.
  18. Thuda, peut-être Tuy, prov. de Pontevedra.
  19. Mydoine, peut-être Mondoñedo, prov. de Lugo.
  20. Bracayre, Braga, Portugal.
  21. Wimarana, Guimaran, prov. de Lugo.
  22. Crunya, La Coruña, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  23. Compostelle, Santiago de Compostela, Espagne, prov. de La Coruña.
  24. Aaucale. M. Castets propose, d’une manière dubitative, d’identifier cette localité avec un des nombreux Oca des provinces de Pontevedra et de La Coruña.
  25. Godefare. Certaines manuscrits de la Chronique de Turpin donnent la leçon Godelfaiar, Gedelfaiar, ce qui, d’après F. Castets (op. cit., p. 72), désignerait Guadalajara, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  26. Thalamanque. Il y a en Espagne deux localités du nom de Talamanca, l’une dans la province de Madrid, l’autre dans la province de Barcelone.
  27. Uzede, probablement Uceda, Espagne, prov. de Guadalajara.
  28. Ulmas, peut-être une des nombreuses localités du noms d’Olmos, qui existent dans les provinces de Lugo, de Burgos, de Valladolid, etc.
  29. Kanalyas, sans doute pour Canalejas. Il y a plusieurs villes de ce nom en Espagne, notamment dans les provinces de Badajoz, de Léon et de Valladolid. M. Castets (p. 72) propose Canales, nom de différentes localités des provinces d’Oviedo, de Murcie, de Guadalajara, d’Avila, etc.
  30. Madritha, Madrid.
  31. Makueda, Maqueda, Espagne, prov. de Tolède.
  32. Sainte Eulalye. Beaucoup de localités portent en Espagne le nom de Santa Eulalia.
  33. Thalavera, Talavera de la Reyna, prov. de Tolède.
  34. Medinacelim, Medina-Celi, prov. de Soria.
  35. Belangua, Berlanga. Il y a plusieurs localités de ce nom, notamment dans les provinces de Léon et de Badajoz.
  36. Osma, Osma, prov. de Soria.
  37. Segontia, Sigüenza, prov. de Guadalajara.
  38. Segovya, Segovie, Espagne, ch.-l. de la prov. de Segovie.
  39. Haavilla, Avila, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  40. Salahamanca, Salamanque, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  41. Sepullegua, probablement Sepulveda, Espagne, prov. de Segovie.
  42. Tholeste, Tolède, Nouvelle-Castille, ch.-l. de la prov. de Tolède.
  43. Kalatrava, Calatrava, ville ruinée de la province de Ciudad-Real.
  44. Badjoht, Badajoz, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  45. Turgel, Trujillo, prov. de Caceres.
  46. Thalavera, Talavera de la Reyna.
  47. Godyana. D’après F. Castets (op. cit., p. 73), on désignerait ainsi le fleuve Guadiana.
  48. Emerithe, Merida, prov. de Badajoz.
  49. Althamore. M. Castets (op. cit., p. 73) propose, d’une manière dubitative, Zamora, ch.-l. de la prov. de ce nom. On pourrait penser aussi à la localité d’Alzamora, dans la province de Lérida.
  50. Palance, Palencia, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  51. Luiserne, Venthouse. Sur ces localités qui, d’après M. Bédier (op. cit., p. 160), ne formeraient qu’une seule ville, voir supra p. 213, n. 1, et 214, n. 1.
  52. Carcesse. Sous ce nom on a sans doute désigné l’abbaye de Carracedo, sur le territoire de laquelle se trouvait Luiserne.
  53. Vauvert est la traduction de « quæ est in valle viridi », phrase par laquelle on indique l’emplacement de Luiserne (F. Castets, op. cit., p. 6).
  54. Caparra. D’après P. Paris (Grandes Chroniques, t. II, p. 212) et d’après F. Castets, ce serait l’ancienne Capara, auj. Las Ventas de Caparra, dans l’Estremadure.
  55. Austurgua, auj. Astorga, ville de la prov. de Léon.
  56. Ovente, en latin Ovetum, auj. Oviedo, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  57. Legye, en latin Legio, Léon, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  58. Karrion. M. Paulin Paris (Grandes Chroniques, t. II, p. 212) l’identifie avec Carrion de los Condos, province de Palencia. Mais il y a aussi en Espagne Carrion de Calatrava, province de Ciudad-Real, et Carrion de los Cespedes, province de Huelva.
  59. Burgues, auj. Burgos, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  60. Nadres, en latin Nageras, auj. Najera, prov. de Logroño.
  61. Kalaguria, auj. Calahorra, prov. de Logroño.
  62. Urence, en latin : « Urantia quæ dicitur Archus. »
  63. Lestoile, « Stella », auj. Estella, prov. de Navarre.
  64. Kalathahus, auj. Calatayud, prov. de Saragosse.
  65. Miraclar. M. Paulin Paris (Ibid.) l’identifie avec Miranda de Ebro, province de Burgos, maisil y a encore en Espagne Miranda, province d’Oviedo (qui est la ville proposée par M. Castets), Miranda de Arga, province de Navarre, Miranda de Azan et Miranda del Castañar, province de Salamanque.
  66. Tuthele, auj. Tudela, prov. de Navarre.
  67. Sarragouce, Saragosse, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  68. Pampelune, Pampelune, ch.-l. de la prov. de Navarre.
  69. Baione, Bayonne, Basses-Pyrénées, ch.-l. d’arr.
  70. Jasque, auj. Jaca, prov. de Huesca.
  71. Osque, auj. Huesca, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  72. Terragone. M. Castets identifie cette ville avec Tarazona, c’est sans doute la ville de ce nom dans la province de Saragosse. Il y a encore Tarazona dans la province de Salamanque et dans celle d’Albacete.
  73. Barbastre, auj. Barbastro, prov. de Huesca.
  74. Rozas, auj. Rosas, prov. de Girone.
  75. Urgelle, auj. Urgel, prov. de Barcelone.
  76. Elne, Elne, Pyrénées-Orientales, arr. de Perpignan.
  77. Géronde, auj. Girone, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  78. Barcinone, auj. Barcelone, ch.-l. de la province de ce nom.
  79. Terragone, auj. Tarragone, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  80. Leryde, auj. Lerida, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  81. Tortouse, auj. Tortose, prov. de Tarragone.
  82. Barbagalle, auj. Berbegal, prov. de Huesca.
  83. Ici le latin ajoute : « Karbona oppidum fortissimum », qui, d’après F. Castets (op. cit., p. 74), serait Cardona, province de Barcelone.
  84. Arelye, auj. Oreja, prov. de Guipuzcoa.
  85. Algalethe. D’après F. Castets (op. cit., p. 74), on aurait pu désigner ainsi une des nombreuses villes d’Espagne appelées Alcala.
  86. Azanye, latin Adania ou Adama. Ce serait, d’après Castets, une des villes appelées Alhama.
  87. Yspalide, auj. Séville, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  88. Escalone, auj. Escalona, prov. de Tolède.
  89. Horamalangue, latin : « Malaguæ ora », auj. Malaga, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  90. Horaburriene, latin : « Burrianæ ora », auj. Burriana, prov. de Castellon de la Plana.
  91. Horacotente. C’est par suite d’une méprise que la traducteur de la Chronique de Turpin donne la ville d’Horacotente. On a dans le texte latin : « Burrianæ ora, quo tantæ urbes, Ubeda », etc. C’est d’« Ora, quo tantæ » qu’il fit la ville d’Horacotente.
  92. Hubeda, Ubeda, prov. de Jaën.
  93. Baecia, auj. Baeza, prov. de Jaën.
  94. Petrousa. On a dans le texte latin : « Petroissa in qua fit argentum optimum. »
  95. Valence, Valence, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  96. Denie, latin Denia, auj. Denia, prov. d’Alicante.
  97. Sathive, latin Sativa, auj. Jativa, prov. de Valence.
  98. Granade, Grenade, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  99. Sebile, Séville.
  100. Cordes, Cordoue, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  101. Albula, auj. Abla, prov. d’Almeria.
  102. Azintine, latin Accintina, auj. Guadix, prov. de Grenade.
  103. Saint Torquat, évêque, qui serait venu au ier siècle avec six autres évêques évangéliser l’Espagne (Acta Sanctorum, mai, t. III, p. 442 à 444).
  104. Cf. Acta Sanctorum, ibid., p. 443.
  105. Beserte, Bizerte, Tunisie.
  106. Les « granz isles », les îles Baléares (Majorque et Minorque).
  107. Bougie, Bougie, Algérie, prov. de Constantine.
  108. L’« isle de Gabibe ». M. Castets (op. cit., p. 74) propose comme identification, mais d’une manière dubitative, Gadès, auj. Cadix.
  109. Gouaren, auj. Oran, Algérie.
  110. Meloyde, peut-être, d’après M. Castets, Melita, auj. l’île de Malte.
  111. Evice, l’île d’Iviça, l’une des Baléares.
  112. Formenthere, l’île de Formentera, l’une des Baléares.
  113. Alchoraz, peut-être Alcora, Espagne, prov. de Castellon de la Plana.
  114. Almarie, Almeria, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  115. Moneque, auj. Almunecar, prov. de Grenade.
  116. Gibalthare, Gibraltar.
  117. Carthage, Carthagène, Espagne, prov. de Murcie.
  118. Septe, Ceuta, ville du Maroc dépendant de l’Espagne.
  119. Gésir, Algésiras, prov. de Cadix.
  120. Tharuz, Tarifa, prov. de Cadix.
  121. Landaluf, Andalousie.
  122. Portigal, Portugal.
  123. Serrane. On a dans le latin : « Tellus Sarracenorum. »
  124. Casteloine, Catalogne.
  125. Bascles, en latin : « Tellus Basclorum », la terre des Basques.
  126. Cf. sur la prise de cette ville, Gaston Paris, Histoire poétique de Charlemagne, p. 269 et 270. Voir surtout, pour l’identification de cette ville, Joseph Bédier, les Légendes épiques, t. III, p. 152 à 166. Il place Luiserne ou Ventosa, dans la province de Léon, près du lac de Carucedo, à l’ouest de Ponferrada, sur le territoire de l’abbaye de Carracedo, en un lieu où se trouvent des ruines romaines.
  127. « Que il la preist par leur volonté » (royal ms. 16 G VI).
  128. Noient, nagent.
  129. Luiserne et Venthouse ne formeraient qu’une seule ville, Lucerna Ventosa. Cf. Joseph Bédier, op. cit., p. 160.
  130. Capparra serait une ville romaine dont les ruines subsistent sur la route de Salamanque à Mérida (J. Bédier, Ibid., p. 160, n. 1).
  131. Adama. Le pseudo-Turpin a probablement compris, au milieu de villes espagnoles, la ville d’Adama en Palestine, qui fut détruite en même temps que Sodome, Gomorrhe, Séboïm et Segor.
  132. Turpini historia Karoli magni, chap. iv (éd. F. Castets).
  133. Le texte latin dit seulement : « Statim periclitatur. »
  134. Esmeré, affiné.
  135. Repondront, cacheront, « gazis suis in terra repositis omnes fugient ».
  136. Turpini historia Karoli magni, chap. v (éd. F. Castets).
  137. Bediers, Béziers, « apud urbem Buerrensium ».
  138. Axa, auj. Dax, Landes.
  139. Auj. Sorde, Landes, arr. de Dax, cant. de Peyrehorade. Il y avait une abbaye de Bénédictins sous le vocable de saint Jean, Sanctus Johannes de Sordua. Cf. Joseph Bédier, op. cit., p. 334.
  140. Turpini historia Karoli magni, chap. vi.
  141. Cf., sur Agoland, Joseph Bédier, op. cit., t. III, p. 135 et 176. Paul Meyer a publié dans la Romania, t. XXXV (1906), p. 22 à 31, un fragment d’une chanson relatant un combat entre Agoland et Ogier le Danois.
  142. Guierres, chef.
  143. Mile ou Milon d’Angliers, ou d’Anglant, d’Angles, était père de Roland et beau-frère de Charlemagne. Cf. Léon Gautier, les Épopées françaises, 2e éd. t. III, p. 64-70 ; il l’appelle Milon d’Angers.
  144. Turpini historia Karoli magni, chap. vii.
  145. Agregier, empirer.
  146. Latin : « Pretiumque cibis, potibus vestibusque velociter expendit. »
  147. « Sor le coperon d’un sauz », sur le sommet d’un rocher, « in cujusdam silicis fastigio ».
  148. Turpini historia Karoli magni, chap. viii.
  149. « In terra quæ dicitur de Campis », probablement la Tierra de Campos, qui s’étend sur les provinces actuelles de Zamora, de Valladolid et de Palencia.
  150. La Cea, affluent de l’Esla.
  151. Voir, sur ces deux saints, España sagrada, t. XVII, p. 226.
  152. C’est à Orense, ch.-l. de la province de ce nom, que sont conservés les restes de saint Fagond et de saint Primitif.
  153. Latin : « Ejecit sortes Aigolandus secrete. »
  154. Le royal ms. 16 G VI ajoute ici en note : « le duc ».
  155. Latin : « Tunc Carolus stans pedes cum duobus millibus christianorum peditum. »
  156. Ce dernier membre de phrase fut ajouté par le traducteur, car, dans le texte latin, on dit seulement qu’Agolant se retira dans le pays de Léon, « mox, ut illos Aigolandus agnovit, terga vertens in Legionensibus oris secessit ».
  157. Dans le latin on a seulement : « Contra haereticam pravitatem. »
  158. Hantes, lances.
  159. Turpini historia Karoli magni, chap. ix.
  160. On a seulement dans le texte latin : « Ethiopes, Pardos, Affricanos, Persas. »
  161. « Texephinum regem Arabum. »
  162. Alixandre, Alexandrie.
  163. « Ospinum regem Agabiæ », roi de l’Algarve, auj. prov. de Faro (Portugal).
  164. Le texte latin donne en plus ici : « Aphinorgium regem Maioricæ. »
  165. « Altumaiorem regem Cordubæ », Cordoue.
  166. « Et venit usque ad urbem Gasconicam Agenni (Agen) et cepit eam. »
  167. Ms. S. G. : après.
  168. Sorvooir, dominer.
  169. Le royal ms. 16 G VI ajoute en note : « Et vit les roys sarrazins qui avec Agoulant estoient par aliance », pour traduire « et vidit reges qui erant in ea ». La phrase précédente : « Et exploravit urbem qua parte erat ad capiendum fragilior », n’a pas été clairement rendue par le traducteur.
  170. Le royal ms. 16 G VI ajoute en note : « Que derriere avoit laissiez retourna isnellement. »
  171. Le texte latin dit simplement qu’ils s’enfuirent, « fugere cœperunt ».
  172. Latin : « Et troiis et arietibus. » La truie était une machine de guerre destinée à mettre à l’abri ceux qui devaient miner les murailles.
  173. Dans le latin, on spécifie par quel genre d’ouverture Aigolant s’enfuit : « Aigolandus cum regibus et maioribus suis per latrinas et foramina fraudulenter exivit. »
  174. Ms. S. G. : li un.
  175. Turpini historia Karoli magni, chap. x.
  176. Taillebourg, Charente-Inférieure, arr. de Saint-Jean-d’Angély, cant. de Saint-Savinien, « quæ sunt inter castrum, quod dicitur Talaburgus, et urbem iuxta fluvium nomine Charantam ».
  177. Escorciées, garnies d’écorce, « crastina vero die hastas suas corticibus et frondibus decoratas invenerunt ».
  178. Dans le latin on a seulement : « Confugere per fluvium cœpit. »
  179. « Regem Agabiæ », le roi de l’Algarve.
  180. Turpini historia Karoli magni, chap. xi.
  181. Latin : « Transmeavit portus Cisereos. »
  182. Ms. S. G. : chaoit. Dans le latin on a seulement : « Venit usque Pampiloniam, et mandavit Karolo quod ibi expectaret cum causa bellandi. » À la suite se trouve, dans la Chronique de Turpin, le long passage suivant, qui fut en grande partie supprimé et modifié par l’auteur des Grandes Chroniques : « Quo audito, Karolus rediit in Galliam et cum summa cura omnes exercitus suos longe lateque ad se venire mandavit, et præcipit mandans per totam Galliam, ut omnes servi, qui sub malis consuetudinibus pravorum dominorum religati tenebantur, soluta servitute proprii capitis, et venditione deposita, cum omni progenie sua præsenti et ventura usque in sempiternum liberi permanerent, et ne alicui genti barbaræ Franci amplius servirent, illi scilicet qui cum eo in Hispaniam ad expugnandam gentem perfidam irent, præcepit. Quid plura ? omnes etiam quos ergastulis captos repperit, absolvit, et quos pauperes invenit, hos ditavit, nudos vestivit, malivolos pacificavit, expulsos ab hereditate honoribus propriis relevavit, omnes armis doctos, et scutigeros militari habitu honorifice ordinavit, et quos ab amore suo iuste separaverat, Dei dilectione compunctus, ad amicitiam suam omnino convertit ; amicos etiam et inimicos, domesticos et barbaros ad pergendum in Hispaniam omnes sibi associavit ; et quos rex sibi sociabat ad expugnandam gentem perfidam, ego Turpinus, dominica auctoritate, et nostra benedictione, et absolutionce, hos a peccatis cuncits relaxabam. Tunc, coadunatis sibi centum triginta quatuor millibus virorum bellatorum, profectus est in Hispaniam contra Aigolandum. »

    D’après Paulin Paris (Grandes Chroniques, t. II, p. 226, n. 2), ce passage de la Chronique de Turpin (cf. éd. Castets, p. 16), que Primat aurait omis de traduire, serait une preuve de sa mauvaise foi. Il l’accuse d’avoir modifié « sciemment le texte du pseudonyme Turpin », et il constate que « non seulement toutes les traductions partielles de Turpin, mais encore celle des chroniques de France qui précéda le travail des moines de Saint-Denis (manuscrit du roi 83962), reproduisent exactement le passage de l’auteur latin ». Voir aussi Chronique rimée de Philippe Mouskes, éd. de Reiffenberg, t. I, p. 205.

    Or, cette accusation de mauvaise foi est sans fondement. En effet, comme nous l’avons établi dans l’introduction au tome I (p. xiv-xvii), le texte que l’auteur des Grandes Chroniques suit généralement est celui du manuscrit latin 5925 de la Bibliothèque nationale. Si l’on se reporte à ce manuscrit (fol. 136 vo), on voit de suite que Primat se contenta de le traduire fidèlement et que la phrase incriminée n’existe pas dans ce manuscrit.

    Quant au manuscrit 83962 (aujourd’hui 2815), qui est une chronique de touz les rois de France et que Paulin Paris dit être antérieur aux Grandes Chroniques, il lui est au contraire postérieur. En effet, les Grandes Chroniques, inspirées très probablement par saint Louis, ne peuvent être postérieures aux premières années du règne de Philippe le Hardi, tandis que la chronique des rois de France fut composée au début du règne de Philippe le Bel, puisqu’à la fin on parle du couronnement de ce roi en janvier 1286 (n. st.).

  183. Blaives, Blaye, Gironde.
  184. Olivier, d’après les chansons de geste, était le fils de Renier de Gênes, le neveu de Girard de Viane, le père de la belle Aude.
  185. Sur le rôle d’Estout dans les chansons de geste, voir Léon Gautier, les Épopées françaises, t. III, p. 177-179.
  186. Le texte latin est mal traduit : « Alius tamen rex tempore ipsius in Britannia erat, de quo mentio nunc ad plenum non fit. »
  187. Dans l’édition de la Chronique de Turpin de F. Castets (Turpini historia Karoli magni et Rotholandi, p. 17), ce curieux passage sur l’Aquitaine a été ajouté : « Isti erant docti omnibus armis, maxime arcubus et sagittis. Tempore istius Engeleri erat alius comes in Aquitania, scilicet in urbe Pictavorum, de quo non est modo loquendum. Hic vero Engelerus, genere gasconus, dux urbis Aquitaniæ erat, quæ scilicet urbs sita fuit infra Lemovicas et Bituricas et Pictavim, quam etiam Cæsar Augustus primus in illis oris fecit, et Aquitaniam nominavit, cui etiam urbi Bituricas, et Lemovicas et Pictavim et Sanctonas, et Engolismam cum provinciis suis subiugavit, unde tota patria illa Aquitania vocata. Hæc vero civitas, post Engeleri obitum viduata duce suo, in vastitatem vertitur, eo quod cives ipsius omnes in Runcievalle gladio obierunt, nec alios colonis habuit amplius. »
  188. Salemons, Estouz li Escoz. On a dans le latin : « Salomons, socius Estulti. »
  189. Sur Hernaud de Beaulande, voir Léon Gautier, les Épopées françaises, 2e éd., t. IV, p. 203 à 217.
  190. Naimes, le Nestor des chansons de geste, était fils de Gasselin, roi de Bavière, et de la reine Seneheult.
  191. Ogier, fils de Geoffroi, roi de Danemark, et l’un des héros de nos chansons de geste, se serait retiré à l’abbaye de Saint-Faron à Meaux, où il serait mort. Voir Mabillon, Acta Sanctorum ordinis S. Benedicti, t. V, p. 656 à 658, et Léon Gautier, les Épopées françaises, 2e éd., t. III, p. 52 à 63 et 240 à 257.
  192. « Guillelmus ».
  193. Voir sur Aubri de Bourgogne, un héros de chanson de geste, Histoire littéraire de la France, t. XXII, p. 318 à 334.
  194. Turpini historia Karoli magni, chap. xii.
  195. Ms. S. G. : s’esfance. Allusion au séjour que, d’après la légende, Charlemagne aurait fait en Espagne pendant son enfance ; chez le roi sarrasin Galafre, sous le nom de Mainet (Gaston Paris, Histoire poétique de Charlemagne, p. 230). Cf. Léon Gautier, les Épopées françaises, 2e éd., t. III, p. 37 et suiv.
  196. Creez, croyez, « et creditis et adoratis ».
  197. « Vestræ autem ad Orcum proficiscuntur. »
  198. Ms. S. G. : recevoiz.
  199. « Ut male moriaris. »
  200. Resortir, se retirer.
  201. Turpini historia Karoli magni, chap. xiii.
  202. Chanoines reulez, chanoines réguliers, « quosdam habitu monachali atro tectos, quosdam canonicali habitu albo indutos ».
  203. Esponent, expliquent.
  204. On a dans le texte latin : « Duodecim pauperes. »
  205. Viument, vilement.
  206. Joise, jugement.
  207. Malooit, maudits.
  208. Turpini historia Karoli magni, chap. xiv.
  209. Ms. S. G. : loys.
  210. Esmez, évalué.
  211. Chaplerent, massacrèrent.
  212. « Usque ad bases in sanguine natabant. »
  213. On a dans le texte latin : « Venit usque ad pontem Arge, via iacobitana » ; ce qui désigne la rivière de l’Arga, affluent de l’Aragon. Le chemin de Saint-Jacques coupe cette rivière en plusieurs endroits, entre autres à Pampelune et à Puente la Reina. Le passage de l’Arga est indiqué dans le Guide des pèlerins entre Larrasoaña et Pampelune (Joseph Bédier, op. cit., t. III, p. 123 et 124).
  214. Turpini historia Karoli magni, chap. xv.
  215. Autresi come, de même que.
  216. Que, afin que.
  217. Adossé, méprisé.
  218. Turpini historia Karoli magni, chap. xvi.
  219. Latin : « Ad montem Garzim », auj. Monjardin, colline sur laquelle était placée une ancienne forteresse sarrasine qui domine le village de Villamayor, province de Navarre, sur la route d’Estella à Longroño. Voir Joseph Bédier, op. cit., t. III, p. 127.
  220. Turpini historia Karoli magni, chap. xvii.
  221. Latin : « De genere Goliath. »
  222. Nadres, auj. Najera, prov. de Logroño.
  223. « De oris Syriæ. »
  224. Cuetes, coudes.
  225. Dans le royal ms. 16 G VI, fol. 170 vo du Brit. Mus., cette phrase est ainsi donnée en note : « Après ce, Charlemaigne y envoia Constantin et Olles le conte. Et lors, le jaiant en prist un soubz son essel, la destre, et l’autre dessoubs la senestre, et les emporta touz deuz en la cité, et en chartre les mist. »
  226. Tantost salirent sus. Ils se relevèrent aussitôt, « statimque elevantur a terra ambo pariter ».
  227. Latin : « Quia talis erat inter illos institutio. »
  228. Latin : « Francorum genere oriundus. »
  229. Li Crierres, le Créateur.
  230. Le nouel, le noyau.
  231. Voutoirs, latin « vultures », les vautours.
  232. Toute riens, toute chose.
  233. Desvées, folles.
  234. La merite, la récompense, latin : « Accepturi meritorum suorum stipendia. »
  235. Latin : « Et illico Rotholandus paganum aggreditur. Tunc Ferracutus eiecit ictum spata sua super Rotholandum. » Le traducteur a mal rendu cette phrase. Il dit le contraire en mettant « li geans » au cas sujet et fait croire que c’est le géant qui attaqua le premier.
  236. Il, « le Fils de la Vierge ».
  237. Il se sordi, il se souleva, latin « erexit se ».
  238. Turpini historia Karoli magni, chap. xviii.
  239. Dans le texte latin, ces villes sont ainsi désignées : « De septem urbibus : Sibilia scilicet, Granada, Sativa, Denia, Ubeda, Abula, Baetia. »
  240. Sathyve, auj. Jativa, prov. de Valence.
  241. Denye, auj. Denia, prov. d’Alicante.
  242. Ubode, auj. Ubeda, prov. de Jaën.
  243. Abule, auj. Abla, prov. d’Almeria.
  244. Baecye, auj. Baeza, prov. de Jaën.
  245. Sebile et Granade, Séville et Grenade.
  246. Une barboire, un masque à barbe, « habentes larvas valde barbatas, cornutas, dæmonibus consimiles ».
  247. Forsené, affolés, « quasi amentes ».
  248. En conroi, en ordre.
  249. Ms. S. G. : obeïret.
  250. Latin : « Terram Castellanorum », la terre de Castille.
  251. Turpini historia Karoli magni, chap. xix.
  252. Relenquie, abandonnée.
  253. Hurye, l’antique Iria, auj. Iria Flavia, paroisse d’El-Padron, prov. de La Corogne. Cette ville fut le siège d’un évêché jusqu’au début du ixe siècle. Le dernier évêque d’Iria aurait été, d’après Gams (Series episcoporum, p. 25), Theodemir, qui occupa ce siège vers l’année 800, et le premier évêque de Compostelle Ataulf Ier, qui occupa ce siège de 843 à 851 environ. Cf. España sagrada, t. XIX, p. 63-74.
  254. On a dans le texte latin : « Cum novem episcopis. »
  255. Latin : « Unusquisque possessor uniuscuiusque domus totius Hispaniæ et Galliciæ. »
  256. Il pert, il paraît.
  257. Ce passage, jusqu’à « et dit ensi que Karlemaines estoit buns de chevelure », est de l’auteur des Grandes Chroniques.
  258. La quantité, la stature.
  259. En regardeure, d’aspect.
  260. Pane, peau, c’est-à-dire la matière propre à faire le parchemin, « sed si quem magna ejus gesta amplius audire delectaverit, enarrare nobis magnum est et onerosum ».