La vallée de la mort/03

Police Journal Enr (Aventures de cow-boys No. 4p. 7-9).

CHAPITRE III

L’INTERVIOU


La petite troupe approcha de la maison principale du ranch.

Soudain, J. B. freina de la bride son cheval.

Exhiba un de ses colts.

Tira un coup en l’air.

Et cria à pleins poumons :

— Royale police montée du nord-ouest. Arthur Cabby, sortez et les cowboys dans la bunkhouse et tout le personnel, sortez aussi.

Aux 2 mots magiques : POLICE MONTÉE, tout le monde obéit.

Cabby le père sortit sur sa galerie.

Baptiste prit un écu d’argent.

Le lança en l’air.

Tira dessus de son colt.

La pièce de monnaie tomba aux pieds du rancher…

Cabby…

— Oui, police montée.

— Ramasse l’écu.

Comme médusé, le rancher obéit.

— Y a-t-il un trou dedans ?

— Où ?

— Au centre.

— En plein centre ?

— Oui.

Verchères jeta un regard sur la foute.

Et dit :

— Après cette démonstration anodine, je vous conseille, mes braves, d’y penser à 2 fois avant de pointer une arme à feu sur moi.

Brusquement Arthur Cabby lui demanda :

— Que voulez-vous, police montée ?

— La vérité.

— Hein ?

— Je m’explique : Avez-vous brisé la clôture des Rioux ?

— Non.

— Avez-vous fait tuer des boucs et des chèvres par un de vos taureaux ?

— Non.

Baptiste, dit railleur :

— Vous ne mentiriez pas par hasard… ?

— NON.

— Très bien, j’accepte momentanément votre parole. Vous connaissez la loi de l’ouest, vous savez que si vous répétez ce que vous prétendez n’avoir point fait, vous mourrez probablement pendu par un possé à une branche d’arbre… Messieurs, j’ai bien l’honneur de vous saluer.

Suivi de sa petite troupe, Verchères s’éloigna…