Les Grandes Chroniques de France/III/Livre premier

Texte établi par Jules ViardÉdouard Champion, libraire de la Société de l’histoire de France (3p. 1-89).



LES GRANDES CHRONIQUES DE FRANCE





CAROLINGIENS



CHARLEMAGNE


LIVRE PREMIER


TABLE DES CHAPITRES


Ci comencent les gestes du fort roi Challemaigne.

Ci comencent li chapitre du premier livre des gestes le grant roi Charllemaine.

Li premiers parole qui cil fu qui les gestes descrist et la maniere du vivre des anciens rois de France.

Li ii touche briement et par ordre de v de ses batailles que il fist contre diverses genz.

Li iii parole ausi de ses iiii darrenes batailles, et coment il escrut et moultiplia en son tens le roiaume, et de l’amor que li roi paien avoient à lui et de l’onor que il li portoient en lor lettres, et des granz presenz que il li fesoient.

Li iiii parole coment li dui frere partirent le roiaume après la mort lor pere, et de sa premiere bataille que il fist en Aquitaine, coment li rois Desiers de Pavie fu pris et envoiez en essil, et du privilege que li apostoiles Adriens dona à la corone de France.

Li v, coment il desconfi les Saines qui estoient entré en France, et coment il ostoia en Saisoigne pour aus destruire. Après, coment Ragauz, un de ses ballis de Lombardie, se revela contre lui, et de la justice que il en fist. Après, coment il mut derechief contre les Saines et coment il les desconfist et fist baptizier.

Li vi, coment il mut derechief en Saisoigne pour les Saines humilier. Après, coment il ostoia en Espagne par l’enortement d’un prince sarrazin ; coment il prist Pampelune et maintes autres citez et d’un poi de meschief qui li avint au retor ; coment li Saine furent occis par les François orientiex, et coment il mut derechief en Saisoigne.

Li vii parole coment li rois ala à Rome visiter les Apostres, et coment li papes Adriens le reçut honorablement et corona ses ii fiuz le jor de Pasques, Pepin, l’ainé, du roiaume de Lombardie, et Looys, le mainné, du roiaume d’Aquitaine, et puis coment Thassiles, li duc de Baiviere, li fist homage et coment ses gens furent desconfit en Saisoigne.

Li viii, coment il mut derechief en Saisoigne et coment il mena les Saines par ii foiz à soveraine desconfiture ; de la mort la roine Hildegarde ; des espousailles la roine Fastrade ; de la mort sa mere la roine Berte ; coment il mut en Saisoigne par iii foiz ou par iiii ; coment il se vencha des François orientiex qui contre li s’estoient revelé par mauvais conseil.

Li ix, coment il envoia ses oz sor les Bretons, coment il ala à Rome et coment il conquist Puille et Kalabre ; des messages Thassiles, le duc de Baiviere, à l’apostoile Adrien pour la pais confermer de lor seigneur et du roi, et puis coment il retorna en France.

Li x, coment li rois entra en Baiviere à iii oz par iii parties, et coment li dux Thassiles fu humiliez par paor.

Li xi, et li darreniers du premier livre[1], parole coment li rois ostoia sor les Huns, à ii paire d’oz ; coment il destruist tote cele region et s’en retorna à grant victoire. Après, de l’eresie Elipart, l’arcevesque de Tholete, de la conspiration que Pepins, ses ainnez fiuz, fist contre lui ; du concile que li rois asembla pour dampner l’eresie feliciene, et puis coment il ostoia derechief contre les Saines.




Ci commencent li chapitre du premier livre des gestes le grant roi Charllemaine.
I.
Qui cil fu qui les gestes descrist et la maniere du vivre des anciens rois de France.

Ci commence la vie et li noble fait du glorieus prince Kallemanne le grant, escrit et baillié en partie par la main Eginalt, son chapelain, et en partie par l’estude Turpin, l’arcevesque de Rains, qui present furent ovec lui par touz ses faiz en divers tens et sont tesmoing de sa vie et de sa conversation. Cil Eginalz nous descrit sa vie jusques aus faiz d’Espagne ; le seurplu nous determine Turpins, li arcevesques, jusques en la fin de sa vie, certains des choses qui avindrent, come cil qui toz jors fu presenz ovec lui.

[2]Je donques Eginalz, chapelains[3], et norriz ou palais mon seigneur le victorieus prince et le très renommé l’empereur Karlemanne, ai proposé à descrire ses mors et sa vie, à l’aide Nostre Seigneur, au plus briement que je porrai, et maesmement ceus que il fist, puis que il vint à terre et que il ot receu son roiaume. Car cil ne sont pas en memoire que il fist ou tens de s’esfance[4] en Espagne entor Galaffre, le roi de Tholete[5]. Si est profitable chose de retenir par escriture les victoires et les faiz de si grant prince pour ce que ses noms et sa renommée ne soit mise en obli, si que li roi et li prince crestien prengnent exemple à ses faiz et à sa conversation. Grief chose me semblast d’entrelessier ceste ovre par mon defaut et par ma negligence, quant je savoie que nus ne les pooit savoir plus certainement de moi qui present i avoie esté et veuz de mes propres euz, et bien pensoie que nus autres de moi ne les avoit escriz. Une autre cause raisnable me muet, qui bien doit souffire tote seule à ce que je soie tenuz à descrire sa vie ; ce que il me norri et la très grant amor que il ot toz jors à moi et je à li et à toz ses enfanz, puis cele houre que je commençai premierement à converser en son palais, qui me contraint et lie à ce que je monstre par ovres, après sa mort, la bone volenté que je oï à li quant il vivoit. Si seroie notez et corpables[6] d’ingratitude, se je ne me recognoissoie aus honors et aus benefices que il me fist en sa vie.

[7]Ci endroit nous covient touchier briement aucunes choses qui devant ont esté dites, pour plus plainement descendre à nostre matiere.[8]La generation des Merovées, de laquele li François soloient prendre lor rois, dura jusques au tens d’un roi qui ot non Hildric[9], qui, par le commandement le pape Estiene[10], fu desposez et tonduz en une abbaïe, à ce tens que Pepins, qui puis fu rois, estoit encores princes du palais. Si sembloit bien que la lignie fust ja fenie en li maismes, car cil rois n’estoit de nule vigor, ne dignes de nule loenge ; sanz nul pooir portoit le nom de roi tant seulement. Li prevost du palais, qui estoient adonc apelé li graignor de la maison[11], avoient en lor main les richeces et le pooir du roiaume ; au roi souffisoit li noms tant seulement. En sa chaiere seoit, la barbe sor le piz et les chevous espars sor les espaules[12], et mostroit par defors semblant de seignorie ; les messages qui, de diverses parties, venoient à cort ooit, et lor donoit tiex respons com l’on li ensegnoit ou come l’on li commandoit, ausi come se ce fust de s’auctorité. Li cuens du palais li amenistroit tiex despens com il cuidoit bien faire. Riens propre n’avoit, fors que une petite vilete de petit afaire et i manoir où il sejornoit toz jors yver et esté, et aucunes rentes dont il pooit tenir aucuns serjanz pour li servir et pour aministrer ce que li covenoit. Se il aloit en aucun lieu par aucune aventure, il se fesoit traire en un carrot à bues ou à bugles, ausi come i païsanz[13] ; ensi aloit ou palais ou à la commune assemblée du pople, qui une foiz en l’an estoit faite pour le commun porfit du roiaume. Après retornoit à sa maison et demoroit là toute l’année, et li cuens du palais procuroit totes les besoignes du roiaume et loinz et près.

[14]En tel estat estoit li rois Hildris aus jors que il fu desposez, et li princes Pepins, peres Kallemanne, tenoit la seignorie du palais ausi come par heritage, car ses aiex Pepins li Briés[15] et ses peres Karles Martiaus l’avoient ausi devant li tenue, et avoit delivrée tote France de Sarrazins et de mescreanz par ii batailles, dont l’une fu faite en Aquitaine delez la cité de Poiiers, et l’autre en Narbonnois sor le fleuve de Bierre[16]. En si très grant plenté estoient Sarrazins venu des contrées d’Espagne, que il en occist en une bataille CCCC XXVm, et cil qui eschaper porent s’enfuirent arriers en Espagne, sanz esperance de retor[17].

La seigneurie du palais, qui de son pere li estoit descendue, amenistroit noblement li princes Pepins. Cele honeurs soloit estre donée anciennement au plus nobles du roiaume et au plus puissanz de lignache. Cele segneurie tint Pepins de son aïol, de son pere et de son ainné frere Karlemanne, souz le roi Hildric, à la pais et à la concorde de tot le roiaume, car Kallemannes ses freres se rendi, après ce que il ot i poi regné, en une abbaïe que il fonda à Rome en un lieu qui a non Monsorat[18] ; en l’onor de saint Silvestre la fonda, por ce que il se tapi, et cela en cel liu ou tens de sa persecution. Cil Karlemannes guerpi puis ce lieu et se mist en l’abbaïe Saint Beneoit de Montecassin[19], pour ce que les genz et li noble home de France qui là aloient le visitoient trop sovent.

[20]A l’apostoile Estiene[21], qui lors estoit, demanda li princes Pepins, liquiex devoit estre rois ; cil qui de riens ne servoit, fors de sejorner, ne nule cure n’avoit des besoignes du roiaume, ou cil qui de tot avoit la cure et près et loinz, et par cui li roiaumes estoit du tot governez. Et li papes li remanda que cil devoit estre rois, qui de tot avoit le pooir et la cure, et en tel maniere li conferma l’oncion et la corone du roiaume ; si fu rois en tele maniere.

II.
De V de ses batailles que il fist contre diverses genz.

[22]Après le decès le roi Pepin regnerent si dui fil Kallemanne et Karellemaines et departirent le roiaume en tel maniere que chascuns regna en sa partie.[23]La premiere guerre que il enprist si fu contre le duc Gaifier d’Aquitaine[24], que ses peres le rois Pepins n’avoit pas encore bien menée à fin, si come nous proposons à dire ci après plus plainement.

[25]Quant cele guerre fu finée et du tot achevée, il enprist après bataille contre les Lombarz[26], à la priere l’apostoile Adrien, pour ce que il deseritoient l’eglise de Rome. Cele guerre maismes avoit commencié li rois Pepins ses peres, à la requeste l’apostoile Estiene, contre le roi Haistufle que il assist en la cité de Pavie, et le contrainst à ce que il jura à rendre à l’eglise de Rome tot quant que il avoit tolu. Mais li rois Karlemaines, puis que il ot la guerre enprise, ne fina jusques atant que il ot pris le roi Desier et son fil Adagise et envoiez en essil, et Ruodgause, le prevost de la duchée d’Aquilée[27], qui contre lui apareilloit guerre. De tot le roiaume de Lombardie ordena à sa volenté et le dona à un sien fil qui avoit nom Pepins.

[28]Après ces ii guerres reprist la tierce contre les Saines[29], qui estoit ausi come entrelessié. Nule guerre n’ot ainques li rois plus longue ne plus cruel, ne qui plus grevast ne travaillast le pople de France, car li Saine, qui sont cruel par nature, et qui, au tens de lors, estoient encores mescreant et contraire à nostre foi, ne tenoient pas à meffait de brisier foi ne sairement, come cil qui n’estoient de nule loi. La raison pour quoi la pais ne pooit estre gardée entre Saines et François, si estoit pour ce que la marche des ii roiaumes siet en plain forés, en aucuns lieus où il a montegnes et boscages. Là fesoient sovent arsons[30], rapines et occisions, et François qui ce ne porent plus souffrir corurent ausi sor eus, lors enpristrent à combatre apertement li un contre les autres, et fu la guerre commencié d’une part et d’autre par grant efforz qui dura xxx anz continuement à grant domache des ii parties, et plus sanz comperoison des Saines que des François. Si poist la guerre avoir esté legierement fenie, se ne fust la desloiautez des Saines, car quant li rois les avoit si desconfiz que il lor covenoit venir à merci, il ne tenoient après ne foi ne loiauté, ne covenant que il eussent, ainz recommençoient la guerre quant li rois s’en estoit retornez en France. Longue chose seroit à raconter quantes foiz il furent vaincu et sormonté par armes, et se mistrent du tot en la merci le roi et donerent tiex ostages com il demandoit. Les messages que li rois i enveoit reçurent plusors foiz, et furent aucunes foiz si donté que il promistrent que il recevroient la foi chrestienne ; mais ausi come il estoient prest et legier à ce faire, ausi legierement aloient-il encontre les convenances, si que l’on ne pooit pas bien savoir auquel de ces ii choses il estoient plus prest. Ou premier an meismes que la guerre fu commencié firent-il ceste mutation ; mais li granz cuers et li fermes propos du roi qui toz jors duroit uns meismes, et en prosperité et en adversité, ne pot ainques estre vaincuz par leur legierté, ne lassez pour paine ne pour travail que il li feissent, car il ne souffri ainques que il portassent sanz paine nul domage que il receust par eus et que il ne le venchast tantost, ou par lui ou par ses menistres. Totes voies, furent si mené à la parfin que tuit li plus grant et li plus noble, qui la guerre avoient toz jors maintenue, vindrent à merci et se mistrent du tot en sa subjection sanz contredit. xm homes en prist et fames et enfanz, de ceus qui habitoient de ça et de là le rivage d’Albe[31] et les espandi en divers lieus parmi le roiaume de France. Li rois lor demanda se il voloient deguerpir la mescreantise de lor ydoles et recevoir la foi crestiane, et habiter entre François come i maismes poples et une maisme gent ; à ce s’acorderent volentiers.

Ensi fu cele guerre finée, qui lonc tens avoit duré, ne ainques li rois ne se combati contre eus en champ de bataille que ii foiz ; la premiere si fu delez une montagne qui est apelée Osneggy[32], en un lieu qui a nom Theotmelli[33], et la seconde si fu sor le flueve de Hasa[34]. Ces ii batailles furent en un maismes mois, et assez tost l’une après l’autre[35]. En ces ii batailles furent si durement desconfit que nus ne fu ainques puis qui osast guerre movoir ne contrester à sa venu ; se ne furent aucun qui se fioient es fortereces d’aucuns lieus. En ces ii devant dites batailles furent occis des plus granz et des plus nobles des Saines et des François. Ou xxxiii an de son regne fu cele guerre fenie.

Si n’avoient pas li François aus Saines tant seulement guerre, ainz lor sorstrent plusors batailles et granz en diverses parties du monde en un maisme tens, qui, par la diligence et par le grant cuer du roi, furent si bien et si sagement amenistrées, que l’on se doute lequel fait plus à merveillier, ou la bone fins et la glorieuse fortune, ou li sens et la pacience du roi. Car ceste bataille commença ii anz devant cele de Lombardie, et fu toz jors maintenue sanz cesser ; et les autres, qui en divers lieus estoient sorses, refurent amenistrées sanz entrelassier. Si sages et de si noble cuer estoit li rois que il n’eschiva ainques travail, ne ne douta perill que il ne receust les guerres et les batailles quant eles li sordoient. Si sages et si discrez estoit en recevoir le tens si com il venoit, que ja pour ce ne fust plus alevez en son cuer pour ses granz victoires, ne plus maz ne plus confus pour nule adversité.

[36]La tierce de ses batailles si fu en Espagne et en Gascogne, en ce maisme tens que cele de Saisoigne duroit, moult efforciement mut et trespassa les monz de Pirene, chastiaus et citez prist par tot là où il torna, puis retorna en France o tot son ost, sauf et entier, se ne fust un poi de meschief qui li avint en son retor, au trespasser les monz, par la malice des Gascons.

[37]La quarte de ses batailles, si fu contre les Bretons qui habitent en une partie de France, par devers Occident, sor la grant mer. Car en ce tens n’estoient pas obeissant au roiaume de France (ja soit ce que nous truissons escrit aus gestes du roi Dagobert le premier, que li rois de cele Bretaigne, qui avoit nom Judicail, li fist homage de tot son roiaume[38]). En cele besoigne envoia li rois Karlemainne aucuns de ses princes qui la terre mistrent en sa subjection.

[39]La quinte de ses batailles, si fu en Ythalie, en Puille, et en Kalabre et en terre de Labor contre le duc Aragise ; mais li dux se mist du tot en sa volenté sanz bataille et li envoia ses ii fiuz Rimout et Grimout[40] ; grant avoir li donerent pour avoir sa pais et sa concorde. Grimout le mainné retint li rois en ostages, et Rimout l’ainné renvoia au pere ; ovec li envoia ses messages pour recevoir la feuté des gens de la terre, atant retorna à Rome, là demora aucun jors pour les apostres honorer, et puis retorna en France.


III.
Li III parole ausi de ses IIII darrenes batailles, et coment il escrut et moultiplia en son tens le roiaume, et de l’amor que li roi païen avoient à lui et de l’onor que il li portoient en lor lettres, et des granz presenz que il li fesoient[41].

[42]La vi de ses batailles, si fu contre les Baviers, cele fu tost commencié et si refu tost fenie ; li orgueuz et la discorde du duc Thassile[43] fu cause de cele guerre, et ce fist-il par l’enortement sa fame, qui ot esté fille Desier[44], le roi de Pavie que li rois avoit chacié en essil ; ensi cuidoit venchier son pere par son mari ; et pour ce que il savoit bien que il ne souffisoit pas à guerroier à si puissant home, il fist aliances à une maniere de genz qui sont apelé Hum. Li rois mut contre lui à granz oz[45], mais li dux vint à li à merci quant il vit que il ne porroit durer ; tiex hostages livra come li rois devisa, entre les autres un sien fil qui avoit nom Theodones[46]. Là jura li dux que jamais contre li ne seroit pour chose que nus dire li seust. En tel maniere fu cele guerre fenie briement que l’on cuidoit qui trop longuement deust durer. Li rois manda le duc en poi de temps après, ne puis ne le lessa arriers retorner. Cele duchée de Baiviere ne fu puis tenue par dux, ainz fu governée par contes. Avant que li rois retornast de cele voie, mist-il bones et devises[47], par le cors d’une iaue, entre les Baiviers et les Alemanz[48].

[49]La vii btaille que il emprist, si fu vers les Esclavons[50] ; en celui ost furent li Saine en l’aide le roi ovec les autres nations qui à lui estoient obeissanz, ja soit ce que il ne le feissent pas de bone volenté, car il le fesoient plus par paor que par amor. La raison pour quoi li rois enprist cele guerre contre les Esclavons, si fu pour ce que il grevoient les Abrodiciens[51] qui aus François s’estoient alié lons tens devant. Pour ce sembloit au roi que il fust tenuz à els aidier contre lor anemis ; si en estoit li rois encores plus esmeuz, pour ce que il ne voloient cesser à son mandement.

En ces parties corut un braz de mer, si naist de la grant mer d’occident et cort droit vers orient[52] ; si lons est que nus n’est certains de sa longuor ; en aucuns lieus a c miles de large, et en aucuns mains. Sor ce braz de mer habitent maintes manieres diverses de genz, Thanisien, Soissonois, que nous apelons Normanz[53]. Cist tienent les rivages et les ysles par devers septentrion ; ceus par deça tienent les Esclavons et li Haist et maintes autres nations[54]. De totes ces manieres de genz sont plus noble et plus puissant li Esclavon, ausquiex li rois apareilloit bataille ; contre els se conbati et chastoia si et donta à sa premiere venue que il n’oserent ainques puis riens faire contre sa volenté.

[55]Après ceste bataille, fu viiieme contre les Huns qui or sont apelé Hongre, selonc l’opinion d’aucuns. Ceste fu la plus longue[56] et la plus grief que li rois enpreist onques après cele de Saisoigne, et cele que il maintint et amenistra toz jors plus efforciement et à plus grant apareil. Une seule bataille fist par li en Pannonie contre els, car il habitoient lors en cele terre. Les autres fist par son fil Pepin, par les contes et par les baillis de ses provinces. Si bien et si sagement fu cele guerre maintenue et amenistrée, car ele fu finée en viiieme an que ele fu commencié. Cele terre de Pannonie, qui après fu gasté et deserte, tesmoigne bien les granz batailles et les granz occisions qui eu païs orent esté, et li lieus maismes où li palais le roi Cagane[57] ot esté, qui demora si deserz que il sembloit que il n’i eust ainques eu habitation d’ome. Tote la gloire et la noblece des Huns peri en cele bataille ; tuit li tresor que leur roi et leur ancien princes avoient amassez furent ravi. Si ne recordent pas memoire d’ome vivant que François eussent ainques eu victoire où il gaagnassent tant, ne dont il fussent si enrichi[58], car il lor sembla puis que il eussent esté povre devant, pour la très grant plenté de richeces que il conquistrent en cele bataille. Tant troverent or et argent et precieuses despoilles et tresors du palais, que l’on doit cuidier que François tolissent à droit aus Huns, ce que il avoient toz jors tolu à tort aus autres nations. En cele guerre perirent dui princes de France tant seulement ; li uns ot non Herris, dux d’Aquilée[59], li autres ot non Girouz, uns des prevoz de Baiviere[60]. Cil Herris fu occis en une terre qui a non Liburnie, delez une cité qui a non Tarsatique[61] ; entrepris fu par les agaiz de ceus de cele cité. Li autres, qui avoit non Girouz, fu occis[62], soi tierz tant seulement en Pannonie, tandis com il chevauchoit parmi son ost et que il entendoit à amonester ses genz et à ordener ses batailles por combatre contre les Huns ; mais l’on ne sot qui l’occist. Ceste guerre ne fu pas moult domageuse aus François, et tot durast-ele longuement, si fu-ele fenie en bone prosperité.[63]Après ceste fu fenie cele de Saisoigne qui avant fu commencié et qui si longuement avoit duré. Bone fin ot totes voies, ja soit ce que ele grevast François sor toz les autres. Cele de Lynonie[64] et cele de Boesme[65], qui après comencierent, ne durerent pas longuement ; l’une et l’autre fu briement fenie par un ost tant seulement que Charloz li fiuz le roi guia.

[66]La ix et la darrene de ses batailles, si fu contre les Normanz, qui sont une maniere de Danoys. La cause de cele guerre fu pour ce que il furent premierement robeor de mer, que l’on apele galioz[67]. Après ce assemblerent plus grant navie et commencierent à hardoier et envaïr le pople de Galle et d’Alemagne[68] et les citez qui sont sor le rivage de cele mer. Ja estoient monté en si grant orguel que il tenoient ausi come pour lor tote Saisoigne et tote Frise. Si avoient ja les Abrodiciens sozmis et faiz tributaires ; si se vantoient ja que il vendroient par tens, à granz oz, à Es la Chapele, qui estoit ausi come la propre chambre le roi, et là où ses plus granz pooirs estoit. Si cuidoit-on bien que il commençassent à faire ce dont il se vantoient, quele que la fins en fust, se lor propos n’eust esté destorbez et enpeechiez par la mort de lor prince, car il fu occis par un sien serjant[69] maismes. Ensi fu cele guerre fenie sanz commencier, que li rois eust hastivement enprise se ne fist ceste aventure.


IV.
Coment li dui frere partirent le roiaume après la mort lor pere et de sa premiere bataille que il fust en Aquitaine ; coment li rois Desiers de Pavie fu pris et envoiez en essil, et du privilege que li apostoiles Adriens dona à la corone de France.

Jusques ci avons parlé birement de ses victoires ; ci après en parlerons plus plainement et de chascune par ordre ; et premierement coment il vint à terre[70] après la mort son pere.

[71]Après le decès le roi Pepin, si dui fil Challes et Karlemannes departirent le roiaume par l’acort des barons et regna chascuns en sa partie. Charles, qui ainznez estoit, fu coronez en la cité de Noion et Karlemanes, li mainnez, en la cité de Soissons[72]. Après son coronement, s’en ala Challes à Es la Chapele ; là celebra la sollempnité de la Nativité, et cele de Resurrection en la cité de Rouan.[73]Apelez fu par son propre non Challes ; mais après fu apelez Charlemaines, par la raison de ses merveilleuz faiz, car Challemaines, si vaut autant come granz Challes.

[74]La province d’Aquitaine, qui en la partie Challemaine estoit venue, ne pot demorer en pais pour aucuns remananz de la guerre qui devant i ot esté, que li rois Pepins n’avoit pas encores bien achevée au jor que il trespassa, car li dux Hunauz[75], qui beoit à avoir le roiaume, esmut les plus granz et les plus puissanz homes de la terre[76], à commencier novele guerre contre le noviau roi, et li rois assembla ses oz et mut contre lui moult efforciement. Mais avant que il meust, manda son frere le roi Karlemanne au parlement[77] et li requist que il li aidast. Aidier ne li vot pour ce que si baron li desloerent[78] ; en son roiaume demora et cil ostoia contre ses anemis tot droit vers la cité d’Angolesme. Le duc Hunaut chaça et s’en failli petit que il ne fu pris ; mais il se garanti par les destroiz et par les fortereces des liex que il cognoissoit, où l’on ne pooit pas legierement ne seurement entrer. A la parfin guerpi tot le païs et s’enfui au duc Lup de Gasoigne[79], en sa garde se mist et li requist que il le garantisist. Mais li rois, qui sot que il s’en fu là fuiz, manda au duc que il li rendist son traitor et son fuitif, et se ce ne fesoit, bien seust-il que il entreroit en Gascoigne o tot son ost, ne ne s’en partiroit jusques à tant que il se fust de li venchiez. Mais li dux Luppes qui forment douta le roi li envoia le duc Hunauz, sa fame et ses enfanz et li manda que il estoit toz prez d’obeir à li et d’acomplir toz ses commandemenz. Li rois atendi les messages ou lieu maismes dont il estoient meu et i fonda tandis un chastel qui a non Frontenoi[80], sor la riviere de Dordone. Quant li message furent retorné et il li orent le duc Hunaut rendu, sa fame et ses enfanz, et li chastiaus fu fondez et auques edifiez, il retorna en France, la sollempnité de la Nativité celebra en une vile qui lors estoit apelée Durie[81], et cele de la Resurrection à Saint Lambert du Liege.

[82]En une cité, qui lors estoit apelée Garmacie[83], assembla li rois general parlement du pople et des barons[84]. La roine Berte, mere des ii rois, parla tandis au roi Karlemanne, le mainné, pour metre entre els pais et concorde, en une vile qui lors avoit non Salucie[85], car il i avoit lors contenz. Puis mut en Lombardie et de là à Rome pour aourer les Apostres[86]. En France retorna quant ele ot parfaite la besoigne pour quoi ele estoit là alée ; et la cause de cele voie, si fu pour requerre la fille le roi Disier de Pavie à Challemaine, son ainné fil.[87]La sollempnité de la Nativité celebra li rois en Borgoigne, en la cité de Mascons, et cele de la Resurrection à Valencienes en Henaut, chiés est de la contée, si siet sor la riviere de Cauz[88].

[89]En ce tens que il yvernoit là, ses freres, li rois Karlemannes trespassa en la vile de Saumonci[90], en la seconde none de decembre[91]. Ensepouturez fu en l’eglise Saint Denis en France, delez le roi Pepin son pere[92] ; et li rois Challes mut pour recevoir tot le roiaume. En une ville qui a non Carbonac[93] vint, là atendi les barons et les prelaz du roiaume, homage et feuté li firent ausi come il avoient fait son frere ; car la roine qui fame ot esté son frere, ele et si fil et une partie des barons s’en estoient alé en Lombardie. Mais li rois n’i fist pas grant force, quar il savoit bien que cele voie ne lor tendroit pas moult de porfit. La feste de Noël celebra en la vile d’Atigni[94] et cele de Pasques en une autre qui avoit non Aristalle[95].

[96]En ce tens trespassa li papes Estienes[97] ; après lui fu uns autres qui ot non Adriens.

Li rois assembla parlement de ses barons en la cité de Garmacie pour ce que il voloit ostoier en Saisoigne ; ses oz assembla et entra en la terre, tote la degasta par fou et par occision, un fort chastel prist qui avoit non Hyresburc[98] ; là trova une des ydoles des Saines qu’il apeloient Yrmensule[99], depecier et ardoir la fist li rois ; si demora illuec par iii jors ; mais come li oz demoroit là, li ru et les fontaines assechierent pour l’asprece[100] du tens. Si estoit toz li oz, homes et bestes à grant destrece que il ne trovoient que bouire ; moult soffroient grant mesaise de soif quant Nostres Sires les visita qui pas ne voloit que ses poples fust plus longuement à tel meschief. Car li avint que quant il se reposoient en droit l’eure de miedi en lor tentes, Nostres Sires lor envoia iaues noveles, par le conduit d’un ruissel[101] qui estoit delez les herberges au pié d’une montaigne, en si très grant plenté que les souffirent aus homes et aus bestes de tot l’ost. Après la destruction de ces ydoles, s’en parti li rois et li oz de ce lieu et vint au flueve de Wisare[102]. Là vindrent à li li Saine et li livrerent xii ostages. Après retorna en France et fist la feste de Noël et de Pasques en la cité de Haristalle.[103]En cele année maismes lessa-il la fille Desier, le roi de Lombardie[104], que la roine Berte, sa mere, li avoit porchacié, une autre en espousa après qui avoit non Hildegarde[105], née estoit de Souave et fame de grant biauté et de grant noblece.

[106]Li papes Adriens, qui plus ne pooit souffrir ne endurer la persecution et les gries du roi Desier et des Lombarz que il fesoient à l’eglise de Rome, en voia en France au roi Charlemanne un message qui avoit non Pierres[107]. Moult li prioit que il le defendist du roi Desier et des Lombarz, qui tant de maus fesoient à l’eglise et aus Romains. Et pour ce que li messages ne pooit passer par Lombardie pour les guerres et pour les anemis de l’eglise qui le païs gardoient, vint-il par mer jusques au port de Marseille ; de là vint par terre jusques en France, le roi trova en une vile qui avoit non Theodone[108], où il avoit demoré une partie de l’yver, son message li conta et puis retorna à Rome par cele maisme voie que il estoit venuz.

Quant li rois ot diligenment seu et enquis coment les choses aloient entre les Romains et les Lombarz, et il ot aperceu certainement que l’eglise de Rome estoit grevée sanz raison, il prist la besoigne sor lui et se establi defendeor de sa partie. Les oz de France esmut et vint en Borgoigne jusques à une cité qui a non Genes[109], si siet sor le flueve du Rone. Là ordena coment il porroit mieuz conduire les oz es plains de Lombardie ; en ii parties les devisa ; l’une en livra à un sien oncle qui avoit non Bernarz et li commanda que il alast par les monz de Monjeu[110] ; l’autre partie retint ovec soi et la conduist par les monz de Moncenis ; et quant li rois et ses oz orent les montaignes sormontées et les periuz trespassez, il descendirent en la plaine de Lombardie. Li rois Desiers li vint au devant, il et ses oz toz ordenez à bataille ; mais pour noient, car il s’enfuirent sanz estor et li rois le chaça et l’enclost en une cité qui avoit non Thicine, mais or est apelée Pavie. Tot l’yver demora li sieges devant la cité, car ele estoit trop forz à prendre.

Incidence. —[111]Hunauz, li dux d’Aquitaine, duquel l’estoire a lassus parlé, s’enfui aus Romains, des Romains aus Lombarz, là devint apostates et mescreanz et renoia la foi de sainte Eglise ; en poi de tens après fu lapidez et craventez de pierres.

[112]Son ost lessa li rois devant la cité, et ala à Rome au mandement l’apostoile Adrien, qui fu li iiiixxxiiimes apostoles ; si couroit lors li tens de l’Incarnation par dcclxxiii anz. Là celebra la sollempnité de Pasques[113] ; avant que il s’en partist, fu uns conciles celebrez de c et liii, que evesques que abbez. A ce concile fu li rois Challes presenz, là li dona li papes Adriens, par l’assent et par la confirmation de tot le concile, si grant dignité que il eust pooir d’eslire l’Apostoile et d’ordener du siege de Rome, et si le fist prince et defendeor des Romains, et que li arcevesque et li evesque entrassent en possession de lor sieges par lui, et se il i entroient par autrui sanz son gré et sanz son los, que il ne peust estre de nului sacrez et que li rois peust sesir leur biens à ceus qui de ce seroient rebelle et il n’en venoient à amendement. A la parfin conferma ce privilege en tel maniere que il escommenia, de l’auctorité Saint Pere, toz ceus qui encontre ce decret iroient.

[114]Après ce concile retorna li rois à son ost et prist la cité qui moult estoit lasse et aquise[115] pour le lonc siege[116]. Après ce, se rendirent totes celes de Lombardie en la condition et en la seigneurie des François, et quant li rois ot ensi tote Lombardie prise et souzmise à sa volenté et des choses ordené si com il li plut, il retorna en France et enmena le roi Desier pris et loié[117]. Algises, i siens fiuz en cui li Lombart avoient grant esperance, s’enfui à Constantin, l’empereor de Costantinoble, quant il vit que ses peres fu pris et que la terre fu perdue. Là demora et gasta le remanant de sa vie en une dignité que li empereres li ot donée[118]. Pris fu li rois Desiers, sa fame et sa fille et tuit si baron.[119]Tout rendi aus Romains quanque li Lombart leur avoient tolu ; ensi fu touz li roiaumes de Lombardie souzmis au roiaume de France et cesserent à regner li roi cc et iiii anz après lor commencement.


V.
Coment il desconfi les Saines qui estoient entré en France et coment il ostoia en Saisoigne pour aus destruire. Aprés, coment Ragauz, un de ses ballis de Lombardie, se revela contre lui, et de la justice que il en fist. Après, coment il mut derechief contre les Saines et coment il les desconfist et fist baptizier.

[120]En ce tempoire que li rois Challes traveilloit ensi en la besoigne de sainte Eglise, li Saine oissirent de lor terre à granz oz et entrerent es marches de France ; jusques à un chastel approchierent, qui a non Jaburg[121]. Cil qui entor habitoient se mistrent en la forterece quant il les aperçurent ; par la contrée s’espandirent et degasterent tout le païs par embrasement et par occision ; car il ardoient quanqu’il trovoient defors les fortereces. A un lieu approchierent, qui a non Frisdilar[122] ; là estoit une petite chapele que saint Bonifaces li martyrs avoit fondée, et avoit dit au dedier[123], ausi come par prophecie, que ele ne seroit ja arse. Li Saine, qui entor estoient, commencierent à penser coment il la porroient ardoir, et en cele heure maismes que il s’efforçoient de bouter le feu dedenz, dui jovencel en robes blanches aparurent en l’air, si que aucun des crestiens qui estoient ou chastel, et aucun des païens dehors les virent. Il defendoient la chapele du feu que li païen alumoient ; por ce ne la porent ainques embraser ne par dedenz ne par defors, ne de riens adomagier, ainz orent si très grant paor que il tornerent tuit en fuie, ja soit ce que nus ne les chaçast que l’on peust veoir ne apercevoir. Mais li uns d’els i demora qui fu trovez toz morz, acoutés et à genouz delez la chapele, le feu devant lui et la bouche entre les mains, ausi come se il souflast le feu pour la chapele embraser.

Quant li rois oï ces noveles, il esmut ses oz hastivement[124], en iii parties les devisa, et entra en lor contrées par iii lieus tot avant que il le seussent ; par feu et par occision destruist et gasta tot devant lui ; ceus qui à defense se metoient occist. Atant retorna en France charchiez des proies et des despoilles de ses anemis. La feste de Noël et de Pasques celebra en une vile qui a non Karisi.[125]Tandis com il yvernoit là, il se porpensoit et se conseilloit coment il porroit entrer en Saisoigne plus legierement, et destruire et asorber de tot en tot cele desloial generation, et tant maintenir la guerre que il fussent confondu ou que il receussent la foi crestiane. Pour ce assembla parlement general à une vile qui a non Durie ; ses oz esmut, le Rim passa et entra en Saisoigne à grant force. En sa venue prist i chastel à force, qui avoit non Sigiburc[126], si estoit moult forz et de siege et de garnison. Un autre, qui avoit non Ereburc, refist et referma, que li Saine avoient abatu, et mist dedenz garnison de la gent de France. De là s’en ala droit au flueve de Guisare[127], à un lieu qui est apelez Brunesber[128] ; là trova grant planté et pour defendre le port, et pour rendre bataille à l’essue du flueve ; mais ce lor valut petit, car il furent reusé[129] et chacié ou premier assemblement, et moult en i out d’occis. Quant li rois et ses oz orent passée l’iaue, il prist une partie de son ost et s’en ala droit à un flueve qui a non Ouacres[130]. Là li vint au devant Helsis, uns des princes de Saisoine, ovec lui amena toz les Ostephalois[131] et se rendi au roi, il et tuit cil de sa compagnie ; sairement de loiauté li fist et li dona tiex ostages come li rois demanda. De là se parti li oz et vint à un lieu qui est apelez Burki[132]. Là vindrent au roi une autre maniere de gent qui sont apelé Engariem ; en cele compagnie estoient li plus grant prince de lor terre ; sairement et ostages li donerent à sa volenté ausi come avoient fait li Hostephalois. Entre ces choses avint que cele partie de l’ost que il ot lessié delez le flueve de Guisare, en i lieu qui a non Hudbeki[133], fu deceue par l’agait et par la malice de lor anemis, et por ce maesmement que il ne se menoient pas si sagement com il deussent en tel peril de lor anemis. Car quant cil qui les chevaus de l’ost menoient aus pastures retornoient aus herberges, endroit l’eure de none, li Saine se mesloient ovec els, ausi come se il fussent de lor gent maismes, et par tele maniere entroient en lor tentes, et quant il estoient endormi, si les occioient ; et par tel malice en firent une heure moult grant occision. Mais totes voies, cil qui veilloient lor corurent sus quant il l’aperçurent et cil eschaperent par fuite. Quant ceste chose fu au roi nuncié, il se hasta de venir au plus tost que il pot, ceus qui s’enfuioient enchauça et en occist grant partie. Les ostages des Ostephalois reçut, atant retorna en France.

[134]En son retor, li vindrent message qui li nuncierent que Ragaudes, li Lombarz que il avoit fait patrice et duc de la cité d’Aquilée, fesoit conspiration contre lui et avoit ja plusors citez de Lombardie traites à son acort. Li rois, qui bien vit que il covenoit metre hastif conseil en ceste besoigne, pour Ragaude refrener et rendre la merite de sa traïson, entra en Lombardie moult hastivement, à grant plenté de bone gent. Ragaude, qui le païs trobloit et esmovoit contre li, prist et li fist le chief couper[135]. Les citez qui de li s’estoient desavoés reçut en autel maniere come eles estoient devant et i mist contes et juges de la gent de France. Mais il n’ot pas bien les monz trespassez, quant novel message li vindrent au devant qui li nuncierent que li Saine avoient pris le chastel de Hereborc, et avoient occise et chacié la garnison de la gent de France qui dedenz estoit, et que Sigeborc, uns autres chastel, avoit esté asaliz ; mais il ne fu pas pris, car cil de la garnison issirent hors et se ferirent es Saines soudainement par darriers, tandis com il asaloient ; si n’estoient porveu ne ordené en bataille contre lor venue pour ce que il entendoient à l’assaut.[136]Si racontoient encore plus cil message et pour verité, quar la gloire et la vertuz Nostre Seigneur estoit là aperue tot apertement, car il sembloit aus Saines et à toz ceus qui là estoient que il veissent en l’air ii escuz de feu flambeanz et ardanz sor l’eglise du chastel, qui se demenoient par l’air li uns contre l’autre, ausi come se chevalier les demenoient en bataille. Pour ceste merveille et pour l’assaut que François lor livrerent au dos furent si espoanté que il tornerent tuit en fuite, et cil de la garnison les enchaucierent jusques au flueve de Lippie, et en occistrent moult en cele chace.

Après ces noveles, li rois assembla parlement de sa gent en la cité de Garmacie, et ordena coment il peust plus hastivement ostoier en Saisoine. Ses oz assembla, et vint là où il baoit à aler si soudainement que il deffist et derompi tot le propos de ses anemis, et l’apareillement par quoi il li cuidoient contrester ; car quant il fu venuz à la fontaine de Lippie, il trova grant multitude de cele desloial generation qui moult estoient humble et devot par semblant, et dolent de ce que il avoient vers lui mespris ; merci li crierent et li promistrent que il recevroient saint baptesme et la foi crestiene. Li rois qui fu misericors et debonaires lor pardona. Tot ceus qui baptesme requistrent fist baptizier, et quant il ot lor fauses promesses oïes et lor sairemenz, et tiex ostages com il demanda receuz, il retorna en France. La sollempnité de Noël et de Pasques celebra en une cité qui avoit non Haristalle ; mais avant que il partist de Saisoine restora le chastel de Hereborc, que li Saine avoient abatu, et un autre en fonda sor le flueve de Lippie[137], et lessa dedenz grant garnison de la gent de France.


VI.
Coment il mut derechief en Saisoigne pour les Saines humilier. Après, coment il ostoia en Espagne par l’enortement d’un prince sarrazin, coment il prist Pampelune et maintes autres citez et d’un poi de meschief qui li avint au retor. Coment li Saine furent occis par les François orientiex, et coment il mut derechief en Saisoigne.

[138]Quant li prinstens fu retornez et la saison renovelée, li rois assembla parlement des barons et du pople après la feste de la Resurrection pour ostoier en Saisoigne, car il n’avoit point de fiance ou sairement ne es promesses de la desloiau gent du païs. Quant il fu là venuz, il trova les plus granz et les plus anciens de la terre, humbles et obeissanz par semblant ; mais il avoient autre chose es cuers que il ne mostroient par dehors. Tuit vindrent, fors Guitichim[139] ; cil estoit uns des princes de Hoistephale[140]. Au roi n’osa venir pour ce que il se sentoit corpables et mesfaiz en moult de cas, ainz s’enfui à Sigifroi le roi de Danemarche. Tuit cil qui là vindrent au roi li requistrent merci et misericorde par tel condition, que se il brisoient plus ses statuz et ses commandemenz, que il perdissent lor franchise et fussent toz jors mais de serve condition. Une partie en fist li rois baptizier, qui requeroient baptesme plus pour acquerre la grace li roi que il ne fesoient pour le salu de lor ames, car il le mostrerent bien après.

Là meesmes vint au roi uns Sarrazins espagneus[141] ; Ibnan l’Arrabi estoit nomez. Aucuns de sa gent amena ovec lui ; au roi rendi soi-meismes et totes les citez que li rois d’Espagne li avoit livrées à garder. Atant retorna li rois en France et celebra la Nativité en une vile qui a non Durzi[142], et cele de la Resurrection en Poitou, en un chastel qui a non Cassinole[143] ; là jut la roine Hildegarde d’un fil qui ot non Looys[144].

[145]Lors esmut li rois ses oz par l’amonestement Ibnalabi, le devant dit Sarrazin, en esperance de prendre aucunes citez d’Espagne ; si ne conçut pas ce propos pour noient, car il en prist aucunes. En Gascoigne entra, et quant il ot les monz trespassez, il assist et prist une cité de Navarre qui a non Pampelune. Le flueve de Hyberis[146] trespassa et s’en ala droit à Sarragoce, qui est la plus noble citez qui soit en ces parties ; la vile prist[147], le païs degasta et puis retorna à Pampelune. Les murs en fist craventer jusques en terre pour ce que plus ne se peust rebeller. Lors prist à retorner en France ; en une forest entra qui siet sor les monz de Pyrene. Ou plus haut lieu de ces montaignes orent li Gascons basti un embuschement, et quant li oz fu auques outre passez, il se ferirent soudainement en l’arieregarde[148]. Tot furent estormi et toz li oz raempliz de noise et de temoute. Et ja soit ce que François vaillent mieuz sanz compareson que Gascoin, et en force et en hardiece, totes voies furent-il là li poior[149], por ce meesmement que il estoient desporveu, et pour les forz destroiz du païs où il se combatoient. En cel assaut furent occis aucun des plus nobles homes de son palais, que il avoit faiz chevetains et ductors des batailles ; et li Gascon s’esparpellierent tantost et se ferirent es fortereces des montaignes. Pour ceste mesaventure fu li rois moult dolenz ; car ceste meschaance li abessa en partie l’onor et le los des nobles faiz que il avoit devant faiz en Espagne. Li Saine, qui orent oï noveles de ceste aventure et cuiderent que li rois eust receu plus grant domage que il n’avoit, esmurent armes contre lui ; jusques au Rim aprochierent. Mais quant il ne porent passer, il mistrent à destruction tot le païs par feu et par occision. Viles et hamiaus proierent ; les mostiers craventoient et ardoient ; homes et fames occioient, enfanz et virges tot communaument, sanz difference de sexe et d’aage ; si que l’on pooit vooir tot apertement que il n’estoient pas tant seulement meu pour preer ne por rober, mais pour venchier le sanc et l’occision que François avoient tantes fois faiz de lor gent. Si dura ceste persecution dès une cité qui a non Nyce jusques au flueve de la Mousele[150]. Et si come aucunes croniques dient ci endroit, il firent ce domage au roi par le conseil celui Guithechim, duquel nous avons lassus parlé[151]. Ces noveles furent au roi contées ou retor d’Espagne, en la cité d’Aucuerre. Tot maintenant commanda que li François Austrasien et li Alemant fussent contre els envoié ; ses oz departi atant et s’en ala por yverner en la cité de Haristalle. Li François Austrasien et li Alemant, qui contre les Saines furent envoié, chevauchierent à grant esploit et se hastoient pour savoir se il les peussent trover en lor contrées. Mais cil s’estoient ja mis au retor avant que il parvenissent là. Après els chevauchierent hastivement et les atainstrent ou païs des Hassiens, si come cil s’en aloient, droit à une iaue qui a non Herman[152]. Sus lor corurent en mi les guez ; si come il trespassoient l’iaue, à els se combatirent et en firent si grant abateiz et si grant occision que de si grant nombre com il estoient en eschapa petit, que tuit ne fussent occis ou noié.

[153]Quant li rois ot faite la sollempnité de Noël et de Pasques en la cité de Haristalle, il s’en parti et s’en ala droit au chastel de Compegne. Là demora tant com il plot, et en ce que il s’en partoit, li vint encontre Hildebrans li dux de Spolitaine[154] ; granz dons et granz presenz li fist, mais l’estoire ne dit pas quiex ; et li rois le reçut moult honorablement et li redona de ses richeces. En une vile, qui a non Murtigni[155], se departi du roi et s’en retorna en sa contrée.

Li rois assembla ses oz en une vile qui lors estoit nomée Durie[156] pour ostoier en Saisoigne. Mais avant fist parlement de ses barons selonc sa costume. Le Rim trespassa par un lieu qui a non Lippie[157]. Encontre li vindrent li Saine à bataille en un lieu qui est apelez Birclot[158], en esperance que il li peussent contrester ; mais lor esperance fu vaine, car il furent desconfit et chacié, et li rois passa tot outre après els en la contrée de Huistephalois[159] et les contrainst à ce que il vindrent à merci. De là s’en ala sor le flueve de Guisare[160], en un lieu qui a non Midufulli[161]. Là demora ne sai quanz jors pour reposer li et son ost. Avant que il s’en partist vindrent à lui li Westphalois et uns autres poples qui sont nomé Angariem ; sairemenz de loiauté li firent et li donerent ostages. De là se parti li rois, le Rim trespassa et s’en ala pour yverner en une cité qui a non Varmaise[162].

[163]Quant la novele saisons fu revenue et l’on pot ostoier, li rois rasembla ses oz et entra en Saisoigne, par le chastel de Heresburc trespassa et vint droit à la fonteine de Lippie. Là fist tendre ses herberges et i demora ne sai quanz jors, puis torna son chemin vers Orient, droit à un chastel[164] qui a non Ovacres. Là vindrent à lui tuit li Saine orientel, ensi com il l’avoit comandé. De ceus fu une grant partie baptizié, plus par fausse simulation que pour autre chose, car il avoient tel maniere de costume. De là se departi li rois o tot son ost et s’en ala droit au flueve d’Albe. Ses herberges fist tendre en un lieu qui est entre cel iaue et une autre qui est nomée Ore[165]. Si assemblent tot à un en la pointe du lieu où li rois estoit logiez ; là demora une piece pour ordener des besoignes entre les Saines qui deçà ce flueve demoroient, et les Esclavons qui par delà habitoient ; et quant il ot les choses ordenées selonc la necessité du tens, il retorna en France.


VII.
Coment li rois ala à Rome visiter les Apostres et coment li papes Adriens le reçut honorablement et corona ses II fiuz le jor de Pasques, Pepin, l’ainé, du roiaume de Lombardie, et Looys, le mainné, du roiaume d’Aquitaine, et puis coment Thassiles, li dux de Baiviere, li fist homage, et coment ses gens furent desconfit en Saisoigne.

[166]Pour aler à Rome mut li rois, si come il avoit devant proposé, por acomplir son pelerinage. La roine Hildegarde, sa fame, et ses ii fiuz mena ovec lui ; à la cité de Pavie vint, là celebra la Nativité, puis i demora tot le remanant de l’yver,[167]et quant la novele saisons revint il mut à Rome. Li papes Adriens le reçut moult honorablement, ensemble celebrerent la sollempnité de la Resurrection. Là corona li papes ses ii fiuz, Pepin[168], l’ainé, ou roiaume de Lombardie, et Loys, le mainné, ou roiaume d’Aquitaine. Quant il ot là demoré tant com il plot il se mist au retor par la cité de Melan. Thomas[169], li arcevesques de la vile, baptiza et leva de fonz une soue fille ; ses peres fu espiritiex et li mist à non Gile[170]. Atant retorna en France. Mais avant que il se partist de la cité de Rome, il et li devant diz papes Adriens, ordenerent que il feroient de la besoigne d’endroit Thassile, le duc de Baviere. Ensemble i envoierent lor messages pour lui amonester que il tenist le sairement que il avoit fait au roi Pepin, son pere, et à ses ii fiuz, que il seroit toz jors mes leur sugiez et leur obeissanz. De par l’apostoile i furent envoié dui evesques, Formoses et Damases ; et de par le roi, Riculphes, diacres, et Eburcarz, li maistres eschançons du palais[171]. Quant il furent là venu et il orent conté leur message, li dux Thassiles amollia et humilia tant son cuer que il lor respondi que moult volentiers moveroit, et tot maintenant, pour aler au roi, se tiex seurtez et tiex ostages li estoient livré que il ne fust pas mestiers que il se doutast de riens ; et li message li donerent tel seurté, dont il se tint apaiez. Tot maintenant mut et vint en France ; le roi trova en la cité qui lors estoit apelée Warmaise ; tel sairement li fist com il li avoit jadis promis au tens le roi Pepin son pere. Li rois li demanda seurté du sairement et li dux li livra xii ostages que il ot faiz venir de Baiviere par un sien arcevesque Suibert[172]. Ou chastel de Compigne[173] estoit adonc li rois quant il reçut ces ostages. Congié prist atant li dux et retorna en sa contrée ; mais il ne tint pas moult longuement, puis que il s’en fu retornez, les convenances ne la loiauté que il ot au roi jurée, si come l’estoire dira ci après[174].

[175]Quant la novele saisons fu revenue que l’on pot ostoier, pour la plenté de pastures, li rois assembla general parlement des barons et du pople, si com il avoit toz jors de costume avant que il ostoiast en Saisoigne. Mut et vint à la cité de Coloigne, le Rim trespassa et conduist son ost droit à la fontaine de Lippie. Là fist tendre ses herberges et i demora aucuns jors. Entre les autres besoignes que il fist en ce lieu avant que il s’en partist, reçut-il et congea les messages Sigiffroi, le roi de Danemarche, si les avoient envoiez Caganes et Wigaires ; dui des princes des Huns avoient là envoié pour la pais confermer[176]. Quant li rois ot demoré en ces parties une piece, et il ot ordené des besoignes si com il li sembla mieux selonc le tens, il trespassa le Rim pour retorner en France. Mais cil Windoquins, dont nous avons lassus parlé, qui pour paor du roi s’en fu fuiz à Sigifroi, le roi de Danemarche[177], retorna en son païs quant il sot que li rois s’en fu partiz, puis fist tant par ses paroles que il mist les Saines en vaine esperance de victoire et que il brisierent la pais et les aliances que il avoient faites au roi, et commencierent novele guerre.

Entre ces choses, ot li rois noveles que li Sorabien et li Escalvon[178], qui habitent entre le flueve d’Albe et une autre iaue qui a non Salan[179], estoient entré à armes en la terre des Toringiens et des Saines qui marchissent près d’els[180], et avoient ja faiz moult de domages et aucuns lieus destruiz par feu et par occision. Lors commanda li rois à iii de ses menistres ; c’est asavoir : Algise, son maistre chambellenc, à Gile, son conoistable, et à Garonde, le conte du palais[181], que il meussent contre les Esclavons et preissent les François austrasiens et les Saines[182]. Cil s’entornerent et pristrent les François orientiex, et mure en Saisoigne pour reforcier lor ost des genz de la terre. Mais, quant il furent là venu, il troverent que li Saine s’estoient torné contre le roi par le conseil Quithequin, et estoient tuit apareillié contre els à bataille[183]. La besoigne pour quoi il estoient meu entrelessierent et tornerent tot droit la où il avoient oï dire que lor anemi estoient assemblé[184]. En lor voie encontrerent le conte Theoderic, qui cosins estoit le roi[185], tot prest en lor aide à tant de gent com il pot avoir assemblé si soudainement, quant il sot que li Saine s’estoient alié contre le roi. Il se prist garde que il se derroient[186] trop folement et se hastoient trop desproveuement de corre sor lor anemis. Pour ce, lor dist et conseilla que il les feissent avant espier pour savoir où il estoient, coment il se contenoient et quel nombre de gent il avoient ; et quant il seroient certain de lor estat, si les porroient envaïr, se li lieux estoit tiex que il peussent à els combatre tot de front. A ce conseil s’acorderent tuit ; si chevauchierent tuit ensemble jusques à une montaigne qui a non Sontal[187]. En un des costez de ce mont, par devers Septentrion, estoient les herberges des Saines. Li cuens Theoderis fist tendre ses trés de l’autre part et li ministre le roi firent passer lor ost outre le flueve de Wisare, et se logierent en l’autre rive pour mieuz avironer la montaigne. Lors pristrent conseil ensemble coment il envaïroient lor anemis ; et pour ce que il se dotoient que la gloire et la loenge de la victoire ne fust donée au conte Theoderic se il se combatoient ensemble, il proposerent à combatre sanz li. Lors s’armerent comunement et issirent de lor herberges sanz conroi ; si aloient non mie ausi come se il deussent combatre à leur anemis, ordenez en bataille ; mais ausi come se il s’en deussent tantost fuir et il deussent praer lor despoilles. A espars coroient li uns çà, li autres là, et si tost come li cheval pooient corre, et lor anemi les attendoient au dehors de lor herberges à batailles ordenées. Et por ce que il venoient ensi confusement, se combatirent-il mauvesement ; car quant la bataille fu commenciée li Saine les acceinstrent tot entor et les occistrent presque toz ; et cil qui eschaper porent ne fuirent pas à lor tentes, mes aus herberges le conte Tyerri qui estoit logiez d’autre part de la montagne. Si fu li domages plus granz pour l’auctorité des princes qui là furent occis que pour le grant nombre des personnes. Car dui des messages le roi, Adagilles et Gilles[188], et iiii des contes et xx autres des plus nobles furent occis sanz le nombre de l’autre gent qui suiz les avoient et qui miez amoient à morir ovec els que vivre après lor mort.

Puis que li rois ot ces noveles oïes, il assembla son ost sanz plus atendre et entra en Saisoigne. Toz les plus granz homes de la terre manda, et enquist par cui conseil cil domages li ot esté faiz et par cui il s’estoient contre lui torné. Il s’escrierent tuit que il avoient ce fait par Wintequin ; mais il ne li pooient livrer pour ce que il s’enfui aus Normanz tantost après le fait. Mais il li livrerent jusques à iiiim et d de ceus qui par li avoient esté principal en ceste felonie, et li rois les fist mener sor une iaue qui a non Alarem, en i lieu qui a non Ferdi[189] ; là lor fist à toz les chiés coper. Au tierz jor après que li rois ot pris venjance de ses anemis, il s’en ala pour yverner en une vile qui a non Theodone[190] ; là celebra la sollempnité de Noël et de Pasques.

[191]Thassiles, li dux de Baivire qui en l’an devant li avoit feueté jurée, mut armes contre lui par l’amonestement sa fame. Fille estoit Desier le roi de Pavie, que li rois avoit deserité et envoié en essil ; si cuidoit venchier par son mari le deseritement et la dampnation de son pere.


VIII.
Coment il mut derechief en Saisoigne et coment il mena les Saines par II foiz à soveraine desconfiture ; de la mort la roine Hildegarde ; des espousailles la roine Fastrade ; de la mort sa mere la roine Berte ; coment il mut en Saisoigne par III foiz ou par IIII ; coment il se vencha des François orientiex qui, contre li, s’estoient revelé par mauvais conseil.

[192]Quant li prins tens fu repairiez et la saisons renovelée, li rois s’apareilla derechief pour ostoier en Saisoigne ; car il ot noveles oïes que li Saine se restoient revelé contre lui plus fierement que il n’avoient ainques fait devant. Avant que il se partist de cele vile où il ot yverné, fu morte sa fame la roine Hildegarde en la seconde kalende de may[193]. Le cors fist enterrer sollempnement, si com il aferoit, et puis mut en Saisoigne, si come il avoit proposé. Il entendi que li Saine s’estoient assemblé en un lieu qui a non Theomel[194], et que il s’aparreilloient à bataille contre lui de tot lor effort. Vers cele part torna son chemin si tost com il pot ; bataille lor rendi si fort que poi eschapa de gent de si grant nombre com il estoient, que tuit ne fussent occis. Après cele victoire se parti du champ et s’en ala en un autre lieu qui a non en lor langue Padrabunum[195] ; là fist tendre ses herberges pour atendre une partie de son ost que à li devoit venir. Tandis com il demoroit encores en ce lieu, noveles li vindrent que li Saine qui de la bataille estoient eschapé, et quanque il pooient avoir de secors de totes parz, estoient assemblé es contrées de Winstephale[196], sor une iaue qui a non Hasam[197]. Là se rapareilloient pour combatre derechief contre li, se il aloit en ces parties. Quant li rois oï ces noveles, il assembla ses genz qui puis estoient à li venues de France ovec ceus que il avoit devant, et mut sanz demore au lieu où il estoient assemblé. A els se combati ausi beneureusement com il ot fait devant, car la plus grant partie en fu occise et l’autre prise et mise en chaitivoisons[198], et François ravirent totes lor despoilles et firent proie de quanque il avoient. Lors torna li rois son chemin par devers orient ; premierement vint au flueve de Wisaire[199], et puis à un autre qui a non Albe, en cerchant tot le païs et en degastant par feu et par occision ; et quant il ot totes ces contrées destruites, il retorna vers France, fame espousa qui avoit non Fastrade[200] ; Françoise estoit de nation et fille à un conte qui avoit non Raous. En poi de tens après conçut et enfanta au roi ii filles.

En cele année trespassa de cest siecle la roine Berte, mere le roi, qui fame ot esté son pere le roi Pepin. En la tierce yde de juin[201] morut ; dame pleine de bones mors et de douce memoire. Ensepouturé fu en l’eglise de Saint Denys en France, coste à coste du roi Pepin son seigneur et delez le roi Karlemanne son autre fil ; si coroit lors li tens de l’Incarnation Nostre Seigneur par DCCIIIIxxIIII anz.

Li rois departi ses oz et s’en ala pour yverner à une vile qui a non Haristalle ; là celebra la sollempnité de Noël et de Pasques.

[202]Quant la novele saisons fu revenue, li rois rasembla ses oz pour ostoier derechief en Saisoigne et pour essaier, se il peust, metre à fin cele guerre qui tant avoit duré. Le Rim trespassa à la fontaine de Lippie[203] ; de là vint au flueve de Wuisare en degastant totes les contrées des Wistephalois. Après torna en un lieu qui a non Huccubi[204] ; ses herberges fist tendre pour demorer sor un flueve. Mais endementres que il demoroit là, il aperçut bien que il ne porroit entrer en Saisoigne par devers galerne[205], si come il avoit proposé, pour les iaues qui furent creues par les granz plouages qui orent esté. Pour ce torna en Thoringe, à Challot son fil lessa une partie de l’ost et li commanda que il ne se meust de la contrée de Wistephale[206]. Lors entra es plains de Saisoigne parmi Toringe ; cil plain sient entre le flueve d’Albe et un autre qui a non Sahle[207]. Et puis que il fu en la terre entrez, il degasta et destruist toz les chanz et la contrée des Saines orientiex ; partie du pople occist et partie en mist en chaitivoisons ; les viles destruist et ardi ; atant retorna en France.

Endementiers que Challes ses fiuz, que il ot lessié en Winstephale, chevauchoit un jor en une contrée qui a non Drahigni[208], li vindrent au devant uns oz de Saines tuit prest à btailles delez le flueve de Lippe. Il se combati à els[209] à beneureuse fortune, car il les mist à tel confusion que il en occist la plus grant partie, et li remananz eschapa par fuite. A son pere retorna en France à grant victoire et à granz despoilles de ses anemis, et li rois reprist ses oz et retorna en Saisoigne encontre le tens d’iver. La Nativité celebra en ses herberges sor le flueve d’Ambre[210], en un païs qui est apelez Huttagore[211], près d’un chastel qui a non Squidroburc[212]. D’ilec se parti et s’en ala en un lieu qui a non Rimi[213], pour tot le païs metre à destruction. Si est cil lieus là où li flueves de Wuisare et cil de Warharne[214] assemblent ; mais il retorna arriers au chastel de Hereburc, car il ne pooit oultre ostoier pour le fort yver et pour la grant habundance des iaues.

[215]Et pour ce que il avoit propos d’yverner en ces parties[216], ot-il mandé sa fame et ses enfanz, bone garde et seure de sa gent meismes lor lessa et puis chevaucha tot outre, o tot son ost, pour preer les viles et pour destruire les contrées de Saissoigne. Tot cel yver ostoia parmi la terre, une heure çà, autre là, sanz repos prendre, et degasta tot le païs par occisions et par embrasemenz, et non mie tant seulement par li, mes par ses menistres que il envoia en divers lieus pour le païs gaster. Ensi tribla et destruist la terre de Saisoigne, tant come li yvers dura. Et quant la novele saisons repaira et il ot fait venir de France genz et viandes et ce que mestiers li fu, il assembla un parlement de ses barons en un lieu qui a non Padrabonnes ; et quant les choses qui à ce parlement apartenoient furent ordenées et aucunes terminées, il s’en parti et s’en ala en un païs qui a non Bardengohont[217]. Là li fu dit que Albions et cil Wuitequins, qui maint grant domaches li avoit faiz, estoient en une terre de Saisoine qui a non Albine[218]. Premierement les fist amonester par les Saines que il guerpisissent lor desloiauté et venissent à li seurement. Mes cil qui en els meesmes se sentoient corpables et meffaiz n’oserent à li venir, jusques à tant que il lor promist pardon et misericorde que il desirroient moult, et jusques à tant que il orent par devers els ostages et seurté de lor vies. Ces ostages lor mena Amalimons[219], uns des princes du palais que li rois i envoia, et cil vindrent ovec lui, en la presence le roi, en une vile qui a non Attigni. Là furent baptizié et reçurent la foi crestienne ; car li rois mut à retorner en France quant il ot là envoié Amaulimont. Grant piece du tens se tint ensi en pais cele perverse nation. Pour ce meesmement que il ne pooient trover occasion ne raison de recommencier la guerre, et plus pour ce que il doutoient le roi pour sa fierté et pour ce que il li chaoit bien en toz ses faiz.

En cele année, avint que li François orientel conçurent male volenté contre le roi et firent conspiration contre li. De ceste traïson, fu principaus uns des contes du païs qui avoit non Hardrés[220]. Mais, puis que li rois en sot la vérité, la chose fu tost abaissié et atainte par son sens ; car il dampna toz ceus qui estoient parçonier[221] et consentanz de ceste traïson ; les uns dampna par essil, et aus autres fist les euz crever.


IX.
Coment il envoia ses oz sor les Bretons, coment il ala à Rome et coment il conquist Puille et Kalabre ; des messages Thassiles le duc de Baiviere à l’apostoile Adrien pour la pais confermer de lor seigneur et du roi, et puis coment il retorna en France.

[222]Quant li yvers fu trespassez et la novele saisons venue, li rois celebra la Resurrection en la vile d’Attigni. Après assembla ses oz pour ostoier en Bretaigne la petite. La petite Bretaigne est apelée à la difference de la Grant Bretaigne, qui or est dite Engleterre. Si vuelent aucun dire ci endroit que cele gent retienent encore la langue des anciens Bretons. Car quant li Anglois, qui d’une partie de Saisoigne vindrent qui a non Angle, orent la Grant Bretaigne porprise, il tuerent et chacierent les Bretons hors de cele ysle, et de cele nation vindrent Anglois. Lors s’enfui une partie de la gent du païs, la mer passerent et vindrent habiter es darreenes parties de France sor la grant mer par devers Occident[223], et cele gent sont cil qui or sont apelé Breton Bretonant. Cil poples fu jadis conquis et tributaires au roi Dagobert ; et pour ce que il ne voloient mais obeir, li rois i envoia Audulphe, un des princes de son palais[224], à grant ost. En poi de tens après, regrainst et abessa lor presumption ; lor ostages et plusors de lor nobles homes amena au roi, qui li firent homage et obedience pour tot le commun du païs.

Quant li rois ot tant fait que il ot sozmises totes les estranges nations qui à li marchissoient, et il ot pais mise par tout son roiaume, il appareilla son erre[225] pour aler à Rome en propos de visiter les apostres, et de conquerre une partie d’Ythalie qui est apelée la province de Bonivent[226], car il li sembloit que ce fust chose bien seant que li membres fust joinz au chief, et que cele partie du roiaume d’Ythalie fust de sa seigneurie quant il en tenoit le chief dès icele heure que il ot conquis le roi Desier. A ceste besoigne comencier ne vot pas faire longue demore ; ses oz assembla et entra en plain yver es plains de Lombardie. La Nativité celebra en la cité de Florence ; au plus tost que il pot après ala à Rome. Là le reçut li papes Adriens et toz li poples moult honorablement, puis ot conseil à l’Apostoile et à ses barons d’entrer en la province de Bonivent. Mes Aragises[227], li dux de cele contrée qui ja ot senti son avenement et fu certains que il voloit entrer en sa terre, li cuida changier son propos, car il envoia avant à li, Rumout, l’ainé de ses fiuz[228], qui de par li, li presenta granz dons et granz presens et li prooit que il se souffrist d’entrer en sa terre. Mes li rois, qui toz jors baoit à mener à fin son propos et à parfaire ce que il avoit encommencié, retint Rumout et tote sa gent ; en la contrée de Campaine ostoia et assist la cité de Capue[229], toz apareilliez de bataille rendre au duc se il ne feist sa volenté. Li dux qui moult se douta guerpi la cité de Bonivent, qui est chiés de cele regiun, et s’en ala en une autre cité qui siet sor la mer, si est nomée Salerne[230], il et tote sa gent ; puis ot tel conseil à ses barons que il envoia ses ii fiuz au roi, à granz presenz de diverses richeces, et li promist que il estoit apareilliez d’obeir à ses commandemenz. Li rois s’asenti à ses proieres et se tint de li faire grief et de bataille commencier, maesmement pour l’amor et pour la paor de Nostre Seigneur. Le mainé de ses fiuz[231] retint en hostages et jusques à xi autres ostages que li poples li livra. L’ainné de ses ii fiuz renvoia au pere. Après envoia ses propres messages au duc pour recevoir les homages et les sairemenz de lui et du pople. Ces choses ensi faites, il reçut les messages Constantin, l’empereor de Costantinoble, qui de par lui estoient à li venu pour sa fille[232] requerre ; et quant il les ot oïz et delivrez, il retorna à Rome ; là celebra la Resurrection à grant joie et à grant sollempnité.

[233]Tandis com il demoroit à Rome, Thassiles, li dux de Baiviere envoia messages à l’apostoile Adrien. Cil message furent uns evesques qui avoit non Harnum[234] et uns abbés qui estoit nomez Horri[235]. Par els li requeroit que il fust maenierres[236] de la pais entre li et le roi Challes. Li apostoiles, qui de ce fu moult liez, reçut volentiers ses proieres[237], au roi requist et amonesta de l’auctorité saint Pere, que il receust la pais et la concorde du duc Thassile ; et li rois li respondi que moult très volentiers le feroit. Lors fu demandé aus messages quel seurté il donroient de la confirmation de la pais, et il respondirent que on ne lor avoit riens encharchié de ceste chose et que de ceste besoigne ne pooient autre chose faire, fors de raporter à lor seigneur lor paroles et lor respons. De ce fu li papes Adriens moult esmeuz et les apela faus et decevables, et les escomenia se il se ratraoient de l’aliance et de la feueté que il avoient au roi promise. En tel maniere s’en departirent sanz plus faire de la besoigne pour qui il estoient venu.

Après ce que li rois ot les apostres et les sains lieus humblement vizitez, ses veuz et ses oblations rendues, il mut à retorner en France. La roine Fastrade, ses fiuz et ses filles et tote lor compagnie, trova en la cité de Warmaise ausi come il les i avoit lessiez, et assembla general parlement des barons et du pople avant que il s’en partist. Lors commença à raconter devant ses princes coment il avoit esploitié en cele voie, et au derenier lor conta des messages le duc Thassile, et pourquoi il estoient à li venu.


X.
Coment li rois entra en Baiviere à III oz par III parties, et coment li dux Thassiles fu humiliez par paor.

[238]Quant li rois fu du tot retornez en France, il ot conseil à ses barons de la besoigne le duc Thassile. Aucun loerent que il essaiast que il vorroit faire de l’offre que il li avoit faite ; mais totes voies assembla-il ses oz por ostoier en Baiviere et les devisa en iii parties. A son fil Pepin livra l’ost des Lombarz et li commanda que il alast par la valée de Stridente[239]. Les François Astrasiens et les Saines fist aler droit au flum de la Dynoe, à un lieu qui a non Proferingue[240]. Avec soi retint la tierce partie de sa gent ; si les conduist droit à un flum qui a non Lechuns[241], si depart Baiviere et Alemagne. Ses oz fist logier au desouz d’une cité qui a non Auguste[242] ; en tel maniere baioit à entrer en Baiviere par iii parties se li dux ne se fust humiliez. Mais quant il sot que il estoit ensi aceinz de iii parties, il vint au roi et li proia, par grant humilité, que il li pardonast ce que il s’estoit vers li meffaiz, et li rois, qui estoit misericors et debonaires par nature, li pardona tout. Theodone un sien fil et xii persones autres, tex com il demanda, reçut en ostages. Du pople et des barons prist les sairemenz et puis retorna en France. A une vile qui a non Ingilunham[243], près de la cité de Maience, yverna et i celebra Noël et Pasques.

[244]En cele vile meismes assembla li rois general parlement de ses barons. A ce parlement vint li dux Thassiles ausi come li autre baron. En la presence le roi et devant tote l’asemblée des princes, l’acuserent li Baivier de traïson et de conspiration contre son seigneur, dont il devoit avoir le chief trenchié selonc les loys. Si l’escusoient en ce cas, et disoient que il avoit ce fait puis que li rois se fu partiz de Baiviere, et puis que il li ot faite feuté et homage et asseurée par ostages. Car, si com il disoient, il s’estoit aliez aus Huns contre le roi et les avoit amenez à ce que il feissent bataille contre le roi et contre les François ; si devoit avoir ce fait par le conseil Lubbierge[245], sa fame, qui ot esté fille Desier le roi de Pavie, car ele haoit trop François pour l’essil et por la destruction de son pere, et sanz faille, ce estoit veritez dont il l’acusoient, si come la fins le prova en cele année meismes. De mainz autres cas l’acusoient, et en faiz et en diz, qui ne pooient estre ne dit ne fait par nul home qui ne fust apertement anemis du roi et des François. Dampnez fu à la parfin de toz les barons du concile du chief perdant, por ce que il fu devant toz convaincuz des cas dont il estoit accusez ; mes la debonaireté le roi le delivra, tost fust-il jugiez à mort. Son habit li mua et le tondi en un mostier, lui et Theodone, son fil. Là vesqui ausi religieusement, come il i entra debonairement et devotement. Tuit li Baivier, qui orent esté consentant et parçonier de son meffait, furent dampné par essil et envoié en divers liex. En poi de tens après, aparut bien la traïson, car li Hun, à cui il avoit faites aliances, parfirent ce que il li avoient promis. Tant assemblerent de gens que il firent ii oz ; li uns entra en la marche d’Aquilée[246] et li autres en Baiviere, mes en vain et à lor grant domage, car il furent vaincu et chacié de ces ii lieux, et s’enfuirent en lor païs à grant perte de lor choses et à grant occision de leur gent. Autre foiz se remurent-il à venir en Baiviere à plus granz oz que il n’avoient fait devant[247] ; mes li Baivier les desconfirent en la premiere bataille et en occistrent une multitude sanz nombre ; et maint autre de ceus qui pas ne furent occis, qui cuiderent eschaper, se ferirent el flum de la Dynoë, si que il furent dedenz absorbi et noié.

Entre ces choses, Costantins, li empereres de Costantinoble, qui moult avoit grant mautalent vers le roi Kallemagne pour ce que il li avoit sa fille vehée[248], manda à Theodone, qui gardoit la terre de Sezile, et à plusors autres de ses menistres que il entrassent en la province de Bonivent et que il meissent tot à gast et à destruction. Cil s’apareillierent pour acomplir son commandement ; mais Grimoualz[249], qui après la mort son pere avoit ja receue la duchée en cele année mesmes par la volenté le roi, et Hildebranz li dux d’Espolitene[250], assemblerent lor efforz. Ovec els fu Guinginses[251], uns des messages le roi qui puis fu dux de Spolitaine après celui Hildebrant. Les genz l’empereor encontrerent en la terre de Kalabre, à els se combatirent et en occistrent grant partie, et orent victoire sanz grant domage d’els ne de leur gent. A leur herberges retornerent à grant nombre de prisoniers et à grant plenté de lor despoilles. En ce tempoire mut li rois en Baiviere ; quant il fu là, il cercha le païs et ordena de tot à sa volenté, puis retorna à Es la Chapele ; là demora grant partie du tens, car la Nativitez et la Resurrection fu passée avant que il s’en partist[252].

[253]En Esclavonie[254] est une nations ; si habite sor le rivage de la grant mer. En lor propre langue sunt apelé Wellathabbi ; en langue françoise, Wilzi. Icele gent het François de toz jors et volentiers guerroient lor voisins qui à els sont sougiet ou joint par aliances. Li rois, qui plus ne vot soffrir l’orgueil sanz venjance, assembla ses oz por refrener et donter lor presomption. A Coloigne passa le Rim, et pui s’en ala parmi Saisoigne jusques au flum d’Albe. Selonc le rivage fist tendre ses herberges ; ii forz ponz de fust fist faire au travers de l’iaue, l’un enclost et ferma à ii chiés de trenchiés de forz paliz. Dedenz cel enclos fist drecier bones barbacanes bien defensables et mist dedenz bone garnison. Le flun trespassa et conduist son ost en la contrée de cele perverse nation ; tot destruist devant lui par feu et par occision, et tot fust[255] cele gent fiere et bataillereuse et se fiast ou grant nombre de lor pople, si ne pot ele pas longuement soustenir la force le roi. Outre passa li rois et ses oz jusques à une cité qui a non Dragante[256]. Li rois de cele cité, qui estoit li plus nobles de lignache et d’ancieneté de toz les rois d’Esclavonie, eissi hors de la vile à grant nombre de sa gent. Devant le roi vint et se mist du tot en sa merci ; sairement li fist et l’en dona tiex ostages com il vot demander. Quant li autre roi et li autre prince de la terre virent ce, il vindrent au roi à l’example de celui et li firent homage et seurté tele come li rois commanda.

Quant li rois ot ce fier pople sozmis et donté en la maniere que vos avez oï, il retorna arriers par cele maisme voie que il ot alée ; aus ponz que il ot faiz sor le flueve d’Albe passa et, si com il passoit parmi Saisoigne, il ordenoit des besoignes selonc la necessité du tens.

En France retorna et celebra la sollempnité de Noël et de Pasques en la cité de Warmaise.[257]Ainques n’ostoia li rois de tote cele année ; en cele cité reçut et oï les messages des Huns, et les siens renvoia à lor princes. La raisons pourquoi cil message estoient ensi envoié d’une part et d’autre, si estoit pour les termes et pour les devises de lor roiaumes et de lor regions. Cist contenz et ceste discorde fu commencemenz et naissance de la guerre qui fu faite contre les Huns. Et pour ce que il ne semblast que li rois despendist endementres le tens en oisouse[258], il se mist à navie ou flum de Muese[259]. En Germenie s’en ala en un lieu qui avoit non Salz[260] ; là avoit fait un moult riche palais sor le flum de Salahm[261]. Là demora tant come il li plot, puis retorna arriers par cele iaue meismes en la cité dont il estoit meuz. Tandis com il yvernoit en cele vile, li palais en quoi il sejornoit ardi d’aventure ; mes ainques por ce ne s’en mut jusques à tant que la Nativitez et la Resurrection fu passée.


XI.
Coment li rois ostoia sor les Huns à II paire d’oz, coment il destruit tote cele region et s’en retorna à grant victoire. Après, de l’eresie Elipart, l’arcevesque de Tholete ; de la conspiration que Pepins, ses ainnez fiuz, fist contre lui ; du concile que li rois asembla pour dampner l’eresie Feliciene, et puis coment il ostoia derechief contre les Saines.

[262]En la fin de l’yver et sor le commencement d’esté, mut li rois de cele cité devant dite où il ot si longuement sejorné. Droit en Baiviere s’en ala en propos d’ostoier sor les Huns au plus tost que il porroit et de prendre venjance de lor faiz et de lor presumption. Sos oz assembla de par tot son roiaume, et quant les viandes et les neccessitez de l’ost furent charchies, il se mist à la voie ; mes il departi avant son ost en ii parties ; l’une en livra au comte Tyerri et Mangifroi, son chambellenc, et lor commanda que il conduisissent lor ost selonc les rivages de la Dynoe qui s’estendent par devers galerne[263] droit vers Occident. L’autre partie retint ovec li et s’en ala selonc la rive de ce meismes flueve par devers Orient, pour entrer en Pannonie. Aus Baiviers commanda que il descendissent selonc la Dynoe pour garder le navie qui menoit les viandes et les neccessitez de l’ost. Ou premier lieu que il se logierent, ce fu sor un flum qui a non Athnises[264]. Icil flueves cort entre les Huns et les Baiviers, et est certaine bonne et certaine devise de lor roiaumes. Là demora li oz iii jors et fist-on proier à Dieu, et chanter lethanies que cele bataille fu commencié et fenie en prosperité. Tantost se murent les oz et fu la bataille denuncié aus Huns de par les François. Les garnisons que li Hum avoient mises en lor fortereces et en lor chastiaus furent occises en partie et en partie chaciés, et li chastiaus abatu et craventé, dont li uns estoit fermez sor le flueve de Cambon[265] et uns autres près d’une cité qui a non Comagene[266], sor la montaigne de Coberc. Clos estoit cil chastiaus de hauz murs et de forz ; totes ces fortereces degasterent François par feu et par occision. Ensi mena li rois cele partie de l’ost que il conduisoit jusques à un flum qui est apelez Arrabone[267] ; outre passa et s’en ala toz jors selonc le rivage jusques là où cil fluns chiet en la Dynoe. Là fist tendre ses herberges pour demorer aucuns jors. D’iluec proposa à retorner par une contrée qui a non Salbarie[268]. L’autre partie de son ost que il avoit livrée au conte Tyerri et à Mangifroi, son chambellanc, commanda à retorner par cele maisme voie que il estoient alé. En tel maniere destruist et gasta par feu et par occisions la plus grant partie de Pannonie, sanz autre bataille et sanz encontre de ses anemis, et se reçut en Baiviere sains et hetiez il et toz ses oz. Li Frison et li Saine, qui par son commandement estoient en l’autre partie de son ost que Mangiffroiz et li cuens Tierris conduisoient, retornerent en lor païs. Cist ost fu menez sanz nul domage fors que de tant, que si granz perstilence et si granz mortalitez de chevaus fu en cele partie de l’ost que li rois conduisoit, que de tant de milliers cum il estoient, n’en demora pas la xe partie. Atant departi ses oz et s’en ala yverner en une cité qui a non Raineborc[269]. Là celebra la sollempnité de Noël et de Pasques.

[270]Incidence. — Orgelle[271] est une citez qui est assise ou plus haut lieu des monz de Pyrene. Li evesques de cele cité avoit non Felix[272] ; si estoit Espagneus de nation. A li se conseilla Elipanz[273], li arcevesques de Tholete, par lettres, et li demanda que il sentoit de l’umanité Nostre Seigneur Jhesu Crist ; savoir mon se on le devoit croire selonc ce que il estoit propres hons, ou selonc ce que il estoit fiuz adoptius de Dieu le pere ? Moult folement et moult fronteusement[274] li demanda ceste chose, et si ne li pronunça pas tant seulement fil adoptif contre l’anciene doctrine de la foi de sainte Eglise, ançois en compila livres que il envoia à cel evesque, par quoi il s’efforçoit moult durement de defendre cele heresie et sa mauvese opinion. Pour ceste chose, fu mandez au palais ; là fu s’error recitée ou concile des evesques qui pour ceste chose i estoient assemblé. Convaincuz fu de s’error et de s’eresie. A Rome l’envoia li rois à l’apostoile Adrien, qui dampna lui et sa fause doctrine et puis le renvoia à sa cité[275].

[276]Li ainnez des fiuz le roi, qui avoit non Pepins[277], fist en ce tens conjuration contre son pere entre li et aucuns des François. La raison de cest conjuration si fu, si come il disoient, pour ce que il ne pooient plus soufrir la cruauté la roine Fastrade. De ceste traïson fu li rois acointiez par un Lombart qui avoit non Phardulfes[278] ; et pour ce que il en ot le roi acointié premierement et que il garda sa loiauté envers le roi, il le fist rendre en l’abbeïe Saint Denis, et tuit li autre qui orent esté parçonier de la traïson furent dampné, selonc les loys, des chiés perdanz et d’autres paines, car li un orent les chiés copez et li autre furent occis de glaives, et li autre furent pendu. Tot cel yver se tint li rois en Baiviere pour la bataille que il avoit receue contre les Huns, et fist tandis faire un pont de nés sor la Dynoe por passer et rapasser sanz encombrier, totes les foiz que mestiers en seroit. En ce païs meismes fist la sollempnité de Noël et de Pasques.

[279]Moult desirroit li rois amener à fin la guerre que il avoit receue contre les Huns. En ce point que il ordenoit ses besoignes pour entrer en Pannonie, noveles li vindrent que li oz le conte Thyerri, que il avoit mené par Frise, ot esté entrepris à un destroit qui avoit non Rihustre[280]. Là avoient sofert estor par les Saines, et au darrenier avoient-il esté desconfit. Quant li rois oï ces noveles, il en fist mains de semblant que il pot, et fainst le domache par la noblece de son cuer ; et pour plus hastivement prendre venjance de ses anemis qui ce li avoient fait, il lessa l’apareil et le propos que il avoit d’aler en Pannonie sor les Huns. Aucun de sa gent li firent entendant que il avoient esprové que ce seroit ses preuz et ses avancemenz que il feist faire uns larges fossez entre ii fluns ; si avoit non li uns Radence[281] et li autres Halomore[282], et fussent cil fossé si large et si parfont que il peussent porter navie de la Dynoe ou Rim, car li uns de ces fluns chaoit en la Dynoe. Li rois vint à ce lieu o tot son ost, cele ovre commença et i fist metre moult grant plenté d’ovriers. Tot le mois de septembre mist-on à faire ces fossez entre ces ii fluns ; si orent ii mile pas de lonc et ccc de large. Riens ne valut cele besoigne à la fin, car l’ovre ne se pot tenir fermement pour la terre qui estoit mole et evace de sa nature, et maesmement pour les continuez plouages qui furent en ce point ; et ce que li ovrier gitoient amont en ii jors ou en iii, tout recoloit aval en une houre de nuit.

Tandis come li rois demoroit ensi là pour cele besoigne, li vindrent ii paire de mauveses noveles. L’une si fu que li Saine s’estoient du tot torné contre li, et l’autre que li Sarrazin estoient entré en sa terre par devers Espagne[283] et s’estoient combatu aus François qui les marches gardoient ; si en avoient mainz occis et s’en estoient retorné o victoire. Li rois, qui moult fu troblez de ces noveles, retorna en France[284], la Nativité et la Resurrection celebra sor un flun qui a non Moene, près d’une vile qui est apelée Saint Chiliem.

[285]Au commencement d’esté fist li rois un parlement des barons et dou pople. Après refist un conciles[286] de toz les prelaz de son roiaume pour dampner l’eresie Pheliciene. A ce concile furent dui evesque et legat de la cort de Rome, Estiennes et Theophiles[287] ; si avoient le pooir le pape Adrien qui là les avoit envoiez. En cel concile fu dampnée cele heresie, et uns libelles escriz de la dampnation et confermez par les seauz de toz les evesques du concile. Là fu morte la roine Fastrade[288] et ensepouturée en l’eglise Saint Alleane, en la cité de Maïence.[289]Ces choses ensi faites, li rois assembla ses oz et les parti en ii pour plus aiesiement entrer en Saisoigne. La partie que il retint ovec lui conduist en la soveraine Austrasie, par devers Orient, l’autre partie livra à Challe son fil ; si li commanda que il passast le Rim à Cologne et entrast en Saisogne par devers Occident. Là estoient li Saine assemblé et estoient logié en un champ qui a non Quismelpheldit[290]. Là atendoient le roi à bataille en grant esperance de victoire que il meismes s’entreprometoient. Mais, quant ilz sorent certainement que li rois venoit à si granz genz par ii parties, il furent hors de lor vaine esperance et furent vaincu sanz bataille. Au roi vindrent à merci et se mistrent du tot en sa volenté, ostages livrerent. En ce point demora la chose sanz bataille ; en lor contrée retornerent et li rois passa le Rim et retorna en France, à Es la Chapele yverna et i celebra Noël et Pasques[291].


XII[292].

[293]Ja soit ce que li Saine eussent fait sairement de tenir lor convenances en l’esté trespassé et eussent doné ostages tels come li rois demanda ; totes voies pensoit-il bien que il ne tendroient ja ne loiauté ne convenances, car il les avoit tantes foiz essaiez que il ne s’i pooit fier. Pour ce assembla parlement des barons selonc sa costume, outre le Rim, en une vile qui a non Cufeste[294] ; si siest encontre la cité de Maience, sor une riviere qui a non Mone[295]. Ses oz assembla après et entra en Saisoigne ; presque tote la cercha et la degasta par feu et par occision. En un païs entra qui a non Bardogo, delez une vile qui a non Bardevult[296] fist tendre ses herberges. Tandis com il attendoit là la venue des Esclavons que il avoit mandez, noveles li vindrent que Wilzimus, li rois des Abrodiciens, s’estoit enbatuz en un enbuschement que li Saine li avoient basti sor l’iaue de Wisaire et que il l’avoient là occis en trespassant le flum. Cit faiz et ces noveles esmurent le roi contre les Saines plus encore que il n’estoit devant. Tot destruit et degasta come tempeste quanque il trovoit devant lui, et puis retorna en France. Mes avant que il se partist de Saisoigne, quant il seoit encores en ses herberges sor le flum d’Albe, vindrent à li li message des Huns qui habitent en Pannonie. Là promist au roi Thudons[297], li uns des plus nobles hons de cele gent, que volentiers devendroit crestiens. Li rois retorna à Es la Chapele, là celebra la Nativité et la Resurrection, ausi com il avoit fait l’année devant.

[298]En ce tens morut li papes Adriens, en la cité de Rome[299]. Après li tint le siege uns autres qui ot non Leons. Tantost après ce que il fu sacrez, envoia au roi les clés de l’eglise Saint Pere et l’enseigne de la cité de Rome, et mainz autres presenz, et si li manda que il envoiast à Rome aucun de ses princes qui, de par li, receust les sairemenz en l’obedience du pople de la cité. Pour ceste besoigne i envoia li rois Engisbert l’abbé de Saint Richier[300], et par celui meesmes envoia mainz riches joiaus de son tresor à l’eglise Saint Pere[301].

[302]Après ces choses, il cuilli ses oz et entra en Saisoigne ; à Pepin, son fil, commanda que il assemblast les oz de Lombardie et de Baiviere, et meust en Pannonie contre les Huns[303]. Quant il fu en Saisoigne entrez, il degasta toute la terre, après retorna pour yverner à Es la Chapele. Entre ces choses, ses fiuz Pepins, qui en Pannonie fu entrez, se combati aus Huns et les chaça toz desconfiz outre une iaue qui a non Thizan[304]. Tot lor païs et lor chans degasta, lor tresors et lor richeces ravi, et puis retorna à son pere à Es la Chapele et li presenta les richeces que il avoit conquises sor les Huns en Pannonie, et li rois en envoia une partie à l’eglise de Rome, et l’autre departi, par grant liberalité, à ses princes et à ses chevaliers. Cil Thudons, dont l’estoire a desus parlé, qui estoit uns des princes des Huns, vint au roi si com il li avoit promis. Baptiziez fu et tuit cil qui ovec lui furent venu. Sairement fist de loiauté, li rois l’onora moult et li dona aucuns joiaus de ses tresors. Cil s’en retorna atant, mais il ne se tint pas longuement en sa loiauté ne en la foi que il avoit receue, et Diex l’en rendi assez tost après le guerredon ; mes l’estoire se taist atant.[305]Li rois demora cel yver à Es la Chapele jusques après la Resurrection.

[306]Barcinone est une citez qui siet en la marche d’Espagne ; une heure estoit de Sarrazins, autre heure de crestiens. En ce point la tenoit uns Sarrazins qui avoit non Zathons. Cil vint au roi à Es la Chapele et li rendi la cité de sa propre volenté et se sozmist en sa subjection.

En ce point envoia li rois Looys son fil à tot une partie de sa gent pour assegier la cité d’Oiste[307], et il mut en Saisoigne, si come il soloit, por tot destruire le païs et pour refraindre la desloiauté de cele perverse nation. Si ne s’en parti ainques jusques à tant que il ot cerchies toutes les contrées du païs, car il ostoia tout outre jusques aus darreenes parties par delà, qui durent jusques en la grant mer et sont encloses entre ces ii fluns, Albe et Wisare. Quant il ot tot triblé et mis à destruction, il retorna à Es la Chapele. Tandis com il sejornoit iluec, vint à li en message Obdelles, uns Sarrazins, fiuz Abimauge[308], li roi de Moretaine[309], et uns autres messages Nicethe, le patrice de Sezile, qui Theotises avoit non, qui li aportoit lettres de l’empereor de Costantinoble[310]. Ces messages oï et congea, et retorna chascuns en sa terre. Lors ot conseil li rois que il iroit yverner en Saisoigne, pour mener du tot à fin cele guerre qui tant avoit duré. A ses ii fiuz, Pepin et Loys, manda que il venissent à lui ; et cil firent son commandement tantost com il furent venu d’ostoier, Pepins d’Ythalie et Loys d’Espagne. Le Rim passa et entra en Saisoigne, ses herberges fist tendre sor le flum de Wisare. Ce lieu où ses oz fu logiez fist apeler Heristalle[311], qui encor est ensi apelez des genz du païs. Son ost departi et l’envoia pour yverner par toute la terre. Les messages des Huns oï et congea, qui à li estoient venu à granz presenz. Les messages Adelphonz, le roi de Galice[312], reçut ausi moult honorablement, qui granz presenz li aportoient ; ses ii fiuz en renvoia, Pepin en Ythalie et Loys en Aquitaine, et manda A[b]delle, le devant dit Sarrazin qui à lui estoit venuz en message, que il alast oveques son fil Loys, et le menast parmi Espaigne. Cil le fist si comme li rois le commanda et le mena par tout là où il vot[313], et li rois demora en Saisoigne tot l’iver et i fist la sollempnité de Noël et de Pasques.

[314]En cele saison que li prins tens aproche (si n’estoit encores pas poinz que l’on peust ostoier pour le defaut de pastures), li Saine, qui habitent outre le flum d’Albe, s’esmurent et pristrent les messages et les genz que li rois avoit là envoiez pour le païs garder et jousticier. Une partie en occistrent et les autres garderent à reançon. Si pristrent ausi Godeçauz un message le roi en son retor, que il avoit envoié à Sigifroi le roi de Danemarche et l’occistrent. Moult fu li rois esmeuz de ces noveles ; ses oz assembla sor l’iaue de Wisare, ses herberges fist tendre en un lieu qui a non Mithidan[315]. En Saisoigne entra sor cele diverse gent pour vencher sa honte et la mort de sa gent. Toute cele contrée qui est entre Albe et Visare mist à destruction par feu et par occision. Mais li Saine qui habitent outre le flum d’Albe, qui ses genz et ses messages avoient occis, monterent en orguel pour ce que il n’avoient pas encores portée la paine de si grant fait. Lor armes pristrent et entrerent en la contrée des Abrodiciens, qui estoient de la société et de l’aliance des François, et toz jors s’estoient loiaument mantenu vers els de cele heure que il orent receue lor amor. Mes Tascons[316], li dux de cele gent, lor vint au devant atot son ost, quant il sot lor esmovement, en un lieu qui a non Suenthenna[317], à els se combati et moult grant occision fist de lor gent ; à iiii milliers furent esmé cil qui chairent aus premieres envaïes[318]. Eburnes, uns messages le roi, fu en cele bataille, en la partie des Abrodiciens et se combati en la destre part de l’estor. Desconfit furent li Saine et chacié honteusement ; si perdirent moult de lor gent et retornerent à grant domage et à grant confusion en lor contrée. Et quant li rois qui, d’autre part, ot lor terre destruite et son cuer esclarié de ses messages et de sa gent qui avoient esté occis, il retorna en France à Es la Chapele ; là reçut et oï les messages Helene, l’empererriz[319] de Costantinoble ; si estoient ensi nomé : Michiaus Glaglianes[320] et Theophiles[321]. L’empire governoit cele Helene, car ses fiuz Constantins avoit esté pris et avuglez[322] par ses genz meesmes pour son orguel et pour ses mauveses mors. Cil message estoient au roi venu pour requerre Sisinne[323], le frere Tharasie, le patriarche de Costantinoble, qui avoit esté pris en bataille. Volentiers fist li rois lor requeste ; si s’en retornerent atant. Après ceus vindrent autre message de par Aldefonz le roi d’Espagne, Froies et Baseliques estoient nomé ; dons et presenz li aportoient de par leur seigneur, c’est assavoir : vii Mors et vii muls à riches lorains d’or ; si les avoit conquis au prendre une cité qui a non Clisipone[324], sor une gent qui sont apelé Manubien[325] ; et tout fussent-il envoié pour dons, si sembloit-il mieuz que ce fust pour signe de victoire. Les messages et les presenz reçut li rois moult honorablement ; de biaus dons les honora, si les congea quant il s’en vorrent aler.

Incidence. — En ce tens, entrerent li Mor à navie en unes isles de mer qui sont apelées les isles Balcaires[326], moult de domages i firent avant que il s’en partissent. Tote cele saison jusques après Pasques demora li rois à Es la Chapele[327].


XIII[328].

[329]En ce point avint uns moult laiz cas en la cité de Rome. Li apostoiles Leons aloit un jor de l’eglise Saint Jehan du Latran à une autre eglise qui a non Saint Lorenz de la Graile[330], pour sermoner au pople et pour faire le servise Nostre Seigneur[331]. Soudainement s’enbati sor un agait que li Romain li avoient basti delez cele eglise maismes[332]. Du cheval l’abatirent, les ieuz li sachierent et li coperent la langue, si come il sembla à aucuns ; tot nu le despoillierent et le lessierent en la place ausi come demi mort. Portez fu ou mostier Saint Erasme le martyr, par le commandement de ceus meismes qui ce li avoient fait[333]. De ce mostier, le traist hors parmi un mur, Auboins i siens chambellans[334] ; si le reçut Aminigiles[335], li dux des Vaus de Spolitaine, qui à Rome estoit venuz hastivement quant il sot les noveles de ce fait ; à son ostel, qui en la cité estoit, l’en fist porter[336]. Moult fu li rois correciez, quant il sot ces noveles, et la honte que on ot fait au soverain de sainte Eglise et au vicaire saint Pere, si comanda que il li fust amenez à grant honor[337]. Si dient ci endroit, aucunes croniques, que Nostres Syres li rendi les ieuz et la langue par miracle.

Li rois estoit ja meuz pour ostoier en Saisoigne ; ne pour ce ne lessa-il pas son erre que il avoit commencié. General parlement tint de ses barons et du pople sor le Rim, en un lieu qui a non Lippie[338]. En ses herberges se tint et atendi l’apostole Leon que il avoit mandé. Entre ces choses envoia Challot, son fil, et une partie de son ost à un lieu qui a non Albin[339], pour traitier d’aucunes besoignes aus Wisces et aus Abrodiciens et pour recevoir aucuns des Saines de Nordlinde[340]. Tandis com il atendoit son retor, vint li apostoiles Leons ; à grant honor le reçut et le retint ovec lui ne sai quanz jors. La besoigne pour qui il estoit venuz li conta. Après le fist li rois conduire à Rome par sa gent maismes et restablir en son siege[341]. Tandis come li rois demoroit encores en ce meesmes lieu, reçut et congea Daniel le message Michiel le prince de Sezile[342]. D’autre part, li vindrent mauveses noveles de Herice et de Gyrout, ii de ses chevaliers, car Gyrouz, qui prevoz estoit de Baiviere[343], ot esté occis en une bataille que il fesoit contre les Huns. Herices, li autres, qui maintes granz batailles avoit devant fornies et maintes victoires eues, ot esté entrepris et occis par les citaiens d’une cité de Liburnie qui est apelée Tharse[344]. Puis que li rois fu entrez en Saisoigne, il cercha tot le païs et donta les rebelles ; des besoignes ordena à sa volenté selonc la necessité du tens. Après retorna vers France, à Es la Chapele s’en ala pour yverner, là celebra la Nativité et la Resurrection. Là vint à li li cuens Guis, prevoz et gardes des marches de Bretaigne[345], qui en cel an meesmes avoit cerchiés totes les contrées des Bretons, entre lui et aucuns autres contes qui ovec lui furent en cele besoigne, et li aporta les armes et les nons par escrit des dux et des princes de cele contrée qui à li s’estoient rendu. Si li sembloit bien que tote cele terre fust conquise, et ele si estoit, se la desloiauté des gens du païs ne se fust tornée. Là meesmes li refurent aportées les ensegnes des Mors qui avoient esté occis es ysles Balcaires, où il estoient entré pour tot metre à destruction.

Uns Sarrazins, qui avoit non Azans[346], li envoia en ce point les clés de la cité d’Oiste et mainz autres presenz, et li promist que il la liverroit quant il verroit tens et lieu.

Li patriarches de Jerusalem li envoia par un moine la beneiçon et autres reliques du saint lieu de la Resurrection. Congié li dona quant il s’en vot retorner en envoia ovec lui Zacharie, l’un des prestres du palais, et li charcha dons et offrendes pour porter au Saint Sepulcre de Jerusalem. Tant demora li rois à Es la Chapele que il i celebra la Nativité Nostre Seigneur.

[347]Au renovelement de la saison, li rois se parti de Es, ausi come mi marz ; tout le rivage de la mer de Flandres[348] chevaucha, droit vers la terre de Neustrie qui or est apelée Normendie[349]. En la mer mist garnison de nés et de galies contre les assauz des Normanz, qui sovent i fesoient domages. La Resurrection celebra à Saint Richer en Pontieu[350] ; de là se parti et s’en ala derechief, selonc le rivage de la mer, jusques à Rouen. Saine passa et s’en ala droit à Tours pour faire ses offrendes et ses oroisons en l’eglise Saint Martin. Aucuns jors i demora pour une maladie qui prist la roine[351]. Là meismes morut et fu ensepouturée en l’eglise, en la seconde none de juim[352]. De là se mist li rois au retor ; par la cité d’Orliens retorna à Paris et puis s’en ala à Es la Chapele[353]. En la cité de Maience asembla parlement.

Après ces choses assembla ost et mut en Lombardie, en la cité de Ravenne vint ; là demora vii jors tant seulement. A son fil Pepin livra son ost et li commanda que il s’en alast en la duchée de Bonivent. Ovec lui mut li rois de Ravenne et vindrent ensemble jusques en la contée d’Ancône[354]. Li apostoiles Lyons li ala à l’encontre, le jor devant que il entrast en la cité, jusques à une vile qui a non Nomentium[355]. A grant joie et à grant honor le reçut li rois, et quant il orent ensemble mengié, li apostoles se parti de li et s’en ala devant à Rome. L’endemain entra li rois en la cité, et li apostoiles fu au devant sor les degrez de l’eglise Saint Pere, à grant compagnie des cardinaus et du clergié, et le reçut ensi com il descendoit de son cheval en rendant loenges à Nostre Seigneur. Ensi le menerent jusques dedenz l’eglise. Ce avint, que je conte, en viiie kalende de decembre[356]. vii jors après que il fu là venuz, il fist assembler l’apostoile et les cardinaus et les autres prelaz, et lor conta en audience la raison por quoi il estoit là venuz, et aus autres jors après commença la besoigne qui estoit cause de sa voie. Mes trop li fu griés cele besoigne à commencier, car ce estoit pour enquerre des crimes qui à l’apostoile estoient mis sus. Et quant nus ne fu qui avant se traisist por ces crimes prover, li apostoiles prist en ses mains le tiexte des Euvangiles et monta en haut, ou letrun, devant tout le pople, le non de la Sainte Trinité apela et se purja des crimes dont il estoit fausement acusez[357]. En ce jor meesmes vint à Rome li prestres Zacharies que li rois ot envoié en Jerusalem ; ovec soi amena ii moines, messages du patriarche qui de par lui aportoient les clés du Saint Sepulcre et de Montecalvaire, et une enseigne de soie. Li rois reçut les messages et les presenz moult debonnairement, et quant il orent demoré à sa cort tant com il lor plot, il les congea et lor dona de ses richeces.

  1. Dans le manuscrit, on a exponctué et li darreniers du premier livre. En effet, ce chapitre ne devait pas être le dernier du livre I. Deux autres chapitres (xii et xiii) devait le suivre. Ils sont marqués dans le manuscrit de la bibliothèque Sainte-Geneviève, dans le royal ms. 16 G VI et dans d’autres, comme nous l’avons indiqué à l’endroit où ces coupures furent faites ; mais on n’en donna pas les rubriques, ni à la suite du sommaire du chapitre xi, ni en tête des chapitres xii et xiii. Il y a même un manuscrit, le ms. fr. 20350 de la Bibliothèque nationale, qui donne à ce livre seize chapitres ; nous publions en note les rubriques de ces chapitres.
  2. Ce début est extrait du prologue de l’ouvrage d’Éginhard, intitulé : Vita et conversation gloriosissimi imperatoris Karoli regis Magni.
  3. Éginhard ne prend pas ce titre dans le prologue de la Vita Karoli ; parlant de Charlemagne, il l’appelle seulement : « Domni et nutritoris mei. »
  4. S’esfance, son enfance.
  5. Cette phrase ne se trouve pas dans Éginhard. L’auteur des Grandes Chroniques fait allusion ici à la légende d’après laquelle Charlemagne, banni de France par ses deux frères bâtards, fils de la fausse Berte, s’enfuit en Espagne chez le roi sarrasin Galafre et se mit à sa solde sous le nom de Mainet :

    « Seignor, vos savés bien, quant Pepin fu fenis,
    Karlemaines, ses fiex, fu cachiés de Paris ;
    Par force l’en cachierent et Hainfroiz et Heudriz.
    Ala s’ent à Galafre, au roi des Arrabis,
    Aida lui de sa guerre contre ses anemis. »

    (Garin de Monglane.)

    (Voir Gaston Paris, Histoire poétique de Charlemagne, p. 230 et suiv.)

  6. Le royal ms. 16 G VI, fol. 124 vo, ajoute ici : « D’un vice que li clerc apelent ingratitude, qui vaut autant à dire comme rendre mal pour bien à son seigneur ou à son patron, et tel seroie-je, au mainz par ma deffaute ou par ma peresce, se je ne me recognoissoie, etc… » Cette addition se trouve aussi dans d’autres manuscrits. Cf. Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 225, n. d.
  7. Cette transition est du traducteur.
  8. Éginhard, Vita Karoli Magni, chap. i.
  9. Childéric III.
  10. C’est le pape Zacharie qui donna à Pépin, par l’entremise de Fulrad, abbé de Saint-Denis, et de Burchard, évêque de Wurzbourg, l’autorisation de déposer Childéric III et de ceindre la couronne, et c’est Étienne II qui, le 28 juillet 754, sacra à Saint-Denis Pépin, la reine Bertrade et leurs enfants.
  11. « Majores domus » (Éginhard). Ce sont les maires du palais.
  12. « Crine profuso, barba summissa » (Éginhard).
  13. Le phrase d’Éginhard : « Carpento ibat, quod bubus junctis, et bubulco rustico more agente, trahebatur », est mal traduite par l’auteur des Grandes Chroniques. Il n’est pas question de « bugles », mais du bouvier qui conduisait les bœufs à la manière des paysans.
  14. Éginhard, Vita Karoli Magni, chap. ii.
  15. C’est Pépin d’Héristal.
  16. « Juxta Narbonam apud Birram fluvium » (Éginhard). C’est la bataille livrée aux Sarrasins par Charles-Martel sur la Berre, près de l’étang de Sigean (Aude). Voir t. II, p. 232.
  17. Cette dernière phrase fut ajoutée par l’auteur des Grandes Chroniques.
  18. « In monte Soracte » (Éginhard), le mont Soracte.
  19. Montecassin, le mont Cassin.
  20. Annales d’Éginhard, année 750.
  21. C’est au pape Zacharie que cette question fut posée.
  22. Éginhard, Vita Karoli Magni, chap. iii.
  23. Éginhard, Vita Karoli Magni, chap. v.
  24. Cette guerre, non contre Waïfre, qui avait été assassiné le 2 juin 768, mais contre Hunald, eut lieu en 769.
  25. Éginhard, Vita Karoli Magni, chap. vi.
  26. La première campagne de Charlemagne en Lombardie eut lieu en 773 et en 774.
  27. « Hruodgausum Forojuliani ducatus præfectum » (Éginhard). C’est le duché de Frioul qui est désigné ici, et c’est en 776 qu’eut lieu la campagne contre Hruodgaud.
  28. Éginhard, Vita Karoli Magni, chap. vii.
  29. La guerre entre Francs et Saxons était presque continuelle. Bien que Clotaire les eût soumis en 555, Charles-Martel, Carloman, Pépin durent néanmoins lutter encore souvent contre eux. Pendant la plus grande partie de son règne, Charlemagnefut également occupé à dompter ces peuplades. Voir L. Halphen, la Conquête de la Saxe, dans Études critiques sur l’histoire de Charlemagne, p. 145-218.
  30. Arsons, incendies.
  31. Albe, l’Elbe.
  32. Osneggy, auj. l’Osning, partie du Teutoburger-Wald, qui s’étend sur les cercles de Bielefeld et de Halle (Allemagne, district de Minden).
  33. Theotmelli, auj. Detmold, sur la Werra (Allemagne), capitale de la principauté de Lippe.
  34. Hasa, auj. la Hase, rivière d’Allemagne (Hanovre), affluent de l’Ems, sort du Teutoburger-Wald.
  35. Ces deux batailles durent être livrées vers le mois de juin 783 (Annales d’Éginhard, année 783).
  36. Éginhard, Vita Karoli Magni, chap. ix.
  37. Éginhard, Vita Karoli Magni, chap. x. Cette expédition contre les Bretons eut lieu, d’après les Annales d’Éginhard, en 786, ainsi que l’expédition contre Arachis, duc de Bénévent.
  38. Cette phrase comprise entre parenthèses est de l’auteur des Grandes Chroniques. Voir t. II, p. 165.
  39. Bien que ce paragraphe soit dans le manuscrit rattaché au chapitre iii, il doit cependant, d’après les sommaires des chapitres donnés en tête de ce livre, appartenir au chapitre ii, puisqu’on annonce cinq batailles dans ce chapitre et quatre dans le chapitre iii.
  40. Rumoldum et Grimoldum selon la Vita Karoli Magni, chap. x, ou Rumoaldum, Grimoaldum, d’après les Annales d’Éginhard, année 786.
  41. La dernière partie annoncée par cette rubrique, depuis « et coment il escrut… », n’est pas donnée dans ce chapitre iii. Peut-être existait-elle dans une rédaction primitive ; cela est probable, car tout ce qui est ainsi annoncé aurait été la traduction des chapitres xv et xvi de la Vita Karoli Magni, qui suivent immédiatement celui dans lequel Éginhard parle des luttes de Charlemagne contre les Normands.
  42. Vita Karoli Magni, chap. xi.
  43. Voir la note que A. Teulet consacre à Tassilon à la fin du premier volume de son édition d’Éginhard, p. 404-407.
  44. Cette fille de Didier, roi des Lombards, était Liutberge, sœur de Désirée, première femme de Charlemagne, qu’il répudia après un an de mariage (Vita Karoli Magni, chap. xviii).
  45. Cette expédition eut lieu en 787 (Annales d’Éginhard).
  46. Theodonem (Éginhard).
  47. Bones et devises, bornes et séparations.
  48. « Post hæc, Carolus ad Reganesburc (Ratisbonne) venit, ibique marcas et fines Bajoariorum disposuit » (Annales Mettenses, dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 346). Ce serait plutôt d’après ce passage qu’aurait été ajoutée cette dernière phrase que, d’après la mention de Sigebert de Gembloux (année 789), citée par Paulin Paris, Grandes Chroniques, t. II, p. 66, n. 2, « Karolus Coloniæ super Rhenum pontes duos construxit et muniit ».
  49. Vita Karoli Magni, chap. xii. Cf. Annales d’Éginhard, année 789.
  50. Les Esclavons ou Slaves étaient venus jusque sur l’Elbe et sur la Saale. Éginhard ajoute que les Francs leur donnaient alors le nom de Wilzes.
  51. Les Abridotes, peuple slave qui habitait la partie de l’Allemagne correspondant au Mecklembourg et à l’ancien pays du Holstein nommé la Wagrie.
  52. C’est la partie sud-ouest de la mer Baltique.
  53. « Dani siquidem ac Sueones, quos Nortmannos vocamus » (Éginhard).
  54. « At littus Australe, Sclavi et Aisti, et aliæ diversæ incolunt nations » (Éginhard). Les Aistes ont donné leur nom à l’Esthonie.
  55. Vita Karoli Magni, chap. xiii. Cf. Annales Laureshamenses, année 791, et Annales Mettenses, année 791.
  56. Cette guerre dura huit ans, de 791 à 799.
  57. Cagane, pour Cagan qui est le titre pris par les rois des Huns. Éginhard, au reste, ne parle que du palais du Cagan, « et locus in quo regia Kagani erat ».
  58. B. Guérard, dans ses Prolégomènes du Polyptyque d’Irminon, p. 140 et 141, constate aussi que la plus grande abondance, et par conséquent la dépréciation des métaux précieux à la suite de la guerre contre les Avares, au commencement du ixe siècle, est un fait hors de doute.
  59. « Aericus duc Forojulanus. » Héric, duc de Frioul. C’est lui qui, en 796, avait dirigé la première attaque contre le Ring ou camp des Huns ; ce fut Pépin, fils de Charlemagne, qui le prit (Annales Fuldenses, année 796).
  60. « Geroldus Bajoriæ præfectus » (Éginhard).
  61. Auj. Tersatz, bourg de l’Istrie situé près de Fiume.
  62. Gerold, gouverneur de la Bavière, fut tué le 1er septembre 799 et enseveli dans le monastère de Reichenau dont il était le bienfaiteur (voir, dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 399 et 400, les vers qui lui sont consacrés et son épitaphe).
  63. Vita Karoli Magni, chap. xiv.
  64. Éginhard, dans ses Annales, signale deux expéditions contre les Linnes qui habitaient entre l’Elbe et l’Oder, toutes deux fort courtes, l’une en 808 et l’autre en 811 (voir aussi Annales Mettenses, années 808 et 811).
  65. Deux expéditions eurent lieu en Bohême sous la conduite de Charles, fils de Charlemagne ; l’une en 805 et l’autre en 806 (Annales d’Éginhard et Annales Mettenses, années 805 et 806).
  66. Vita Karoli Magni, chap. xiv.
  67. Galioz, pirates. M. Paulin Paris, dans son édition des Grandes Chroniques, t. II, p. 69, n. 2, pense que les manuscrits offrent ici une lacune « dont il faut accuser le scribe primitif », et qu’il faudrait lire : en de petites navies que l’on appelle galios. Mais l’article de Du Cange, au mot galioti, prouve par plusieurs exemples que galiot était synonyme de robeor : c’est-à-dire dans ce cas de pirate et que, par conséquent, il n’y a pas de lacune en cet endroit dans les manuscrits des Grandes Chroniques.
  68. « Littora Galliæ atque Germaniæ. »
  69. Éginhard dit qu’il fut assassiné « a proprio satellite ». Le moine de Saint-Gall (liv. II, chap. xxi, dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 130) dit qu’il fut assassiné par un de ses fils. Les Annales Francorum, année 810, nous apprennent que ce roi des Normands ou Danois s’appelait Godefrid.
  70. Il vint à terre, il prit possession de la terre ; c’est-à-dire monta sur le trône.
  71. Annales d’Éginhard, année 768.
  72. Ils furent tous deux couronnés le 9 octobre 768.
  73. Cette dernière phrase est de l’auteur des Grandes Chroniques.
  74. Annales d’Éginhard, année 769.
  75. Cet Hunald, que les Annales d’Éginhard appellent seulement Hunoldus quidam, est différent de Hunald, fils d’Eudes et père de Waïfre (voir Histoire du Languedoc, nouv. édit., t. I, p. 814, n. 4, ou Liber Pontificalis, éd. Duchesne, t. I, p. 456, n. 7).
  76. Éginhard dit : « Provincialium animos ad nova molienda concitavit. »
  77. Éginhard fait connaître l’endroit où eut lieu cette entrevue : in loco qui Duasdives vocatur. On ignore où est cette localité. Cf. Pertz, Monumenta Germaniæ historica, Scriptores, t. I, p. 147, n. 42.
  78. Li desloerent, lui déconseillèrent.
  79. On n’a pas de données certaines sur ce duc Loup. C’est n’est que par conjecture que de Jaurgain (la Vasconie, t. I, p. 60) en fait un fils d’Eudes.
  80. Auj. Fronsac (Frontiacus), Gironde, arr. de Libourne, ch.-l. de cant.
  81. Durie, auj. Düren, Prusse rhénane, près d’Aix-la-Chapelle.
  82. Annales d’Éginhard, année 770.
  83. Garmacie, auj. Worms, Allemagne, grand-duché de Hesse-Darmstadt.
  84. « Karolus rex habuit populi sui conventum generalem in Wormacia civitate » (Éginhard).
  85. Salucie, « apud Saluciam », auj. Seltz, Bas-Rhin, arr. de Wissembourg, ch.-l. de cant.
  86. « Berta regina perrexit in Baioriam et inde Italiam ingressa est » (Chronique de Réginon, dans Monumenta Germaniæ, Scriptores, t. I, p. 557. Cf. Annales Moissiacenses et Chronicon Hermanni contracti, année 770).
  87. Dans la fin de ce paragraphe, l’auteur des Grandes Chroniques confondit Mâcon avec Mayence et, ayant omis une partie du texte d’Éginhard, fit célébrer à Charlemagne la fête de Pâques à Valenciennes, tandis qu’il était à Herstal, « Karolus autem rex Natalem Domini Mogontiaci, sanctumque Pascha in villa Haristallio celebravit. Peracto, secundum morem, generali conventu, super fluvium Scaldiam in villa Valentiana, rex Karolus ad hiemandum proficiscitur ».
  88. L’Escaut.
  89. Annales d’Éginhard, année 771.
  90. Saumonci, auj. Samoussy, Aisne, arr. de Laon, cant. de Sissonne.
  91. Le 4 décembre 771.
  92. Cette phrase est ajoutée par l’auteur des Grandes Chroniques. D. Félibien, Histoire de l’abbaye de Saint-Denis, p. 55, dit que Carloman fut inhumé à Reims, dans l’église de Saint-Remi ; « il semble, ajoute-t-il, que ce soit par méprise que l’on ait mis le nom de Carloman sur l’un des tombeaux qu’on a rangez aux deux costez du chœur de Saint-Denys, en l’an 1264, si ce n’est que le corps de ce roy, d’abord inhumé dans l’église de Saint-Remy de Reims, ait été transféré depuis Hincmar dans celle de Saint-Denys ». Cf. Annales Mettenses, année 771, et surtout l’addition à Flodoard publiée dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 362.
  93. Carbonac, auj. Corbény, Aisne, arr. de Laon, cant. de Craonne.
  94. Attigny, Ardennes, arr. de Vouziers, ch.-l. de cant.
  95. Aristalle, auj. Herstal, Belgique, prov. de Liége.
  96. Annales d’Éginhard, année 772.
  97. Étienne III mourut le 1er février 772 ; son successeur, Adrien Ier, fut élu le jour même de la mort d’Étienne (Liber Pontificalis, éd. Duchesne, t. I, p. 486).
  98. Hyresburc, auj. Marsberg (auparavant Stadtberg), qui comprend Odermarsberg et Niedermarsberg, Allemagne, prov. de Westphalie, district d’Arnsberg, cercle de Brilon. Cf. Halphen, op. cit., p. 147, note 3.
  99. Sur cette idole d’Irmensul, suivant les uns, symbole du dieu de la guerre ; suivant d’autres, élevée en l’honneur d’Arminius, le vainqueur de Varus, voir la note placée par Teulet à la fin du t. I des Œuvres d’Éginhard, p. 403 et 404, et surtout les travaux qu’il indique à la suite de cette note. Cf. Regesta imperii, éd. Mühlbacher, t. I, p. 61, et Halphen, op. cit., p. 147, note 4.
  100. L’aspresce, la rigueur « propter continuam cœli serenitatem » (Éginhard).
  101. Éginhard a voulu désigner un torrent situé près du bourg d’Oldenbeke, non loin des sources de la Lippe, et sans doute aussi la fontaine intermittente du Bullerborn. Voir la note de Pertz dans Monumenta Germaniæ historica, Scriptores, t. I, p. 151.
  102. Wisare, le Weser.
  103. Vita Karoli Magni, chap. xviii.
  104. Charlemagne, qui avait épousé en 770 Désirée ou Desiderate (appelée aussi Hermengarde par certains auteurs), la fille de Didier, roi des Lombards, la répudia l’année suivante, « quia esset clinica et ad propagandam prolem inhabilis », dit le moine de Saint-Gall, liv. II, chap. xxvi, dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 131.
  105. « Hildegardem de gente Suavorum præcipuæ nobilitatis feminam », dit Éginhard.
  106. Annales d’Éginhard, année 773.
  107. Le Liber Pontificalis, éd. Duchesne, t. I, p. 493, qui parle aussi de cette mission, ne donne pas le nom de l’envoyé du pape. Cf. Chronicon Moissiacense, dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 69.
  108. Theodone (Theodonis villa), Thionville, Moselle, ch.-l. d’arr.
  109. Genes, auj. Genève (Suisse).
  110. Les monz de Monjeu, auj. le grand Saint-Bernard.
  111. Chronique de Sigebert de Gembloux, année 771. Le même fait est rapporté par une vie d’Étienne II (752-757). Il s’agirait donc alors d’Hunald, fils d’Eudes (voir Liber Pontificalis, éd. Duchesne, t. I, p. 441 et 456, n. 7).
  112. Annales d’Éginhard, année 774.
  113. Charlemagne quitta, en effet, le siège de Pavie en 773 pour venir à Rome célébrer les fêtes de Pâques (voir, sur la réception qui lui fut faite, Liber Pontificalis, t. I, p. 497 et 498). Mais tout ce qui concerne le soi-disant concile est une erreur (cf. Labbe et Cossart, Sacrosancta concilia, t. VI, col. 1799 et 1800). L’auteur des Grandes Chroniques puisa ce qui est relatif à ce concile non dans le manuscrit latin 5925 de la Bibliothèque nationale, qui n’y fait pas allusion (voir fol. 96), mais dans des additions faites à Sigebert de Gembloux, que Pertz, dans l’édition de ce chroniqueur, a classées dans l'Auctorium Aquicinense, Anchin, près de Douai (voir Monumenta Germaniæ historica, t. VI, p. 393, année 773. Cf. Historia de fundatione monasterii Casauriensis, dans F. Duchesne, Historiæ Francorum scriptores, t. III, p. 544).
  114. Annales d’Éginhard, année 774.
  115. Aquise, accablée.
  116. La ville de Pavie tomba au pouvoir de Charlemagne sans doute dans les premiers jours du mois de juin 774, car dès le 5 juin il prend déjà le titre de rex Francorum et Langobardorum (Regesta imperii, éd. Mühlbacher, t. I, p. 67, nos 159 b et 161).
  117. D’après Mabillon, Acta Sancotrum Ordinis sancti Benedicti, sæc. iii, pars ii, p. 446, Didier aurait fini ses jours au monastère de Corbie.
  118. Éginhard dit qu’il vieillit dans le rang et les honneurs du patriciat : « In patriciatus ordine atque honore consenuit. »
  119. Cette dernière phrase est empruntée à la Chronique de Sigebert de Gembloux, année 774.
  120. D’après Annales Laurissenses : Monumenta Germaniæ historica, Scriptores, t. I, p. 152. Cf. Chronique d’Adon et Annales Mettenses, dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 318 et 341.
  121. « Castrum quod nominatur Buriaburg », auj. le mont Bierberg, emplacement d’une ville ruinée, sur la rive droite de l’Eder, près de la ville d’Ungedanken, à l’ouest de Fritzlar. Cette ville fut pendant quelques années le siège d’un évêché. Cf. Gams, Series episcoporum, p. 326.
  122. Frisdilar, auj. Fritzlar, Allemagne, royaume de Prusse, district de Cassel, sur l’Eder.
  123. Au dedier, à la dédicace.
  124. D’après les Annales Laurissenses, année 774, Charlemagne aurait envoyé quatre armées en Saxe, « mittens quatuor scaras in Saxoniam, tres pugnam cum Saxonibus inierunt ».
  125. Annales d’Éginhard, année 775.
  126. Sigiburg désignerait, d’après Pertz, Monumenta Germaniæ historica, Scriptores, t. I, p. 153, n. 59, un château détruit situé sur un rocher en Westphalie, au confluent de la Ruhr et de la Lenne : Hohensyburg, d’après Mühlbacher, Regesta imperii, t. I, p. 73.
  127. Guisare, le Weser.
  128. Brunisberg, près d’Höxter, Allemagne, prov. de Westphalie.
  129. Reusé, repoussés.
  130. Ouacres, auj. l’Ocker, qui, affluent de l’Aller, rive gauche, prend naissance dans le Harz.
  131. Les Ostphalois, les Saxons orientaux.
  132. Éginhard dit : « Cum in pagum qui Bucki vocatur pervenisset. » Sous la dénomination de pagus, il faut donc entendre une région plutôt qu’une ville. D’après Pertz, Scriptores, t. I, p. 455, n. 61, cette région comprendrait le mont Bückeberg, contrefort du Wesergebirge, à l’est de Bückeburg, capitale de la principauté de Schaumburg-Lippe.
  133. Hudbeki, auj. Lübbecke, Allemagne, prov. de Westphalie, près de Minden.
  134. Annales d’Éginhard, année 776.
  135. C’est d’après les Annales Mettenses, année 776, que les Grandes Chroniques disent que Rotgaud fut décapité « improvisumque Rothgaudum cepit et decollare præcepit », ou d’après la Chronique de Siegebert de Gembloux, année 776. Éginhard et les autres annales carolingiennes publiées dans le Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 14, 19, 26, 39, etc…, disent seulement qu’il fut tué.
  136. La fin de ce paragraphe n’est pas dans les Annales d’Éginhard. On trouve ce fait dans les Annales Laurissenses, année 776, et dans la Chronique de Réginon (Monumenta Germaniæ historica, Scriptores, t. I, p. 156 et 558. Cf. Annales Mettenses, dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 342).
  137. Pertz, Scriptores, t. I, p. 157, n. 67, dans Monumenta Germaniæ historica, pense que ce serait Lippstadt, Allemagne, prov. de Westphalie, district d’Arnsberg.
  138. Annales d’Éginhard, année 777.
  139. Guitichim, Witikind, qui, baptisé en 785 à Attigny, conserva sa dignité de chef en Saxe et fut tué, en 807, dans un combat contre le duc de Souabe. Il est honoré comme bienheureux dans l’église le 7 janvier (voir Acta Sanctorum, janvier, t. I, p. 380 à 385).
  140. Hoistephale, Westphalie.
  141. D’après quelques Annales, deux émirs sarrasins seraient venus auprès de Charlemagne, « ad eumdem placitum venientes Sarraceni de partibus Spaniæ ; hii sunt, Ibinalarabi et filius Dejuzefi qui et latine Joseph nominatur » (Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 19. Cf. p. 40 et 319). Reinaud, dans son ouvrage sur les Invasion des Sarrazins en France, p. 94, n. 3, dit que les auteurs arabes ne s’accordent pas sur le nom de l’émir, gouverneur de Saragosse ; les uns l’appellent Soleyman Ebn Jaktan Alarabi, les autres Motraf Ebn Alarabi.
  142. Durzi, « in Dutciaco villa », auj. Douzy, Ardennes, arr. de Sedan, cant. de Mouzon.
  143. Cassinole, auj. Chasseneuil, Vienne, arr. de Poitiers, cant. de Saint-Georges. C. Jullian propose Casseuil-sur-Garonne sans raisons suffisantes (le Palais carolingien de Cassinogilum, dans Études d’histoire du moyen-âge dédiées à Gabriel Monod, p. 89-94) ; mais il écarte à bon droit Casseneuil-sur-le-Lot et Caussiniojouls, près de Béziers (p. 90-91).
  144. Louis, frère jumeau de Lothaire, serait né en 778. Voir Vita Ludovici Pii de l’Astronome, paragr. 2 et 3. Lothaire ne vécut que quelques jours. Voir son épitaphe (Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 849).
  145. Annales d’Éginhard, année 778.
  146. Hyberis, l’Èbre.
  147. Suivant quelques auteurs arabes, Charlemagne aurait échoué dans sa tentative de prendre cette ville (Reinaud, op. cit., p. 95, n. 1).
  148. Le désastre de Roncevaux eut lieu le 15 août 778 (Romania, t. II, p. 146). Voir aussi sur ce fait Vita Karoli imperatoris, chap. ix. Éginhard y donne les noms de quelques-uns des plus illustres morts, « Eggihardus regiæ mensæ præpositus, Anselmus comes palatii, et Hruodlandus Brittannici limitis præfectus » ; ce dernier est le héros de la Chanson de Roland. D’après une note de l'Histoire littéraire de la France, t. XVIII, p. 720, n. 1, le souvenir de Roncevaux se serait perpétué jusqu’à nos jours dans certaines parties des Pyrénées.
  149. Li poior, les moindres, inférieurs.
  150. « Quicquid a Diutia civitate usque ad fluentem Mosellæ ». Diutia désigne aujourd’hui Deutz, Allemagne, Prusse rhénane, district de Cologne, en face de cette dernière ville.
  151. Les Annales Laurissenses (voir Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 158) disent : « Per suasionem supradicti Widokindi, vel sociorum ejus ». Cf. Annales Tiliani et Annales Fuldenses (Ibid., p. 221 et 349).
  152. On a dans le texte d’Éginhard : « In pago Hassiorum super fluvium Adernam », ce qui désigne la Hesse et l’Eder. Les Annales Laurissenses, Tiliani et Fuldenses font en outre connaître l’endroit où fut livrée la bataille : « In loco qui dicitur Lihesi. » Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 159, n. 74, identifie Lihesi avec Battenfeld, auj. Allemagne, prov. de Hesse-Nassau, près de Rattenberg. Halphen repousse cette identification et propose Leisa, à la frontière de Hesse (op. cit., p. 156, n. 5).
  153. Annales d’Éginhard, année 779.
  154. Hildebrand, qui fut élu duc de Spolète en 773, mourut en 789. À la suite de la conspiration de Rodgaud, dans laquelle il avait trempé, Charlemagne lui avait enlevé le duché de Spolète pour le donner à Hildewert ; mais à la mort de ce denier, en 778, Hildebrand rentra en sa possession.
  155. Le texte d’Éginhard donne : « In villa Wirciniaco », auj. Versigny, Oise, arr. de Senlis, cant. de Nanteuil-le-Haudouin.
  156. Durie, Duren.
  157. « Rhenum in eo loco qui Lippeham vocatur, cum exercitu trajecit. » Suivant Pertz, Scriptores, t. I, p. 161, n. 77, ce serait au confluent de la Lippe et du Rhin.
  158. « In quodam loco qui Buocholt vocatur », auj. Bocholt, Allemagne, prov. de Westphalie, district de Munster, sur la rivière de l’Aa.
  159. Huistephalois, « Westfalorum regionem », le territoire des Westphaliens.
  160. Guisare, le Weser.
  161. Midufulli. Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 161, note 79, propose d’identifier ce nom avec Mulbeke, château du royaume de Hanovre, près de Rinteln et de Solle. D’après les Regesta imperii, éd. Böhmer-Mühlbacher, t. I, p. 84, ce serait vraisemblablement Uffeln, près de Minden, sur le Weser. Mais ces identifications ne sont guère admissibles. Cf. Halphen, op. cit., p. 158, note 2.
  162. Varmaise, Worms.
  163. Annales d’Éginhard, année 780.
  164. « Fleuve » (royal ms. 16 G VI, fol. 129 vo). Le texte latin donne bien : « Ad Ovacrum fluvium. » C’est la rivière de l’Oker qui est désignée.
  165. Au confluent de l’Ohre et de l’Elbe, « ubi Ora et Albia confluunt », près de Wolmirstädt, dit Pertz, op. cit., p. 161.
  166. Annales d’Éginhard, fin de l’année 780.
  167. Annales d’Éginhard, année 781.
  168. Pépin, qui avant son baptême portait le nom de Carloman, fut non seulement couronné roi d’Italie par Adrien le 15 avril 781, mais encore baptisé (voir Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 31, 160 et 161). Le pape dut même être son parrain, car à partir de cette date il donne à Charlemagne le titre de spiritalis compater, et à la reine celui de spiritalis commater (cf. Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 560-590). Le même jour (15 avril) eurent lieu à Rome les fiançailles de Rothrude, fille aînée de Charlemagne, avec l’empereur d’Orient, Constantin VI (Annales Mosellani, dans Pertz, op. cit., t. XVI, p. 497. Cf. Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 187). Pépin, qui était né en 776, mourut le 8 juillet 810 et fut enseveli à Milan (Pertz, op. cit., t. I, p. 88, 93, 121, 197).
  169. Thomas, archevêque de Milan, occupa ce siège depuis le 25 septembre 759 jusqu’à sa mort, survenue le 1er octobre 783.
  170. Cette fille était Gisèle, qui, née en 781, fut après la mort de son père enfermée dans un couvent par ordre de Louis le Débonnaire.
  171. On a dans le texte latin : « Richolfus diaconus atque Eberhardus magister pincernarum. »
  172. On a dans le texte latin : « Sindbertus Reginensis episcopus. » C’est Sindbert ou Simpert, évêque de Ratisbonne de l’année 768 à sa mort, survenue le 29 septembre 791.
  173. D’après Éginhard, Charlemagne était à Quierzy, « in Carisciaco ».
  174. Le royal ms. 16 G VI, fol. 130 vo, du Brit. Mus. ajoute ici en note : « Le roy Charlemainne demoura tout l’iver ou chastel de Compiegne, et la solennité de Noël et de Pasques devotement y celebra », qui est la traduction du texte d’Éginhard : « Rex autem in eadem villa hiemem transiens, et Natalem Domini et Pascha eodem in loco celebravit » ; mais dans cette note on a répété l’erreur de l’auteur des Grandes Chroniques, qui fixait le séjour de Charlemagne à Compiègne, au lieu de Quierzy.
  175. Annales d’Éginhard, année 782.
  176. Le texte latin a été mal traduit dans ces deux dernières phrases. Les massages envoyés par Sigefroi, roi de Danemark, et ceux envoyés par les Huns étaient différents : « Ubi inter cætera negotia etiam legatos Sigifridi, regis Danorum, et quos ad se Kaganus et Jugurrus, principes Hunorum, velut pacis causa miserunt, et audivit et absolvit. » Le titre de Khagan désigne le chef des Huns, ou tribus tartares, et le titre de Jugurrus, Wigaires, Ouïgour, désigne le chef de tribus d’origine turque, mélangées aux Huns. Ce mélange des deux races hunnique et ouïgoure semble avoir formé le mot Hunugari, qui servit à désigner les peuples de la Hongrie actuelle.
  177. Le royal ms. 16 G VI, fol. 130 vo, ajoute ici en marge : « Ou pays de Normandie », afin de rendre plus littéralement le passage des Annales d’Éginhard : « Widokindus qui ad Nortmannos profugerat. »
  178. Le texte latin est mal rendu. On a : « Sorabi Sclavi », ce qui désigne une seule peuplade et non deux. Plus loin, Éginhard, année 806 (Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 193), fait bien entendre encore que les Esclavons et les Sorabiens forment la même peuplade, « in terram Sclavorum qui dicuntur Sorabi ».
  179. Salan, la Saale, affluent de l’Elbe.
  180. Dans le royal ms. 16 G VI, fol. 130 vo, on a supprimé qui marchissent près d’els et remplacé par cette note en marge « et estoient ensemble voisins et aussi comme du pays ; et pour ce y estoient entrez pour le païs pillier ».
  181. « Adalgiso camerario et Geilone comite stabuli et Worado comite palatii. »
  182. Le royal ms. 16 G VI, fol. 130 vo, ajoute en note : « Et la hardiesse des Esclavons à leur povoir abaissassent. »
  183. Le royal ms. 16 G VI ajoute : « Et quant l’ost de Charlemaine sçot que les Sesnes s’estoient tournez contre Charlemaine. »
  184. Le royal ms. 16 G VI met en marge : « A dire quels ; les Sesnes. »
  185. On a dans le texte latin : « Theodericus comes, propinquus regis. » Ce comte Théoderic fut battu et tué en 793 par les Saxons (Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 179).
  186. Que il se derroient, qu’ils allaient en désordre.
  187. Sontal, auj. le Süntel, partie de Wesergebirge, au nord de Hameln, sur la rive droite du Weser, entre Ritteln et Minden (Prisse, ch.-l. de district de la prov. de Westphalie), d’après Pertz, ibid., p. 164, n. 83. La partie septentrionale de cette montagne est encore appelée : das Dachtelfeld, le champ du soufflet.
  188. Le texte latin donne : « Legatorum duo, Adalgisus et Geilo ». Ce sont les personnages qualifiés plus haut : « Maistre chambellenc » et « conoistable ».
  189. Ferdi, auj. Verden, ville de la prov. de Hanovre, sur l’Aller, affluent du Weser.
  190. Theodone, Thionville.
  191. Ce dernier paragraphe, qui semble placé à tort à la fin de ce chapitre, est traduit de la Chronique de Sigebert de Gembloux, année 780.
  192. Annales d’Éginhard, année 783.
  193. Hildegarde, que Charlemagne avait épousée en 772, mourut à Thionville le 30 avril 783.
  194. Theomel, Detmold, Allemagne, capitale de la principauté de Lippe, près de la Werre, affluent du Weser.
  195. Padrabunum, Paderborn.
  196. Winstephale, Westphalie.
  197. Hasam, la Hase, affluent de l’Ems.
  198. Chaitivoison, captivité.
  199. Ms. S. G. (Sainte-Geneviève), Winsa.
  200. Fastrade, fille de Rodolphe, comte de Franconie, épousa Charlemagne à Worms. Ses deux filles sont Théodrade, qui devint abbesse d’Argenteuil, et Hildrude, abbesse de Faremoutiers (P. Anselme, Histoire généalogique, t. I, p. 30).
  201. Berthe mourut le 4 des ides de juillet, soit le 12 juillet 783, à Choisy-au-Bac (Oise), où elle fut d’abord enterrée, depuis ramenée à Saint-Denis pour y être ensevelie à côté de Pépin (voir Annales d’Éginhard et Annales Laurissenses, dans Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 164 et 165).
  202. Annales d’Éginhard, année 784.
  203. On a dans le texte latin : « In loco qui Lippeham vocatur, Rhenum trajecit », ce qui désignerait le confluent de la Lippe et du Rhin.
  204. Huccubi. Le texte latin donne : « Huculbi. » D’après Pertz (Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 166), ce serait aujourd’hui : Petershagen, Allemagne, prov. de Westphalie, cercle de Minden, sur le Weser.
  205. Par devers galerne, c’est-à-dire par le nord. « In aquilonales Saxioniæ partes. »
  206. Bien que le ms. S. G. et plusieurs autres donnent la leçon « Oistephale », il faut cependant Wistephale, comme on le trouve dans le royal ms. 16 G VI, fol. 132, et dans d’autres manuscrits (cf. Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 239, n. d). On a en effet dans le texte latin : « In Westfalorum finibus sedere jussit. »
  207. La Saale.
  208. Drahigni, le Dreini, pays arrosé par la Lippe, qui, d’après Pertz (Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 167), renfermerait Hertfeld, Lisbon, Werne, Cappenberg, situés en Westphalie.
  209. Le royal ms. 16 G VI, fol. 132, ajoute : « A cheval », voulant ainsi rendre plus fidèlement le texte latin : « Commisso cum eis equestri prœlio. »
  210. Le flueve d’Ambre est l’Emmer, affluent du Weser, qui coule dans la principauté de Lippe et passe à Pyrmont.
  211. Huttagore, partie du diocèse de Minden comprise dans les comtés de Pyrmont, de Schwalenberg et pays voisons.
  212. Squidroburc, Schieder, localité de la principauté de Lippe-Detmold, sur l’Emmer.
  213. Rimi, Rehme, prov. de Westphalie, cercle de Minden, sur le Weser.
  214. Warharne, la Werre.
  215. Annales d’Éginhard, année 785.
  216. On a, dans le texte latin : « Cum ibid hiemare decrevisset » ; ibi désignant Ehresbourg.
  217. Bardengohont, pays de Bardengau, dans le Hanovre, près de Lünebourg, sur l’Ilmenau.
  218. Le texte latin donne : « In transalbiana Saxonum regione », ce qui désigne la partie de la Saxe située au delà de l’Elbe.
  219. « Amalwinus, unus aulicorum » (Éginhard).
  220. « Hardradum comitem. »
  221. Parçonier, participants.
  222. Annales d’Éginhard, année 786.
  223. Les émigrations bretonnes en Armorique commencèrent vers 455, après les premières victoires remportées par les Anglo-Saxons sur les habitants de la Grande-Bretagne (de La Borderie, Histoire de la Bretagne, t. I, p. 247-256).
  224. Éginhard donne à Audulf le titre de « regiæ mensæ præpositus », tandis que les Annales Laurisenses et les Annales Tiliani lui donnent les titres de missus et de sénéchal, « una cum misso suo Audulfo sinescalco » (Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 168 et 221).
  225. Il appareilla son erre, il prépara son voyage.
  226. La province de Bénévent était tombée en 571 au pouvoir des Lombards.
  227. Arachis, gendre de Didier, roi des Lombards, s’était érigé en souverain dans le duché de Bénévent en 774, après la chute du royaume de Lombardie. D’après le Catalogus regum Langobardorum et ducum Beneventanorum et les Chronica Sancti Benedicti Casinensis, il ocupa le siège de ce duché pendant vingt-neuf ans et cinq mois (Mon. Germ. hist., Scriptores rerum langobardicarum, p. 487, 488 et 494. Voir encore, pour les événements auxquels on fait allusion dans ce paragraphe, Ibid., p. 214, chap. lxii).
  228. « Misso enim Rumoaldo majore filio suo » (Éginhard).
  229. Capoue, Italie, prov. de Caserte, dans la Campanie.
  230. Salerne, Italie, prov. de Salerne.
  231. Le royal ms. 16 G VI, fol. 133, ajoute en marge, « nommé Grimaut », se rapprochant ainsi du texte latin « minore ducis filio, nomine Grimoaldo ».
  232. L’impératrice Irène avait demandé à Charlemagne la main de sa fille Rotrude pour son fils Constantin V. Ils furent même fiancés (Vita Karoli magni, chap. xix). Ces fiançailles auraient eu lieu en 781, pendant le séjour que Charlemagne fit à Rome pour le couronnement de ses deux fils Pépin et Louis.
  233. Annales d’Éginhard, année 787.
  234. Harnum, Éginhard Arnum. Arnon, d’après le Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 208, note e, était évêque de Salzbourg. Il occupa ce siège depuis l’année 785 jusqu’à sa mort survenue le 24 janvier 821.
  235. Horri, Éginhard Hunricus, Heinricus. Henri, abbé du monastère de Mondsee (Autriche) à l’est de Salzbourg, d’après le Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 208, n. e.
  236. Maenierres, médiateur.
  237. Le royal ms. 16 G VI, fol. 133 vo, ajoute ici, en marge, « et de tout son povoir, à très grant instance », pour traduire le latin « sed quanta potuit instantia ».
  238. Annales d’Éginhard, année 787.
  239. In Tredentinam vallem (Éginhard) ; c’est la vallée de Trente.
  240. Proferingue, auj. Pföring, Bavière, près d’Ingolstadt.
  241. Lechuns, le Lech, rivière d’Autriche et de Bavière, affluent de droite du Danube. Les Annales Laurissenses, année 787, disent que Charlemagne vint « in loco, ubi Lechfeld vocatur, super civitatem Augustam » ; elles désignent ainsi le Lechfeld, vaste plaine stérile, située au sud d’Augsbourg entre le Lech et la Wertach.
  242. Auguste, Augsbourg. « In Augustæ civitatis suburbano consedit » (Éginhard).
  243. Ingilunham, Ingelheim, Allemagne, prov. de Hesse-Rhénane, comprend aujourd’hui deux bourgs : Ober et Nieder-Ingelheim. C’était sur le territoire de Nieder-Ingelheim que se trouvait la résidence de Charlemagne. Ermoldus Nigellus (Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. II, p. 505) en a donné une description :

    « Est locus ille situs rapidi prope flumina Rheni,
    Ornatus variis cultibus et dapibus », etc.

  244. Annales d’Éginhard, année 788.
  245. Liutberge, fille de Didier, roi des Lombars, que Tassillon avait épousée en 763.
  246. On a, dans Éginhard : « Marcam Forojuliensem », la marche de Frioul. L’auteur des Grandes Chroniques donna à cette marche le nom de sa principale ville.
  247. Le royal ms. 16 G VI, fol. 134, ajoute en note, « pour la villanie vengier » afin de traduire « quam injuriam velut vindicaturi » d’Éginhard.
  248. Vehée, refusée. Ce serait en 787, à Capoue, que les ambassadeurs grecs auraient dénoncé la rupture du mariage projeté entre Rotrude et Constantin (Regesta imperii, éd. Böhmer-Mühlbacher, t. I, p. 103. Cf. A. Kleinclausz, l’Empire carolingien, p. 173).
  249. Grimoald, second fils d’Arachis, était, à la mort de ce dernier (787), en otage à la cour de Charlemagne, qui lui permit de succéder à son père.
  250. Hildebrand, qui avait été élu duc de Spolète en 773, mourut en 789 et eut comme successeur Winigise.
  251. Guinginses, « habentes secum legatum regis Winigisum, qui postea in ducatu Spolitino Hildibrando successit ».
  252. « Et à Ais, solennelment les celebra comme il avoit accoustumé » (royal ms. 16 G VI, fol. 134 vo, en note), « diem Domini natalitium, sanctumque Pascha more solemni celebravit » (Éginhard).
  253. Annales d’Éginhard, année 789.
  254. Éginhard dit en Germanie : « Natio quœdam Sclavorum est in Germania, sedens super littus Oceani. » Sous le nom d’Oceanus, que l’auteur des Grandes Chroniques a traduit par « la grant mer », il faut entendre la mer Baltique. Les Wiltzes étaient en effet établis sur les bords de cette mer, entre l’Elbe et l’Oder.
  255. Et tot fust, et quoique fût.
  256. Dragante, ou plutôt Dragwite, désigne non une ville mais un roi des Wiltzes. Si le texte d’Éginhard peut prêter à l’équivoque, celui des Annales Laureshamenses et d’autres annales ne laisse subsister aucun doute. « Cum primum civitatem Dragawiti ventum est, nam is cæteris Wiltzorum regulis et nobilitate generis et auctoritate senectutis longe prœeminebat » (Éginhard). « Et venerunt reges terre illius cum rege eorum Tragwito ei obviam » (Annales Laureshamenses, année 789). « Vicesimo anno regnante Carolo rege ibit (sic) cum exercitu magno Francorum super regem Sclavorum nomine Dragowit et ipsius Wiltiam conquesivit » (Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 44, où trois fois ce nom est donné comme le nom d’un roi. Cf. Regesta imperii, éd. Böhmer-Mühlbacher, t. I, p. 113, no 293 h).
  257. Annales d’Éginhard, année 790.
  258. En oisouse, dans l’oisiveté, « ne quasi per otium torpere ac tempus terere videretur » (Éginhard).
  259. Il faut le Mein, « per Mœnum fluvium » (Éginhard).
  260. Salz, auj. Kœnigshofen, ville de Bavière située dans le Grabfeld, sur la Saale franconienne.
  261. Salahm, la Saale franconienne, rivière de Bavière, affluent de droit du Mein.
  262. Annales d’Éginhard, année 791.
  263. La phrase : les rivages de la Dynoe qui s’estendent par devers galerne, désigne la rive nord du Danube. Le traducteur, en ajoutant : droit vers Occident, commet une faute et rend mal le passage d’Éginhard nous apprenant que les deux armées suivaient parallèlement les rives nord et sud du Danube : « Eos per aquilonalem Danubii ripam iter agere jussit. Ipse cum alia parte quam secum retinuit, australem ejusdem fluminis ripam Pannoniam petiturus occupavit. »
  264. Athnises. « Super Anesum » (Éginhard). « Ad Anisam vero fluvium » (Annales Laurissenses), auj. l’Enns, rivière d’Autriche, affluent de droite du Danube, dont le cours inférieur sépare encore la Haute-Autriche de la Basse-Autriche.
  265. « Super Cambum fluvium » (Éginhard), auj. le Kamp, rivière de la Basse-Autriche, affluent de gauche du Danube.
  266. D’après Pertz (Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 176, note 10), l’emplacement de la ville de Comagène, depuis longtemps détruite, serait occupé aujourd’hui par la ville de Kœnigsstädten, située un peu au nord de Vienne. Cf. Regesta imperii, éd. Böhmer-Mühlbacher, t. I, p. 118-119.
  267. « Ad Arrabonis fluenta » (Éginhard), auj. la Raba ou Raab, rivière d’Autriche-Hongrie, affluent de droite du Danube.
  268. On a, dans le texte latin, « per Sabariam ». Cette expression ne peut désigner que la ville actuelle de Hongrie Szombathely ou Steinamanger, ch.-l. du comitat de Vas, qui est située sur l’emplacement de la Sabaria romaine, et non Sarwar ou Sarvar, comme l’indique Pertz (Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 177 et 192).
  269. « Reginum civitatem, quæ nunc Raganesburg vocatur » (Éginhard), auj. Ratisbonne, Bavière.
  270. Annales d’Éginhard, année 792.
  271. Orgelle, auj. Urgel ou la Seu de Urgel, Espagne, prov. de Lerida.
  272. Félix, auteur de l’hérésie connue sous le nom d’Adoptianisme, occupa le siège d’Urgel de 783 à 799 et mourut en 818. Sa doctrine fut successivement condamnée par les conciles de Narbonne (791), de Ratisbonne (792), de Francfort (794) et enfin d’Aix-la-Chapelle (799). À la suite de ce dernier, il fut déposé et relégué à Lyon.
  273. Élipand occupa le siège de Tolède depuis l’année 783 environ jusqu’à sa mort survenue vers l’année 808.
  274. Fronteusement, hardiment.
  275. C’est à la suite du concile de Ratisbonne que Félix fut envoyé au pape Adrien Ier, qui le renvoya à Urgel après abjuration.
  276. Ici le ms. fr. 20350 de la Bibl. nat., fol. 82, donne la rubrique d’un douzième chapitre : Cy dist de la conspiracion Pepin le filz le grant Charles.
  277. Pépin le Bossu, fils de Charlemagne et de sa première concubine Himiltrude. Après cette conspiration, il fut relégué à l’abbaye de Saint-Gall, puis à Prüm, où il mourut en 811.
  278. Faradulfe succéda comme abbé de Saint-Denis à Maginaire mort en 792. Il fut un des Missi dominici de Charlemagne et mourut en 806 (D. Félibien, Histoire de l’abbaye de Saint-Denis, p. 62 à 64).
  279. Annales d’Éginhard, année 793.
  280. Rihustre ; on a dans le texte : in pago Hriustri juxta Wisuram fluvium. Ce serait, d’après Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 178, note 13, le pays de Rüstringen, ancien district du grand-duché d’Oldenbourg, situé à l’ouest du golfe de Jade.
  281. Radence (Radantia), la Rednitz, rivière de Bavière, qui après s’être unie à la Pegnitz prend le nom de Regnitz, et se jette dans le Mein près de Bamberg.
  282. Halomore, auj. l’Altmühl, affluent de gauche du Danube, se jette dans ce fleuve à Kelheim.
  283. D’après la Chronique de Moissac, année 793, les Sarrasins pénétrèrent en France jusqu’à Narbonne et Carcassonne. Guillaume, comte de Toulouse (Guillaume au court nez), leur livra à Villedagine, sur les bords de l’Orbieu, une bataille, à la suite de laquelle ils retournèrent en Espagne (cf. Reinaud, Invasions des Sarrazins en France, p. 103 et 104).
  284. Le sens du texte latin est mal rendu : Charlemagne ne célébra pas ces deux fêtes dans le même endroit, mais dans deux villes différentes ; Noël en l’abbaye de Saint-Kilian de Wurtzbourg et Pâques à Francfort-sur-le-Mein. « Celebravitque Natalem Domini apud Sanctum Kilianum juxta Mœnum fluvium, Pascha vero super eundem fluvium in villa Franconovurd, in qua et hiemaverat. »
  285. Annales d’Éginhard, année 794. Le ms. fr. 20350 de la Bibl. nat., fol. 82, donne ici la rubrique d’un treizième chapitre : Comment le roy Charle le Grant condempna l’érésie Félicienne.
  286. Le concile de Francfort, qui eut lieu en 794. Voir Labbe et Cossart, Sacrosancta Concilia, t. VII, col. 1013 à 1075, et A. Werminghoff, Mon. Germ. hist., Concilia, t. II, p. 110-171.
  287. Éginhard l’appelle Theophilactus.
  288. D’après les Annales Guelferbytani (Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 45), la reine Fastrade serait morte le 4 des ides du mois d’août, soit le 10.
  289. Le ms. fr. 20350 de la Bibl. nat., fol. 82 vo, donne ici la rubrique d’un quatorzième chapitre : Comment le roy ostoya derechief en Sassoingne.
  290. « In campo qui Sinotfeld vocatur » (Éginhard). Ce serait, d’après Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 180, note 17, la plaine de Sendfeld, qui s’étendrait près de Wunnenberg (Allemagne, prov. de Westphalie, district de Minden), entre Paderborn au nord et Ehresbourg (auj. Marsberg) au sud.
  291. Dans le royal ms. 16 G VI, fol. 163 vo, on a marqué ici la fin du chap. xi : Ci fenist le XI chapitre du premier livre des faiz Karlemaine le Grant et commence le XII.
  292. Dans le manuscrit de la bibliothèque Sainte-Geneviève, on n’a que ce chiffre, et comme nous l’avons constaté au début de ce livre (p. 3), il n’existe pas de rubrique qui corresponde à ce douzième chapitre. La rubrique de ce chapitre ne fut également pas donnée par le royal ms. 16 G VI, ainsi que par les autres manuscrits que nous pûmes examiner.
  293. Annales d’Éginhard, année 795.
  294. In villa Cuffestein, auj. Kostheim, Allemagne, prov. de Hesse rhénane, cant. de Mayence.
  295. Mone, le Mein.
  296. « Cumque in pagum Bardengoi pervenisset, et juxta locum qui Bardenwih vocatur » (Éginhard). Le pays de Bardengau embrassait une grande partie de l’ancienne principauté de Lünebourg, réunie à la Prusse en même temps que le Hanovre, et Bardowiek en était alors la ville principale.
  297. « Venerunt ad eum legati de Pannonia unius ex primoribus Hunorum, qui apud suos Thudum vocabatur » (Éginhard). Pertz (Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 181, note 21) pense que Tudun est le nom d’une dignité et non d’un homme, bien que la Chronique de Moissac (Ibid., p. 302) désigne sous ce nom un homme, « regulus quidam nomine Thodanus ».
  298. Annales d’Éginhard, année 796.
  299. Adrien Ier mourut le 25 décembre 795 ; son successeur Léon III, élu le lendemain 26, fut sacré le 27.
  300. Angilbert, qui après avoir épousé Berthe, fille de Charlemagne, devint abbé de Saint-Riquier vers 790. Il fist reconstruire le monastère de Centule ou de Saint-Riquier et mourut le 18 mai 814. Il est honoré comme saint (Acta Sanctorum, février, t. III, p. 88-105. Voir encore sur lui : Hariulf, Chronique de l’abbaye de Saint-Riquier, éd. Ferdinand Lot, p. 50-80, et Histoire littéraire de la Freance, t. IV, p. 414).
  301. Le royal ms. 16 G VI, fol. 137, ajoute en note : « Et une grant partie du tresor que le duc Henry lui avoit apporté des pillaiges et despouilles que il avoit fais es royaumes des Hunes ; et le remenant de yceuz despouilles donna aus sergens et aus servans de son hostel très liberaument », pour rendre plus fidèlement la phrase d’Éginhard : « Magnam partem thesauri, quem Ericus dux Forojuliensis, spoliata Hunorum regia quæ Hringus vocabatur, eodem anno regi de Pannonia detulerat, misit ; reliquum vero inter optimates et aulicos cœterosque in palatio suo militantes liberali manu distribuit. »
  302. Le ms. fr. 20350, fol. 82 vo, de la Bibl. nat., donne ici la rubrique d’un quinzième chapitre : Comment Pepin, le filz Charle le Grant, desconfist le roy de Panonie.
  303. Les Grandes Chroniques ne parlent que de l’expédition de Pépin en Pannonie et ne font aucune allusion à celle d’Éric, duc de Frioul. Malgré l’opinion de Paulin Paris (Grandes Chroniques, t. II, p. 114, note 2), Éginhard ne dut pas se tromper en rapportant ces deux expéditions, car la plupart des Annales de cette époque sont d’accord avec lui à ce sujet (voir Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 22, 50, 159, 320, 331, 348, 365. Cf. Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 182, 351).
  304. Trans Tizam fluvium, la Theiss, rivière de Hongrie, affluent de la rive gauche du Danube.
  305. Ici, le ms. fr. 20350, fol. 83, de la Bibl. nat., donne la rubrique d’un seizième chapitre : Comment les Sesnes occistrent les messages Charles le Grant, et comment il destruist et gasta tout leur païs.
  306. Annales d’Éginhard, année 797.
  307. « Ad obsidionem Oscœ ». Huesca, Espagne, ch.-l. de la prov. du même nom.
  308. « Adbellam Sarracenum, filium Ibin Mauge regis. » D’après Reinaud, Invasions des Sarrazins en France, p. 109, c’est Abdallah, oncle de l’émir de Cordoue, qui, ayant échoué dans ses tentatives pour s’emparer du trône, invoqua l’assistance de la France.
  309. Le texte latin est mal traduit. On dit qu’Abdallah partit de Mauritanie, mais non qu’Ibin Mauge fût roi de ce pays, « filium Ibin Mauge regis, de Mauritania ad se venientem ».
  310. Constantin VI.
  311. Heristalle, auj. Herstelle, Allemagne, prov. de Westphalie, district de Minden, , cercle de Höxter.
  312. Alfonse II, dit le Chaste, roi des Asturies ou d’Oviedo, fils de Proïla Ier, régna du 14 septembre 791 à la fin de 842.
  313. « Ut ipse voluit, in Hispaniam ductus. »
  314. Annales d’Éginhard, année 798.
  315. « In loco cui Minda nomen » (Éginhard). « Ad locum qui Minda dicitur perrexit » (Annales Laurissenses), auj. Minden, prov. de Westphalie, sur le Weser.
  316. Thasco ou Thrasico (Éginhard).
  317. « In loco qui Suentana vocatur. » D’après Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 184, note 29, ce serait Swante, sur la Warnow, dans le grand-duché de Mecklembourg-Schwerin. Mais la plupart des érudits admettent qu’il s’agit de Bornhöved, l’ancien Schwentinefeld, à 15 kil. de Neumünster en Holstein. Cf. Halphen, Études critiques sur l’histoire de Charlemagne, p. 203.
  318. Dans la traduction, on a omis un mot : narravit, ce qui change le sens de la phrase : « Nam in prima congressione quatuor milliam eorum cecidisse narravit legatus regis, Eburis nomine, qui in eodem prœlio fuit, et in Abodritorum acie dextrum cornu tenuit. »
  319. « Legatos Herenæ imperatricis. » Irène, mère de Constantin V.
  320. Michel Ganglianos, « Michael, cognomento Ganglianos ». D’après les Annales Laurissenses, il aurait été auparavant gouverneur de Phrygie, « patricius quondam Frigiæ ».
  321. « Theophilus, presbyter de Blachernis. » Blaquernes, l’un des faubourgs de Constantinople qui renfermait le palais de Blaquernes.
  322. À la suite d’une sédition, Constantin VI eut les yeux crevés par ordre de sa mère au mois d’août 797.
  323. Sisinnius, frère du patriarche Tarasius, avait sans doute été fait prisonnier en 788 dans la bataille livrée aux Grecs par Winigise en Italie (Annales d’Éginhard, année 788).
  324. Clisipone. On a, dans Éginhard : « Apud Olisiponam civitatem » ; c’est la ville de Lisbonne.
  325. L’auteur des Grandes Chroniques a fait une suite de confusions dans la traduction d’Éginhard ; il prit manubiis (dépouilles) pour le nom d’un peuple et loricis (cuirasses) pour des courrois de cuir. « Munera deferentes quæ ille de manubiis, quas victor apud Olisiponam civitatem a se expugnatam ceperat, regi mittere curavit, mauros videlicet septem cum totidem mulis atque loricis. »
  326. Les îles Baléares.
  327. Dans le royal ms. 16 G VI, fol. 138, on marque ici la fin du douzième chapitre : Ci fenist le XII chapitre du premier livre des faiz Karlemaine le Grant, et commence le XIII.
  328. Le manuscrit de la bibliothèque Sainte-Geneviève donne seulement ce chiffre, et il n’existe pas de rubrique qui corresponde à ce treizième chapitre, pas plus dans ce manuscrit que dans le royal ms. 16 G VI ou que dans les autres que nous pûmes examiner.
  329. Annales d’Éginhard, année 799.
  330. « Ad ecclesiam beati Laurentii, quæ ad Graticulam vocatur », c’est-à-dire à Saint-Laurent-du-Gril. Le Liber Pontificalis, éd. Duchesne, t. II, p. 4, dit : « In ecclesia beati Christi martyris Laurenti quæ appellatur Lucine. »
  331. Le Liber Pontificalis (ibid.) dit que c’était pour la litanie majeure. « In letania que ab omnibus majore appellatur. » Cette litanie avait lieu le 25 avril.
  332. Le Liber Pontificalis (t. II, p. 4) indique l’endroit exact où eut lieu le guet-apens : « Ante monasterium sanctorum Stephani et Silvestrii quod quondam domnus Paulus papa fundaverat. »
  333. Le Liber Pontificalis (id., p. 5) dit que les conjurés le traînèrent dans le monastère Saint-Silvestre, où il fut roué de coups et tenu sous bonne garde, puis enlevé la nuit et conduit au monastère Saint-Érasme « et sic per nocte eum exinde abstollentes, deduxerunt in monasterio sancti Herasmi, et in arta et augusta custodia eum recluserunt ».
  334. « Albinum cubicularium cum aliis fidelibus Deum metuentibus, ex ipsa eum claustra occulte abstollentes, in basilica beati Petri apostolorum principis, ubi et ejus sacratissimum corpus quiescit, deduxerunt » (Liber Pontificalis, t. II, p. 5).
  335. Le nom de ce duc de Spolète est Winigise ; le texte d’Éginhard, « a Winigiso duce Spolitino », a été mal lu.
  336. C’est à Spolète que Winigise conduisit Léon III (cf. Liber Pontificalis, t. II, p. 5, et Éginhard).
  337. « Misit in obviam ejus Hildebaldo archiepiscopo et capellano, seu Ascherico comite, et postmodum proprium filium suum Pipinum excellentissimum regem cum aliis comitibus obviam ejus iterum, et usque ubi ipse magnus rex eum obviavit. Et sicut vicarium beati Petri apostoli venerabiliter et honorifice cum hymnis et canticis spiritalibus eum suscepit » (Liber Pontificalis, t. II, p. 6).
  338. « In loco qui Lippeham vocatur » (Éginhard).
  339. « Misit interea Karolum filium suum ad Albim » (Éginhard) ; c’est-à-dire vers l’Elbe.
  340. On a, dans le texte d’Éginhard, Saxones de Nordliudis, avec les variantes Nordluidis, Nordluuis. D’après Pertz (Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 161, note 81), ces termes synonymes de Nordliudi, Nordalbingi désigneraient les Saxons qui habitaient au delà de l’Elbe.
  341. D’après le Liber Pontificalis, t. II, p. 6, Léon III fut redemandé par les Romains et reçu par eux avec allégresse. « Qui Romani, præ nimio gaudio, suum recipientes pastorem. »
  342. Michel était patrice de Sicile : « Legatum Michaelis patricii de Sicilia. »
  343. Gerold serait le frère de la reine Hildegarde (Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V, p. 399). Il aurait été tué le 1er septembre 799 et son corps, rapporté de Pannonie, aurait été enseveli dans le monastère de Reichenau (voir son épitaphe dans ibid., t. V, p. 400).
  344. « Apud Tharsaticam, Liburniæ civitatem », auj. Tersatz, bourg de l’Istrie, près de Fiume.
  345. « Wido comes ac præfectus Brittanici limitis » (Éginhard). Wido, après la conquête de la Bretagne (799), garda le commandement de la marche bretonne qui embrassait alors toute la Bretagne ; il occupait encore ce poste à la mort de Charlemagne (814) (de La Borderie, Histoire de Bretagne, t. II, p. 4 à 6).
  346. « Azan Sarracenus, præfectus Oscæ » (Éginhard) ; c’est Huesca.
  347. Annales d’Éginhard, année 800.
  348. Éginhard, les Annales Laurissenses, Fuldenses, etc., appellent cette mer : Oceanus Gallicus (Pertz, Mon. Germ. hist., Scriptores, t. I, p. 186, 187, 257, 352).
  349. Cette phrase : « Droit vers la terre de Neustrie qui or est apelée Normendie », est de l’auteur des Grandes Chroniques.
  350. Pascha in Centulo apud Sainctum Richarium celebravit. Saint-Riquier (Somme).
  351. Liutgarde.
  352. Le 4 juin.
  353. Le royal ms. 16 G VI, fol. 138 vo, ajoute : « Et le mois d’aoust ensuivant, en la cité de Maience », etc., pour traduire plus exactement le texte latin : « Et mense augusto inchoante, Mogontiacum veniuens », etc.
  354. Le royal ms. 16 G VI, fol. 138 vo, ajoute : « Qui est en Ytalie. »
  355. « Apud Nomentum », auj. Mentana, prov. et district de Rome, à vingt-deux kilomètres nord-est de cette ville.
  356. Le 24 novembre.
  357. Voir le texte de la justification de Léon III dans le Liber Pontificalis (éd. Duchesne), t. II, p. 37, note 31. On pourra également consulter cet ouvrage pour tous ces faits (Ibid., p. 7).