Les Grandes Chroniques de France/III/Livre deuxième

Texte établi par Jules ViardÉdouard Champion, libraire de la Société de l’histoire de France (3p. 90-139).

LIVRE DEUXIÈME

Ci commencent li chapitre du secont livre de l’estoire Karlemaine.

Li premiers parole coment il fu coronez à l’empire, en la cité de Rome, et coment il dampna ceus par essil qui avoient laidi l’apostoile Leon, et puis des croules de terre qui furent par le monde et des messages et des presenz Aaron le roi de Perse, et puis des messages Helene l’empererriz de Costantinoble.

Li seconz parole coment li Brebançon et li Flamenc sont atrait de la gent de Saisoigne, et puis de Godefroi, le roi de Danemarche, comment il prist parlement à l’empereor, et puis pourquoi li apostoiles Leons vint à lui, et de Cappane un prince des Huns, et puis coment li empereres envoia Challot, son fil, à ost sor les Esclavons, et coment li empereres assena terres à ses iii fiuz. Après, coment il envoia Challot, son fil, sor les Sorabiens et Pepin sor les Mors.

Li iii parole de diverses eclipses de soleil et de lune en divers tens, des messages et des presenz le roi de Perse, et puis comment li empereres envoia Bulcart, un des princes de son palais, pour defendre l’isle de Corse[1] contre les Mors et quant il furent desconfit, et puis de Nicethe, un prince l’empereor de Costantinoble qui amena navie pour gaster Ythalie, et du roi Pepin coment il donerent trives li uns à l’autre, et puis coment li empereres envoia Challot, son fil, contre Godefroi, le roi de Danemarche, et puis coment cil roi Godefroi commença à clorre un païs de murs d’une mer jusques à l’autre.

Li iiii parole coment Radulph, li rois des Nordenbriens, fu chaciez de son roiaume et restabliz arriers par les messages l’empereor ; coment li empereres des Griex envoia derechief son navie contre le roi Pepin pour destruire Lombardie, et coment il s’en retorna sanz riens faire ; coment li rois Loys, fiuz l’empereor, ostoia en Espagne ; coment Godefroiz, li rois des Danois, s’escusa vers l’empereor de soupeçon. D’un concile que li empereres assembla, et puis coment il fonda une cité pour defendre sa terre des estranges nations.

Li v parole coment Amorz, li prevoz de Sarragouce, promist aus genz l’empereor que il se rendroit à li, lui et ses citez et ses chastiaus ; coment li Mor d’Espagne entrerent ou roiaume de Sardagne et destruistrent l’ile de Corse[2] ; coment li rois Pepins de Lombardie assist Venise par mer et par terre ; coment li empereres mut hastivement contre Godefroi, le roi de Danemarche, et coment il fu occis ; coment li empereres oï noveles de la mort Pepin, son fil, le roi de Lombardie, et coment li messages Nicephore, l’empereor de Costantinoble, prist congié, et coment li empereres envoia ovec lui ses propres messages.

Li vi parole coment li prince de France et de Danemarche assemblerent pour confermer la pais entre Amingue, lor roi, et l’empereor ; coment li empereres envoia iii paire d’oz en iii parties, et coment li François desconfirent les Huns, et puis coment li Hun requistrent à l’empereor terre pour habiter ; coment li empereres ala à Bologne pour vooir sa navie. Des presenz Amingue, le roi des Danois ; de la mort Charles, l’ainsné fil l’empereur, et de la mort Amingue, le roi des Danois. Coment Nicephores li empereres des Griex fu occis, et puis coment li empereres envoia Bernart, son neveu, à granz oz contre le navie d’Aufrique et d’Espagne qui devoient venir en Ythalie.

Li vii parole coment li empereres fist ordener le servise de sainte Eglise ou roiaume de France, et puis coment il asembla concile et fist disputer de la procession du Saint Esperit. Des messages que il envoia à Michiel, l’empereor de Costantinoble, et coment il acompagna à l’empire Loys, son fil, le roi d’Aquitaine, et coment il dona à Bernart, son neveu, le roiaume de Lombardie, et puis coment il fist assembler v conciles ou roiaume de France, en divers lieus, pour amender l’estat de sainte Eglise. De la desconfiture Michiel, l’empereor des Griex, et puis coment Crumas, li rois de Bulgrie, fu desconfiz devant Costantinoble.


I.
Coment il fu coronez à l’empire en la cité de Rome et coment il dampna ceus par essil qui avoient laidi l’apostoile Leon, et puis des croules de terre qui furent par le monde et des messages et des presenz Aaron, le roi de Perse, et puis des messages Helene, l’empererriz de Costantinoble.

[3]Le jor de la Nativité, entra li rois en l’eglise Saint Pere, droit en ce point que l’on devoit celebrer la grant messe. Ensi come il se fu enclinez en oreson devant l’autel, li apostoiles Leons li assist la corone emperial sor le chief. Lors comença li poples à crier en tel maniere : « Au grant Karlemaine, Auguste, coroné de Dieu, paisible empereor des Romains, soit vie et victoire. » Après ces loenges du pople, li papes l’aorna[4] et vesti de garnemenz emperiaus, selonc la costume des anciens princes. Le non de patrice mist jus et fu apelez d’iluec en avant empereres et augustes. Poi de jors trespasserent après que il commanda que cil qui[5] l’apostoile Lyon avoient desposé fussent devant lui amené. Questions fu desputée sor le fait et puis furent jugié et dampné, selonc les loys de Rome, des chiés perdanz[6]. Mais li apostoiles proia tant pour els envers l’emperere que la vie et li membre lor furent doné ; mes totes voies furent-il dampné par essil por la grant felonie de lor fait. De ce cas furent parçonier Pascaises li donerres, Campules li saqueliers[7], et maint autre noble home de la cité qui tuit furent parçonier de la sentence, ausi com il orent esté du fait. Tout cel yver demora li empereres en la cité pour ordener des besoignes et pour reformer l’estat de la chose commune, et non mie tant seulement des besoignes qui apartenoient à la vile, mes de celes qui aferoient à l’apostoile et à tote la terre d’Ythalie ; car il ne fist ainques gaires autre chose en tote la saison. Après, son fil Pepin envoia grant partie de son ost en la duchée de Bonivent.

Après la Resurrection, en la vii kalende de mai[8], se parti li empereres de Rome et s’en ala en la contrée des Vaus d’Ispolite[9]. Tandis com il demoroit là, fu merveilleusement granz crolles de terre en ce mois meesmes, et en la seconde heure de la nuit[10]. Si fu ceste tempeste par toute Ythalie si granz que les citez et les montaignes meesmes fondirent en aucuns lieus. De ce crole trembla l’eglise de Saint Pol en la cité de Rome, si forment que grant partie des tres et de la coverture chai jus. En ce tens mesmes crolerent aucun lieu en Alemagne, entor le Rim, et en aucuns lieus en France, et fu granz pestilence en cele année pour le tens qui ot esté mous et destrempez.

Des Vaus de Spolite se parti li empereres et s’en ala à Ravane[11]. Là li dist-on que li message Aaron, le roi de Perse, estoient arivé au port de Pise. Encontre els envoia jusques entre Verziaus et Yvorie[12]. Dui estoient cil message et à divers seigneurs. Cil qui estoit venuz de par Aaron, le roi de Perse, estoit droiz Persiens nez d’Orient, li autres estoit Sarrazins nez d’Aufrique ; si estoit envoiez de par l’amiraut Abraham[13]. Quant il furent amené devant l’empereor, li messages Aaron, le roi de Perse, li dist que Ysaac li juis que il avoit envoié Aaron, le roi de Perse, iiii anz avoit ja passez, ovec ii autres messages, Lanfroi et Sigismont, estoit retornez et aportoient granz dons et granz presens. Mes Lanfroiz et Sigismonz estoient mort en la voie. Lors envoia li empereres Archembaut, son notaire, en Ligurie, pour apareillier la navie en quoi li elefanz et li autre present fussent amené. [[14]Moult aporta li messages le roi d’Aufrique biaus presenz. Entre les autres presenta à l’empereor le cors saint Cyprien, le martyr evesque de Cartage, et de saint Sperat, le premier martyr de Scillitaine, et le chief saint Panthaléon]. La feste de saint Jehan Baptiste celebra li empereres en la cité d’Yvorie. Après, trespassa les monz et retorna en France.

En cele année fu prise Barcinone[15], une cité d’Espagne qui par ii anz avoit esté assiegé. Si fu pris Zathons[16], li chevetains de cele cité, et plusor autres Sarrazins. Si refu prise une autre cité de Lombardie qui a non Theate[17], destruite fu et arse et maint chastel qui à cele cité se tenoient, desquiez li un furent pris par force et li autre rendu. Si fu pris Roselins[18], li prevoz de cele cité. Cil Roselins et li autres Zatons furent amené devant l’empereor et dampné par essil.

Ou mois d’octovre de cele année meesmes, arriva au port de Venise[19] li juis Ysaac, que li empereres avoit envoié au roi de Perse. A l’empereor presenta un elephant[20] et mainz autres riches presenz. Et pour ce que il ne pot passer les monz pour l’yver et pour les granz nois, le fist li empereres sejorner toute la saison en la cité de Verziaus, et il s’en ala à Es la Chapele et i celebra la Nativité Nostre Seigneur.

[21]En ce tens, envoia Helene[22], l’empererriz de Costantinoble, à l’empereor un message qui avoit non Leons[23], pour confermer pais et amor entre les François et les Griex, et quant il s’en vot partir de cort, li empereres envoia ovec lui en message à l’empererriz, Yesse, l’evesque d’Amiens[24], pour autel choses meesmes come cil estoit venuz, et si envoia ovec lui le conte Heligant.

La sollempnité de Pasques celebra li empereres à Es la Chapele. Ou mois de jugnez après, vint à l’empereor li juis Ysaac et amena l’elephant que il avoit gardé tout l’yver en Lombardie[25].

En ce point furent prises ii citez de Lombardie, Orthone[26] et Leuthere[27], qui contre l’emperere s’estoient longuement tenues. Leuthere fu prise par grant asaut, car ele estoit assegié a grant plenté de gent. Entor la forest d’Ardan demora li empereres tot cel esté, et se deduist en chaces de bestes sauvages. Sez oz envoia contre les Saines ; toute la terre qui est outre le flueve d’Albe gasterent et mistrent à destruction.

En ce tempoire, prist Grimoarz, li duc de Bonivent, Aguinigise, le duc d’Espolite, en la cité de Nuchieres[28] ; mes il le tint totes voies honorablement en prison.[29]En cel yver, fu croles et movemenz de terre entor le païs d’Es la Chapele, et pestilence et mortalitez après.[30]Là celebra li empereres, cele année, la feste de la Nativité.

[31]Guinigises, que Grimoarz li dux de Bonivent ot pris, si com nous avons dit, fu renduz.

En ce point retornerent li message l’empereor, que il ot envoiez en Costantinoble ; si vindrent ovec els li message Nicephore, l’empereor qui lors governoit l’empire, car li Grec avoient desposée Helene, l’empererriz[32], quant li message l’empereor Challemaine furent là venu. Cil message estoient ensi nomé : Michiaus, Pierres et Kalistes[33]. En ce point que il vindrent à l’empereor, il estoit en Alemagne sor le flum de Salah[34], en un lieu qui a non Calz[35]. La forme de la pais pour quoi il estoient venu pronuncierent en escrit. Quant il orent demoré à cort, tant com il lor plot, il retornerent en Costantinoble et porterent à lor seigneur l’epistre l’empereor Karlemaine. Après ces choses s’en ala li empereres en Baiviere ; là ordena des besoignes de Pannonie et puis retorna à Es la Chapele au mois de decembre ; là demora tant de la saison que la Nativité Nostre Seigneur fu passée.


II.
Coment li Brebançon et li Flamenc sont atrait de la gent de Saisoigne, et puis de Godefroi le roi de Danemarche ; coment il prist parlement à l’empereor, et puis pourquoi li apostoiles Leons vint à lui, et de Cappane un prince des Huns, et puis coment li empereres envoia Challot, son fils, à ost sor les Esclavons, et coment li empereres assena terres à ses III fiuz. Après, coment il envoia Challot, son fil, sor les Sorabiens et Pepin sor les Mors.

[36]Quant la saisons novele fu revenue et il fist tens covenable pour ostoier, li empereres assembla ses oz pour ostoier en Saisoigne. En la terre entra a grant force. Touz les Saines qui habitent delà le flum d’Albe[37] fist passer par de deça en France, et fames et enfanz. Lor païs dona à une autre maniere de gent qui sont apelé Abrodite. De cele gent sont né et atrait, si com l’on dit, li Brebançon et li Flamenc, et ont encores aucuns cele meesme langue[38]

En ce point vint Godefroiz, li rois de Danemarche, a grant ost et a grant navie, à un lieu qui est nomez Ylietrop[39], car il avoit devant promis à l’empereor que il vendroit à li à parlement. Mes il li menti de covenant, car il n’i vint pas par le conseil de sa gent. Li empereres l’atendi sor le flum d’Albe en un lieu qui a non Holdimist[40], et quant il vit que il ne vendroit pas, il li manda par messages que il li rendist les fuitis. Quant ce vint vers le mi septembre, li empereres repaira vers la cité de Cologne, ses oz departi ; en chaces de bois s’ala deduire en la forest d’Ardane et puis repaira à Es la Chapele. Entre ces choses li vindrent noveles que li Apostoiles li mandoit que il voloit celebrer ovec lui la Nativité où quanque ce fust. De ces noveles fu li empereres moult liez et envoia Challe, son fil, encontre lui jusques à Saint Morise d’Agaune[41], et li commanda que il le receust honorablement. Il meesmes ala encontre lui jusques à Rains ; en la cité de Karisi[42] le mena ; là celebrerent ensemble la sollempnité de la Nativité. D’iluec se partirent après et s’en alerent à Es la Chapele[43]. Un poi de la saison demora à cort ; moult l’onora li empereres de dons et de joiaus, et quant il s’en vot retorner, li empereres le fist conduire par Baiviere jusques à la cité de Ravenne, pour ce que il li plesoit par là à retorner. La raison pour quoi li Apostoiles vint ensi à l’empereor, si fu pour ce que on disoit communement, et en estoient ja noveles venues à l’empereor, que li sains sans Nostre Seigneur avoit esté trovez en la cité de Manthue ; et pour ce li ot li empereres mandé que il enqueist la verité de ceste chose. Et li apostoiles qui ot trové achoison d’issir de son païs s’en vint parmi Lombardie, ausi come por enquerre la verité de tiex noveles. Mes l’estoire se taist de la fin de ceste besoigne[44].

[45]Poi de tens trespassa après que Cappanes[46], li princes des Huns, vint à l’empereor por son besoing et por la neccessité de son pople, et li requist que il li donast terre et region pour habiter, à lui et à sa gent, entre Carminthe et Salbarie[47], car il ne pooient mès demorer en lor propre terre pour les assauz et pour les guerres des Esclavons. Li empereres le reçut moult debonairement pour ce meesmement que il estoit bons crestiens ; sa requeste li otroia, dons li dona et puis s’en retorna ; mès il ne vesqui pas puis longuement que il fut repairiez à sa gent. Kaganes, qui après lui fu sires des Huns, requist à l’empereor par un de ses princes que il li soffrist à avoir autel honor et autel seignorie entre les Huns, come Capanes ses devanciers soloit avoir, et li empereres li otroia volentiers ce que il requeroit, et vot que il eust la cure de la seignorie de tot le roiaume selonc les ancienes costumes du païs.

En cele année meesmes, assembla li empereres ost ; à Challe, son fil, le livra pour conduire sor les Esclavons qui sont apelé Behem[48]. Toute lor terre degasta et occist lor prince qui avoit non Bechones, puis retorna à son pere en la forest de Vousague, en une lie qui est nomez Chans[49] ; car li empereres s’estoit departiz d’Es la Chapele le mois d’aoust et estoit passez en cele forest par la cité de Mez et de Theodone[50]. Et quant li oz que Challes ses fiuz ot mené en Esclavonie fu departiz, il repaira pour yverner à Theodone. A li vindrent là si dui fil, Pepins et Looys, et celebrerent ovec lui la sollempnité de la Nativité.

[51]Après la feste, vindrent à lui dui duc des Veniciens, Gileriques et Benoiz, et uns autres dux de Jadere[52] qui avoit non Pos, et Doneez[53], evesques de cele meesme cité. Message estoient d’une gent qui sont nomé Dalmacien[54] ; dons et presenz li aportoient. Lors ordena li empereres à sa volenté du pople de Venise et de Dalmacie. Après ce que cil message s’en furent parti, il asembla general parlement de ses barons pour ordener de pais et de concorde entre ses fiuz, et pour doner partie de terre à chascun, si que chascuns seust asener à sa part[55], se il avenoit par aventure que il le sorvesquissent. De ce fu faiz testamenz et constitutions[56] et de garder pais et concorde entre ses fiuz, et si fu confermé par le sairement de toz les barons. Après, en fist li empereres chartre escrite qui fu envoiée à l’apostoile Leon pour ce que il la confermast par sa bulle et par la subscription de sa propre main ; et li apostoiles, qui volentiers le fist, la conferma si come li empereres meesmes le devisa.

Après ce parlement, se parti li empereres de Theodone et lessa ses ii fiuz, chascun en son roiaume : Looys ou roiaume d’Aquitaine et Pepins en celi de Lombardie. Le Rim et la Mousele passa à nage, si s’en ala à la cité de [Nimègue][57]. Là fist la xlne[58], et celebra la Resurrection. Après un poi de tens s’en ala à Es la Chapele ; ses oz assembla ; si les livra Challe, son fil, pour ostoier en Esclavonie sor une gent qui sont apelé Sorabien et habitent d’une part sor le flum d’Albe[59]. A els ot grant bataille ; là fu occis Milduhoc[60], li dus des Esclavons. ii chastiaux fermerent François en cele voie, un sor le rivage d’un flum qui a non Sahale et l’autre sor le flum d’Albe[61] ; et quant Challes ot ensi les Esclavons dontes et humiliez, il retorna à son pere et tot son ost qui lors estoit sor la riviere de Muese, en une lieu qui a non Silli[62]. En cele années meesmes, fist li empereres asembler granz oz en Baiviere, en Alemagne et en Borgoigne, et les envoia en une terre qui est apelée Beheim[63]. Grant partie de cele terre degasta par feu et par occision, puis s’en retorna sanz grief et sanz domache.

En cele année, envoia Pepins, li rois de Lombardie, contre les Mors, en l’isle de Corse, qui sovent destruisoient cele contrée ausi come par acostumance[64]. Mès il ne l’atendirent pas, ainz s’en retornerent quant il sorent que cele navie venoit ; Hadumares, li cuens de la cité de Genes, y fu occis pour ce que il se combati contre els trop folement.

En ce tens, se tornerent li Navarrois et li Pampelunois à la loi de Sarrazins[65] ; mès puis se repentirent et repairierent à la foi de sainte Eglise[66].

Nicephores, li empereres de Constantinoble, envoia derechief grant navie par Nicete, un de ses princes, por recovrer se il peust l’isle de Dalmacie[67]. Li message qui au roi avoient ja esté envoié près avoit de iiii anz, de Grece, retornerent lors en la navie des Griex[68]. En cele année celebra li empereres la Nativité Nostre Seigneur à Es la Chapele[69].


III.
De diverses eclipses de soleil et de lune en divers tens, des messages et des presenz le roi de Perse, et puis comment li empereres envoia Bulcart, un des princes de son palais, pour defendre l’isle de Corse contre les Mors et quant il furent desconfit, et puis de Nicethe, un prince l’empereur de Costantinoble, qui amena navie pour gaster Ythalie, et du roi Pepin coment il donerent trives li uns à l’autre, et puis coment li empereres envoia Challot, son fil, contre Godefroi le roi de Danemarche, et puis coment cil Godefroi commença à clorre un païs de murs d’une mer jusques à l’autre.

[70]En la iiii kalende de septembre, de l’année devant trespassée, fu eclipses de lune[71]. Lors estoit li solaus en la xvie partie du signe de la Virge, et la lune en la xvie partie du signe de Poissons. En cele année, droit en la seconde kalende de fevrier, fu la lune xviie, quant l’estoile de Jovis[72] fu veue trespasser ausi come parmi. Et en la tierce yde de fevrier, fu eclipses de souleil en plain midi[73] ; si estoit l’une et l’autre estoile en la xxve du signe qui est apelez Acaires[74]. Derechief fu eclipse de lune en la iiiie kalende de marz[75], et aparurent en l’air compagnies de merveilleuse grandeur ; si estoit li soleus en xie partie des Poissons et la lune en xie partie de la Virge, car l’estoile de Mercure fu veue en mi le cors du soleil ausi come une petite thache noire en la xvie kalende d’avril[76], qui un poi devant ce ot esté moiene ou centre de cele meesme estoile. Si fu veue en tele maniere par vii jors ; mais l’en ne pot apercevoir [quant elle i entra, ne][77] quant ele en issi, pour l’empeechement des nues. Derechief, fu eclipse de lune ou mois d’aoust, en xie kalende de septembre[78], en la tierce heure de la nuit ; si estoit li solauz en la quinte partie de la Virge et la lune en la quinte partie des Poissons. En tel maniere fu la lune iii foiz enoscurcie et li solauz une, du septembre de l’an devant jusques au septembre qui après vint.

Raberz, que li empereres avoit envoié en message en Orient, morut en son retor. En ce point vint à l’empereor Abdelles, li messages le roi de Perse, en la compagnie de ii moines, Georges[79] et Felix, qui estoient message Thomas le patriarche de Jerusalem. Cil Abdelles qui messages estoit au roi de Perse aporta dons et presenz de par son seigneur ; c’est à savoir tentes et paveillons et un tref[80] de merveilleuse grandor et de très grant biauté, car il estoit de fine soie et li très et les cordes, et enluminez de diverses colors ; et si li aporta dras de soie riches et precieus et vessiaus pleins de baume et de laituaires[81] confiz de precieuses espices, et plains d’oudors aromatiques. Entre les autres presenz, li envoia uns hologes de lestum, ovrez par merveilleuse mestrise[82]. En ces hologes estoit ordenez li cors de xii heures du jor, et autretant de pillonestes[83] d’arain qui en la fin de l’eure chaoient sor un timbre et le fesoient resoner melodieusement. Moult autres granz subtilitez estoient en ces hologes, qui trop seroient longues à raconter, car en la fin des xii heures saloient hors xii chevalier par xii fenestres que il ovroient en lor issir, et puis les reclooient par engin quant il entroient dedenz. Entre ces autres presenz, li aporterent ii candelabres de cuivre[84], granz et engingneusement ovrez. Tuit cil don furent presenté à l’empereor en son palais de Es la Chapele. Ce message et les ii moines qui estoient venu de par Thomas le patriarche de Jerusalem, fist l’empereres demorer ovec lui une piece du tens. Au departir les honora de riches dons, et puis commanda que il fussent conduit en Ythalie pour atendre tens covenable pour passer.

En cel an meismes, envoia li empereres Burchart, un des princes de son palais[85], a grant navie pour defendre l’isle de Corse contre les Mors, qui sovent degastoient cele ysle ausi come par acostumance. Selonc la costume estoient ja issu d’Espagne et estoient premierement arivé en Sardagne. Aus genz du païs s’estoient combatu, mès il furent desconfit et perdirent bien iiim homes. De là s’en vindrent, voiles tendues, en cele ysle de Corse. Mès au port où il ariverent, troverent le conte Bulchart et sa navie tout pareillié de combatre ; ensemble se combatirent, mès li Mor furent desconfit et chacié et perdirent moult de lor gent, et si retint li cuens Bulcharz xiii de lor nés. En cele année troverent fortune contraire en toz les lieus où il arriverent ; si disoient-il meesmes entre els que ce estoit pour ce que il avoient, en l’année devant, pris lx moines en l’isle de Pathalaire[86] et venduz en Espagne ; desquiex aucun retornerent puis en lor païs par la franchise de l’empereor du païs[87].

En ce point fist pais à Pepin, le roi de Lombardie, li patrices Nicethes qui a toute la navie de l’empereor de Costantinoble demoroit adonc en Venise. Trives donerent li uns à l’autre, qui devoient durer jusques au mois d’aoust ensuient : atant retorna en Costantinoble. Karles, li empereres, celebra la Nativité à Es la Chapele.

[88]En cele année fu li yvers mous et plains de pestilences. Au noviau tens, retorna li empereres en la cité de Noion[89]. Là fist le jeune de la sainte xle[90] et i celebra Resurrection, et puis retorna à Es la Chapele. Là, li fu nuncié que Godefroiz, li rois de Danemarche, estoit entrez es contrées des Abrodiciens qui estoient en s’aliance et ausi come en sa garde. Pour ceste besoigne envoia Challot, son fil, au flueve d’Albe, a grant ost de François et de Saines, et li commanda que il contrestast à ce roi forsené, se il voloit entrer en Saisoigne. Mais la chose avint autrement, car il se tint grant piece sor le flueve d’Albe et prist aucuns des chastiaus d’Esclavonie, et au darrenier s’en retorna-il en Danemarche, a grant domache de sa gent. Et tout eust-il chacié Drogon[91], le duc des Abrodiciens, qui pas ne se fioit bien en son menu pople, et eust pendu un autre duc qui Godelaibbes avoit non, et presque ii des parties de la terre faites tributaires. Si perdi-il totes voies grant partie de son ost et des meillors que il eust ; entre les autres Reginolde, un sien nevou, fil de son frere, et plusors autres nobles homes de sa terre qui furent occis à l’asaut d’un chastel. Et Challes, li tiuz l’empereor, qui contre li ot esté envoiez, fist tandis un pont sor le flum d’Albe ; son ost conduist outre au plus tost que il pot sor ii manieres de gent qui sont apelé Linone et Megilde[92], pour ce que ci dui pople s’estoient sozmis et alié aus Danois. Lor regions destruist et gasta : le flum d’Albe repassa et se reçut en Saisoigne.

En cele ost que li rois Godefroiz ot fait sor les Abrodiciens, se mistrent li Esclavon de lor volenté pour l’anciene haine que il avoient aus Abrodiciens, et s’en retornerent en lor marches atot quanque il en porent porter. Mès avant que li rois Godefroiz s’en retornast en cele ost, destruist-il un chastel qui avoit non Empores et seoit sor le rivage de la grant mer, et en langue danoise estoit apelez Reric[93]. Grant profit fesoit cil chastiaus à cele region pour le trespas des marcheanz et des nès qui grant treü et grant travers rendoient. Et li rois Godefroiz prist les marcheanz du païs, ovec lui les emmena par mer et arriva à un port qui avoit non Nestrop[94]. En tant de tens com il demora là establi à clorre de murs cele partie de son roiaume par devers Saisoigne, selonc les bonnes et les devises des ii roiaumes, en tel maniere que cele closture devoit comencier à i regort de mer par devers Orient, qui est apelez Ostalsar[95], jusques à la mer devers Occident[96]. Et si devoit cele aceinte enclore tot le rivage d’un flum qui a non Egidores[97], es parties par devers Aquilon. En tote cele aceinte[98] ne devoit avoir que une seule porte par quoi les genz à pié et à cheval, les charetes et li chars eississent et entrassent. Ceste besoigne commanda à ses dux et à ses princes et puis retorna en son païs.


IV.
Coment Raduph, li rois des Nordenbriens, fu chaciez de son roiaume et restabliz arriers par les messages l’empereor. Coment li empereres des Griex envoia derechief son navie contre le roi Pepin pour destruire Lombardie, et coment il s’en retorna sanz riens faire. Coment li rois Loys, fiuz l’empereor, ostoia en Espagne. Coment Godefroiz, li rois des Danois, s’escusa vers l’empereor de soupeçon. D’un concile que li empereres assembla, et puis coment il fonda une cité pour defendre sa terre des estranges nations.

Entre ces choses, avint que Radulp, li rois des Nordambriens, fu chaciez en l’isle de Bretaigne[99]. A l’empereor vint come essilliez de son regne ; la raison pourquoi il estoit à li venuz li conta, et li empereres le fist conduire à Rome, et delà retorna arriers en son païs ou conduit des messages de l’empereor et de l’apostoile, et fu ensi par els restabliz en son roiaume. Li messages l’apostoile Leon avoit non Adulphes[100], diacres estoit et nez de Saisoigne, et li message l’empereor furent dui abbé, Horfrides, li notaires[101], et Nantiers, abbés de Saint Homer[102]. En ce point fist li empereres fermer ii forz chastiaus par ses menistres sor le flum d’Albe ; bones garnisons i mist contre les assauz des Esclavons. A Es la Chapelle retorna contre l’yver ; là celebra la Nativité et la Resurrection.

[103]Li empereres de Costantinoble et li Grec, qui toz jors ont envie contre les Latins pour le non et pour la dignité de l’empire, envoia sa navie derechief pour destruire la terre d’Ythalie. Premierement vint et arma en Dalmacie et puis en Venise. Tandis come ele yvernoit là, une partie s’en ala en une ysle qui a non Commeacle[104]. Contre la gent et la garnison de cele ysle se combatirent ; mès vaincu furent li Grec et rechacié jusques en Venise. Li maistres et li chevetains de cele navie, qui Pos[105] avoit non, metoit grant travail et grant entente envers le roi Pepin coment pais et aliance fust confermée entre les Griex et les François, ausi come se ce li eust esté enjoint. Mès il s’en parti avant que la besoigne fust à fin menée, pour ce que il aperçut que dui des dux de Venise, Vulharenes et Benooiz[106], li destorboient son propos et li apareilloient agaiz par quoi il le peussent prendre.

Endementres que ces choses avindrent en ces parties, Looys, li uns des fiuz l’empereor qui rois estoit d’Aquitaine, assembla ses oz et entra en Espagne. Une cité assist qui a non Tertouse[107] ; sor un flum siet qui est apelez Hibre. une piece du tens tint siege devant cele cité, et quant il vit que il ne la porroit prendre sanz trop lonc siege il retorna en Aquitaine.

Après ce que Cardulphes, li rois des Nordinbriens, fu restabliz en son regne par les messages l’apostoile et de l’empereor, si come l’estoire a lassus dit, lu uns de ces messages, qui avoit non Ardulphes, fu pris de galioz[108] ensi come il s’en retornoit ; mès tuit li autre eschaperent sanz grief. Menez fu en Bretaigne et rachatez par un des homes le roi qui Cenuphes avoit non[109], et li rois le delivra et l’en renvoia à Rome.

Incidence. — Populaine[110], une citez de Toscane qui siet sor mer, fu robée et praée en ce tens par une maniere de Griex qui sont apelé Orobite[111].

Incidence. — En ce point issirent d’Espagne une maniere de genz qui sont apelé Mor ; en l’ysle de Corse entrerent et destruistrent une cité le jor de Pasques meesmes. Nul home ne lessierent fors l’evesque de la vile et aucuns viellarz malades.

Entre ces choses, Godefroiz, li rois de Danemarche, manda à l’empereor, par marcheanz, que il avoit oï dire que il estoit esmeuz et corrociez vers lui pour ce que il avoit ostoié en l’année devant sor les Abrodiciens et que il s’estoit venchiez des domaches que il li avoient faiz ; et puis manda que volentiers se purgeroit devant li de ceste chose et bien mostreroit que il brisierent les aliances que il avoient à li avant que il ostoiast sor els, et puis requeroit que un parlemenz fust pris d’eus ii et de lor princes outre le flum d’Albe, en la marche des ii roiaumes, si que les causes fussent là recitées et proposées devant toz, et qui auroit tort, si amendast à jugement des barons. Li empereres ne refusa pas le parlement, ainz s’i acorda volentiers. Outre le flum d’Albe assemblerent li dui prince au jor qui fu pris, et li baron de chascune partie, en un lieu qui est apelez Badenflot[112]. Moult de cas proposerent li Danois contre les Abrodiciens, et il contre les Danois, en la presence de l’empereor et des barons de France ; mès il se departirent d’ambedeus parz sanz plus faire, si que cele besoigne demora sanz mener à fin. Et sanz faille, la veritez si estoit que Tresques[113], li dus de Abrodiciens, avoit asemblé ses oz et avoit les Saines apelez en s’aide contre les Vuilzes ; lor terre et lor viles avoit degastées par feu et par occision, et puis que il ot fermé aliances au roi Godefroi et que il li ot baillié son fil en ostages. Et quant il fu retornez en sa terre, asembla-il encores derechief plus granz oz, et requist au Saines plus grant aide que il n’avoit devant eu, et lor destruist la plus grant cité et la plus noble de la contrée de Sinedinge[114]. Si se fu si enorguelliz de ses bones aventures que il contrainst par force à venir à sa societé et à sa seigneurie touz ceus qui devant s’en estoient departi.

Après ces choses, li empereres se departi d’Ardane et retorna à Es la Chapele. Ou mois de novembre qui après vint, asembla un concile d’evesques[115]. Là fu questions meue de la procession du Saint Esperit. Si la proposa premiers Jehans, uns moins de Jerusalem. Se ele fu desputée, elle ne fu pas determinée, ainz fu envoiée à Rome à pape Leon, pour ce que il la feist determiner. Portée fu par i evesque qui avoit non Bernarz et par Adam[116], l’abbé de Saint Pere de Corbie. En ce concile meesmes, fu autre questions meue de l’estat des eglises et de la conversation des menistres qui es offices de sainte Eglise servent Nostre Seignor ; mès riens ne fu determiné, car la questions estoit trop gries, si come il lor sembloit.

[117]En si très grant amor et en si très grant reverence ot li empereres sainte Eglise, que touz jors la maintint et honora en toutes manieres, et aorna les eglises de vaissiaus d’or et d’argent, de pierres precieuses et de dras de soie. Les offices des eglises voloit que il fussent aministré en tiex habiz com il devoient ; neis des portiers des eglises ne voiloit-il pas que il amenistrassent en habit commun. À Es la Chapele fonda une eglise en l’onor de Nostre Dame moult grant et moult bele ; le marbre et les colunnes en fist venir de Rome et de Ravane[118]. Moult li pesoit que li chant et li servises des eglises de France se descordoit de celui de l’eglise de Rome, et pour ce que il voloit mieuz boire et puisier en la fontaine que ou troble ruissel, envoia-il à Rome ii clers pour aprendre la maniere et le chant des Romains[119]. Cil retornerent quant il en furent sage ; par els fu entroduite premierement l’eglise de Mez, et après les eglises de France. Tant avoit grant cure des povres Nostre Seigneur, car il ne soustenoit pas tant seulement ceus de son roiaume, mès les povres crestiens qui habitoient en Aufrique, en Égypte et en Surye, et meesmement ceus de Jerusalem[120]. Tuit estoient soustenu ou conforté de ses aumosnes. Et pour ceste raison meesmement l’amoient et honoroient li roi d’Egypte et de Perse et d’autres regions de paenisme. Si desirroit plus lor amor et lor aliances, pour ce que li povre crestien qui mendioient en lor pooirs en eussent aucuns benefices et aucun alegement. Par tout son roiaume et son empire fesoit droite justice par ses menistres ; si compila et fist xxix chapitres de loys[121].

[122]Moult de choses furent contées à l’empereor de la vantance et de l’orgueil Godefroi le roi de Danemarche. Pour ce se pensa que il edifieroit une cité outre le flum d’Albe, et metroit garnison des François contre les envaïes et les assauz des estranges nations. Por ceste besoigne faire, furent quis et asemblé ovrier en France et en Alemagne, garni et apareillié d’armes, se mestier fust, et de tiex choses come à tel ovre faire covient, et fu commandé que il fussent mené par Frise au lieu droit où cele citez devoit estre comencié. Quant li lieus covenables à tel besoigne fu trovez, li empereres commanda la cure de l’ovre au conte Egbert, et que il trespassast le flum d’Albe et propreist et ordenast le siege de la cité. Cil lieus siet sor un flum qui est nomez Strurie[123] ; si est apelez en la langue du païs Essephet[124]. Li cuens Egberz et li conte du païs porprist et ordena le siege de la cité et le commencierent à garnir en la premiere yde de marz[125]. Droit en ce point fu occis Trascuns, li dux des Abrodiciens, en traïson, en un chastel qui a non Reric[126]. Si cuida l’on que ce fust par les genz Godefroi, le roi de Danemarche.


V.
Coment Amorz, li prevoz de Sarragouce, promist aus gens l’empereor que il se rendroit à li, lui et ses citez et ses chastiaus. Coment li Mor d’Espagne entrerent ou roiaume de Sardagne et destruistrent l’ile de Corse. Coment li rois Pepins de Lombardie assist Venise par mer et par terre. Coment li empereres mut hastivement contre Godefroi, li roi de Danemarche, et coment il fu occis. Coment li empereres oï noveles de la mort Pepin, son fil, le roi de Lombardie, et coment li messages Nicephore, l’empereor de Costantinoble, prist congié, et coment li empereres envoia ovec lui ses propres messages.

En ce tens morut Auroles[127], uns cuens qui habitoit es marches de France et d’Espagne, outre les monz de Pyrene, entre la cité d’Osque[128] et de Sarragouce ; et Amoorz, li prevoz de Sarragoce[129], sesi tantost son lieu et mist garnison en ses chastiaus. Ses messages envoia à l’empereor et li manda que il voloit estre soz li et en sa segnorie, il et les soues choses ; et pour ceste chose requist-il parlement aus genz l’empereor qui en ces parties gardoient les marches d’Espagne, et promist aus messages l’empereor, qui pour ceste besoigne meesmes orent esté à li envoié, que il feroit ce que il avoit promis à ce parlement. Pris fu li parlemenz, mès la besoigne ne fu pas menée à fin pour moult de raisons dont l’estoire ne parole pas.

En ce tens, fu eclipse de lune, en la viie kalende de jenvier[130].

[131]Li Mor d’Espagne assemblerent navie ; ou roiaume de Sardagne arriverent premierement et puis en l’isle de Corse, presque toute la pristrent et gasterent pour ce que il n’i troverent ausi come nul defendeor.

Pepins, li ainnez des fiuz l’empereor, qui rois estoit de Lombardie, assist la cité de Venise par mer et par terre, et ce fist-il par le conseil d’aucuns des plus granz de la cité meesmes. La cité et toutes les apartenances prist et reçut en sa seigneurie[132]. Après, conduist cele meesme navie pour gaster les rivages de la mer de Dalmacie. Mès Pos[133], qui estoit chevetains de la navie d’Orient, que li empereres de Costantinoble ot là envoié pour destruire Ythalie, vint contre lui en l’aide des Dalmaciens. Pour ce, s’en retorna la navie le roi Pepin sanz autre chose faire. En ce tens, morut Hruoltrut, l’ainnée des filles l’empereor, en viiie yde de jugnet[134].

En ce point demoroit encores li empereres à Es la Chapele, et proposoit à ostoier hastivement sor Godefroi, le roi de Danemarche, quant noveles li furent aportées que la navie des Danois de cc nés estoit arivée en Frise et que ele i estoit encores. Si avoit ja degastées toutes les ysles qui sont sor le rivage de Frise, et avoient ja fait iii batailles aus Frisons ; mès li Danois estoient vainqueor, les Frisons avoient faiz trubutaires de c livres d’argent que il lor avoient ja paiées ; si s’en pooient ja bien estre retorné en lor païs. Et sanz faille, la veritez estoit tele come les noveles disoient que li rois Godefroiz avoit amenée cele navie en Frise. De ceste chose fu li empereres forment esmeuz et si engrés[135] de ceste honte venchier, que il envoia tantost ses corsiers par toutes les provinces de son empire pour ses oz assembler. Il meismes mut tantost a tant de gent com il pot avoir, et proposoit à passer le Rim et à atendre ses oz sor le rivage de Lippie[136]. Tandis com il demoroit, morut li elephanz que Aaron, li rois de Perse, li ot envoié. À la parfin, quant ses oz furent assemblées, il mut au plus hastivement que il pot, droit au flum d’Alaran[137]. Ses Herbeges fist tendre sor le rivage de cele iaue, là endroit où ele assemble au flum de Wisare. Iluec demoroit pour oïr noveles de ses anemis et pour oïr les menaces Godefroi le roi des Danois ; car cil rois estoit si enflez d’orguel et si plains de vaine gloire pour la victoire que il avoit eue des Frisons, que il se vantoit et disoit que il se combatroit contre l’empereor à jor nomé en champ de bataille.

Endementres que li empereres demoroit en ce lieu, li furent aportées diverses noveles de diverses parz, car il li fu conté pour voir que la navie des Danois, qui Frise avoit gastée, s’en estoit retornée, et li rois Godefroiz occis d’un sien serjant maismes, mais la raison ne la maniere de sa mort ne raconte pas l’estoire. Et si li refu conté que li Vuilze avoient pris le chastel de Hobuki[138] qui siet sor le rivage d’Albe. En ce chastel, estoit Huedes, i messages l’empereor, et plusor des Saines orientiex, et si li refu raporté que ses fiuz Pepins, li rois de Lombardie, estoit trespassez de cest siecle en viiie yde de juim[139], et si li fu dit au derenier que ii legations de ii parties estoient à li venues pour confirmation de pais ; l’une de par l’empereor de Costantinoble, et l’autre de par l’aumaçor de Cordres, en Espagne. Ces ii manieres de messages reçut : des besoignes de Saisoigne ordena selonc la neccessité du tens et puis retorna vers France. En cele ost fu si grant la mortalité des bues et des bestes aumailles[140], que à paines en demora un seul, et non mie là tant seulement mes par toutes les provinces de l’empire corut cele pestilance en cele maniere de bestes. À Es la Chapele vint li mpereres ou mois d’octovre ; les devanz diz messages oï et ferma pais et amor à Nicephore, l’empereor de Costantinoble, et à Zabulaz, le roi de Cordres[141]. La cité de Venise que ses fiuz Pepins, li rois de Lombardie, avoit prise l’an devant, rendi à l’empereor de Costantinoble et reçut le conte Herri que Zabulaz, cil rois de Cordres, li rendi, que Sarrazin avoient pris en Espagne grant tens devant.

[142]Moult desirroit cil Nichephores, empereres de Costantinoble, que il eust l’amor et la pais de l’empereor, ausi come Michaus et Leons et si autre devancier avoient eue. Sovent li enveoient lor messages de lor volenté pour confermer pais et aliances. Si cuidoit-on que il le feissent plus par paor que par amor. Et pour ce que il avoit le non d’empereor, il l’avoient soupeçoneus et se doutoient que il ne lor vosist tolir lor empire[143]. Car à ce tens estoit la fierté et la puissance des François si granz que ele estoit doutable aus Griex et aus Romains.

Incidence. — Eclipses de souleil et de lune fu en cele année par ii foiz, en la viie yde de juim[144] et en la seconde kalende de decembre[145] ; de la lune en xie kalende de jugnet et en la xviiie kalende de jenvier[146]. En cele année, eissirent li Mor d’Espagne et degasterent l’isle de Corse.

Incidence. — Adbirames, li fiuz Abuzal, le roi de Cordres, chaça Amozor de la cité de Sarragoce, et cil s’enfui par estovoir[147] et se reçut en la cité d’Osque.

Après la mort Godefroi, le roi de Danemarche, reçut le roiaume Amingues, fiuz son frere ; pais et aliances ferma à l’empereor Kallemaine.

[148]Arsaphies, li messages l’empereor de Costantinoble[149], prist congié et se parti de cort ; ovec li envoia li empereres ses propres messages par autele raison come cil estoit venuz. Cil message qui là furent envoié, si furent ensi nomé : Haidons, evesques de Basle[150] ; Hues, li cuens de Torene ; Haions, uns lombarz nez de la cité d’Aquilée[151] ; Vulleris, dux de Venise, et Leons[152], nez de Sezile. Celi Leon renveoit li empereor en son païs par sa volenté, car il s’en estoit à li affuiz, x anz avoit ja passez, ou tens que il[153] demoroit à Rome. À l’autre qui avoit non Haions fu commandé que il retornast à son seigneur en Costantinoble, qui devant l’avoit osté de s’enor[154] et de son estat par son meffait.


VI.
Coment li prince de France et de Danemarche assemblerent pour confermer la pais entre Amingue, lor roi, et l’empereor. Coment li empereres envoia III paire d’oz en III parties et coment li François desconfirent les Huns, et puis coment li Hun requistrent à l’empereor terre pour habiter. Coment li empereres ala à Bologne pour vooir sa navie. Des presenz Amingue, le roi des Danois. Coment Nicephores, li empereres des Griex, fu occis, et puis coment li empereres envoia Bernart, son neveu, a granz oz contre la navie d’Aufrique et d’Espagne qui devoient venir en Ythalie.

La pais qui ot esté formée entre l’empereor et Amingue, le roi de Danemarche, fu tant seulement jurée ; si ne pot estre autrement confermée à cele foiz fors par sairement, car les parties ne pooient pas aiesiement assembler par la grieté[155] de l’yver et pour les chemins qui estoient perilleus à chevaucher. Mais quant la novele saisons fu revenue, x des nobles homes de chascune partie assemblerent par acort sor le flum d’Egidore ; là fu la pais confermée par sairement et par ostages, chascun selonc la maniere de lor païs. Li François qui de par l’empereor i furent envoié furent ensi nomé : li cuens Walac[156], fiuz Bernart, li cuens Vodons, li cuens Bulcarz, li cuens Unroques, li cuens Bernarz, li cuens Egberz, li cuens Tyerris, li cuens Albons, li cuens Ostdag, li cuens Guimans[157]. De la partie des Danois furent cist : Hancuins, Engadons, frere le roi Hamingue, et li autre furent des plus nobles de lor gent : Offrez, par sornon Turdimules, Warstan, Suomi, Hurim, Offriz, fiuz Heiligem, Offrez de Sconave, Aoves et Helbi.

Quant li empereres ot ensi pais confermée aus Danois, et il ot tenu general parlement selonc la costume, à Es la Chapele, il devisa ses oz en iii parties et les envoia en iii parties de son roiaume : l’une outre le flum d’Albe pour le païs gaster ; cil qui là alerent refermerent le chastel de Hobuki, qui siet sor la riviere d’Albe, que li Vuilze avoient abatu en l’année devant. La seconde envoia en Pannonie, pour affiner la guerre des Huns, et la tierce envoia en Bretaigne, pour punir la desloiauté de la gent du païs[158]. De ces iii parties retornerent ses oz à granz victoires et à granz despoilles de lor anemis.

[159]Li Hum, qui par autre non sont aucunes foiz apelé Avare, orent si longuement la guerre maintenue contre les François que il furent si amenuisié et de nombre et de force, que il qui pour gloire aquerre soloient les autres nations envaïr et guerroier, ne se pooient mès defendre, car toute lor gloire et toute lor noblece chai et peri en cele darreene bataille. Tuit lor tresor et toutes lor richeces que il avoient toz jors amassées et acquises par lor granz victoires vindrent es mains des François. Si ne recorde l’on pas que France fust ainques si enrichie par nule victoire de tantes diverses manieres de richeces. Tant estoient afebloié que il ne pooient mes soffrir les assauz et les envaïes des Esclavons, ainz requistrent à l’empereor une terre pour habiter qui a non Salbarie[160] ; là demoroient en tel maniere soz la segnorie de François sanz non de roi et de roiaume.

[161]Moult souffroit li empereres pacienment la grant indignation et l’envie que li Grec et li empereres de Costantinoble li portoient covertement, tout eussent-il à li aliances pour la dignité et por le non de l’empire, car il sont de si grant presumption que il lor semble que nus ne doie porter non d’empereor fors li lor. Et pour ce que il le doutoient fermoient à li si sovent aliances.

[162]À Boloigne sor la mer, ala li empereres pour vooir la navie que il avoit commandé à faire en l’an devant. Une tor, qui ancienement ot esté faite sor le port pour prendre asens[163] et adrece aus nés qui par la mer erroient, refist et restora, et commanda que li feus i fust alumez chascune nuit, ou plus haut, pour ce que li desvoié s’adreçassent cele part à la clarté de la lumiere. Et aucun volent dire que Jules Cesar la fist faire après ce que il ot France conquise, pour passer en Engleterre, et l’apela la Tor d’Ordre[164]. De Boloigne s’en ala à une vile qui siet sor le flum d’Escauz, si a non Ganz. Là vit-il les nés et les galies qui ja estoient faites pour la devant dite navie. À Es la Chapele repaira entor mi le mois de novembre ; mès avant que il parvenist là, encontra Havin et Helbi, les messages Amingue le roi de Danemarche, qui de par lor seignor li aportoient presenz et paroles d’amor et de concorde. À Es la Chapele le ratendoient autre message d’Esclavonie ; Kanizances, princes des Huns, Thuditi[165] et maint autre noble home du pople de Esclavons qui habitent sor la Dinoe. Tuit cist se poroffrirent devant l’empereor par le commandement des chevetains des oz qui avoient esté envoiez en Pannonie.

Entre ces choses morut Kalles, li ainnez des fiuz l’empereor, en la seconde yde de decembre[166]. Cel yver demora li empereres à Es la Chapele.

Incidence. —[167]En ce tens morut Amingues, li rois des Danoys. Sigifroiz, qui ot esté niez le roi Godefroi, qui devant Amingue ot regné, et Amilons, li niés Heriot, estriverent pour le roiaume. Acorder ne porent que li uns d’els ii regnast ; lor oz assemblerent et se combatirent. En cele bataille furent andui occis, et la partie Hamilon, qui ot victoire, prist ses ii freres Heriot et Raganfroi ; si les coronerent amedeus. À ce s’acorda la partie desconfite pour ce que il ne le porent contredire. En cele bataille morurent xmdcccc et xl persones.

En ce tens fu occis Nichephores, li empereres de Costantinoble, en la guerre que il menoit contre les Bulgres. Mainte noble victoire ot eue et mainte grant bataille ot fornie en son tens. Après li reçut l’empire uns siens gendres qui avoit non Michaus[168]. Les messages l’empereor qui ou tens Nicephore orent là esté envoié reçut et congea ; ses propres messages, l’evesque Michiel, Theodone et Arsaphie[169], renvoia à l’empereor pour confermer pais et aliances. À Es la Chapele vindrent en la presence l’empereor, parfondement s’inclinerent, et en langue greque l’apelerent Basilée[170]. Ce fu li saluz que il li rendirent selonc lor maniere. La forme des aliances reçurent en escrit, congié pristrent atant et s’en retornerent par Rome. Le libelle de ces aliances reçurent de l’apostoile Leon, qui les conferma de son seel dedenz l’eglise Saint Pere.

En ce tens assembla li empereres parlement à Es la Chapele, Bernart son neveu, fil le roi Pepin son fil, envoia en Lombardie ; et pour ce que paroles estoient que la navie d’Espagne et d’Aufrique devoient ariver pour degaster Ythalie[171], il commanda Walane[172], le fil Bernart son oncle, que il fust toz jors ovec lui, jusques a tant que l’on veist se ce seroit voirs ou mençonge. Veritez fu totes voies que ele vint ensi come renomé l’avoit devant consoné ; l’une partie en ariva en Sardagne et l’autre en l’isle de Corse.

Incidence. — En ce meesme tens, ariva la navie d’une maniere de Danois qui sont apelé Normant, en une isle de mer qui a non Yslande ; si marchist à Escoce[173]. Aus genz du païs se combatirent, mes il furent desconfit et occis en partie, et li remananz s’enfuirent à grant meschief en lor païs.

Pais et concorde fu faite[174] entre l’empereor et Zabulaz, un roi de Sarrazins, et entre lui et Grimoart, le duc de Bonivent, par tel condition que il et sa terre fu en sa subjection, et que il paieroit chascun an, par non de treuage, xxvm souls d’or.

En ce point envoia li empereres ses oz contre une gent qui sont apelé Vuilze[175], pais firent et donerent ostages. Harioldes et Raganfroiz, roi de Danemarche, requistrent pais et concorde par lor messages et prierent à l’empereor que il lor renvoiast Heramingue[176], lor frere, que il tenoit par devers lui.

En cele année fu eclipse de souleil, en la premiere yde de mai[177], entre l’eure de midi et de none.


VII.
Coment li empereres fist ordener le servise de sainte Eglise ou roiaume de France, et puis coment il asembla concile et fist disputer de la procession du Saint Esperit. Des messages que il envoia à Michiel, l’empereor de Costantinoble, et coment il acompagna à l’empire Loys son fil, le roi d’Aquitaine, et coment il dona à Bernart, son neveu, le roiaume de Lombardie, et puis coment il fist assembler V conciles ou roiaume de France, en divers lieus, pour amender l’estat de sainte Eglise. De la desconfiture Michiel, l’empereor des Griex, et puis coment Crumas, li rois de Bulgrie, fu desconfiz devant Costantinoble.

[178]Li empereres, qui moult estoit ententis et curieus à maintenir et à escroistre l’onesté de sainte Eglise, fist cerchier les escritures de saint Pere, ancienes, et en fist atraire et compiler les leçons qui aferoient à chascune feste de tout l’an, par la main et par l’estude Poul, son diacre.

General concile fist asembler à Es la Chapele en l’an de l’Incarnation DCCCIX[179]. Là fu desputée derechief de la procession du Saint Esperit, coment la rieule de la sainte foi crestienne tesmoigne et afferme certainement et fermement le Saint Esperit venir du Pere et du Fil, igaument, sanz creation et sanz generation, d’une consubstantialité et d’une coeternalité. Le non et la maniere de la procession du Saint Esperit nous enseigne saint Jehan en s’Apocalipse, quant il dit ensi : « Li Angels me monstra un flueve d’iau vive, resplandissant come cristaus, qui issoit du throne Dieu et de l’aignel[180]. »

[181]Cel yver se tint li empereres à Es la Chapele. Au noviau tens envoia Amalhaire, l’arcevesque de Treves[182], et un abbé qui Pierres[183] avoit non, à Michiel, l’empereor de Costantinoble, pour confermer aliances. General parlement assembla ; son fil Looys, le roi d’Aquitaine, manda, la corone emperial li assit ou chief, voiant touz ses barons, et le fist parçonnier et compagnon de l’empire. Bernart, son neveu, qui fiuz ot esté son fil Pepin, dona le roiaume de Lombardie et vot que il en fust rois apelez.

Après, commanda que concile fussent celebré par toute France, pour amender l’estat de sainte Eglise. Li uns en fu celebrez en la cité de Maience[184] ; li seconz en la cité de Rains[185] ; li tierz en la cité de Chalon en Borgoigne[186] ; li quarz en la cité de Tors[187], et li v en la cité d’Alle le Blanc[188]. Puis fist reciter en plain covent des barons les corrections et les constitutions qui orent esté faites en chascun des conciles. Et qui l’exemplaire et la copie en vorra avoir, trover les porra en ces v citez devant dites, ja soit ce que li exemplaire en fussent retenues es escrins du palais. De ce parlement furent envoié aucun des barons de France et de Saisoigne outre le flum d’Albe, es marches des Normanz qui l’empereor avoient requis de pais et de concorde et que Hamingues, li freres de lor roi, que li empereres tenoit, fust renduz. Au lieu determiné assemblerent ; se estoient xvi d’une part et autant d’autre. La pais qui entre euls corut confermerent par sairement ; ensi reçurent li Danois le frere de lor roi. En ce tens n’estoient pas cil dui roi en lor terre, ainz estoient alé ostoier en une terre qui a non Wistrafort[189]. Cele regions est es darrenes parties de lor roiaume, entre occident et septentrion, vers la fin de Bretaigne, droitement encontre bise. Li poples et li prince de cele contrée ne lor voloient obeir, ne estre en lor subjection. Toutesvoies, quant il les orent dontez et souzmis, il retornerent en lor païs et reçurent lor frere que li empereres lor ot rendu. Mes assez tost après ce que il furent retorné, li fil le roi Godefroi qui devant els ot regné, et plusor de nobles homes de Danemarche, qui en autres païs estoient en essil, lor apareillierent bataille. À la partie des ii rois se tint li communs du pople de tout le roiaume et granz nombres d’autres genz qui à els aplovoient de toutes parz. Batailles firent et les chacierent asez legierement hors du roiaume.

Li Mor d’Espaigne, qui l’isle de Corse avoient prehée et degastée, s’en retornoient par mer. Mes Hirmingaires, li cuens de Spolitaine, lor basti agaiz à un destroit[190], si prist viii de lor vaissaus, dedenz trova vc Corsiens et plus que il enmenoient pris. Après avint que li Mor, qui ceste honte et cest domache vorrent vencher, s’assemblerent et entrerent en Toscane. Une cité qui a non Cencelles[191], degasterent, et une autre en la contrée de Narbone qui est apelée Nice. Après arriverent et entrerent en Sardagne ; à cels du païs se combatirent, mès i furent desconfit et chacié et s’enfuirent à grant domache de lor gent.

Incidence. — Michiaus, li empereres de Costantinoble, se combati en ce tens contre un pople qui sont apelé Bulgre. Et pour ce que fortune li fu contraire en cele bataille et que il n’ot pas victoire de ses anemis, il se desespera ; puis que il fu retornez en Costantinoble, l’empire lessa et devint moines. Après lui reçut la dignité de l’empire Leons, qui fu fiuz Barde la patrice[192].

Incidence. — Après ces choses, avint que Crumas, li rois de Bulgrie, monta en trop grant orguel pour ce que il avoit occis ii anz devant Nicephore, l’empereor de Costantinoble, et l’emperere Michiel qui après fu desconfit et chacié de Messie. Pour ce mena son ost devant la cité de Costantinoble et mist ses tentes devant les portes. Un jor chevauchoit par delez les murs de la cité plus folement et plus desporveuement que mestiers ne li fust. Quant li empereres Leons aperçut sa folie, il sali hors soudainement[193]. En ce poigneiz fut li rois Crumas griement navrez et s’enfui arriers en son païs, il et toz ses oz[194].

[195]Li empereres apareilla navie contre les Normanz, et fist faire nés et autres vaissaus delez les fluns de Galle et d’Alemagne qui chient en la mer devers septentrion. Et pour ce que cele gent s’embatoient sovent es marches de France parmi les flueves, fist-il clorre et garnir de fortereces les porz et les entrées des flueves, que cele gent ne autre robeor n’i peussent entrer. Ce meismes fist-il en la province de Narbone, sor les rivages des flueves par devers miedi et par tot le rivage d’Ythalie jusques à Rome, pour les Mors d’Espaigne, qui ja avoient apareillié navie pour ces contrées destruire. Et par ce, garanti-il touz ces païs de gries domages, Lombardie des Mors et France et Alemagne des Normanz, qui onques en son tens domage ne li firent, fors que tant que li Mor destruistrent une foiz une cité d’Etrurie[196] qui a non Cencelles, et li Normant, en Frise aucunes isles qui sont près du rivage de France et d’Alemagne.

  1. Ms. S. G. : Torse.
  2. Ms. S. G. : Torse.
  3. Annales d’Éginhard, année 801.
  4. D’après le texte d’Éginhard, Léon III aurait non pas orné, mais adoré Charlemagne : « Post quas laudes ab eodem pontifice more antiquorum principum adoratus est. » Il s’agit ici du cérémonial observé à la cour des empereurs romains à partir du règne de Dioclétien. Les personnes admises en présence de l’empereur devaient s’agenouiller et se prosterner devant lui (cf. Daremberg et Saglio, Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, t. I, vo adoratio, et E.-Ch. Babut, l’Adoration des empereurs et les origines de la persécution de Dioclétien, dans la Revue historique, t. CXXIII (1916), p. 230). Le Liber Pontificalis (t. II, p. 7) ne fait aucune allusion à cette cérémonie ; il dit seulement qu’il fut proclamé empereur des Romains et que son fils aîné Charles reçut l’onction des mains du pape : « Et ab omnibus constitutus est imperator Romanorum. Illico sanctissimus antistes et pontifex unxit oleo sancto Karolo, excellentissimo filio ejus, rege » (cf. A. Kleinclausz, l’Empire carolingien, ses origines et ses transformations, p. 197, et surtout, dans Louis Halphen, Études critiques sur l’histoire de Charlemagne, le chapitre consacré au « couronnement impérial de l’an 800 », p. 219-238).
  5. Ms. S. G. : que.
  6. D’après le Liber Pontificalis, t. II, p. 8, ils auraient été exilés en France « in exilio partibus Franciæ misit ».
  7. « Hujus factionis fuere principes, Paschalis nomenclator et Campulus sacellarius. » Le nomenclator était le dignitaire chargé d’inscrire et d’appeler les noms des personnes invités à la table pontificale. Le sacellarius était le garde du trésor pontifical.
  8. Le 25 avril.
  9. « Spoletium venit », auj. Spolète, Italie centrale, prov. de Pérouse.
  10. Éginhard et le Liber Pontificalis, t. II, p. 9, nous font connaître le jour où se produisit cet événement ; le 2 des calendes de mai, soit le 30 avril 801.
  11. Après être resté quelques jours à Ravenne, il alla à Pavie, où il apprit l’arrivée des ambassadeurs d’Haroun, « et aliquot dies ibi moratus, Papiam perrexit » (Éginhard).
  12. L’auteur des Grandes Chroniques n’a pas bien traduit Éginhard. Charlemagne envoya à la rencontre des ambassadeurs, non pas entre Verceil et Ivrée, mais se les fit présenter entre ces deux villes : « Quibus obviam mittens, inter Vercellos et Eporediam eos sibi fecit præsentari. »
  13. « Legatus amirati Abraham, qui in confinio Africæ in Fossato præsidebat. » Il s’agit de l’émir Ibrahim ben Aglab, qui, ayant abandonné Kairouan, fonda en l’an 800, un peu au sud, la ville de Kasr-Kadim (l’ancien château), qu’Éginhard a désignée sous le nom de Fossatum (Notices et extraits des manuscrits de la bibliothèque du roi, t. XII, p. 477-478. Cf. Œuvres complètes d’Éginhard, éd. Teulet, t. I, p. 416).
  14. Ce passage mis entre crochets n’est pas emprunté à Éginhard ; il ne se trouve également pas dans le ms. lat. 5925, fol. 106 vo, de la Bibl. nat. Il est tiré de la Chronique d’Adon ; mais Adon rapporte ce fait à l’année 807 et non à l’année 801 : « Tunc temporis delata sunt ossa B. Cypriani à Carthagine cum reliquiis beatorum Scillitanorum martyrum Sperati sociorumque ejus ; et posita sunt in ecclesia B. Joannis Baptistæ, in civitate Lugdunensi » (Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 322).
  15. Le siège de Barcelone, commencé en 799, fut terminé en 801 (Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. VI, p. 14, note a). Voir aussi, sur ce siège, le récit qu’en a donné l’Astronome : Vita Ludovici imperatoris, dans Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. II, p. 612-613, ou dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. VI, p. 91-92. Cf. Reinaud, Invasions des Sarrazins en France, p. 113 à 115 ; Histoire de Languedoc, nouv. éd., t. I, p. 911, et t. II, p. 329, note 90.
  16. Selon l’Astronome, Zadon aurait été fait prisonnier à Narbonne, avant la prise de Barcelone, au moment où il allait faire sa soumission à Louis le Débonnaire.
  17. Theate, auj. Chieti, Italie, ch.-l. de la prov. de ce nom, dans l’Abruzze citérieure.
  18. Éginhard le nomme « Roselmus ».
  19. « Portum Veneris intravit », auj. Portovenere, Italie, prov. de Gênes, district de Spezia, à l’entrée du golfe de ce nom.
  20. Éginhard nous fait connaître son nom, « Abulabaz ». Cet éléphant mourut en 810 à Lippenheim (Éginhard, Annales, année 810).
  21. Annales d’Éginhard, année 802.
  22. « Herena imperatrix » : c’est l’impératrice Irène.
  23. Éginhard fait connaître sa fonction : « Leonem spatharium ». Les spatharii étaient les gardes du corps des empereurs byzantins.
  24. Jessé, qui succéda probablement en 799 à l’évêque Georges sur le siège d’Amiens, fut chargé de nombreuses missions pour Charlemagne, à la cour duquel il était presque toujours. Déposé en 830 à la suite de la part qu’il prit à la révolte de Lothaire contre Louis le Débonnaire, il fut ensuite replacé sur son siège, puis obligé de s’enfuir en Italie en 834, où il mourut en 836 (Histoire littéraire de la France, t. IV, p. 525. Cf. Gallia Christiana, t. X, col. 1157, et Migne, Patrologie latine, t. 105, p. 779 et suiv.).
  25. Le royal ms. 16 G VI, fol. 140 vo, du British Museum, ajoute en note : « Lequel avoit nom Abulabas. Et touz les tresors et dons que le roy de Perse envoioit à l’emperiere, ycellui Ysaac amena avec l’elephant à Ais-la-Chapelle. »
  26. Orthone, auj. Ortona a mare, Italie, prov. de Chieti, dans les Abruzzes, sur l’Adriatique.
  27. Leuthere ; Luceria, dans Éginhard, semblerait désigner aujourd’hui Lucera, Italie, prov. et district de Foggia (Pouille). Mais cette ville ayant été détruite vers 665 par l’empereur byzantin Constant II et rebâtie seulement en 1233 par Frédéric II, on aurait plutôt sous cette forme, Nocera inferiore ou dei Pagani, Italie, prov. de Salerne. La forme Nuchieres, donné au paragraphe suivant, confirmerait cette hypothèse.
  28. « In Luceria, Winigisum comitem Spoletii qui præsidio prœerat, adversa valetudine fatigatum, obsedit » (Éginhard). Winigise avait été fait duc de Spolète en 789 par Charlemagne.
  29. Annales d’Éginhard, année 803.
  30. Annales d’Éginhard, année 802.
  31. Annales d’Éginhard, année 803.
  32. L’impératrice Irène fut déposée le 31 octobre 802 à la suite d’un soulèvement et Nicéphore, patrice et grand trésorier, proclamé empereur.
  33. Éginhard nous fait connaître les fonctions remplies par chacun de ces députés : « Michael episcopus, Petrus abbas et Calistus candidatus. » Les candidati formaient un corps d’élite chargé de la garde de l’empereur.
  34. La Saale franconienne.
  35. « In loco qui dicitur Saltz » (Éginhard). D’après Pertz, ce serait aujourd’hui Kœnigshofen. Voir ci-dessus, p. 66, n. 4.
  36. Annales d’Éginhard, année 804.
  37. D’après Éginhard, ce seraient les Saxons de la Wigmodie : « Omnes qui trans Albiam et in Wohmuodi habitant Saxones. » Cette région, située entre l’Elbe et le Weser, correspondrait à peu près à l’ancien duché de Brême.
  38. Cette dernière phrase est de l’auteur des Grandes Chroniques.
  39. « Ad locum qui dicitur Sliesthorp, in confinio regni sui et Saxoniæ. » D’après Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 191, note 52, ce serait aujourd’hui Schleswig, Prusse, capitale de la prov. du Schleswig-Holstein.
  40. « In loco qui dicitur Holdunsteti. » D’après Pertz (Ibid., note 53), ce serait aujourd’hui Hollenstedt, Hanovre, circonscription du Lünebourg, au sud-ouest de Harburg.
  41. Saint Morise d’Agaune, auj. Saint-Maurice, Suisse, cant. du Valais.
  42. Karisi, auj. Quierzy-sur-Oise, Aisne, arr. de Laon, cant. de Coucy-le-Château.
  43. Léon III aurait été à Aix-la-Chapelle pendant les premières semaines de l’année 805 et aurait fait, le 6 janvier, la consécration de la cathédrale d’Aix (Romania, t. XXVIII (1899), p. 269-273).
  44. Le royal ms. 16 G VI, fol. 141 vo, ajoute en note : « Puis vint droit à l’emperiere et demora avecques lui par l’espasse de huit jours, puis s’en retourna à Romme », traduisant ainsi la phrase d’Éginhard : « Subito ad imperatorem usque pervenit, mansitque apud illum dies octo, et sicut dictum est, Romam repedavit. »
  45. Annales d’Éginhard, année 805.
  46. Il faudrait plutôt Cagan, « Caganus ». Ce Chagan se nommait Théodore (Éginhard).
  47. « Inter Sabariam et Canuntum ». Sabaria, comme nous l’avons déjà vu plus haut, p. 69, n. 2, désigne la ville actuelle de Szombathely ou Steinamanger (Hongrie). Carnuntum est aujourd’hui Hainburg, à l’est de Vienne, sur la rive droite de Danube et à la frontière de l’Autriche et de la Hongrie.
  48. « Qui vocantur Beheimi. »
  49. Chans, auj. Champ-le-Duc, Vosges, arr. d’Épinal, cant. de Bruyères.
  50. « Per Theodonis villam », Thionville.
  51. Annales d’Éginhard, année 806.
  52. Jadere est Zara ; auj. Zara-Vecchia, port de Dalmatie, au sud-est de Zara.
  53. Doneez est Saint-Donat, évêque de Zara et patron de cette ville.
  54. « Venerunt Willeri et Beatus, duces Venetiæ, necnon et Paulus dux Jaderæ, atque Donatus ejusdem civitatis episcopus, legati Dalmatarum. »
  55. Si que chascuns seust asener à sa part : de manière que chacun pût prendre possession de sa part ; latin : « Ut sciret unusquisque illorum, quam partem tueri et regere debuisset. »
  56. Cet acte, qui est du 6 février 806, a été très souvent publié ; en particulier dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 771 ; dans Monumenta Germaniæ, Leges, t. I, p. 140, et Capitularia regum Francorum, éd. A. Boretius, in-4o, p. 126. Cf. Regesta imperii, éd. Böhmer-Mühlbacher, t. I, p. 169. Voir aussi, sur ce partage, A. Kleinclausz, l’Empire carolingien, p. 247-262.
  57. Dans le manuscrit de la bibliothèque Sainte-Geneviève et dans d’autres, le nom de cette ville fut laissé en blanc. Le royal ms. 16 G VI, fol. 142, met par erreur : « En la cité de Mousele. » D’autres manuscrits, que suivit Paulin Paris, ont donné la leçon également erronée : « En la cité de Coulongne. » Le texte d’Éginhard porte : « De villa Theodonis per Mosellam et Hrenum secunda aqua Noviomagum navigavit » ; il s’agit donc de Nimègue (Hollande).
  58. La XLne, le carême.
  59. Les Sorabes habitaient le pays situé entre l’Elbe et la Saale saxonne ou thuringienne ; leur territoire confinait à celui des Saxons et des Thuringiens (cf. Éginhard, Annales, année 782).
  60. Miliduoch (Éginhard).
  61. La Chronique de Moissac, année 806, fait connaître avec plus de précision l’emplacement de ces deux villes : « Unam ad aquilonem partem Albiæ contra Magadalburg, alteram vero in orientalem partem Sala, ad locum qui vocatur Halla. » Celle qui fut construite en face de Magdebourg n’existe plus ; l’autre est le ville de Halle, Allemagne, prov. de Saxe.
  62. Silli, auj. Celles-lez-Dinant, Belgique, prov. de Namur, cant. de Dinant.
  63. « In terram Beeheim », en Bohême.
  64. Le royal ms. 16 G VI, fol. 142, ajoute en note : « Envoia une grant armée de sa gent. »
  65. L’auteur des Grandes Chroniques donne au texte latin un sens qu’il ne semble pas avoir. Éginhard dit seulement : « Navarri et Pampilonenses, qui superioribus annis ad Sarracenos defecerant, in fidem recepti sunt », ce qui indique qu’après avoir fait défection, ils revinrent à Charlemagne sans qu’il soit question de retour à la foi chrétienne, qu’ils avaient sans doute pu conserver.
  66. Le royal ms. 16 G VI ajoute en note : « Et y furent receuz », traduisant ainsi « in fidem recepti sunt ».
  67. On a seulement dans Éginhard : « Ad recuperandam Dalmatiam. »
  68. Le royal ms. 16 G VI ajoute : « Senz ce que nulz des ennemis s’en aperceust. » L’auteur des Grandes Chroniques a fait ici un contresens en traduisant Éginhard. Il s’agit des ambassadeurs de Charlemagne envoyés au roi de Perse, qui traversèrent la ligne des vaisseaux grecs et se réfugièrent à Trévise : « Et legati qui ante quattuor fere annos ad regem Persarum missi sunt, per ipsas Græcarum navium stationes transvecti, ad Tarvisiani portus receptaculum, nullo adversariorum sentiente, regressi sunt. »
  69. « Et la solennité de Pasques », ajoute le royal ms. 16 G VI.
  70. Annales d’Éginhard, année 807.
  71. On a dans le texte d’Éginhard : « iv non. septemb. », ce qui se rapproche plus de la vérité. D’après la chronologie des éclipses de l’Art de vérifier les dates, cette éclipse eut lieu le 1er septembre 806, à dix heures et demie du soir.
  72. « Stella Jovis », la planète de Jupiter.
  73. Le 11 février 807, à dix heures et demie du matin.
  74. « Aquarii ». C’est le signe du Verseau.
  75. Le 16 février 807, à deux heures et demie du matin.
  76. Le 17 mars.
  77. Les mots entre crochets sont donnés par le royal ms. 16 G VI du Brit. Mus., fol. 142 vo ; ils traduisent ainsi complètement la phrase d’Éginhard : « Sed quandoprimum intravit, vel exivit, etc… »
  78. Le 11 des calendes de septembre correspond au 22 août, et d’après la chronologie des éclipses cette éclipse aurait eu lieu le 21 août, à onze heures du soir.
  79. D’après Éginhard, Georges était abbé du Mont-des-Oliviers et se nommait, de son vrai nom, Égilbald.
  80. Tref, latin « tentora atrii », c’est-à-dire des tentures d’appartement, des tapisseries.
  81. Laituaires, électuaires.
  82. Cette horloge était une clepsydre : « In quo duodecim horarum cursus ad clepsydram vertebatur. »
  83. Pillonestes, petits marteaux.
  84. « Ex auricalco. »
  85. Burchart était connétable : « Comes stabuli. »
  86. Auj. île de Pantellaria, dépendant de l’Italie, située dans la Méditerranée, entre la Sicile et la Tunisie.
  87. Ce fut par la libéralité de Charlemagne : « Per liberalitatem imperatoris » (Éginhard).
  88. Annales d’Éginhard, année 808.
  89. Il faudroit Nimègue : « Noviomagum. »
  90. De la sainte XLe ; du carême.
  91. Drogon. C’est le même duc nommé plus haut (page 81) Tasons, et par Éginhard : Thrasco ou Thrasico.
  92. « In Linones et Smeldingos. » Ces deux peuples des Linnes et des Smeldinges habitaient sur la rive droite de l’Elbe, au sud du pays des Abodrites, qui, eux, s’étendaient jusqu’à la Baltique.
  93. « Destructo emporio, quod in Oceani littore constitutum, lingua Danorum Reric dicebatur. » Il s’agit donc d’un marché du nom de Reric, dont l’emplacement serait probablement près de Wismar, sur la Baltique, dans le grand-duché de Mecklembourg-Schwerin (cf. Pertz, Scriptores, t. I, p. 195, note 63).
  94. « Ad portum qui Sliesthorp dicitur », auj. Schleswig. Cf. page 101, n. 1.
  95. La mer Baltique.
  96. La mer du Nord.
  97. Egidores, l’Eider, fleuve d’Allemagne (Schleswig-Holstein) qui se jette dans la mer du Nord.
  98. En 1711, Eckhart put encore admirer les vestiges des travaux exécutés par Godfrid ; ils étaient alors appelés : Danewerc (Eckhart, Commentarii de rebus Franciæ Orientalis et episcopatus Wirceburgensis, t. II, p. 54).
  99. « Rex Nordanhumbrorum de Britania insula, nomine Eardulf, regno et patria pulsus » (Éginhard). Voir dans Migne, Patrologie latine, t. XCVIII, p. 533, la lettre écrite à Charlemagne par Léon III au sujet de ce roi, et aussi sur les événements survenus alors en Angleterre (Baronius, Annales ecclesiastici, t. XIII, p. 435, additions de Pagi x à xii). Ardulphe, qui était monté sur le trône de Northumberland en 796, en fut chassé en 808 par Alphuad II.
  100. « Ardulfus diaconus de ipsa Birttania, natione Saxo ».
  101. Rotfridus devint abbé de Saint-Amand (Nord) ; on le trouve remplissant cette charge en 827 (Gallia christiana, t. III, col. 257).
  102. Nantharius, abbé de l’abbaye Saint-Bertin, à Saint-Omer, déjà en 806, mourut en 818 (Ibid., col. 488).
  103. Annales d’Éginhard, année 809.
  104. Latin « Comiaclum » ; ce serait auj. Comacchio, sur l’Adriatique.
  105. Il faudrait Paul, d’après le latin « Paulus ». Le royal ms. 16 G VI, fol. 144, l’a bien ainsi donné.
  106. « Wilhareno et Beato Venetiæ ducibus. »
  107. Tertouse, auj. Tortose, Espagne, prov. de Tarragone, sur la rive gauche de l’Èbre.
  108. Galioz, pirates. Paulin Paris, n’ayant probablement pas compris ce mot, l’a supprimé dans son édition (t. II, p. 138).
  109. « A quodam Cœnulti regis homine. » Cenulphe, roi de Mercie de 796 à 819.
  110. Populaine, ville de Populonium ou Populonia, siège d’un évêché, située sur le cap de Piombino, en Toscane, et ruinée dès le ixe siècle.
  111. « A Græcis, qui Orobiotæ vocantur. »
  112. Badenfliot (Éginhard). D’après Eckhart (Commentarii de rebus Franciæ Orientalis, t. II, p. 54), ce serait aujourd’hui Padenstede, sur la rive gauche de l’Eider, et d’après l’Atlas de Spruner-Menke, feuille 33, Badenfliot serait situé sur la Stör, non loin de la rive droite de l’Elbe. D’après l’édition des Annales regni Francorum de Kurze (p. 128), les manuscrits laissent en blanc le nom ; un seul ajoute Melac et deux donnent Badenfliot.
  113. Thrasco (Éginhard). D’après ses Annales, mal traduites par l’auteur des Grandes Chroniques, les faits rapportés à la fin de ce paragraphe ne seraient pas antérieurs, mais postérieurs à l’entrevue de Godefrid et de Charlemagne et se seraient accomplis pendant le retour de l’empereur à Aix-la-Chapelle.
  114. « Smeldingorum maximam civitatem expugnat » (Éginhard). « Fregerunt ibi unam civitatem cum nostris Hwinidis qui appellantur Semeldinc, Conoburg » (Chronique de Moissac ; Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 309). Ce serait maintenant, d’après les Regesta imperii de Böhmer Mühlbacher, t. I, p. 177, no 433a, Conow, Allemagne, prov. de Meklenburg-Schwerin, près d’Eldena.
  115. Voir, sur ce synode, Labbe et Cossart, Sacrosancta concilia, t. VII, col. 1194-1200, et Mon. Germ. hist., Concilia, t. II, par A. Werminghoff, p. 235-244.
  116. Il faut lire Adalard. Charlemagne envoya à Rome Bernhaire, évêque de Worms, Jessé, évêque d’Amiens, Adalard, abbé de Corbie, et Smaragde, abbé de Saint-Mihiel, qui nous laissa un récit de l’entretien que les missi de Charlemagne eurent avec le pape (voir Histoire littéraire de la France, t. IV, p. 439 et suiv. et p. 485, et la vie d’Adalard publiée par Mabillon dans Acta Sanctorum Ordinis sancti Benedicti, sæc. iv, pars i, p. 306-377).
  117. Éginhard, Vita Karoli Magni, chap. xxvi.
  118. Voir dans Migne, Patrologie latine, t. XCVIII, col. 371, une lettre d’Adrien Ier autorisant Charlemagne à prendre des marbres et des mosaïques dans le palais de Ravenne. D’après les Regesta Pontificum romanorum, éd. Wattenbach, t. I, p. 303, cette lettre pourrait être de l’année 787.
  119. Voir dans les Capitulaires, éd. Baluze, t. I, col. 203, 239, 421, les prescriptions de Charlemagne concernant l’enseignement et l’exécution du chant romain. Cf. Monachi Sangallensis de Gestis Karoli imperatoris, lib. I, ch. x, dans Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. II, p. 374.
  120. D’après les Capitulaires, éd. Baluze, t. I, col. 474 et 794, et Mon. Germ. hist., Capitularia regum Francorum, éd. Boretius, t. I, p. 154 et 447. Charlemagne envoyait des aumônes à Jérusalem pour la restauration des églises.
  121. Ce sont les Capitulaires.
  122. Annales d’Éginhard, année 809.
  123. Strurie. La Stör, rivière du Schleswig-Holstein, affluent de l’Elbe.
  124. Essephet, auj. Itzehoe, ville du Schleswig-Holstein, sur la Stör.
  125. Éginhard dit seulement : vers les ides de mars, « circa idus martias ».
  126. Reric ; c’est le marché dont il est parlé plus haut (p. 112).
  127. « Aureolus comes de genere Felicis Aureoli Petragoricensis comitis exortus ». Vita Caroli Magni per monachum Engolismensem descripta, dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 186.
  128. Osque. Huesca.
  129. Amaros, émir de Saragosse, était né à Huesca d’un père musulman et d’une mère chrétienne. Il ne put accomplir ce qu’il avait promis à Charlemagne, car il fut privé de son gouvernement par l’émir de Cordoue (voir sur lui Reinaud, Invasions des Sarrazins en France, p. 118 et 119).
  130. Le 7 des calendes de janvier correspond au 26 décembre 809. D’après la chronologie des éclipses, elle aurait eu lieu le 25 décembre, à sept heures du soir.
  131. Annales d’Éginhard, année 810.
  132. D’après la Chronique d’André Dandolo, Pépin aurait au contraire échoué et aurait été obligé de se retirer après avoir subi des pertes considérables (Muratori, Rerum italicarum scriptores, t. XII, col. 158 ; cf. Regesta imperii, éd. Mühlbacher, t. I, p. 179).
  133. Son nom serait Paul, d’après les Annales d’Éginhard : « Paulus Cefalaniæ præfectus. »
  134. Il faut lire juin, ce qui donne le 6 juin 810.
  135. Si engrés, si empressé.
  136. « In loco qui Lippeham vocatur. » Voir ci-dessus, p. 41, n. 1.
  137. « Ad Alaram fluvium », l’Aller, affluent du Weser, rive droite.
  138. D’après Mühlbacher, Regesta Imperii, t. I, p. 181, ce serait le Hobek ou Hohbeckerberg, près du bourg de Gartow, dans le Hanovre, au sud-ouest de Lunebourg.
  139. Éginhard donne le 8 des ides de juillet, soit le 8 juillet 810.
  140. D’après les Annales Laurissenses minores (Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 121), cette mortalité se serait étendue aussi aux hommes : « Mortalitas bovum maxima pene in tota Europa, nec non et hominum plurimorum ». Cf. Baluze, Capitularia regum Francorum, t. I, col. 473 et 475, et surtout t. II, col. 1199.
  141. « Pacemque cum Niciforo imperatore et cum Abulaz rege Hispaniæ fecit » (Éginhard).
  142. Vita Karoli Magni, chap. xvi.
  143. On trouve aussi, dans le moine de Saint-Gall, De Gestis Karoli imperatoris, liv. I, chap. xxvi, éd. Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. II, p. 743, l’écho des craintes inspirées aux Grecs par le titre d’empereur que prit Charlemagne.
  144. La date donnée ici par les Grandes Chroniques concorde avec celle qui se trouve dans la majeure partie des manuscrits d’Éginhard ; cependant, cette date est fausse, car, d’après la table des éclipses de l’Art de vérifier les dates, cette éclipse de soleil eut lieu en 810, non le 7 juin, mais le 5 juillet.
  145. Cette date du 30 novembre 810 concorde bien avec celle de la table des éclipses.
  146. Ces deux éclipses de lune eurent lieu, d’après la table des éclipses, le 20 juin et le 14 décembre 810.
  147. Par estovoir, par nécessité, de force.
  148. Annales d’Éginhard, année 811.
  149. Sur l’ambassade d’Arsafius, voir, dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 631, la lettre que Charlemagne aurait écrite à Nicéphore ; dans cette lettre, il lui annonce le prochain départ de ses propres ambassadeurs.
  150. Hetton, ou Haiton, naquit vers 763, fut abbé de Reichenau, évêque de Bâle en 802, résigna son évêché en 822 et mourut le 17 mars 836 (Histoire littéraire de la France, t. IV, p. 523-527).
  151. « Aio Langobardus de Forojulii » (Éginhard).
  152. Léon, qui appartenait au corps des spathaires, avait été envoyé en 802 par l’impératrice Irène à Charlemagne pour confirmer la paix entre les Grecs et les Francs (Annales d’Éginhard, année 802).
  153. Il, c’est-à-dire l’empereur.
  154. Latin « honore spoliatus », dépouillé de son honneur.
  155. La grieté, la difficulté.
  156. Wala, l’un des témoins du testament de Charlemagne, qui devint ensuite abbé de Corbie.
  157. Wigman (Éginhard).
  158. D’après une charte de Louis le Débonnaire du 26 mars 816, cette expédition de Bretagne aurait eu lieu pour réprimer une révolte (de la Borderie, Histoire de la Bretagne, t. II, p. 5 et 6).
  159. Vita Karoli Magni, chap. xiii.
  160. Voir plus haut, p. 69, note 2, et p. 102, note 4. Cf. Annales d’Éginhard, année 805.
  161. Ce paragraphe, qui a été emprunté à la Vita Karoli Magni, chap. xxviii, a été omis par Paulin Paris dans son édition des Grances Chroniques. Cf. t. II, p. 148.
  162. Annales d’Éginhard, année 811.
  163. Asens, direction.
  164. Cette dernière phrase est de l’auteur des Grandes Chroniques. La Tour d’Ordre, élevée par Caligula lors de son expédition sur la côte de l’océan, en face de la Grande-Bretagne, s’écroula vers 1644 (E. Egger, Notice sur la Tour d’Ordre à Boulogne-sur-Mer, dans Revue archéologique, nouvelle série, t. VIII (1863), p. 410-421).
  165. Sous ces noms de Kanizances et Thuduti, ou mieux Thudun, on a voulu sans doute donner les titres de chagan et thudun accordés aux chefs des Huns, plutôt que les noms de chefs eux-mêmes (cf. Annales d’Éginhard, années 795 et 805, et supra, p. 76 et 102).
  166. Les Annales d’Éginhard donnent comme date de la mort de Charles le 2 des nones de décembre, soit le 4 décembre 811. Voir, dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 170 et 422, les vers que lui consacrent le poète saxon, Annales de gestis Caroli Magni, et Theodulphe, évêque d’Orléans.
  167. Annales d’Éginhard, année 812.
  168. Michel, grand maître du palais, qui avoit épousé Procopia, fille de Nicéphore, ne succéda pas immédiatement à ce dernier. Staurace, fils de Nicéphore, fut proclamé empereur le 25 juillet 811 et abdiqua le 1er octobre suivant, date à laquelle Michel monta sur le trône.
  169. « Suos legatos direxit, Michaelem scilicet episcopum, et Arsafium atque Theognostum protosphatharios » (Éginhard). Tardif, dans les Monuments historiques. Cartons des rois, no 102, donne le fragment d’une lettre d’un empereur de Constantinople que Mabillon (De re diplomatica, supplément, p. 54) conjecture être la lettre adressée par Michel à Charlemagne.
  170. « Laudes ei dixerunt, imperatorem eum et basileum appellantes. »
  171. Sur les ravages commis par les Maures dans le sud de l’Italie et dans plusieurs îles de la Méditerranée, voir la lettre adressée par le pape Léon III à Charlemagne le 26 août 812 : « 7 kal. septembris » (Jaffé, Bibliotheca rerum germanicarum, t. IV, p. 322, et Migne, Patrologie latine, t. XCVIII, col. 540).
  172. Cette forme du nom de Wala fut calquée sur l’accusatif Walanem donné par Éginhard.
  173. On a dans le texte d’Éginhard : « Classis etiam Nortmannorum Hiberniam Scottorum insulam adgressa, commissoque cum Scottis prœlio. »
  174. D’après la Chronique de Moissac, année 812, la paix fut conclue pour trois ans entre Charlemagne et El Hhaken, calife de Cordoue.
  175. « Misit Karolus imperator tres scaras ad illos Sclavos, qui dicuntur Wilti » (Chronique de Moissac).
  176. Heramingue est le même personnage qu’Amingue cité p. 126 et 131.
  177. D’après la chronologie des éclipses, cette éclipse de soleil aurait eu lieu le 14 et non le 15 mai 812.
  178. Charlemagne, qui avait remarqué combien étaient défectueuses les leçons de l’Ancien et du Nouveau Testament, souvent remplies de solécismes, chargea Paul Diacre de les corriger, de revoir également les écrits des Pères de l’Église et de composer un recueil d’homélies pour toutes les fêtes de l’année (voir, dans Patrologie latine de Migne, t. XCV, col. 1159, la lettre de Charlemagne qui semble avoir inspiré ce paragraphe à l’auteur des Grandes Chroniques. À la suite de cette lettre est publié l’homéliaire de Paul Diacre. Cf. Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 622, qui date cette lettre de l’année 788 environ).
  179. Voir ci-dessus, p. 118.
  180. Apocalypse, chap. xxii, vers. 1.
  181. Annales d’Éginhard, année 813.
  182. Amalharius occupa le siège de Trêves depuis l’année 809 jusqu’à sa mort, survenue en 814.
  183. Il était abbé de Nonantola, Italie, prov. de Modène.
  184. Voir les canons de ce concile, qui eut lieu le 9 juin, dans Labbe et Cossart, Sacrosancta concilia, t. VII, col. 1239.
  185. Ibid., col. 1253.
  186. Ibid., col. 1270.
  187. Ibid., col. 1259.
  188. Ibid., col. 1231. Ce concile eut lieu le 10 mai. Cf. pour tous ces conciles de Mayence, de Reims, de Chalon, de Tours et d’Arles, Mon. Germ. hist., Concilia, t. II, éd. A. Werminghoff, p. 245-306.
  189. Ad Westarfoldam (Éginhard). D’après Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 200, note 77, ce serait la partie sud-ouest de la presqu’île du Jutland qui serait ainsi désignée.
  190. La phrase d’Éginhard n’a pas été bien traduite : « Irmingarius, comes Emporitanus, in Majorica insidias posuit. » Ermangaire était donc comte d’Ampurias (auj. Espagne, dépendance de La Escala, prov. et cant. de Girone, au sud du golfe de Rosas) et c’est dans l’île de Majorque qu’il établit son embuscade.
  191. Centumcellas, auj. Civita-Vecchia, Italie, prov. de Rome, ch.-l. de district.
  192. Léon, gouverneur d’Anatolie, fils du patrice Bardas, ayant été proclamé empereur par ses soldats le 10 juillet 813, Michel embrassa la vie monastique, ainsi que toute sa famille.
  193. Le royal ms. 16 G VI, fol. 148 vo, du Brit. Mus. ajoute en note : « Et ycellui Crumauz asprement assailli. »
  194. Crume, blessé dans un guet-apens que lui avait dressé Léon, se retira en ravageant tout le pays autour de Constantinople.
  195. Vita Karoli Magni, chap. xvii.
  196. Ms. S. G., destruite. « Centumcellæ, civitas Etruriæ » (Éginhard).