Le Fils du diable/VI/4. Cinq points d’écarté

CHAPITRE IV.
CINQ POINTS D’ÉCARTÉ.


Les deux voyageurs, que nous avons entendu nommer Albert et Goëtz, écoutaient d’un air soumis et triste ; ils ne songeaient, ni l’un ni l’autre, à repousser ces reproches, qui trouvaient de l’écho au fond de leurs consciences.

— C’est vrai, dit enfin Albert, qui perdit sa fanfaronnerie enjouée, nous avons manqué à notre devoir.

— Nous avons quitté notre poste, ajouta Goëtz, dont la voix indolente avait pris un accent ému.

Leurs mains cherchèrent celles d’Otto dans l’ombre.

— Frère, dirent-ils ensemble, pardonnez-nous !

— Pardonnez-nous, reprit Albert. Dieu vous a donné la sagesse pour nous trois… Et si nous avons fait quelque chose de bien en notre vie, ce fut toujours en exécutant vos ordres.

— Vous n’étiez pas là, poursuivit Goëtz ; vous restiez tout le jour dans la maison de Geldberg… Et que sommes-nous sans vous ?… De vieux enfants, qui n’ont pas encore appris à se conduire !

Il y avait quelque chose de singulièrement touchant, dans cette prière soumise de deux hommes forts, qui s’humiliaient volontairement et demandaient grâce, avant de chercher une excuse.

Otto les écoutait avec émotion. Comme il ne répondait point encore, les deux frères crurent qu’il leur gardait rancune, et Albert continua :

— Sur mon honneur, Goëtz et moi, nous avons été tous les jours, matin et soir, à la maison de la rue Dauphine… nous demandions M. Franz, et l’on nous répondait qu’il était toujours à Paris… Nous aurions dû nous informer mieux, peut-être…

— Oui, oui, interrompit Goëtz, et moi surtout, j’aurais dû deviner la vérité ; car notre petit Gunther n’avait pas reparu à la table de lansquenet.

— Le mal, conclut Albert en soupirant, c’est que, durant toute une semaine, nous avons fait de la nuit le jour, vivant, Dieu sait où, et fuyant votre présence, mon frère Otto… Il faut tout vous avouer ; nous sommes des misérables !… nous nous étions dit : sur ce mois dérobé à une captivité qui doit durer autant que notre vie, prenons huit jours, d’oubli, d’ivresse et de joies !… vivons encore une semaine, nous, dont l’existence ne sera plus qu’une longue agonie… Soyons heureux et faisons provision de gais souvenirs, pour tout le temps que nous mettrons ensuite à mourir dans nos cellules de la prison de Francfort !

Albert se tut, Goëtz l’imita ; ils attendaient tous les deux la sentence de leur frère.

Celui-ci serra doucement leurs mains unies entre les siennes.

— Dieu qui voit au fond de nos âmes, murmura-t-il, aurait peut-être plus à me pardonner qu’à vous… car, moi aussi, j’ai été faible… Un jour, j’ai ouvert mon cœur à une pensée qui n’était point celle du devoir… Tous les trois, nous avons failli, mes frères ; expions tous les trois notre faiblesse, et ne perdons plus une seule des minutes qui nous restent.

— Nous le jurons ! s’écrièrent à la fois Goëtz et Albert.

— Dans huit jours, reprit Otto, il faut que chacun de nous s’en souvienne, nous ne compterons plus au nombre des vivants… avant que le neuvième jour soit accompli nous devons livrer et gagner notre dernière bataille… Soyons prêts et soyons forts.

— Nous sommes prêts, dirent les deux frères.

— J’ai passé ma dernière nuit d’amour, ajouta Albert.

— J’ai gagné ma dernière partie, dit Goëtz, non sans un léger soupir, et vidé ma dernière bouteille de bordeaux !… Morbleu ! murmura-t-il en aparté, c’était du château-latour, de l’année de la comète…

— Plaise au ciel maintenant, reprit Otto, que nous arrivions à temps pour le sauver !

— Le danger est-il donc si grand ? demanda Albert, dont l’inquiétude faisait trembler la voix. Vous ne nous avez point dit le contenu de cette lettre, que vous avez reçue ce matin ; nous en sommes à savoir seulement que ce petit diable de Franz, trompant notre surveillance, est parti pour Bluthaupt, déjà depuis une semaine.

— La lettre est de Gottlieb, répondit Otto, il est revenu habiter, sur mon ordre, le domaine de ses anciens seigneurs… il devait me tenir au courant de ce qui se passe à la fête… sa lettre est longue… plusieurs pièges ont été tendus déjà à notre Gunther, qui n’a pas su les éviter complètement, et qui reste sans défiance… une légère blessure qu’il a reçue est presque guérie… là, n’est pas le péril… Ce qui me fait trembler, c’est la dernière partie de la lettre de Gottlieb… il n’en sait pas assez lui-même pour s’expliquer clairement ; mais il médit avoir surpris quelques mots d’une conversation tenue derrière les fossés de Bluthaupt, entre le chevalier de Reinhold et deux étrangers, inconnus dans le pays.

» Ils parlaient à voix basse, et Gottlieb, caché dans les broussailles qui croissent sur le bord de la douve, ne pouvait saisir que des lambeaux de phrase à la volée.

» Voici ce qu’il a pu comprendre :

» On prépare au château un grand feu d’artifice ; Franz, qu’on entoure de toutes sortes de flatteries, doit être chargé de tenir la mèche.

» Et quelque pièce pointée d’avance… »

Otto n’acheva pas ; un frisson avait secoué les membres d’Albert et de Goëtz.

— Et ce feu d’artifice, murmura le dernier d’une voix haletante, doit avoir lieu ?…

— Demain.

Il y eut un long silence.

Les roues de la chaise de poste se prirent à sauter bruyamment sur l’anguleux pavé de Montmirail.

Les stores tombèrent comme d’eux-mêmes.

Quand la ville fut traversée, et que la chaise roula de nouveau sur le sable désert de la route, Otto reprit la parole.

— Nous arriverons à temps avec l’aide de Dieu, dit-il, en cherchant maintenant à calmer les terreurs qu’il avait provoquées ; notre chaise va comme le vent, la route fuit ; il n’y a guère plus de quatre heures que nous avons quitté Paris…

— Oui, murmura Goëtz ; mais le chemin est long d’ici jusqu’à Bluthaupt !

— Du courage ! reprit Otto, et de l’espoir !… quelque chose me dit que nous arriverons.

Les deux autres frères étaient accoutumés à écouter cette parole comme un oracle ; il y avait d’ailleurs dans leurs natures, dissemblables sur tous autres points, un élément pareil : l’insouciance.

Au bout de cinq minutes, ils avaient repris leur humeur confiante.

— Depuis huit jours, dit Otto, c’est à peine si je vous ai entrevus, mes frères… Je sais que Goëtz a réussi en Hollande, comme Albert en Angleterre… mais voilà tout ; et maintenant que je vais me trouver peut-être en face du Madgyar et de Van-Praët, sans parler des trois associés, il me serait indispensable de connaître certains détails… Par exemple, le Madgyar a parlé de son honneur outragé… Albert, vous pourriez sans doute m’expliquer cela ?

— Avec la plus grande facilité, répondit l’homme à bonnes fortunes, dont la voix reprit, malgré lui, un léger accent de fanfaronnade infatuée.

— Et vous, Goëtz, sauriez-vous dire pourquoi meinherr Van-Praët m’a prié tout bas de ne point révéler les moyens employés par moi, par vous plutôt, pour lui arracher le pouvoir écrit de retirer des mains de son homme d’affaires les fameuses lettres de change ?

Goëtz se mit à rire franchement.

— Oui, oui, frère, dit-il, je puis vous expliquer la chose… cela vous prouvera du moins, ce qui n’est pas inutile, dans l’intérêt de la morale, que le vin et les cartes peuvent être bons à quelque chose… Mais avant de commencer, ne pensez-vous pas qu’il serait à propos de donner signe de vie à nos provisions ?… Cette route inhospitalière n’a point d’auberge pour nous, et voilà plus de six heures que je n’ai dîné !

Il tira des poches de la chaise divers comestibles mis en réserve à la hâte, et arrangea un repas sur ses genoux à tâtons.

Albert et Otto l’imitèrent.

— Si l’on veut, dit Goëtz, la bouche pleine, je vais commencer mon histoire.

» Le matin du mardi-gras, je vous quittai, emportant avec moi un petit bout du rôle que j’avais casé de mon mieux dans ma mémoire, et deux lettres, écrites de votre main, mon frère Otto, toutes deux adressées à M. Abel de Geldberg, avec la date du surlendemain, jeudi, 8 février.

» Le jeune M. Abel eut la bonté de me conduire jusqu’au premier relais, pour être bien sûr que vous partiez… »

La nuit cacha le sourire d’Otto : Albert et Goëtz laissèrent éclater tous les deux leur gaieté revenue.

Ce dernier poursuivit :

— Il paraît que, la veille, vous aviez fait au jeune Monsieur d’énormes compliments ; car, tout le long de la route, il joua la modestie la plus réjouissante… Moi, je n’étais pas en verve, et je ne trouvai d’autre politesse à lui faire que l’offre d’un verre de punch, à Luzarches. Il me refusa, sous prétexte qu’il n’avait pas déjeuné.

» Je soupçonne que ce fade mignon déjeune avec du café au lait. Il me donna ses instructions, tant bien que mal, et j’eus le plaisir de lui souhaiter le bonjour.

» À Compiègne, où je m’arrêtai une demi-heure, je me fis servir un pâté de Strasbourg, et l’hôtelier me dit qu’il avait en cave du chambertin de 1827… »

— Passons, interrompit Otto.

— Passons, si vous voulez, reprit Goëtz ; mais non pas sans boire le chambertin, qui était pures délices !…

Goëtz huma un verre de bordeaux, au souvenir de ce chambertin précieux.

— Je vois bien qu’avec vous, poursuivit-il, je dois arriver tout d’un coup au but de mon voyage.

» Donc, nous sommes en Hollande, dans la cité nette et propre d’Amsterdam.

» Nous entrons dans une maison propre et nette, lavée à grande eau, comme un chaudron, depuis les caves jusqu’au grenier ; un domestique batave vient prendre mon nom et fait crier le plancher sous un pas lourd pour aller dire, d’une voix nasillarde, à la porte de son maître :

» — Herr Van-Rodach !…

» Je m’avance. Du diable si je reconnais ce gros petit vieillard, court et chauve, à la face lustrée comme un poupard de cire ; je ne l’avais vu qu’une fois, là-bas, à Bluthaupt, et il y avait vingt ans de cela.

» Le petit vieillard, au contraire, me reconnut parfaitement et au premier coup d’œil, grâce sans doute à une visite que vous lui aviez faite, comme chargé d’affaires de Zachœus Nesmer.

» Il m’honora de l’accueil le plus cordial. Nous dînâmes. Je vous en prie, ne vous impatientez pas ; le dîner fait ici partie intégrante et nécessaire de mon histoire.

» Il commença vers midi et demi, il finit vers quatre heures, parce que le bon meinherr Van-Praët était couché sous la table.

» Ah ! ah ! il paraît que le digne homme ne veut pas qu’on sache cela ! Quel mal pourtant !…

» Je dois dire que c’est un fort aimable convive et d’un excellent caractère ; sa cave est particulièrement distinguée. Il boit sec ; il cause bien, et il fait volontiers sa partie au dessert.

» Nous n’avons eu ensemble que des relations très-agréables, et nous n’avons pas quitté un seul instant le ton de la plus parfaite cordialité.

» C’est lui, ma foi, qui me porta le premier défi… Nous étions à manger je ne sais quel poisson, avec des pommes déterre bouillies et du beurre fondu, quand il décoiffa son premier flacon de Porto.

» — Monsieur le baron, me dit-il, n’êtes-vous pas des environs de Heidelberg ?

» — Si fait, meinherr… je suis né bien près du beau château de Rothe, qui appartient maintenant aux associés de Mosès Geld.

» — Oh ! oh ! s’écria-t-il, le beau château de Rothe ne leur appartiendra pas longtemps désormais… non plus que le beau château de Bluthaupt !… Mais on dit que les gens de Heidelberg sont les premiers buveurs du monde, après les Hollandais de la vieille roche… Voulez-vous vous essayer contre moi, Monsieur le baron ?

» Je goûtai le Porto ; il était fort acceptable. Je répondis comme je le devais au défi courtois de l’honnête Fabricius.

» Il y avait déjà neuf bouteilles alignées au rebord de la table, que l’excellent homme ne bronchait pas encore. Il mangeait solidement et sans se presser. Il ne parlait plus guère, ce qui me donnait grande idée de son expérience, car la parole enivre presque autant que le vin.

» Moi, je ne m’étais pas ménagé le moins du monde au commencement du repas, et il me sembla que la dixième bouteille était double.

» J’eus peur et, pour la première fois de ma vie, l’idée me vint de tricher au jeu…

» Le valet batave m’avait attaché au cou une belle grande serviette. Tout en présentant mon verre, je lâchai légèrement le nœud, de manière à laisser un vide entre ma serviette et le menton.

» C’était grand dommage, en conscience, de perdre de si bon Porto ! mais il n’y avait pas à dire, deux verres de plus, j’étais roulé !

» Ma serviette, lâchée, formait une sorte de bec, à la hauteur de mon menton. Ce fut par là que je bus désormais, prodiguant à mon gilet et à ma chemise rasade sur rasade.

» Le vin coulait tout le long de ma poitrine… j’étais dans un bain de Porto… »

— Et le Van-Praët ne s’apercevait pas de cela ? interrompit Albert.

— Il y avait entre son œil, luisant comme une escarboucle, et ma toilette trempée, répondit Goëtz, la magnifique serviette de toile de Hollande… À dater de ce moment, comme vous pouvez croire, la lutte ne me fut pas très-rude à soutenir. L’honnête Fabricius y allait bon jeu, bon argent… À la onzième bouteille, il m’appelait son père… À la douzième il pleurait comme une fontaine, en m’avouant que les Anglais, depuis la révolution belge, venaient pêcher des huîtres jusque dans le port d’Ostende !… À la treizième il mit ses deux coudes sur la table, et me raconta comme quoi il avait fait de l’or jadis avec le vieux Gunther de Blutbaupt…

» Cette bonne histoire qu’il me confiait, seulement parce que j’étais son père, lui procurait un rire inextinguible. De ma vie, je n’avais vu Hollandais si heureux ! Il se prenait le ventre à deux mains ; il cachait son nez dans son verre et lançait au plafond sa serviette, que le valet batave ramassait religieusement.

» — Ah ! me dit-il enfin, énervé à force de rire, c’était le bon temps ! J’aimerais à revoir cette vieille masure de Bluthaupt… Mais vous voilà ivre comme un bourguemestre, Monsieur le baron !… Vous tournez sur vous-même et vous allez tomber !

» Mon gilet avala d’un trait une énorme rasade.

» — Oh ! oh !… dit Fabricius, puisque vous avez quatre mains vous pouvez bien boire dans deux verres… Mais j’aurais honte, moi, si j’étais ivre ainsi !

» — Ivre ou non, répondis-je, je parie que je vous gagne une partie d’écarté.

» — Holà ! Corneille ! s’écria-t-il en essayant vainement de se lever, des cartes, mon fils !… apporte des cartes… Je vais lui gagner sa chemise.

» On apporta des cartes. Van-Praët décacheta le paquet d’une main molle et tremblante.

» — Que voulez-vous jouer ? dit-il. Moi, je ne vous prends pas en traître… Je suis de sang-froid et vous êtes ivre.

» — Au diable ! m’écriai-je en feignant de chanceler, je n’ai jamais été si sain d’esprit… et je jouerais en ce moment mon nom de gentilhomme contre une pipe de vin de Xérès ?

» — Oh !… oh ! le brave compagnon, grommela Van-Praët ; quel dommage qu’il ait une si pauvre tête !

» — Ah çà ! répliquai-je, vous m’échauffez les oreilles, vieux Silène !

» Il se tenait les côtes, et grondait en oscillant sur son fauteuil.

» — Oh !… oh !… le voilà qui m’appelle vieil ivrogne !… Tu vas voir, Corneille… tout à l’heure il va me tutoyer !

» — Voyons, repris-je en frappant la table du poing, finissons-en !… Je suis riche, morbleu ! et vous aussi… nous sommes gens de bonne foi tous les deux… voulez-vous jouer votre signature contre la mienne ?

» Il battit des mains et poussa un grognement de joie.

» — Va chercher du papier. Corneille ! s’écria-t-il, du papier, une plume et de l’encre… Voilà un homme qui va sortir d’ici plus pauvre qu’un mendiant !

» Corneille mit sur la table tout ce qu’il fallait pour écrire, et nous signâmes tous deux une feuille de papier en blanc.

» Le bon Fabricius avait peine à se tenir en équilibre sur son siège ; ses yeux, rougis, lui sortaient de la tête.

» — Jouons vite, dit-il, car j’ai peur de vous voir tomber ivre-mort avant la fin de la partie.

» — Je donnai les cartes ; il fut deux bonnes minutes à regarder son jeu ; puis il écarta le roi et deux atouts.

» Je fis le premier point.

» Allume ma pipe. Corneille, dit-il ; ce pauvre homme ne sait pas jouer, et c’est pitié de lui gagner son argent…

» Après deux autres minutes d’efforts pénibles il parvint à me donner cinq cartes ; sa pipe mettait entre lui et moi un épais nuage de fumée.

» J’avais le roi, je fis la vole.

» — Vois, Corneille ! s’écria-t-il en retournant son verre vide dans sa large bouche ; voici déjà quatre points de faits !… ah ! ah ! que va devenir ce pauvre diable !

» Au coup suivant je fis le cinquième point.

» — Vous avez perdu, dis-je.

» — Ah !… ah !… ah ! murmura-t-il. Écoute-le, Corneille !… il dit que j’ai perdu… mets-le dans un bon lit et va chercher un médecin… ah ! ah ! les gens ivres !…

» Sa pipe s’échappa de sa main et roula par terre ; il ferma les yeux, après m’avoir lancé un dernier regard de souveraine compassion, et glissa de son fauteuil sur le carreau.

» Il n’était pas tombé tout à fait encore qu’on entendait déjà ses sonores ronflements.

» Je déchirai mon blanc-seing et je mis le sien dans mon portefeuille.

» Rentré à mon hôtel, je fis un petit paquet, composé de ce même blanc-seing, rempli à l’aide d’un pouvoir pour retirer les traites des mains de l’homme d’affaires, et de la lettre préparée par notre frère Otto.

» La poste n’était pas partie encore, j’adressai le tout à Paris… »



Féval - Le Fils du diable - Tomes 3-4 (page 177 crop).jpg