Ouvrir le menu principal

Le Mahâbhârata (traduction Ballin)/Volume 2/3-LLDA-Ch41

Traduction par Ballin, L..
Paris E. Leroux (2p. 419-421).



CHAPITRE XLI


FONCTIONS CONFIÉES PAR LE ROI À BHÎMA,
ET AUX AUTRES PÂNDOUIDES


Argument : Le roi prescrit au peuple d’obéir à Dhritarâshtra. Il pourvoit d’offices Bhîma, Vidoura, Sañjaya, Dhaumya, Nakoula, Sahadeva, Arjouna, et les autres.


1467. Vaiçampâyana dit : Le roi Youdhishthira, ayant entendu les paroles appropriées aux circonstances, que prononçaient ses sujets, y répondit (en ces termes) :

1468. « Assurément, les fils de Pàndou, dont les plus éminents brahmanes, réunis, célèbrent (ainsi) les qualités vraies ou fausses, sont heureux.

1469. J’estime qu’en effet nous devons être favorisés par vous, quand, dans votre bienveillance, vous nous dépeignez comme doués de tant de qualités.

1470. Le roi Dhritarâshtra est mon père et mon dieu suprême ; si on veut m’être agréable, il faut obéir à ses ordres, et faire ce qui lui plaira.

1471. C’est pour remplir ce devoir que je continue de vivre, après avoir fait ce grand carnage de mes parents. Je dois lui obéir sans me lasser.

1472. Et si vous voulez me favoriser, vous devez vous conduire envers Dhritarâshtra, comme vous le faisiez jadis.

1473. Car il est, avec moi, le maître du monde et le vôtre. La terre entière, et les fils même de Pândou, sont à lui.

1474. Il vous faut graver dans votre esprit les paroles que je viens de vous adresser. » Puis, en les congédiant, le roi ajouta : « Allez maintenant où bon vous semble. »

1475. Ayant congédié tous les citadins et les villageois, le (roi) qui fait la joie des Kourouides, désigna comme héritier du trône, Bhimasena fils de Kountî.

1476. IL désigna affectueusement le sage Vidoura comme conseiller, (pour le diriger) dans la décision (des affaires), et dans les délibérations (à tenir), concernant les six obligations de l’état 31.

1477. Il indiqua aussi le vieux Sañjaya, doué de toutes les qualités, pour connaître des affaires achevées ou non, et pour veiller sur les revenus et les dépenses.

1478. Le roi chargea Nakoula du dénombrement, de l’alimentation et de la solde de l’armée, ainsi que de la surintendance des actions (guerrières).

1479. Le grand roi Youdhishthira commit Phâlgouna, pour résister à la multitude des armées ennemies, et pour réprimer les méchants.

1480. Il désigna l’excellent chapelain Dhaumya, (pour veiller) constamment sur les actes relatifs au culte des dieux, et sur les autres occupations des brahmanes.

1481. Il imposa à Sahadeva l’obligation d’être toujours auprès de lui ; car, ô maître des hommes, le roi (devait), dans toutes les circonstances, être gardé par lui.

1482. Et le maître de la terre, satisfait, employa, quels qu’ils fussent, tous ceux qu’il jugea dignes d’être utilisés, (en les chargeant) des affaires, quelles qu’elles fussent, (auxquelles chacun était propre).

1483. Le vertueux (roi), ami du devoir, destructeur des héros ennemis, dit à Vidoura, à Sañjaya et à Youyoutsou aux grandes pensées :

1484. « En toutes circonstances, vous devez faire sans négligence et en vous conformant à ses désirs, toute chose que vous commandera le roi mon oncle.

1485. En toutes circonstances, vous devez régler les unes après les autres, après avoir pris l’avis du roi, toutes les affaires des citadins et des villageois. »