Ouvrir le menu principal
Gervais Clouzier, 1680 (1 / 2, pp. 326-329).
◄  Eauës d’Arquebuzades, Potions Vulneraires ⅭⅪ : Des playes sur le Boulet, & sur les parties Nerveuses. Pour preserver de la rage  ►


LE Boulet est une partie fort considerable, en ce qu’elle est pleine de nerfs, & de ligaments, & par consequent fort douloureuse, & les playes sur iceluy dangereuses, si elles sont profondes, & on atteint tant soit peu les nerfs ou ligaments ; on traittera les unes & les autres comme il suit.

Un Cheval venant à tomber, peut faire entrer quelque morceau de bois ou de fer, qui ouvrira le cuir & penetrera au dedans, & pour peu qu’il penetre, le nerf sera assurément offencé, souvent coupé, ou tout au moins il y aura contusion, & il y auroit du bon-heur si c’estoit une simple playe, car elle seroit bien-tost consolidée, mais les nerfs sont en trop grand nombre en cette partie, pour n’estre pas facilement atteints & blessez. Les maux de Page:Solleysel - Parfait mareschal - 5è éd., 1680 - tome 1.djvu/341 Page:Solleysel - Parfait mareschal - 5è éd., 1680 - tome 1.djvu/342 Chap.
ⅽⅺ
.
luy ferez mâcher tous les matins jusqu’à ce qu’il mange bien.

Pour empécher le Cheval de devenir fourbu, comme il arrive souvent, non seulement à ce mal, mais à beaucoup d’autres, qui causent grande douleur aux jambes ou aux pieds ; donnez luy pendant cinq ou six jours, chaque jour une once d’assa fœtida en poudre dans une chopine de vin, le tenant bride deux heures avant la prise, & autant apres, cela contribuera beaucoup à la guerison de son mal.

J’ay promis cy-devant un cataplasme anodin & astringeant, c’est à dire qui oste la douleur & qui empêche la chutte des humeurs.

Cataplasme Anodin.

Prenez une livre farine de lin que vous demélerez avec chopine de vin rouge pour la faire cuire dans un poilon en remuant comme pour faire de la boüillie, quand la composition commencera à cuire, adjoûtez quatre onces beurre frais, faites cuire en remuant jusqu’à ce que la bouillie s’époississe, lors mettez y deux onces de bol de Levant en poudre fine, & remüez toujours sur le feu jusqu’à ce que le tout soit bien lié ; lors en ostant du feu adjoustez six onces therebentine commune & remuez hors du feu un demy quart d’heure.

On l’aplique chaudement sur de la filasse pour le mettre autour du boulet, comme je l’ay prescrit cy-devant.

Ce cataplasme a la vertu non seulement d’oster la douleur, mais encore de desenfler la partie, & d’empescher la chutte des humeurs. Souvent les playes du boulet où le nerf est offensé, sont si dangereuses, que si vous oubliez la moindre des circonstances que j’ay prescrit, le Cheval demeurera estropié ; & quoy que vous n’y oublyez aucun soin, je ne sçay si vous le guerirez, & j’en doute assez aux jambes de derriere, où les playes du boulet sont infiniment plus dangereuses qu’à celles de devant, & mesme assez souvent les Chevaux en meurent, ou deviennent si maigres qu’ils coûtent ce qu’ils vallent à rétablir.