Ouvrir le menu principal
Gervais Clouzier, 1680 (1 / 2, pp. 200-203).
◄  Pour une Atteinte ⅬⅩⅩⅩ : Des Javars. Remede pour les Javars nerveux  ►


PIL y a de trois sortes de Javars, les simples, les nerveux, & les encornez : le javar simple est le plus ordmaire, c’est une tumeur engendrée par une humeur corrompuë contenuë entre cuir, & chair : il vient dans tous les endroits du pasturon, & particulierement au derriere du pasturon, le Cheval purge par cet egout l’humeur pourrie qui s’est amassée en cet endroit, le javar est au Cheval, comme un clou aux hommes, il fait douleur lors qu’on le presse avec le doit, & presque toûjours fait boitter le Cheval avant qu’il aye supuré, c’est à dire avant que le bourbillon en soit sorty : Les javars font quelquefois des restes de gourme, ou autres impuretez que la nature pousse au dehors, & ils viennent Page:Solleysel - Parfait mareschal - 5è éd., 1680 - tome 1.djvu/215 Page:Solleysel - Parfait mareschal - 5è éd., 1680 - tome 1.djvu/216 Chap.
ⅼⅹⅹⅹ
.
l’eau, avec une poignée de mauves & autant de seneçon ; le tout estant cuit, écoulez toute l’eau & la jettez, adjoutez une poignée d’ozeille cruë & pilez le tout en pâte, mélez parmy, farine de lin pour l’epoissir, & en faittes un cataplasme, que vous estendrez sur de la filasse, pour l’appliquer chaudement sur le javar : Vous pouvez avant que d’y mettre la farine de lin, si le javar est fort dur, y adjoûter de la graisse de porc, ou un peu de Basilicum, pour l’appliquer comme dessus.

Dans une ou deux applications, si vous la renouvellez toutes les vingt quatre heures, le bourbillon sera dehors, & laissera un trou, que vous panserez comme nous avons dit.

Ce mal est commun & ordinaire aux jeunes Chevaux, les drogues suivantes y sont fort propres, vous en prendrez les plus commodes, l’huile vieille, le beurre, les graisses de geline, d’oye, de canard, de porc, les moüelles de cerf & de bœuf, l’on en fait des composez avec de la farine de seigle, ou de la mie de pain.

On peut se servir des emplâtres de dyachilon & des mucilages, ou du basilicum ; mais comme on doit chercher les remedes les plus aisez à composer, & ceux de moindres frais, vous pouvez choisir un de ceux que j’ay donné, qui sont tous tres-bons.