Ouvrir le menu principal
Gervais Clouzier, 1680 (1 / 2, pp. 495-498).
◄  Des chevaux ausquels le fondement sort ⅭⅬⅩⅦ : Pour efforts de jarret, heurts & coups en iceluy. Pour le gros nerf du jarret estendu & forcé, & pour nerf feru  ►


LEs efforts de jarret sont les plus dangereux, à cause de la douleur que les parties nerveuses souffrent, quand elles sont meurtries ; le Cheval en séche, il devient maigre, & ensuite il luy reste tant de fâcheux maux, que s’il n’en est estropié, tout au moins il en demeure difforme.

Les efforts de jarret arrivent par les mesmes causes que les efforts de hanche : on les connoist en ce que le Cheval boitte, le Page:Solleysel - Parfait mareschal - 5è éd., 1680 - tome 1.djvu/510 Page:Solleysel - Parfait mareschal - 5è éd., 1680 - tome 1.djvu/511 Chap.
ⅽⅼⅶ
.
les blancs d’œufs avec un gros morceau d’alun jusqu’à ce qu’ils soient réduits en grosse écume, puis mélez l’eau de vie, le vinaigre, & la farine, broüillez & remuez bien le tout à froid, & en chargez, c’est à dire couvrez le mal de cette composition, de deux en deux heures, jusqu’à ce que l’enflure soit diminuée, ce qui se fera dans vingt-quatre heures.

Autre remede pour resserrer l’enflure d’un coup de pied.

Prenez terre-glaise, ou terre dont on fait les pots de terre, détrempez-la avec vinaigre en pâte claire, puis la faites cuire en remuant jusqu’à ce qu’elle s’épaississe & devienne ferme, ostez du feu, lors qu’elle n’est plus que tiede, mélez parmy de l’eau de vie pour éclaircir encore la terre, comme elle estoit avant de la faire cuire, frottez la partie avec esprit de vin, puis la chargez avec cette composition de trois en trois heures.

Au bout de vingt-quatre heures, lavez la partie pour en oster toute la terre, frottez avec de l’esprit de vin, & rechargez comme auparavant, le mal guérira bien tost.

La remolade du Bohëme décrite cy-devant en parlant des entorces, est excellente pour resoudre l’enflure d’un coup de pied, & toutes sortes d’enflures,