Les Grandes Chroniques de France/III/Livre cinquième

Texte établi par Jules ViardÉdouard Champion, libraire de la Société de l’histoire de France (3p. 259-302).

LIVRE CINQUIÈME

Ci commencent li chapitre du ve livre de l’estoire de Karlemaine et li seconz de l’estoire d’Espagne qui est fins de touz ses faiz.

Li premiers parole du message Ganelon et de la traïson que il fist au roi Marsile, des presenz que li Sarrazins firent au roi et aus combateors par malice, et puis de la bataille, coment li crestien furent occis.

Li seconz parole coment li Sarrazins s’enfuirent et coment Rolant les sui touz seus pour savoir quel part il tornoient, et puis coment il sona son olifant pour ses compagnons rasembler, qui, pour la paor des Sarrazins, se tapissoient par les bos ; coment il occist le roi Marsile et puis coment il fendi le perron quant il cuida depecier s’espée, et puis coment il sona derechief l’olifant que Karlemaines oï de viii miles loinz.

Li iii parole coment Rolant fist sa confession à Dieu et coment il reichi de fin cuer les articles de la foi, et puis coment il pria à Dieu pour ses compagnons qui en cele bataille et es autres avoient receu martyre ; de Baudoin son frere et de Tyrri qui sorvindrent à son trespassement ; de la grant soief que il ot, et coment il rendi à Dieu son esperit.

Li iiii parole de l’avision l’arcevesque Turpin, coment il fu certains de la mort Rolant et de la mort le roi Marsile, et puis coment Baudoins sorvint qui aporta les vraies noveles et raconta la maniere de la mort et de la confession Rolant, et puis coment Karlemaines et tout li oz retorna en Roncevaus ; du duel Karlemaine et des regrez de Rollant.

Li v parole coment Karlemaine fist loger son ost et se reposerent cele nuit maismes là où li cors Rolant gisoit, et coment chascuns trova son ami mort ou navré ; coment Oliviers fu trovez ; coment Karlemaines enchauça les Sarrazins et les occist ; coment Ganelons fu detraiz à chevaus pour la traïson, et puis coment chascuns enportoit son ami, les uns morz et les autres navrez.

Li vi parole coment li cors Rolant fu portez en la cité de Blaives et enterrez en l’eglise Saint Romain, et coment Karlemaines renta l’eglise, et puis parole de divers lieus où Oliviers et li autre baron furent porté ; des aumosnes que Karlemaines fist pour les morz et coment Turpins demora à Viene.

Li vii parole coment Karlemaines retorna en France et fist conciles des prelaz et parlement des barons ; coment il rendi grâces au benooit martyr saint Denys et li dona et lessa en garde toute France en la presence des barons, et puis coment il s’en ala à Es la Chapele, et puis de l’avision Turpin, de la mort Karlemaine.

Li viii parole de plusors signes qui avindrent avant la mort Karlemaine, et puis de son testament, et coment il fu ensepouturez, et puis après de la signification du nom Karlemaine, Rolant, Olivier et Turpin.

Li ix parole d’une aventure qui avint à Rolant tandis com il vivoit encores, avant que il entrast en Espagne, quant il delivra son oncle Karlemaine des mains des Sarrazins, et coment il prist la cité de Granople par miracle.

Li x et li darreniers parole de ce qui avint en Espagne lonc tens après la mort Karlemaine ; car li aumaçors de Cordres se vanta que il conquerroit toute Espagne ; ses oz asembla et fist moult de domages en la terre ; mais puis s’en ala-il ausi come touz espoantez par les miracles que il vit.

Ci commence la bataille de Roncevaus et la mort de Rolant.


I.
Li premiers parole du message Ganelon et de la traïson que il fist au roi Marsile, des presenz que li Sarrazin firent au roi et aus combateors par malice, et puis de la bataille, coment li crestien furent occis.

[1]Puis que Karlemaines, li très puissanz empereres et très renomez, ot conquise toute Galice et toute Espagne, et sozmise à la foi crestiene et à l’onor de Dieu et de monseigneur saint Jaque, il retorna en France et fist ses oz herbergier delez la cité de Pampelune. En ce tens demoroient en la cité de Sarragouce dui roi Sarrazin, Marsiles et ses freres Baliganz[2] ; si les avoit envoiez contre Karlemaine pour Espagne defendre, des parties de Surie, li soldanz de Babyloine atot granz oz. A l’empereor estoient sougiet et volentiers li obeïssoient par semblant ; mais ce estoit fausement, car il ne l’osoient refuser.

Karlemaines, qui pas ne voloit que il demorassent ensi en la terre après lui, se il n’estoient crestien ou tributaire, lor manda par Ganelon que il receussent baptesme, ou que il li envoiassent treü ; et il li envoierent, pour lui decevoir[3], xxx chevaus charchiez d’or et d’argent et d’autres richeces, et autres xl charchiez de très pur vin et très douz, que il presenterent aus princes et aus combateors de l’ost, et m beles Sarrazines, pour iaus servir ou pechié de fornication. A Ganelon, le traitor, qui le message avoit fait, presenterent, pour lui decevoir, xx chevaus charchiez d’or et d’argent et de dras de soie pour ce que il lor livrast, pour occierre, Rolant et Olivier et les autres combateors de l’ost, et li traitres s’i acorda et reçut les richeces.

Quant il orent ensi la traïson pourparlée et confermée, Ganelons retorna à Karlemaine ; les richeces que li dui roi li enveoient presenta et li dist que Marsiles desirroit moult estre crestiens et que il s’apareilloit moult pour venir après lui en France pour baptesme recevoir et pour li faire homage de toute Espagne. Karlemaines crut le traitor, dont ce fu grant dolors, et ordena coment il passeroit les porz de Cisaire[4] pour retorner en France. Par le conseil Ganelon, commanda à Rolant, son neveu, duc du Mans et conte de Blaives[5] ; à Olivier, son compagnon, conte de Genes, et aus autres combateors de l’ost que il demorassent en Roncevaus, o tot xxm François pour faire l’ariere garde, jusques a tant que li oz eust passez les porz de Cisaire. Ensi fu fait come il devisa. Li plus grant baron de l’ost, qui l’ariere garde fesoient, reçurent le vin tant seulement que li Sarrazin avoient envoié[6], et li autres menuz poples pristrent les fames. Et pour ce que aucuns des crestiens avoient esté enyvré la nuit devant du vin sarrasinois, et aucun avoient pechié es Sarrazines et es autres fames crestienes maismes, que aucun avoient amenées de France, vot Nostre Sires que il fussent occis. Et sanz faille, l’entention et la malice des Sarrazins qui les presenz avoient envoiez estoit tiex, que se li crestien recevoient les presenz des vins et des fames, que il porroient bien pechier en yvrece et en fornication, et pour ce se corroceroit lor Diex à iaus, et les lesseroit occire[7]

Que vous conteroit-on plus ? Quant ce vint au matin que Karlemaines et ses oz passoient les porz entre li et Ganelon et l’arcevesque Turpin ; et Rolant et Olivier et li autre noble combateor de l’ost furent demoré en Roncevaus pour faire l’ariere garde, Marsiles et Baliganz oissirent des bos a tot lm Sarrazins armez ; des montagnes et des valées oissirent espessement, où il s’estoient repont et celé ii jors et ii nuiz par le conseil Ganelon. ii batailles tant seulement firent de toute lor gent ; la première fu de xxm et l’autre de iiim. La premiere, qui de xxm fu, vint soudainement et commença à ferir et à lancier as noz par darriers[8] et li nostre se retornerent vers iaus. Dès le matin jusques à l’eure de tierce se combatirent et les occistrent touz ; si que de touz les xxm n’en demora i sous. Tantost revint après l’autre bataille des Sarrazins qui estoit de xxxm. Noz crestiens troverent las et travailliez des autres que il avoient occis et du fort estour que il i avoient rendu. Touz les occistrent par la volenté Nostre Seigneur, que nus n’en eschapa à la parfin, fors Tierri et Baudoin, si com vous orrez ci après. Li un furent trespercié de lances ; li autre descolé d’espées ; li autre detrenchié de cognies et de haches ; li autre occis en lançant de saietes et de javeloz ; li autre tué de perches ; li autre furent escorchié de cotiaus ; li un ars en feu ; li autre pendu aus arbres. Tuit furent occis, fors Rolant, Baudoin et Tyerri. Baudoins et Tyerris se tapirent es bos et puis eschaperent-il[9].

Ci endroit, puet-on demander pourquoi Nostres Sires souffri que cil fussent occis, qui pas n’avoient pechié en yvrece ne en fornication ; car plusor n’i pechierent mie. Et l’on puet à ce respondre que il ne vot pas que il retornassent plus en lor païs, pour ce que il ne rechaissent en aucuns pechiez et que il lor voloit maintenant rendre la corone de gloire par lor passion.

Ceus qui pechierent en avoutiere[10] et en yvrece vot que il soufrissent mort, car il voloit que il purjassent lor pechiez par martyre. Si ne doit-on pas croire que li debonaires Diex ne lor guerredonast[11] les paines et les travauz que il avoient pour lui souferz et que en la fin avoient son nom reclamé et lor pechiez confessez. Car, ja soit ce que il eussent pechié, furent-il occis pour lui.

Notable. — Ci doivent prendre exemple cil qui lor fames moinent ovec iaus es oz et es batailles[12] ; car Daires[13], li rois de Perse, et Anthoines, et autre prince terrien menerent lor fames en lor compagnie quant il aloient es oz et es batailles, et pour ce furent desconfit et occis, Daires par le grant Alixandre et Anthoines par l’empereor Octovien. Pour ce maesmement, ne devroit nus princes mener fames en tiex besoignes, car eles ne font fors empeeschement[14].

Cil qui pechierent en yvrece et en fornication segnefient les prestres et les genz de religion qui se combatent contre les vices, qui en nule maniere ne se doivent enyvrer ne couchier ovec les fames ; et se il le font ensi come autre home, il en avient que il en sont devoré de lor anemis, c’est des deables, et enchient[15] par aventure en autres vices où il sont peri et dampné par mauvese fin.


II.
Coment li Sarrazins s’enfuirent et coment Rolant les sui touz seus pour savoir quel part il tornoient, et puis coment il sona son olifant pour ses compagnons rasembler, qui pour la paor des Sarrazins se tapissoient par les bos. Coment il occist le roi Marsile, et puis coment il fendi le perron quant il cuida depecier s’espée, et puis coment il sona derechief l’olifant que Karlemaines oï de VIII miles loinz.

[16]Quant la bataille fu faite et li Sarrazins se furent retrait ausi come ii miles, Rolant aloit touz seus parmi le champ pour enquerre quel part il estoient torné. Ensi come il estoit encores en loing d’iaus, il trova un Sarrazin aussi noir come arrement[17], qui las estoit de combatre et s’estoit repoz ou bois. Tot vif le prist et le loia forment à un arbre, a iiii forz harz torses, a tant le lessa et monta une haute montagne por savoir quel part li Sarrazins estoient alé. Lors les choisi[18] auques loing[19] de li et vit que il estoient grant multitude. Lors descendi de la montagne et ala après iaus par la valée de Roncevaus, par cele maisme voie que Karlemaines et ses oz aloient, qui ja avoient passez les porz. Lors sona son cor d’olifant que il portoit adès par costume en bataille pour aucuns des crestiens rapeler, se nus en fust demorez. A la voiz du cor, vindrent à li entor c crestien qui par le bois s’estoient repost. Ovec soi les mena et retorna au Sarrazin que il avoit loié à l’aubre.

Quant il l’ot desloié, il leva Durendal s’espée toute nue sor son chief et le menaça que il li coperoit la teste se il n’aloit ovec lui et se il ne li monstroit le roi Marsile, car Rolant ne le cognoissoit encor mie ; et se il voloit ce faire, il le lairoit aler tout vif. Li Sarrazin ala ovec lui et li monstra Marsile de loing, entre les compagnies des Sarrazins, a un cheval rouge et a un escu roont.

Atant le laissa Rolant aler, si com il li avoit promis. Lors se feri entre les Sarrazins, il et cil qui ovec lui estoient, hardiz et encoragiez de bataille, segurs et avironez de la vertu Nostre Seigneur. Un Sarrazin chosi, qui plus granz estoit que nus des autres ; cele part se traist et le feri si de s’espée Durendal, que il le fendi tout dès le chief jusques en la sele et coupa a un seul cop li et le cheval, si que la moitié du Sarrazin et du cheval chai a destre et l’autre à senestre. Et quant li Sarrazins virent si ruiste[20] cop et si merveilleus, il commencierent à fuir çà et là, et lessierent Marsile ou champ, a petite compagnie. Et Rolant et li sien, qui en s’aide avoit la vertu Nostre Seigneur, se feri entre les Sarrazins plus fiers que uns lyons et comença à detrenchier et à craventer, à destre et à senestre, tant que il s’aprocha du roi Marsile. Et cil, quant il le vit vers lui venir, se prist au fuir ; mais Rolant, qui de près le sui, le chaça tant que il l’ocst entre les autres Sarrazins, par l’aide Nostre Seigneur.

En cele darriene bataille furent tuit si c compagnon occis. Il maismes fu navrez de iiii lances et griement feruz de perches et de pierres. Mais toutes voies eschapa-il de cele bataille par l’aide de Nostre Seigneur.

Tantost come Baliganz sot la mort son frere Marsile, il s’enfui de ces contrées, entre li et ses Sarrazins. En ce point estoient parmi les bois Baudoins et Tyerris, et aucun autre crestien qui se repognoient[21] pour la paor des Sarrazins ; et Karlemaines et ses oz passoient les porz, qui encor riens ne savoient de l’occision qui en Roncevaus avoit esté.

Lors commença Rolant à repairier touz seus parmi le champ de la bataille, las et travailliez des granz cops que il avoit et donez et receuz, et engoisseus et dolenz de la mort de tant noble baron que il veoit devant lui occis et detrenchiez. Grant dolor demenant, s’en vint en tel maniere parmi le bois jusques au pié de la montegne de Cisare et descendi de son cheval desouz un aubre, delez un grant perron de marbre qui iluec estoit drechiez, en un moult biau pré, au desus de la valée de Roncevaus. Si tenoit encores en son poing Durendal, s’espée. Durendal, si vaut autant à dire come donc dure cop ou fier durement Sarrazin. Espée estoit esprovée sor toutes autres, clere et resplandissanz et de bele façon, trenchanz et afilée si forz que ele ne pooit ne fraindre ne brisier ; si fine estoit que avant fausist braz que espée. Quant il l’ot sachiée[22] toute nue et il l’ot grant piece regardée, il la commença à regreter ausi come en plorant, et dist en tel maniere :

«[23]O espée très bele, clere et flambeanz, que il ne covient pas forbir ausi come autres, de bele grandor et d’avenant leesce[24], fort et ferme, sanz nule maumesture[25], blanche com i yvoires, par l’enheudeure[26] entresegnie de croiz, d’or resplendissanz, aornée de pomiau de beril[27], sacrée et benoite des lettres du saint non Nostre Segneur Α, ω, et avironée de la force Nostre Seigneur Jhesu Crist ! Qui usera plus de ta bonté ? Qui t’aura ? Qui te tendra ? Cil qui te portera ne sera ja vaincuz ne esbahiz, ne ja paor n’aura de ses anemis, ne ne sera sorpris ne deceuz par fanthasies ne par illusions ; mais touz jors aura en s’aide la divine vertu. Par toi, sont Sarrazins destruit et genz mescreanz occis, la foiz crestiene esaucié, la loenge de Dieu moultipliée et acquise. O tantes foiz ai par toi venchié le sanc Nostre Sengeur Jhesu Crist ! O quanz milliers des anemis de la croiz ai par toi occis, tant Sarrazins que Juis et autres anemis de la croiz destruiz ! La justice de Dieu est par toi soustenue et emplie ; li piez et la mains acostumez à larrecin est par toi du cors esrachiez. Autant de foiz come je ai par toi occis ou Sarrazin ou Juif, autant de foiz cuit-je avoir venchié le sanc Jesu Crist. O espée très beneureuse, en tranchant et en aguisece[28] très ysnele[29] ; à cui ne fu ainques, ne jamès ne sera resemblable. Cil qui te forja, ne avant ne après n’en pot faire une autele. Qui de toi fut navrez ne pot ainques puis vivre. Je ai trop grant duel se mauvais chevaliers et perecheus[30] t’a après moi. Je ai trop grant dolor, se Sarrazins ou autre mescreanz te tient et te manie. »

Quant il ot ensi s’espée regretée il la dreça contremont et feri iii merveilleus cops ou perron de marbre qui devant lui estoit, car il la cuida brisier pour ce que il avoit paor qu’ele venist en mains de Sarrazins.

Que vous conteroit-on plus ? Li perrons fu coupez d’amont jusques en terre, et l’espée demora saine et sanz nule briseure ; et quant il vit que il ne la porroit depecier en nule maniere, si fut trop dolenz.

[31]Son cor d’yvoire mist à sa bouche et commença à corner par si grant force[32] come il pot plus, savoir mon se aucun des crestiens qui par les bois s’estoient repost pour la paor des Sarrazins venissent à lui, ou que cil qui ja avoient les porz passez retornassent et fussent à son trespassement, et preissent s’espée et son cheval, et enchauçassent les Sarrazins qui s’enfuioient. Lors sona l’olifant par si très grant vertu, que il fendi par mi, par la force du vent qui issi de sa bouche, et li rompirent li nerf et les vaines du col.

Li sons et la voix du cor ala jusques aus orilles Karlemaine, par le conduit de l’ange, qui ja s’estoit logiez en une valée qui jusques aujord’ui est apelée li Vaus Karlemaine[33]. Si estoit loinz de Rolant entor viii miles envers Gascogne. Tantost come Karlemaines entendi le son du cor Rolant, il vot retorner come cil qui bien entendoit à la voiz de l’olifant que il avoit mestier d’aide. Mais li faus Ganelons, qui la traïson avoit pourparlée et bien estoit consachables[34] de la mort Rolant, li dist : « Sire, ne retornez pas arrieres pour doute que vous aiez de Rolant, car il a de costume que il corne volentiers pour poi de chose. Sachiez que il n’a mestier de vostre aide, ainz vet orendroit chaçant et cornant après aucune beste parmi ces bois[35]. » O desloiaus trichierre ! O li consaus Ganelon, qui bien doit estre comparez à la traïson Judas !

Après ce que Rolant ot ensi le cor soné et li nerf et les vaines du col li furent routes[36], il se coucha sor l’erbe[37] et ot plus grant soif que nus ne porroit penser. A Baudoin, son frere, qui en ce point sorvint, fist signe que il li aportast à boivre. En grant paine se mist du querre, mais il n’en pot point trover. A li retorna isnelement, et quant il vit que il commençoit à traire[38] et que il estoit ja près de mort, il beneï l’âme de lui. Son cor et s’espée prist et monta sor son cheval et s’enfui à l’ost de Karlemaine, car il avoit paor que il ne fust occis des Sarrazins. Tantost com il s’en fu partiz, Tierris sorvint là où Rolant moroit ; forment le commença à plaindre et à regreter, et li dist que il garnisist s’âme de foi et de confession. Ce jor maismes s’estoit Rolant faiz confes à un prestre et avoit receu son Sauveor avant que il alast en bataille ; car la costume estoit tele que li combateor se confessoient et recevoient lor Creator par les mains des prestres et des genz de religion, qui en l’ost estoient, avant que il se combatissent[39]. Si estoit la costume bone et bele.


III.
Coment Rolant fist sa confession à Dieu et coment il reichi de fin cuer les articles de la foi, et puis coment il pria à Dieu pour ses compagnons qui en cele bataille et es autres avoient receu martyre. De Baudoin, son frere, et de Tyrri qui sorvindrent à son trespassement ; de la grant soief que il ot et coment il rendi à Dieu son esperit.

Rollanz, li benooiz martyrs, leva les ieuz et les mains au ciel, de bon cuer fist sa confession et proia Nostre Seigneur en tel maniere : «[40]Sires Jhesu Crist, pour la cui foi essauchier je ai guerpi mon païs et sui venuz en ces estranges contrées pour confundre gent sarrazine, et pour cui j’ai tantes batailles de mescreanz vaincues par ta divine puissance, et pour cui j’ai sofert tant cops et tante plaie, tant de reproches et d’escharnissemenz[41], tantes chalors et tantes froidors, tantes fains, tantes sois et tant d’autres angoisses, je te commant m’âme en ceste heure darraniere. Aussi, Sire, com tu degnas naistre de Virge pour moi, soufrir le gibet de la croiz et morir, estre ou sepulchre enseveliz et au tierz jor resusciter, et au saint jor de l’Ascension monter es cieus, à la destre du Pere, que ta deïtez n’avoit ainques laissié, ausi voilles-tu delivrer m’âme de pardurable mort. Car je me rent corpable et pecheor plus que je ne porroie dire. Mais tu, Sires, qui es debonaires, pardonerres de touz pechiez, qui as merci de touz pecheors et ne hez riens que tu aies fait, qui oblies les pechiez de ceus qui à toi repairent, quant il ont repentance en lor cuers de lor meffaiz, en quelque heure que ce soit, qui espargnas au pople de Ninive et delivras la fame qui estoit prise en avouture, et pardonas à Marie Magdelene ses pechiez et à saint Pere pardonas son meffait quant il plora amerement, et au larron ovris la porte de Paradis quant il te reclama en la croiz, ne me voilles-tu pas deveer[42] pardom de mes pechiez ? Relaisse-moi toz les vices qui en moi sont et vuilles m’âme repaistre et saouler ou perdurable repos, car tu es cil à cui noz cors ne perissent pas quant il muerent, ainz sont mué en mieuz, qui as de costume à delivrer l’âme du cors et metre en mieudre vie, qui diz que tu aimes mieuz la vie du pecheor que la mort, je croi ce cuer et regehis[43] de bouche que tu vieuz[44] pour ce m’âme oster de ceste vie transitoire, que tu la faces vivre plus beneureusement sanz campareson après la mort. Meillor sens et meillor entention aura, et autel difference com il a entre l’ome et son umbre, autant aura-ele meillor vie en la celestiau region. »

Lors prist Rolanz, li glorieus martyrs, la pel et la char d’entor ses mameles a ses propres mains, ensi come Tyerris qui presenz estoit raconta puis, et commença à dire à granz lermes et à granz soupirs :

« Diex Jhesu Criz, fiuz de Dieu le vif et de la benoite Virge Marie, je rejehis de touz mes sens et de toutes mes entrailles et croi que tu, qui es mes raiembierres[45], regnes et vis sanz fin et que tu me resusciteras de terre au darrenier jor, et que je te verrai Dieu et mon sauveor en ceste moie char. »

Et tant com il disoit ceste parole, il prist par iii foiz sa pel et sa char, forment a ses mains, et dist ces maismes paroles par iii foiz. Après, mist ses mains sor ses ieuz et dist aussi par iii foiz : « Et cist mien ouel te verront. » Après ces paroles, il ovri les ieuz et commença à regarder au ciel et garnir son piz et toutes ses membres du signe de la sainte croiz, et dist : « Toutes terrienes choses me sont à viuté[46], car je voi maintenant, par le don Nostre Seigneur, ce que ieuz ne vit onques ne orille n’oï, et ce que cuers d’ome ne puet penser, que Nostre Sires a apareillié à ceus qui l’aiment. »

A la parfin, leva ses mains au ciel et proia pour les âmes de ses compagnons qui en la bataille avoient esté occis, et dit ensi : « Sire Diex Jhesu Criz, ta pitiez et ta misericorde soit esmeue sor tes feaus qui pour toi sont occis en ceste bataille, qui de lontegnes terres sont venu en ces estranges contrées pour combatre contre la gent mescreant, pour ton saint nom essaucier, por ta foi declairier et venchier ton precieus sanc. Ci gisent mort orendroit par les mains des Sarrazins ; mais tu, biau Sires, lor voilles lor pechiez pardoner et les âmes delivrer des paines d’enfer. Envoie, Sire, tes angels et tes archangels qui defendent lor ames des regions de tenebres et les conduient es celestiaus regnes, si que il puissent regner ovec toi, en la compagnie des glorieus martyrs, qui vis et regnes sanz fin ovec le Pere et le Saint Esperit par touz les siecles des siecles, Amen. »

En la fin de ceste glorieuse confession, se parti Tyerris de Rolant, et la benoite âme se departi du cors après ceste proiere ; si l’emporterent li angel en pardurable repos où ele est en joie sanz fin par la dignité de ses merites, en la compagnie des glorieus martyrs[47].

[48]Pour la mort de tel prince dut bien faire toute crestientez plor et lamentation ; car com il fust nobles de lignage, come cil qui estoit de roial lignie, fu nobles en faiz et en proesce de cors ; car nus qui en son tens, ne puis son tens vesquit, ne fut ainques à li estre comparez. Plains estoit de vertuz et de bones mors, puis et fonteine de foi et de creance, pilers et soustenemenz de sainte Eglise, confors du pople par ses douces paroles, medicine contre les plaies et les gries, du païs defense et esperance de clergie, tutors de veves et des orphelins, pains et recreation des besoigneus, larges aux povres, fous larges aus ostes[49]. Pour ce espandi et sema touz jors ses richeces es eglises et es mains des povres et des soufreteus que il moissonast es cieus.

Tant parfu sages en toutes choses, et meesmement en la doctrine de la foi, que ses cuers estoit ausi come une armaire plaine de livres ; tuit cil qui à lui venoient pour conseil pooient ausi puisier en li come en une fontaine[50]. Sages estoit en conseil, debonaires de cuer, douz en parole. Tant avoit en li de biens que toute maniere d’onor se travaille en sa loenge[51].


IV.
De l’avision l’arcevesque Turpin, coment il fu certains de la mort Rolant et de la mort le roi Marsile, et puis coment Baudoins sorvint qui aporta les vraies noveles et raconta la maniere de la mort et de la confession Rolant, et puis coment Karlemaines et tout li oz retorna en Roncevaus ; du duel Karlemaine et des regrez de Rollant.

[52]Que raconteroit-on plus ? En ce point que la sainte âme du glorieus martyr Rolant se departoit du cors, je, Turpins, estoie ovec l’empereor en un lieu qui est apelez li Vaus Karlemaine, et en ce jor maismes qui fu en la seconde kalende de join[53], avoie celebré le sacrifice de l’autel. Lors fui soudainement raviz en esperit, et estoie en autel point come cil qui ne dort ne ne veille. Si oï voiz de compagnies qui s’en aloient amont vers le ciel chantant ; si me merveillai moult que ce pooit estre. Ensi come il s’en aloient en tel maniere chantant amont, je retornai ma face par derriers moi ; si vi une torbe ausi come des chevaliers touz noirs, si resembloit bien que il venissent de preer et de rapiner. Par devant moi trespasserent a toute lor proie et je lor demandai que il portoient ? « Nous portons », distrent-il, « Marsile et les siens en enfer, et Michiaus porte vostre busineor[54] et mainz autres lassus es cieus. » Rolant apeloient busineor, pour ce que il portoit toz jors son cor d’olifant en bataille[55].

Quant je oi la messe chantée, je dis au roi : « Rois, saches certainement que Rolanz est trespassez et que sains Michiaus enporte l’âme de lui et de mainz autres crestiens en la joie de Paradis. Mais je ne sai pas le lieu où il a esté morz, et li deable enportent l’esperit du roi Marsile et de mainz autres mauvais en enfer. »

Tandis come je disoie ces paroles, Baudoins vint sor le cheval Rolant, qui raconta tot coment les choses estoient alées, et coment il avoit lessié Rolant sor la montaigne delez le perron ou tret de la mort[56] et la maniere de sa confession. Lors commencierent tuit à escrier parmi l’ost et à retorner arrieres en la valée de Roncevaus.

Karlemaines trova premierement Rolant tout mort ; envers[57] gisoit, les mains croisiés desus son piz. Li rois se lessa chaoir sor lui et commença à plorer, à gemir et à souspirer, et à faire duel si merveilleus, come nus porroit penser. Tant avoit grant dolor au cuer que il ne pooit mot soner. Ses poinz feroit ensemble, sa face derompoit aus ongles, sa barbe et ses cheveus sachoit à pognies, et quant il pot parler, si cria à haute voiz :

« O Rolanz, biaus douz niés, destres braz de mon cors, honors de France, espée de justice, hanste roide sanz ploier, hauberz forz et entiers, hiaumes de salut, par proece comparez à Judas Machabée, semblables à Sanson le fort, à Saül et à Jonathas comparez par fortune de mort, en batailles chevaliers très sages et très aigres, li forz des forz, lignie de rois, destruisierres de gent sarrazine, defendierres des crestiens, murs de clergie, bastons d’orphelins et de veves, viande et recreation des povres, relevierres d’eglises, langue sanz mençonge, sages en touz jugemenz, dux et conduisierres des oz. Pourquoi t’amenai-je en cest païs et en ces estranges contrées ? Pourquoi me lesses-tu tristes et fraile en cest mortel vie ? Helas ! que ferai-je ? Que pourai-je devenir ? Biaus douz niés, l’âme de toi soit ovec les angels, sanz fin s’esjoisse en la compagnie des martyrs. Touz les jors de ma vie mais me covient plorer sor toi[58], ausi come David fist jadis sor Absalon et sor Saül Jonatham. » Par tiex paroles et par semblabes, plainst et regreta Karlemaines Rolant tant com il vesqui puis[59].


V.
Li V parole coment Karlemaine fist loger son ost et se reposerent cele nuit maismes là où li cors Rolant gisoit et coment chascuns trova son ami mort ou navré ; coment Oliviers fu trovez ; coment Karlemaines enchauça les Sarrazins et les occist ; coment Ganelons fu detraiz a chevaus pour la traïson et puis coment chascuns enportoit son ami, les uns morz et les autres navrez.

Quant Karlemaines ot ensi regreté Rolant, il commanda à tendre très et pavellons en ce lieu maismes où Rolanz gisoit morz. Là se repousa li oz cele nuit. Le cors Rolant fist ovrir Karlemaines et embarsamer de basme, de mierre et d’aloës. Les obseques et le service des morz fist chanter aus menistres de sainte Eglise, a granz luminaires. Toute cele nuit mena li rois et touz li oz duel et plor. Grant luminaire et granz feus firent parmi le bois jusques au jor.

[60]Au matin, s’armerent tuit et vindrent en la valée de Roncevaus, au lieu de la bataille, où li baron et l’autre chevalerie gisoient mort ; car la bataille n’avoit pas esté là où il troverent Rolant. Là trova chascuns son ami, dont li plusor estoient mort ; li auquent non, mais il estoient navré à mort. Le vaillant Olivier troverent mort, tout envers estendu ausi come en croiz, lié de iiii forz harz à iiii pieus fichiez en terre et escorchié de coutiaus aguz, du col jusques aus ongles des piez et des mains. En plusors lieus estoit tresperciez de saietes et de javeloz, et d’espées, et froissiez de cos et bastons.

Lors commença li plors et li criz merveilleus et horribles par toute la valée, si que les montegnes en resonerent. Chascuns regretoit son fil, ou son frere, ou son cousin, ou son ami. Lors jura li rois, par le Roi tout puissant, que il ne cesseroit de corre après ses anemis jusques atant que il les troveroit. Ses genz prist et se mist en l’enchauz ; là fist Nostre Sires, pour lui, aperz miracles, car li solauz se tint en ce point l’espace de iii jors. Tant les chaça que il les trova delez la cité de Sarragouce, les uns gisanz et les autres menjant sor le flueve d’Elbra[61]. iiiim en occist, et plusor se noierent ou flum, si comme aucun livre dient ci endroit. Après retornerent en Roncevaus, les morz et les navrez firent porter là où li cors de Rolant gisoit.

Lors fist li empereres enquerre se ce estoit voirs ou non que Ganelons eust Rolant et les autres barons traïz, si come l’on disoit communement parmi l’ost. Pris fu et retenuz come soupeçoneus de si grant traïson. Lors se traist avant Pinabiaus de Sorence[62] pour li defendre, qui estoit ses parenz ; et Tyerris li Ardenois, qui escuiers avoit esté Rolant, et savoit tout le covine[63], come cil qui presenz avoit esté en la bataille et presenz à la mort Rolant, tendi son gage contre lui[64]. Tout maintenant furent ensemble mis devant tout l’ost ; mais Tyerris l’occist tantost[65]. Lors fu la traïson du fel Gane descoverte et cogneue tout apertement, et li empereres fist querre iiii des plus forz chevaus de tot l’ost et le fist lier forment par les piez et par les mains. Tant fu traiz et sachiez çà et là, que il fu toz depeciez par membres. Tel fin ot li desloiaus, par cui tant preudome furent occis, dont France et Karlemaines se dolut toz les jors de sa vie.

[66]Lors pristrent François les cors de lor amis et les atornerent pour porter au mieuz que il porent. Moult eust dur cuer qui ne plorast, se il veist coment il les atornerent. Il les fendoient par les ventres et gitoient hors les entrailles. Les uns enbalsamoient de basme, de mirre et d’aloës, qui avoir le pooit, et qui ce ne pooit avoir, si les atornoit de sel. Li un les trossoient sor lor cos, li autre les portoient entre braz, li autre sor mulez et sor chevaus, et li autre fesoient bieres de fust, et li autre portoient les navrez qui pas n’estoient encores mort sor eschieles à lor cos, li autre les enterroient là maismes, li autre portoient les uns jusques atant que il flairoient[67], et puis les enterroient, et li autre si portoient lor amis jusques en France ou jusques à lor propres lieus.

[68]En ce tens estoient dui grant cimitiere ou païs ; li uns estoit à Alle[69], en un lieu qui a non Aleschans, et li autre à Bordiaus. Ces ii cimitieres avoient sacrez vii evesque, sains home. Sains Maximins d’Esque ; sains Trophimes, evesques d’Alle ; sains Pons, arcevesques de Nerbone ; sains Saturnins, evesques de Thoulose ; sains Frontins, evesques de Pierregort ; sains Marciaus, evesques de Limoges ; sains Eutropes, arcevesques de Seanz[70]. En ces ii cimitieres furent enterré li plus grant et la plus grant partie de ceus qui furent occis en Roncevaus, et cil oveques qui morurent sanz glaives en la montegne de Gargane[71], dont l’estoire a lassus parlé.


VI.
Li VI parole coment li cors Rolant fu portez en la cité de Blaives et enterrez en l’eglise Saint Romain, et coment Karlemaines renta l’eglise, et puis parole de divers lieus où Oliviers et li autre baron furent porté ; des aumosnes que Karlemaines fist pour les morz, et coment Turpins demora à Viene.

[72]Le cors de Rolant fist Karlemaine porter jusques à la cité de Blaives[73], sor ii mules, en biere dorée, covert de riches pailes de soie, en l’eglise que il avoit fondée et mis enz chanoines reulez. Le fist ensepouturer moult honorablement ; s’espée Durendal fist pendre au chief, et aus piez son olifant, à l’onor de Nostre Seignor et en signe de sa haute proece. Mais li olifanz fu puis portez à Bordiaus en l’eglise Saint Severin[74]. Beneureuse est la citez de Blaives qui est aornée de si grant hoste, de cui aide ele est ganie et de cui presence ele s’esjoist. A Belim[75] fut enterrez li nobles cuens Oliviers, qui sous, par proece, estoit comparez à Rolant et estoit ses compains jurez en armes. Ogiers, rois de Danemarche ; Gondrebues, rois de Frise ; Arastans, rois de Bretaigne, et Garins, dux de Loherene, et maint autre noble baron ; tuit cist refurent enterré à Belim. Beneureus est li chastiaus de Belim qui de tant et de si nobles princes est honorez.

A Bordiaus, ou cimitire Saint Severin, refurent enterré cist noble baron : Gaifiers, dux de Boorges et d’Aquitaine[76], Gelins, Geliers, Renauz d’Aube Espine, Gautiers de Termes, Givelins et Begues, et bien vm d’autres persones. Hoiaus, li cuens de Nantes, en fu portez et enterrez à Nanthes, sa cité, ovec mainz autres Bretons.

Quant tuit cist noble baron furent ensi ensepouturé en divers liex, Karlemaines fist doner aus povres robes et à mengier, et departi pour l’amor de Nostre Seigneur xiim onces d’argent et autant de besanz d’or, à l’exemple Judas Machabée. Toute la terre qui est à vi miles entor la cité de Blaives et la cité maismes dona à l’eglise Saint Romain et toutes les apartenances de la vile, en l’onor de Dieu et de son chier neveu Rolant ; et pour touz ceus qui ovec lui avoient receu martyre, le lieu et les persones franchi, car il ne vot que il fussent sugiez à nule humaine persone, et les loia par sairement, et aus, et touz ceus qui après vendroient, que il revestiroient et paistroient xxx povres chascun an au jor de l’anniversaire son chier neveu Rolant, pour l’âme de lui et de touz ceus qui ovec lui reçurent martyre en Roncevaus, et feroient chanter autant de vegiles et de messes[77], et li firent le sairement, et promistrent à tenir ensi com il le vot deviser.

Après cest establissement, je, Turpins, et li empereres et une partie de nostre ost, nous departimes de la cité de Blaives et nous en alasmes en Gascoigne et par la cité de Thoulouse, droit à Alle le Blanc. Là trovasmes l’ost de Borgoignons qui s’en estoient departi de nous en Roncevaus et estoient là venu o touz lor morz et lor navrez, parmi Molaine[78] et Thoulouse. Si les portoient en charetes et en litieres, et li auquent, sor muls et sor chevaus por enterrer ou cimitiere de Blaives[79] (sic), duquel nous avons lassus parlé. En celi cimitire maismes, furent enterré par noz mains cit noble baron : Estouz li cuens de Langres, Salemons et Sances li dux de Borgoigne, Hernauz de Biaulande et Auberis li Borgoignon, Guinarz et Estormiz, Attes et Thyerris Yvorins et Yvoires, Berengiers et Berarz de Nubles, et Naimes, dux de Baiviere, et xm d’autres persones. Mais Constantins, li prevoz de Rome, il et maint autre Romain et Pullois en furent mené par mer en la cité de Rome et noblement ensepouturé. Pour les âmes de touz ceus qui là furent enterré, fist Karlemaines doner aus povres en la cité d’Alle xm[80] onces d’argent et autant de besanz d’or, à l’example de Judas Machabée, ausi com il ot fait en la cité de Blaives.

[81]Après ces choses, nous en alasmes tuit ensemble à la cité de Viene, et je, Turpins, demorai en la cité moult travailliez et moult afebloiez des granz travauz, des cos et des plaies que je avoie soufert en Espagne, et Karlemaines s’en ala droit à Paris, o tot ses oz, qui moult restoit ja afebloiez pour les travauz et plus encore pour le duel de Rolant, d’Olivier et des autres barons.


VII.
Coment Karlemaines retorna en France et fist conciles des prelaz et parlement des barons ; coment il rendi grâces au benooit martyr saint Denis et li dona et lessa en garde toute France en la presence des barons, et puis coment il s’en ala à Es la Chapelle, et puis de l’avision Turpin, de la mort Karlemaine.

Quant Karlemaines fu retornez en France, il vint à Saint Denyse[82]. Là fist asembler concile des prelaz et parlement des barons. A Dieu et aus glorieus martyrs rendi grâces et merciz de ce que il li avoit doné force et pooir de vaincre et de confondre la gent sarrrazine. Là fist un tel establissement, que il dona toute France à l’eglise pour l’onor des martyrs, ausi come sains Pol li apostres et sains Climenz la li avoient jadis livrée pour convertir à la foi crestiene, et vot et ordena que tuit li roi de France et tuit li prelat present et avenir fussent obeissant en Nostre Seigneur au pastor de l’eglise, et que nus rois ne peust estre coronez sanz son assentement et sanz son conseil, ne evesques ordenez à la cort de Rome, ne dampné, ne receu sanz sa volenté et sanz son assent.

A la parfin, après pluseurs dons et privileges que il dona à l’eglise, establi-il et commanda que chascune persone, chiés d’ostel de tote France[83], rendist chascun an à l’eglise iiii deniers, non pas par servitute, mais par franchise, et que cil qui serf estoient devant ce fussent franchi. Partant, si ne doit-on pas cuider que ce soit servages, ainz est droiz establissemenz de franchise ; car ensit le fist Alixandres li granz, quant il ot conquis tout Orient, que tuit cil qui li rendoient iiii deniers fussent quites de toutes autres costusmes. Dont li roi de France paient chascun an iiii besanz d’or et les offrent desus lor chiés aus martyrs en recognoissance que il tienent de Dieu et de li le roiaume de France ; que il ne feissent en nule maniere, se ce fust en non de servage. Après, prist li rois sa corone et la mist sus l’autel ; la corone de France livra en la garde Dieu et de saint Denise, et se demist de toute honeur terriene.

Congié prist aus martyrs et au roiaume de France ; à Es la Chapele s’en ala ; là parfist le remanant de sa vie. Touz les jors puis, tant com il vesqui, plainst et regreta son chier neveu Rolant, et Olivier, et les autres barons qui mort furent en Roncevaus. Ainc puis que il se parti d’Espagne, et maismement puis la mort Rolant ne pot avoir santé. Touz jors puis, tant com il vesqui, dona aus povres xiim onces d’argent et autant de besanz, robes et viandes, pour les âmes de Rolant et d’Olivier et des autres barons, en la xvi kalende de juim, et fesoit lire autant de psautiers et chanter autant de messes, en autel jor com il reçurent martyre. Avant que il se departist de moi, en la cité de Viene, me promist que se il moroit avant de moi il le me feroit asavoir par certain message, et je li promis ausi que se je trespassoie avant li que je li feroit asavoir.

[84]Un jor avint, en la cité de Viene où je demoroie, que je oi chanté por les feeus Dieu[85] une messe de Requiem et je disoie un psiaume du psautier que je avoie acostumé à dire après la messe, je vi une legion de deables trespasser soudainement par devant moi[86]. Je en apelai un qui darriers aloit et le conjurai, de la vertu de Dieu, que il me deist où il aloient. Il me respondi que il aloient à la mort Karlemaine, qui en cele heure devoit morir. Je n’oi pas pardit[87] le psiaume que je avoie encommencié, que je les vi retorner et passer par devant mon siege. Je demandai au derrenier, à cui je avoie devant parlé, que il avoient fait, et il me respondi que uns Galiciens sanz chief et uns François decolez[88] avoient tant mis de fuz et de pierres de mostiers et d’eglises en balances, que les aumosnes et li bienfait que il avoit faiz peserent plus que li mal ; et pour ce lor avoient li ange tolue l’âme et l’avoient mise es mains du soverain Roi.

Quant li deables ot ce dit, il s’esvanoi tantost. Lors soi-je et entendi certainement que Karlemaines estoit trespassez, à la joie de Paradis, en cele heure maismes. Bien li sovint à la mort de la promesse que il m’ot faite quant il se parti de moi à Viene ; car il commanda à un chevalier que il me venist nuncier et faire certain de sa mort. xv jors après son trespassement, vint à moi li messages qui me raconta la maniere de sa mort. Lors fui certains que il estoit trespassez ou mois, ou jor et en l’eure que je oi veue l’avision ! Li tens de l’Incarnation estoit D CCC XIIII, en la vme kalende de fevrier.


VIII.
De plusors signes qui avindrent avant la mort Karlemaine et puis de son testament, et coment il fu ensepouturez, et puis après de la signification du nom Karlemaine, Rolant, Oliviers et Turpin.

[89]Mais pour ce que il aperçut bien par plusors signes que li termes de sa vie aprochoit, si come nous dirons ci après, vot-il ordener de sont testament par grant deliberation, avant que il acouchast au lit de la maladie dont il morut. Dieu et sainte Eglise fist oir de touz ses mobles et de touz ses tresors, et les devisa en iii parties. La tierce partie dona aus povres et aus menistres de son palais ; les autres ii souz devisa en xxii parties, selonc le nombre de xxii arceveschiez[90] de son empire, et vot que chascuns arcevesques retenist pour soi le tierz de la partie qui à s’arceveschié aferoit, et les autres ii partist igaument aus eglises des eveschiez qui soz li estoient. Li non des metropoles citez qui en son empire estoient sont tel : Rome, Ravane, Melan, Aquilée[91], Grade[92], Coloigne, Maience, Saleburc[93], Treves, Besançon, Lyons, Viene, Alle[94], Nerbonne, Ebredune[95], Darentoise[96], Bordiaus, Seanz[97], Tors, Boorges, Rains et Rouan.

[98]Saintement et honestement vesqui toz les jors de sa vie, son empire crut et multiplia, si com l’estoire a devisé. L’estat de sainte Eglise lessa en grant concorde et en grant pais, en l’an de l’Incarnation tel com nous avons ja dit, en l’an de son aage lxxii, de son regne xlvii, du regne de Lombardie xliii et de son empire xiiii. Tant fu puissanz et renomez que il tint toute la terre qui siet entre le mont de Gargane et la cité de Cordres, en Espagne.

[99]A Es la Chapele, fu ses cors posez en l’eglise Nostre Dame que il avoit fondée ; purgiez fu et enbasmez et enoinz et raempliz d’oudors de precieuses espices. En un throne d’or fu assis, l’espée ceinte, le texte des Evangiles entre ses mains, apuié sor ses genouz. En tel maniere fu assis en son throne que il a les espaules par darriers un petit enclinés et la face honestement drecié contre mont. Dedenz sa corone, qui à une chaenete d’or est athachiée sor son chief, est une partie du fust de la sainte croiz. Vestuz fu de garnemenz emperiaus, et sa face coverte d’un suaire par desoz la corone. Ses ceptres et uns escuz d’or que li apostoles Leons sacra est mis devant lui. Si est sa sepouture raemplie de tresors et de richeces, et de diverses odors de precieuses espices.

[100]Plusor signe avindrent par iii anz devant sa mort, qui apertement segnefioient sa fin et son dechoiement. Li premiers, si fu que li solaus et la lune perdirent lor color naturel par iii jors et furent ausi come tuit noir un poi avant ce que il morust. Li seconz signes fu que ses nons qui estoit escrit en la paroi de l’eglise Nostre Dame d’Aes, que il avoit fondée, effaça par lui maismes ; si estoit li nons : Karlemaines princes. Li tierz signes fu que uns porches qui estoit entre l’eglise et le palais fondi par soi maismes le jor d’une Accension. Li iiii signes fu que uns pons de fust que il ot fait faire par vii anz, en la cité de Maience sor le Rim, chai et fondi en mi l’iaue. Li v, si fu que il chevauchoit un jor, de lieu à autre, li jors devint ausi come touz noirs, et uns granz brandons de feu corut sodainement de la destre partie à la senestre par devant lui ; de ce fu moult espoantez, et s’esbahi si durement que il chai du cheval à terre. Si chevalier et sa gent qui ovec lui chevauchoient corurent tantost à li et le leverent de terre.

Certainement doit-on croire que il soit parçoniers de la corone et de la gloire des martyrs ; car ausi come il soffri ovec iaus les paines et les travauz en ceste mortel vie, parçoniers doit estre de la corone de martyre. Par ce, puet-on savoir que quicumques edifie eglises ne mostiers en l’onor de Dieu et de ses sains, que il apareille à s’âme le regne des cieus, et que il sera ostez des mains aus deables, ausi come Karlemaines fu[101].

[102]Turpins, li sains arcevesques, ne vesqui pas puis moult longuement que Karlemaines fu trespassez. En la cité de Viene morut dignement et glorieusement, moult agregiez des plaies et des travauz que il ot soferz en Espagne. Delez la cité de Viene fu premierement ensepouturez vers Orient, en une petite eglise. Mais aucun clerc et aucun chanoine porterent puis le cors en la cité, en une eglise, où il repose honestement et dignement, pour ce que cele eglise où il estoit premierement ert ausi come gasté. Le cors du saint home troverent tout entier, en char en en pel, revestu de garnement qui apartienent à evesque. Il est coronez de corone de victoire en Paradis, que il deservi en terre par mainz travauz.

L’on doit croire que cil qui reçurent martyre pour la foi Jhesu Crist, que il soient coroné es ciex pour lor deserte. Et ja soit ce que Karlemaines et Turpins ne fussent par martyrié en Roncevaus, ovec Rolant et Olivier et les autres martyrs ; toutes voies sont-il parçonier de lor merite et de lor gloire, qui sentirent tant com il vesquirent, ovec iaus, les dolors des travauz et des plaies ; et ausi, come dit li apostres, se il furent compagnon des dolors et des passions, il seront parçonier de la gloire et du confort.

Selonc la signification des nons, Rolans, si vaut autant come roules[103] de science, pour ce que il sormonta toz les rois et les princes en sapience.

Oliviers, si vaut autant come hons de misericorde, car il fu misericors sor touz autres ; debonaires en parole, debonaires en faiz et pacienz en toutes manieres de martyre.

Karlemaines vaut autant come jors de char, pour ce que il resplendi et sormonta touz les princes et les rois charniex après Jhesu Crist, en sciences et en vertuz.

Turpins, si vaut autant come hons très biaus, ou sanz nule laidor, car il fu touz jors honestes en paroles et en faiz.


IX.
D’une aventure qui avint à Rolant tandis com il vivoit encores, avant que il entrast en Espagne, quant il delivra son oncle Karlemaine des mains des Sarrazins, et coment il prist la cité de Granople par miracle.

[104]Pour bone exemple doner aus rois et aus autres princes qui guerres ont à mener contre les anemis de la crestienté, ne doit-on pas ci endroit oblier une merveilleuse aventure qui avint à Rolant ou tens que il vivoit, avant que il entrast en Espagne. Il avint que il assist a grant ost une cité qui a non Granople[105] ; vii anz touz plains dura li sieges.

Tandis com il estoit au siege devant cele cité, uns messages vint à lui et li dist que li rois des Wandes, li rois de Saisogne et li rois de Frise avoient assis Karlemaine, son oncle, en un chastel, en la contrée de Dalmacie. Por ce, li mandoit ses oncles que il le secoureust tost et hastivement, et le delivrast des païens qui asis l’avoient a granz oz. Moult fu Rolanz angoisseus quant il sot le peril où ses oncles estoit ; si commença à penser lequel i feroit ; se il iroit delivrer son oncle qui estoit en tel peril, et guerpiroit le siege de la cité où il avoit si longuement sis et soffert tant de paines et de travauz, ou se il la prendroit avant que il alast en l’aide son oncle.

Oez que fist li nobles princes en la neccessité des ii fortunes. iii jors et iii nuiz jeuna sanz boire et sanz mengier, et il et touz li oz en oroisons prioit Nostre Seigneur que il li envoiast secors, par tiex paroles :

« Biaus sires Jhesu Criz, fiuz du haut Pere qui la rouge mer partis et devisas, ton pople feis par mi passer à terre seche, et le roi Pharaon qui les chaçoit plunjas en la mer, lui et tout son ost ; ton pople menas par le desert et lor envoias la manne du ciel. Maintes nations et mainz poples occeis qui lor estoient contraire ; Seon, le roi des Amorriens ; Og, le roi de Basan[106], et touz les rois de la terre Chanaan, et lor delivras la terre de promission pour habiter, si come tu l’avoies grant tens devant promis à lor pere Abraham. Et tu, Sire, qui les murs de Jericop trebuchas sanz nule humaine force, où li anemi de ton pople estoient enclos. Biaus sires Diex, si come c’est voirs, et je le croi fermement, que tu es touz puissanz, par ta seule parole tu voilles destruire et craventer ceste cité par le braz de ta puissance, si que la gent païene, qui se fie en sa fierté et ne mie en toi, cognoisse apertement que tu soies Diex touz puissanz, plus forz que nus rois, verais aidierres des crestiens et destruisierres de Sarrazins qui vis et regnes avec Dieux le Pere et le Saint Esperit, sanz commencement et sanz fin. »

Après ceste proiere, li mur de la cité chairent sanz nule force d’ome, si que la cité fu toute desclose de toutes parz. Li cuens Rolanz entra dedenz, il et ses oz sanz nule defense ; les Sarrazins occistrent et chacierent, si fu la citez conquise en tele maniere.

Moult fu Rolanz liez et touz li oz des crestiens pour la grâce que Nostres Sires lor ot faite par sa vertu ; loenges li rendirent de bone entention. Lors prist Rolanz son ost et ala delivrer Karlemaine, son oncle, en la terre des Tyois[107], ses anemis desconfi et chaça, et delivra son oncle de lor mains par la vertu Nostre Seigneur.


X.
Li X et li darreniers parole de ce qui avint en Espagne lonc tens après la mort de Karlemaine ; car li aumaçors de Cordres se vanta que il conquerroit toute Espagne ; ses oz asembla et fist moult de domages en la terre, mais puis s’en ala-il ausi come touz espoantez par les miracles que il vit.

[108]Ci endroit nous covient metre en memoire ce qui avint en la terre de Galice après la mort Karlemaine.

Lonc tens après fu li païs en pais, quant i princes Sarrazins, qui estoit aumaçors de Cordres, se mut par l’enticement du deable et se vanta que il conquerroit la terre d’Espagne et de Galice que Karlemaines avoit tolue à ses ancesors, et la ramenroit derechief à la loy paene. Ses oz assembla, la terre et le païs gasta en divers lieus, et vint jusques en la cité de Compostele où li cors monseigneur saint Jaque repose. Tout quanque il troverent dedenz pristrent et ravirent ; l’eglise du glorieus apostre destruistrent, dont ce fu granz dolors. Textes d’or, tables d’argent, croiz, encensiers et autres aornemenz ravirent. Dedenz l’eglise maismes herberjoient-il iaus et lor chevaus, et fesoient lor ordure delez le maistre autel de leanz. De ce se corrouça Nostres Sires et les en pugni en tel maniere que tuit cil qui ce fesoient estoient si esmeu dedenz les cors, que il metoient hors par desoz les boiaus et les entrailles. Li autre perdoient les ieuz et s’en aloient parmi l’eglise, une heure çà, autre là, com cil qui goute ne veoient. Li aumaçors maismes, qui mestres estoit d’iaus, perdi la veue du tout ; mais il la recovra toutes voies par le conseil d’un des prestres de l’eglise que il avoit pris. Cil li loua que il apelast l’aide Nostre Seigneur. Lors commença li Sarrazins à crier à haute voiz :

« O Dieux des crestiens, Diex de Jaques, Diex de Marie, Diex de Pierre, Diex de Martin et Diex de touz les crestiens, se tu me vieuz rendre mes ieuz et doner santé de ma veue, ausi come devant, je renoieré Mahomet mon Dieu et ne revendrai plus en la terre de Jaque, ton grant home, pour mal faire. O tu, Jaques, granz hons et granz sires, se tu me vieuz doner santé de mon ventre et de mes ieuz, je te rendrai quanque je ai pris en ta meson. »

xv jors après ce que il ot tot rendu à doble[109] et restabli quanque il avoit tolu[110] à l’eglise, il recovra santé des ieuz et dou ventre. De la contrée Saint Jaque se departi et promist que jamais en ces parties ne retorneroit pour rober ne por nul mal faire ; et bien recognoissoit et preechoit que li Diex des crestiens estoit puissanz et Jaques, ses deciples, granz hons.

Ensi s’en parti et s’en ala parmi Espagne, le païs gastant ; à une cité vint qui avoit non Orniz. En cele cité estoit une eglise moult noblement fondée en l’onor de saint Romain[111]. Si estoit moult bien garnie de pailes, de livres, de croiz d’argent et de texstes d’or. Li aumaçors, qui pas n’avoit oubliée sa cruauté, vint là et ravi quanque il trova dedenz ; la cité mist tout à gast[112] et à destrution. Si avint, quant il fu là herbergiez, que un de ses princes et des maistres de son ost entra en l’eglise Saint Romain. Si com il regardoit çà et là, si vit trop beles columpnes de pierre qui soustenoient le toit et la coverture de l’eglise ; si estoit sorargentées et dorées par amont ; et li Sarrazins, qui fu plains de felonnie et d’envie, prist un gros coing de fer et commença à ferir d’un mail, par merveilleus cous, en une crevace qui estoit en la columpne, ausi comme une jointure, et le fesoit en entention de l’eglise trebuchier. Mais Nostres Sires li monstra bien que il s’en corroçoit, car il fu tout maintenant muez en pierre naturel, et cele pierre est encore en l’eglise, en semblance d’ome. Si a tout autel color en robe et en visage com li Sarrazins portoit en l’eure que il fu muez, et seulent raconter li pelerin qui là vont que cele ymage rent puor[113].

Quant li aumaçors vit cele mervelle, il dist à ses privez : « Veraiement, moult est granz et puissanz li Diex des crestiens, qui tels columpnes a, qui, com li soient mort et trespassé de ceste vie, ont tel pooir que il destraignent et jousticent ensi ceus qui mal font à leur lieus, que il tolent aus uns les ieuz, les autres font vuider les entrailles dou cors et les autres muent en pierre. Jaques me toli les ieuz, Romains a fait de mon homme pierre ; mais Jaques est plus debonaires que cit Romains, car il ot pitié de moi et me rendi les ieuz, et cist Romains ne me vout rendre mon homme. Fuions-nous en de cest païs, que pis ne nous aviegne. »

Lors se departi li aumaçors de la contrée et emmena ses oz. Si ne fu puis nus si hardiz de lonc tens après, qui osast le païs envaïr, ne la contrée Saint Jaque.

Sachent donques tuit, que cil qui son païs et sa contrée troubleront, dampné seront sanz fin, et cil qui des Sarrazins la garderont et defendront deserviront la joie de Paradis par les merites monseigneur saint Jaque, à laquele nous donst touz parvenir par la proiere et par les merites monseigneur saint Jaque, li rois des rois, qui vit et regne en Trinité parfaite, par touz les siecles des siecles.

Ci faut l’estoire dou grant Karlemaine.



  1. Turpini historia Karoli magni, chap. xxi.
  2. Marsile et Baligant sont des personnages légendaires. D’après la Chronique de Turpin, suivie par l’auteur des Grandes Chroniques, ce seraient les deux frères, tous deux rois sarrasins envoyés en Espagne par l’émir de Babylone et tous deux régnant à Saragosse. D’après la Chanson de Roland (éd. Léon Gautier, vers 2614 et suiv.), Baligant serait l’émir de Babylone, le chef suprême de l’Islam, et Marsile son vassal.
  3. Voici, d’après la Chanson de Roland (éd. Léon Gautier, vers 127 et suiv.), les présents de Marsile :

    « De sun aveir vus voelt asez duner,
    Urs e leuns e veltres caeignez,
    Set cenz cameilz e mil osturs muez,
    D’or e d’argent quatre cenz muls trussez,
    Cinquante cares que carier feres ;
    Tant i avrat de besanz esmerez
    Dunt bien purrez voz soldeiers luer. »

  4. Les porz de Cisaire, latin : « portus Cisereos », auj. pays de Cize, vallée qui comprend le canton de Saint-Jean-Pied-de-Port en entier et la commune de Suhescun (P. Raymond, Dictionnaire topographique des Basses-Pyrénées).
  5. Blaives, auj. Blaye, Gironde, ch.-l. d’arr.
  6. Le royal ms. 16 G VI, fol. 175, ajoute ici en note : « Et n’orent cure des femmes, mais les refuserent pour ce que Sarrasines estoient. »
  7. Cette dernière phrase est de l’auteur des Grandes Chroniques.
  8. A ferir et à lancier as noz par darriers, à attaquer les nôtres par derrière, « primum cœpit post tergum subito percutere nostros ».
  9. Le royal ms. 16 G VI, fol. 176 vo, ajoute en note : « Après ceste victoire que les Sarrasins orent eue contre les crestiens, se retrairent les Sarrasins vers leur forteresce par l’espace d’une lieue », traduisant ainsi le texte latin : « Tunc Sarraceni una leuga retro redierunt. »
  10. Avoutiere, adultère.
  11. Ne lor guerredonast, ne leur récompensât.
  12. Le royal ms. 16 G VI ajoute en note : « Car il n’apartient pas à femmes que il (sic) soient menées en guerre nulle, ne mariées ne autres. »
  13. Daires, Darius.
  14. Ms. S. G. : empeecher. Le royal ms. 16 G VI ajoute en note : « Et peril à creature, et du corps et de l’ame », voulant traduire les mots : « Impedimentum animæ et corpori. »
  15. Enchient, tombent.
  16. Turpini historia Karoli magni, chap. xxii.
  17. Arrement, encre.
  18. Les choisi, latin : « exploravit illos », les remarqua.
  19. Auques loing, assez loin.
  20. Ruiste, violent.
  21. Se repognoient, se cachaient.
  22. Sachiée, tirée.
  23. On peut rapproccher ce passage des vers 2316 et suivants de la Chanson de Roland (éd. Léon Gautier) :

    « E ! Durendal, cum ies e clere e blanche !
    Cuntre soleill si reluis e reflambes ! »

  24. D’avenant leesce, de convenable largeur.
  25. Maumesture, détérioration.
  26. Enheudeure, poignée.
  27. De pomiau de beril, de pommeau de cristal.
  28. En aguisece, en pointe.
  29. Ysnele, prompte.
  30. Perecheux, paresseux.
  31. Turpini historia Karoli magni, chap. xxiii.
  32. « Cœpit altis sonis tonitruare. »
  33. Li Vaus Karlemaine, latin : « In valle quæ Caroli dicitur », auj. le Val-Carolis, qui désigne la gorge où coule la Nive ou ruisseau d’Arnéguy, par où l’on passe de Roncevaux à Saint-Jean-Pied-de-Port. Une localité située en Espagne, dans cette gorge, prov. de Navarre, porte aussi ce nom.
  34. Et bien estoit consachables, et avait bien la conscience.
  35. « Pur un sul levre vait tut le jur cornant ;
    Devant ses pairs vait il ore gabant »

  36. Routes, rompues.
  37. « Sur l’erbe verte s’i est culchiez adenz » (Chanson de Roland, vers 2358).
  38. A traire, à peiner, à être oppressé.
  39. « Erat enim mos, ut omnes pugnatores Eucharistia et confessione per manus sacerdotum, episcoporum et monachorum qui ibi aderant suas animas munirent ad bellum, antequam pugnam inirent. »
  40. Turpini historia Karoli magni, chap. xiii : Oratio Rotholandi comitis.
  41. Escharnissemenz, railleries.
  42. Deveer, interdire.
  43. Regehis, reconnais.
  44. Tu vieuz, tu veux.
  45. Mes raiembierres, mon rédempteur.
  46. Me sont à viuté, sont viles pour moi. « Omnia terrena michi vilescunt. »
  47.  « Deus li tramist sun angle cherubin,
    Seint Raphael, seint Michiel de l’Peril.
    Ensemble od els seinz Gabriel i vint.
    L’anme de l’Cunte portent en pareïs »

    (Chanson de Roland, éd. L. Gautier, vers 2393 à 2396).

  48. Turpini historia Karoli magni, chap. xxiv. Ce chapitre est composé d’une poésie latine écrite en l’honneur de Roland et intitulée : « De nobilitate, moribus et largitate beati Rotholandi martyris », ou encore : « Epitaphium comitis Rotolandi. »
  49. « Largus pauperibus, prodigus hospitibus. »
  50.  « Dogmata corde tenens plenus velut arca libellis,
    Quisquis quod voluit fonte fluente bibit. »

  51. L’auteur des Grandes Chroniques a omis de donner la traduction des deux derniers vers de la poésie latine :

    « Pro tantis meritis hunc ad celestia vectum
    Non premit urna rogi, sed tenet aula Dei. »

  52. Turpini historia Karoli magni, chap. xxv.
  53. On a dans le texte latin : « Sexto decimo calendas Julii. »
  54. Busineor, sonneur de trompette, « tubicinem virum ».
  55. Cette phrase est de l’auteur des Grandes Chroniques.
  56. Ou tret de la mort, sous le coup de la mort, « in agonia positum iuxta lapidem in monte ».
  57. Envers, sur le dos.
  58. « A grant dulur tiendrai pois mun reialme :
    Jamais n’iert jurz que ne plur ne m’en pleigne »

    (Chanson de Roland, éd. Léon Gautier, vers 2914-2915).

  59. Le royal ms. 16 G VI, fol. 179 vo, ajoute ici en note : « Tu t’en vas au païs perdurable et nous laissez cy aval touz tristes et courouciez de ta departie. La salle du ciel très replendissant te reçoit, et pleurs nous prennent et gemissemens. En l’aaige de xxxviii ans, ce monde cy aval delaissez et t’en vas ou ciel de Dieu justifié. Des viandes du ciel seras desoremais repeuz ; le ciel te reçoit a grant joie et le pueple te delaisse a grans pleurs. » Ce qui est la traduction des vers suivants, placés sur les lèvres de Charlemagne, dans Bibl. nat., ms. lat. 5925, fol. 145 vo. Cf. de Reiffenberg, Chronique rimée de Philippe Mouskes, t. I, p. 513, et Turpini historia Karoli magni, éd. Castets, p. 51 :

    « Tu patriam repetis, nos triste sub orbe relinguis,
    Te tenet aula nitens, nos lacrimosa dies.
    Sex qui lustra gerens, octo bonus insuper annos,
    Ereptus terræ justus ad astra redis,
    Ad paradisiacas epulas te cive reducto
    Unde gemit mundus gaudet honore polus. »

  60. Turpini historia Karoli magni, chap. xxvi.
  61. L’Èbre, « et invenit eos iuxta fluvium illum Ebra nomine iuxta Cæsaraugustam ».
  62. « C’est Pinabels de l’castel de Sorence » (Chanson de Roland, vers 3783).
  63. Le covine, la conspiration.
  64. Paulin Paris, dans son édition des Grandes Chroniques, t. II, p. 275, ajoute : « Et dist ainsi que la traïson avoit il faitte et pourparlée, et qu’il lui feroit regehir de bouche et recognoistre, et qu’il en avoit eu trente somiers chargiés d’or et d’argent et d’autres richesses. »
  65. Dans l’édition de Paulin Paris, cette phrase est ainsi développé : « Tout maintenant s’alerent armer et monterent aux chevaux, sans nul respect, et furent ensemble mis devant tous. Lors brochierent des esperons l’un contre l’autre, et ferirent et chapelerent tant comme il peurent l’un sur l’autre. Mais tout maintenant fu Pinabaux occis et mort sans nul retour. » Cette phrase, comme la précédente, ainsi que d’autres du même genre qu’il eût été fastidieux de relever, fut ajoutée par le copiste du manuscrit utilisé par P. Paris. Elles n’existent pas dans la Chronique de Turpin, dans le manuscrit de la bibliothèque Sainte-Geneviève qui la suit fidèlement, dans les manuscrits dont se servirent les éditeurs du Recueil des historiens des Gaules et de la France (t. V), dans le royal ms. 16 G VI du Brit. Mus., dans un grand nombre des meilleurs manuscrits de la Bibl. nat., tels que les ms. fr. 2608, 2615, 10135, 17270, 20350, etc., pas plus que dans le ms. fr. 2813 que Paulin Paris dit cependant avoir « fait exactement transcrire ».
  66. Turpini historia Karoli magni, chap. xxvii.
  67. Flairoient, répandaient de l’odeur.
  68. Turpini historia Karoli magni, chap. xxviii.
  69. Sur le cimetière d’Arles, voir Joseph Bédier, Les légendes épiques, t. III, p. 354 à 360. On montrait aux Aliscamps, dans l’église Saint-Honorat, le tombeau de Roland (ibid., p. 360, n. 2).
  70. Le texte de la Chronique de Turpin permettra d’identifier ces évêques et d’éviter ainsi les erreurs de Paulin Paris (Grandes Chroniques, t. II, p. 276 et 277) : « Scilicet Maximini Aquensis (Aix), Trophimi Arelatensis (Arles), Pauli Narbonensis (Narbonne), Saturnini Tolosanensis (Toulouse), Frontonis Petragoricensis (Périgueux), Martialis Lemovicensis (Limoges), Eutropii Sanctonensis (Saintes). »
  71. On a dans le texte latin : « Illi qui in acie Garzim montis gladiis intacti obierunt. » C’est donc la colline de Monjardin qui est désignée ici et non le mont Gargan. Cf. infra, p. 239.
  72. Turpini historia Karoli magni, chap. xxix.
  73. Sur les motifs qui ont fait transporter, par la légende, le corps de Roland à Blaye, voir l’article de M. C. Jullian, la Tombe de Roland à Blaye, dans Romania, t. XXV (1896), p. 161-173. Cf. Joseph Bédier, op. cit., t. III, p. 345 à 354.
  74. L’église collégiale de Saint-Seurin, une des plus antiques de Bordeaux (voir Bédier, Les légendes épiques, t. III, p. 341 à 345, et Camille Jullian, Histoire de Bordeaux, p. 116 et 117). Le pseudo Turpin dit : « Sed et tubam alius postea in beati Severini basilicam apud Burdegalam indigne transtulit. » Philippe Mouskes, éd. de Reiffenberg, t. I, vers 9024 à 9032, qui dit aussi que le cor de Roland fut :

    «… mis à Bordiaus
    En l’eglise de Saint Sevrin »,

    ajoute que son épée fut envoyée à Charlemagne :

    « Mais par tant qu’ele estoit si bonne
    L’en osterent puis li kanonne,
    Si l’envoiierent Carlemainne. »

  75. Belin, Gironde, arr. de Bordeaux, ch.-l. de cant. Cf. Bédier, ibid., p. 340.
  76. On a dans le texte latin : « Gaiferus rex Burdegalensis, Engelerus, dux Aquitaniæ, Lambertus Bituricensis. »
  77. « Et xxx psalteria, totidemque missas cum vigiliis ceteris plenariis defunctorum obsequiis ante festum eorum annuatim » (Bibl. nat. ms. lat. 5925, fol. 146 vo). « In commemorationem eorum annuatim » (Turpini historia, éd. Castets, p. 55).
  78. Morlaine, latin : « Morlanum. » C’est donc Morlaas, Basses-Pyrénées, arr. de Pau, ch.-l. de cant., et non Mauléon, comme l’indique Paulin Paris, Grandes Chroniques, t. II, p. 279.
  79. Blaives. C’est une erreur reproduite par beaucoup de manuscrits. On a dans le texte latin : « In cimiterio in Ailis campis » ; il faut donc ou cimitiere d’Aleschans.
  80. Ms. lat. 5925, fol. 147, XII milia ; royal ms. 16 G VI, fol. 181, « xiim » ; Turpini historia (éd. Castets, p. 56), « duodecim millia ».
  81. Turpini historia Karoli magni, chap. xxx.
  82. À partir de : là fist asembler concile jusqu’à congié prist aus martyrs, on a une double interpolation, que Paulin Paris avait déjà fait remarquer en partie dans son édition des Grandes Chroniques, t. II, p. 281, n. 2. La leçon la plus ancienne de la Chronique de Turpin, représentée par deux manuscrits de la Bibliothèque nationale, ainsi que l’a établi Gaston Paris dans sa thèse : De pseudo Turpino, dit seulement : « Cum suis exercitibus Parisiacam rediit urbem. Deinde veniens ad ecclesiam beati Dyonisii, eundem locum honoravit et obsecrationibus et oblationibus. Qui cum aliquantis diebus ibi moram fecisset, tandem apud Aquisgrani versus Leodium pervenit et balnea aqua calida et frigida temperata in eadem villa sedule perfecit, etc… » (Bibl. nat., ms. lat. 17656, fol. 43 vo). Le chroniqueur ne fait donc aucune allusion aux privilèges qui auraient été alors accordés à Saint-Denis. Dans leurs éditions, MM. de Reiffenberg (chap. xxxi) et F. Castets (chap. xxx), suivant les leçons les plus répandues, donnent après « Parisiacam rediit urbem » une longue interpolation qui commence par : « Tunc adunato episcoporum et principum concilio. » L’auteur des Grandes Chroniques suivit cette interpolation jusqu’à « et omnes servos qui hos nummos libenter darent manumisit », et que cil qui serf estoient devant ce fussent franchi. Le reste de l’interpolation dans laquelle est racontée une apparition de saint Denis à Charlemagne et qui est traduite dans le ms. fr. 1830, fol. 73 vo de la Bibliothèque nationale, a été remplacé par une sorte de commentaire de l’auteur des Grandes Chroniques. Dans le ms. lat. 5925, fol. 147, de la Bibliothèque nationale, après la première partie de l’interpolation se terminant à « et omnes servos qui hos nummos libenter dabant, liberos fecit », on a laissé une colonne et demie en blanc, comme si l’on avait hésité à donner alors le reste de l’interpolation. Dans la suite, on ajouta d’une autre main : « Hiis igitur devotissime sic peractis, rursum cunctis audientibus, sic ait : ut habetur in parvis cronicis », et le récit continue au verso de ce folio, non après la fin de l’interpolation, mais au début du chapitre dans lequel Turpin raconte la vision qu’il eut à la mort de Charlemagne, à ces mots : « Tunc modicum commorati, vix completo psalmo », Je n’oi pas pardit le psiaume que je avoie encommencié (voir supra, p. 291).
  83. Latin : « Unusquisque possessor uniuscuiusque domus totius Galliæ. »
  84. Turpini historia Karoli magni, chap. xxxii.
  85. Feeus Dieu, les fidèles de Dieu.
  86. Dans le texte de la Chronique de Turpin, on a : « Tetrorum agmina innumerabilia militum ante me præterire, ac versus Lotharingiam tendere agnovi. »
  87. Pardit, achevé de dire.
  88. Dans le texte de la Chronique de Turpin, on a seulement : « Galecianus sine capite. »
  89. Le début de ce chapitre, jusqu’à « Plusor signe avindrent », n’est pas emprunté à la Chronique de Turpin. Ce qui se rapporte au testament de Charlemagne fut emprunté au texte même de ce testament rapporté par Éginhard dans la Vita Karoli magni, chap. xxxiii.
  90. Dans le testament de Charlemagne, on ne compte que vingt et un archevêchés ; celui de Narbonne fut ajouté par l’auteur des Grandes Chroniques.
  91. On a dans le texte latin : « Forum Julii », qui est plutôt Cividale del Friuli, auj. Italie, prov. d’Udine, que Fréjus (Var).
  92. Latin « Gradus », auj. Grado, port d’Autriche, sur l’Adriatique, à l’entrée du golfe de Trieste.
  93. Saleburc, auj. Salzbourg, Haute-Autriche, ch.-l. de la prov. de ce nom.
  94. Alle, Arles.
  95. Ebredune, Embrun.
  96. Darentoise, latin « Darantasia », auj. Moutiers-en-Tarentaise, Savoie, ch.-l. d’arr.
  97. Seanz, Sens.
  98. Cf. Éginhard, Vita Karoli magni, chap. xxxi
  99. Ces détails sur la sépulture de Charlemagne furent empruntés aux Annales d’Éginhard, année 814, addition (Pertz, Monumenta Germaniæ historica. Scriptores, t. I, p. 201). Cf. Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 186. Dans la Vita Karoli magni, chap. xxxi, Éginhard donne une description plus simple du tombeau de Charlemagne : « In hac [basilica] sepultus est, eadem die qua defunctus est, arcusque supra tumulum deauratus cum imagine et titulo exstructus » ; suit le texte de l’inscription. Sur la sépulture de Charlemagne, qui aurait été simplement en terre sous le dallage de la chapelle palatine, voir la communication de M. F.-A. de Mély sur le Tombeau de Charlemagne à Aix-la-Chapelle à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, dans ses Comptes-rendus des séances de l’année 1915, p. 342 à 362.
  100. D’après Éginhard, Vita Karoli magni, chap. xxxii.
  101. Cette dernière phrase est la traduction de celle qui termine la Chronique du pseudo-Turpin, et en est la conclusion dans l’édition de Reiffenberg donnée à la suite de la Chronique rimée de Philippe Mouskes, t. I, p. 518. Dans l’édition de F. Castets, cette phrase termine le chapitre xxxii (p. 62).
  102. Dans la fin de ce chapitre, on a la traduction de la majeure partie de l’appendice A publié par M. F. Castets à la suite de son édition de la Chronique de Turpin, sous le titre de : « Calixtus Papa, de inventione beati Turpini episcopi et martyris » (p. 65).
  103. Roules, rouleau, latin « rotulus ».
  104. Turpini historia Karoli magni, chap. xxxiii (éd. Castets).
  105. Granople, latin « Gratianopolis », Grenoble.
  106. Sehon, roi des Amorrhéens, et Og, roi de Basan, voulant s’opposer au passage des Hébreux qui se dirigeaient sur la Palestine, furent défaits et tués (Nombres xxi, 21 à 35).
  107. « In terram scilicet Theutonicam » (ms. lat. 5925, fol. 148 vo).
  108. Ce chapitre est la traduction de l’appendice C publié par M. F. Castets, à la suite de son édition de la Chronique de Turpin, sous le titre : « De Altumaiore Cordubæ » (p. 67).
  109. À doble, au double.
  110. Ms. S. G. : toloit.
  111. Sur les reliques de saint Romain conservées en Espagne et en Portugal, voir Acta Sanctorum, 28 février, t. III, p. 739, § III : « Cujus Romani reliquiæ adserventur apud Orichios in Lusitania, et in Hirnisgensi monasterio in Hispania. »
  112. Mist à gast, ravagea.
  113. Rent puor, répand une mauvaise odeur.