Ouvrir le menu principal

Horace (Sand)/Chapitre 25

◄  XXIV.
XXVI.  ►

XXV.

Le choléra fit assez de ravages dans la ville voisine de nos campagnes ; mais il ne passa point la rivière, et les habitants de la rive gauche, desquels nous faisions partie, furent préservés. Dans l’attente d’une irruption toujours possible, je restai dans ma petite propriété, voyant tous les jours la famille de Chailly, dont le château était situé à la distance d’un quart de lieue, et veillant avec sollicitude sur ma vieille amie la comtesse, et sur ses petits-enfants dont elle était beaucoup plus occupée que leur mère, la merveilleuse vicomtesse Léonie. Cette dernière, quoique fort bienveillante pour moi dans ses manières, me déplaisait de plus en plus. Ce n’est pas qu’elle manquât d’esprit, ni de caractère. Elle avait certaines qualités brillantes à l’extérieur, qui attiraient également les gens très-affectés et les gens très-ingénus : ceux-ci, la prenant de bonne foi pour la femme supérieure qu’elle voulait être, et ceux-là souscrivant à ses prétentions, moyennant une convention tacite, passée avec elle, d’être reconnus pour hommes supérieurs eux-mêmes. Elle avait à Chailly comme à Paris, une petite cour assez ridicule, et même plus ridicule qu’à Paris ; car elle la recrutait de plusieurs gentilshommes campagnards, élégants frelatés dont elle se moquait cruellement avec les élégants de meilleur aloi qu’elle avait amenés de Paris. Ces pauvres jeunes gens du cru se guindaient pour être à la hauteur de son bel esprit, et n’en étaient que plus sots ; mais ils montaient à cheval avec elle, la suivaient à la chasse, bourdonnaient sur sa piste ; où papillonnaient autour de son étrier, sans s’apercevoir qu’ils n’étaient accueillis que pour faire nombre au cortège, et afin que les femmes de la province eussent à dire, avec dépit, que la vicomtesse accaparait tous les hommes du département.



Ils partirent en assez bonne intelligence. (Page 75.)

La comtesse, habituée à la haute tolérance de la bonne compagnie, menait une vie à part dans le château. Elle surveillait les enfants, les précepteurs et gouvernantes, les travaux de la terre et l’ordre de la maison. Alerte et vigilante, malgré son grand âge, elle était si nécessaire à l’indolente Léonie, qu’elle en obtenait des égards et des gracieusetés où l’affection n’entrait cependant pour rien. Le vicomte, son fils, était un personnage fort nul, indulgent par insouciance, et très-disposé à tout permettre à sa femme à condition qu’elle ne le gênerait en rien. Riche et borné, il était plus occupé à dépenser son bien avec des demoiselles de l’Opéra qu’à le faire prospérer avec sa mère. Il était presque toujours à Paris, et, pour se faire pardonner ses absences un peu équivoques, il s’acquittait scrupuleusement des nombreuses emplettes de toilette dont le chargeait la vicomtesse. C’était là le véritable lien conjugal entre eux, et le secret de leur bonne intelligence. Le pauvre homme aimait ses enfants instinctivement, et sa mère avec plus de tendresse qu’il n’en avait jamais eu pour personne ; mais il ne la comprenait pas, et il était incapable de donner à ses enfants une bonne direction. Tout dans cette famille respirait extérieurement l’union et l’harmonie, quoique en réalité ce ne fût pas une famille, et que, sans le dévouement absolu et infatigable de la veille femme qui en était le chef et la providence, il n’eût pas été possible aux autres de vivre vingt-quatre heures sous le même toit.

J’étais depuis peu de jours dans le pays, lorsque je reçus un billet d’Horace, daté de sa petite ville, « Ma mère est sauvée, me disait-il. Je retourne à Paris la semaine prochaine ; je passe à vingt lieues de chez vous. Si vous y êtes encore, je puis faire un détour et aller causer avec vous quelques heures sous les tilleuls qui vous ont vu naître. Un mot, et je trace mon itinéraire en conséquence. »

Eugénie fit une petite moue quand je lui dis que j’avais répondu à ce billet par une invitation empressée ; mais lorsque Horace arriva, elle ne lui en fit pas moins les honneurs de notre humble manoir avec l’obligeance digne et simple dont elle ne pouvait se départir.

Madame Dumontet n’avait pas été aussi gravement malade que son mari l’avait écrit à Horace sous l’influence d’une première inquiétude. Le choléra n’avait pas été par là, et Horace avait trouvé sa mère presque rétablie ; mais il n’avait pu s’arracher tout à coup des bras de ses parents, et s’il eût voulu les croire, il aurait passé avec eux le reste de l’été.

« Mais cette petite ville m’est devenue intolérable, dit-il, et j’ai senti cette fois plus vivement que jamais que j’en ai fini avec mon pauvre pays. Quelle existence, mon ami, que cette économie sordide à l’abri de laquelle on végète là, sans honneur, sans jouissance et sans utilité ! Quelles gens que ces provinciaux, envieux, ignares, encroûtés et vains ! S’il me fallait rester parmi eux trois mois entiers, je vous jure que je me brûlerais la cervelle. »

Le fait est que les habitudes modestes, l’esprit de contrôle un peu taquin, et l’obscurité un peu forcée des petites villes, étaient inconciliables avec les goûts et les besoins que l’éducation avait créés à Horace. Ses bons parents avaient tout fait pour qu’il en fût ainsi, et cependant ils étaient naïvement stupéfaits du résultat de leur ambition. Ils ne comprenaient rien aux énormes dépenses de ce jeune homme qu’ils voyaient si dédaigneux des plaisirs de leur endroit, le bal public, le café, les actrices ambulantes, la chasse, etc. Ils s’affligeaient de l’ennui mortel qui le gagnait auprès d’eux, et qu’il n’avait pas la force de leur cacher. Son intolérance pour leur prudence en matière de politique, son mépris acerbe pour leurs vieux amis, son dégoût devant les caresses et les avances des parents campagnards, sa mélancolie sans cause avouée, ses déclamations contre le siècle de l’argent (avec de si grands besoins d’argent), son humeur sombre et inégale, ses mystérieuses réticences lorsqu’il était question de femmes, d’amour ou de mariage, c’étaient là autant de chagrins profonds et dévorants pour eux, et surtout pour la pauvre mère, qui voulait découvrir en lui quelque cause de malheur exceptionnel, inouï, ne voyant pas que les autres enfants de sa province, élevés comme lui, maudissaient comme lui leur sort.

Quelques heures d’entretien avec Horace m’apprirent toute l’anxiété de sa famille, tout l’ennui qu’il en avait ressenti, et tous les torts qu’il avait eus, quoiqu’il ne me les avouât qu’en les présentant comme des conséquences inévitables de sa position. Il était obsédé des questions inquiètes que son père s’était permis de lui faire sur ses études et sur ses projets. Il était supplicié par les recommandations et les instances de sa mère, relativement à son travail et à sa dépense. Enfin, après avoir récriminé, déclamé, pleuré de rage et de tendresse en me peignant l’amour aveugle et inintelligent des chers et insupportables auteurs de ses jours, il conclut à un besoin immodéré de se distraire, afin de secouer tous ses dégoûts, et il me demanda de le mener au château de Chailly, où il avait appris qu’une belle partie de chasse se préparait.

Une heure après, il fut invité par la comtesse elle-même, qui vint, au milieu de sa promenade, se reposer un instant chez moi, comme elle le faisait souvent. Elle avait compris Eugénie au premier coup d’œil, et avait conçu pour elle une bienveillante sympathie. Horace fut frappé de l’amicale familiarité avec laquelle cette grande dame s’assit auprès de la fille du peuple, de la maîtresse du carabin, et lui parla simplement et affectueusement. Il remarqua aussi le bon sens et la dignité qu’Eugénie mit dans cet entretien avec la comtesse. À partir de ce jour il eut pour elle un respect qui se démentit rarement, et abjura presque toutes ses anciennes préventions.

L’arrivée d’Horace au château fut une bonne fortune pour la vicomtesse, qui commençait à s’ennuyer de son entourage, et qui se souvenait d’avoir trouvé de l’esprit et de l’originalité à ce jeune homme. Elle lui fit d’agréables reproches de l’avoir négligée à Paris.

« Vous avez trouvé notre maison ennuyeuse, lui dit-elle avec ce ton où la flatterie tenait de si près à la moquerie qu’il était difficile de savoir jamais laquelle des deux l’emportait ; nous le serons peut-être moins ici ; et d’ailleurs à la campagne, on est moins difficile.

— C’est cette considération qui m’a donné le courage de me présenter devant vous, Madame, » répondit Horace avec une humilité impertinente qui ne fut pas mal reçue.

La vicomtesse ne se connaissait pas plus en véritable esprit qu’en véritable mérite. Elle ne cherchait dans un homme qu’une seule capacité, celle qui consiste à savoir louer et aduler une femme. Au premier coup d’œil elle se rendait compte de l’effet qu’elle pouvait produire sur l’esprit d’un nouveau venu ; et s’il n’y avait pas de prise pour elle sur cet esprit-là, elle ne se donnait point de peine inutile, et le traitait tout de suite en ennemi. En cela consistait tout son tact. Elle ne se compromettait vis-à-vis de personne, et ne reculait devant aucune inimitié. Elle savait se faire assez de partisans pour ne pas craindre les adversaires. Pour juger les hommes qui l’approchaient, elle n’avait donc qu’un poids et qu’une mesure : quiconque ne l’appréciait pas était tenu, sans retour et sans appel, pour un butor, un cuistre ou un sot ; quiconque la remarquait et cherchait à se faire remarquer par elle, était noté et enrôlé d’avance dans la brigade de ses favoris ou de ses protégés. Les manières timides, l’émotion d’un jeune adorateur, lui plaisaient ; mais l’audace d’un fat entreprenant lui plaisait davantage. Froide et maladive, elle ne pouvait pas être tout à fait galante ; mais elle était coquette et dissolue à sa manière, et donnait de prétendus droits sur son cœur, toutes sortes d’espérances, et de minces faveurs, à plusieurs hommes à la fois, tout en ayant l’habileté de faire croire à chacun, qu’il était le premier et le dernier qu’elle eût aimé ou qu’elle dût aimer. Comme il n’est point de méchant caractère qui n’ait, comme on dit, les qualités de ses défauts, on pouvait dire, à sa louange, qu’elle n’avait pas d’hypocrisie avec le monde, et qu’elle n’affectait pas les principes qu’elle n’avait pas. Elle montrait beaucoup d’indépendance dans ses idées et d’excentricité dans sa conduite. Elle ne croyait à aucune vertu ; mais, ne blâmant aucun vice, elle parlait des autres femmes avec plus de loyauté que ne le font ordinairement les femmes du monde. Elle le faisait sans ménagement et sans malice, ne se piquant pas de pudeur à cet égard, et n’en ayant pas plus que de passion.

Horace ne songea pas même à douter de cette supériorité féminine qui recherchait son hommage. Il l’accepta d’emblée, non-seulement parce qu’elle était riche, patricienne, courtisée et parée, et que tout cela était neuf et séduisant pour lui, mais encore parce qu’il avait absolument la même manière de juger les gens, et de les prendre, comme elle, en affection ou en antipathie selon qu’il était goûté ou dédaigné. Dès le premier jour où le regard de la vicomtesse avait croisé le sien, ce mutuel besoin de l’admiration d’autrui qui les possédait s’était manifesté. Leurs vanités réciproques s’étaient prises corps à corps, se défiant et s’attirant comme deux champions avides de mesurer leurs forces et de se glorifier aux dépens l’un de l’autre.

La vicomtesse songea toute la nuit aux trois toilettes qu’elle ferait le lendemain. D’abord elle apparut dès le matin sur le perron, en robe de chambre si blanche, si fine, si flottante, qu’elle rappelait Desdemona chantant la romance du Saule. Puis, pendant qu’on apprêtait les chevaux, elle se costuma en amazone du temps de Louis xiii, risquant une plume noire sur l’oreille, qui eût été de mauvais goût au bois de Boulogne, et qui était fort piquante et fort gracieuse au fond des bois de Chailly. Au retour de la chasse, elle fit une toilette de campagne d’un goût exquis, et se couvrit de tant de parfums qu’Horace en eut la migraine.

Quant à lui, il s’était levé avant le jour pour s’équiper en chasseur convenable, et grâce à ma garde-robe, il s’improvisa un costume qui ne sentait pas trop le basochien de Paris. Je le prévins que mon cheval était un peu vif, et l’engageai à le traiter doucement. Ils partirent en assez bonne intelligence ; mais quand le cavalier fut sous le feu des regards de la châtelaine, il ne tint compte de mes avis, et eut de rudes démêlés avec sa monture. La galerie remarqua qu’il ne savait nullement gouverner un cheval.

« Vous montez en casse-cou, mon cher, lui cria familièrement le comte de Meilleraie, adorateur principal de la vicomtesse ; vous vous ferez écraser contre la muraille. »

Horace trouva la leçon de mauvais goût, et, pour prouver qu’il la méprisait, il fit cabrer son cheval avec rage. Il était hardi et solide, quoiqu’il eût peu de leçons de manège, et sachant bien qu’il ne pouvait lutter d’art et de science avec les écuyers expérimentés et pédants qui entouraient la vicomtesse, il voulut du moins les éclipser par son audace. Il réussit à effrayer la dame de ses pensées, au point qu’elle le supplia en pâlissant d’avoir plus de prudence. L’effet était produit, et le triomphe d’Horace sur tous ses rivaux fut assuré. Les femmes prisent plus le courage que l’adresse. Les hommes soutinrent que c’était un genre détestable, et qu’aucun d’eux ne voudrait prêter son cheval à un pareil fou ; mais la vicomtesse leur dit qu’aucun d’eux n’oserait faire de pareilles folies et risquer sa vie avec autant d’insouciance. Comme elle voyait fort bien que toute cette crânerie d’Horace était en son honneur, elle lui en sut un gré infini, et s’occupa de lui seul tout le temps de la chasse. Horace l’y aida merveilleusement en ne la quittant presque pas, et en montrant pour la chasse en elle-même toute l’indifférence qu’il y portait. Il ne savait pas plus chasser que manier un cheval, et comme il n’y eût fait que des fautes, il affecta un profond mépris pour cette passion grossière.

« Pourquoi êtes-vous donc venu ? lui dit madame de Chailly, qui voulait provoquer une réponse galante.

— J’y viens pour être auprès de vous, » répondit-il sans façon.

C’était plus que n’avait attendu la vicomtesse. Mais les circonstances servaient bien Horace ; car cette brusque déclaration qu’il lui jetait à la tête, et qu’un peu plus de savoir-vivre lui eût fait tourner plus délicatement, sembla à celle qui la recevait l’effet d’une passion violente et prête à tout oser. Cette femme, d’une beauté contestable et d’un cœur problématique, n’avait jamais été aimée. On l’avait attaquée et poursuivie par curiosité ou par amour-propre. Jamais on ne l’avait désirée, et elle ne désirait rien tant elle-même que d’inspirer un amour emporté, dût-il compromettre la réputation de délicatesse, de goût et de fierté qu’elle avait travaillé à se faire. Elle espérait peut-être qu’un tel amour éveillerait en elle les émotions d’un enthousiasme qu’elle ne connaissait pas. Mais ce qu’il y a de certain, c’est que son imagination était satisfaite à tous autres égards ; que sa vanité était blasée sur les triomphes de l’esprit et de la coquetterie, et qu’elle n’avait jamais éprouvé les transports que la beauté allume et que la passion entretient. Elle était lasse d’adulations, de soins et de fadeurs. Elle voulait voir faire des folies pour elle ; elle voulait, non plus de l’excitation, mais de l’enivrement, et Horace semblait tout disposé à ce rôle d’amant furieux et téméraire dont la nouveauté devait faire cesser la langueur et l’ennui des vulgaires amours.

Cette pauvre femme avait eu cependant un ami dans sa vie, et elle l’avait conservé. C’était le marquis de Vernes, qui, à l’âge de cinquante ans, avait été son premier amant. Il y avait de cela une vingtaine d’années, et le monde ne l’avait pas su, ou n’en avait jamais été certain. Ami de la maison, ce roué habile avait profité des premiers sujets de dépit que l’infidélité du vicomte de Chailly avait donnés à sa femme. Il avait été le confident des chagrins de Léonie, et il en avait abusé pour séduire une enfant sans expérience, qui le regardait comme un père et se fiait à lui. Jusque-là cette infortunée n’avait eu d’autre défaut que la vanité ; cet affreux début dans la vie, avec un vieux libertin, développa des vices dans son cœur et dans son intelligence. Elle eut horreur de sa chute, se sentit avilie, et se crut perdue à jamais, si, à force de science et de coquetterie, elle ne parvenait à s’en relever. Le marquis l’y aida ; non qu’il fût accessible au remords, mais parce que, dans l’espèce de morale qu’il s’était faite de ses vices, il tenait à honneur de ne pas flétrir une femme aux yeux du monde et aux siens propres. C’était un homme singulier, mystérieux, profond en ruses, et d’une dissimulation froide, au milieu de laquelle régnait une sorte de loyauté. Né pour la diplomatie, mais éloigné de cette carrière par les événements de sa vie, il avait fait servir sa puissance secrète à satisfaire ses passions, non sans vanité, du moins sans scandale. Par exemple, il se piquait d’être ce que les femmes du monde appellent un homme sûr ; et bien qu’à son regard doucereusement cynique, à ses propos délicatement obscènes, à son ton finement dogmatique en matière de galanterie, on reconnût en lui le libertin supérieur, le débauché de premier ordre, jamais le nom d’une de ses maîtresses, fût-elle morte depuis quarante ans en odeur de sainteté, ne s’était échappé de ses lèvres ; jamais une femme n’avait été compromise par lui. Éconduit, il ne s’était jamais plaint ; trahi, il ne s’était jamais vengé. Aussi le nombre de ses conquêtes avait été fabuleux, quoiqu’il eût toujours été fort laid. N’aimant point par le cœur, et sachant bien qu’il ne devait ses triomphes qu’à son adresse, il n’avait jamais été aimé ; mais partout il s’était rendu nécessaire, et avait conservé ses droits plus longtemps que ne le font les hommes qu’on aime, et qui nuisent à la réputation et au repos. Tant qu’il désirait, il était le persécuteur le plus dangereux du monde, et fascinait par une audace persévérante et glacée. Dès qu’il possédait, il redevenait non-seulement inoffensif, mais encore utile et précieux. Il se conduisait généreusement, faisait les actes du dévouement le plus délicat, travaillait à réparer l’existence de la femme qu’il avait souillée, en un mot, relevait en public, par sa tenue, ses discours et sa conduite, la réputation de celle qu’il avait perdue en secret. Il faisait tout cela froidement, systématiquement, soumettant toutes ses intrigues à trois phases bien distinctes, tromper, soumettre et conserver. Au premier acte, il inspirait la confiance et l’amitié ; au second, la honte et la crainte ; au troisième, la reconnaissance et même une sorte de respect : bizarre résultat de l’amour à la fois le plus déloyal et le plus chevaleresque qui soit jamais passé par une cervelle humaine.

La vicomtesse Léonie avait été une des dernières victimes du marquis. Désormais elle était la femme à laquelle il se montrait le plus dévoué. Le drame immonde de la séduction avait été aussi plus sérieux pour lui, avec elle, qu’avec la plupart des autres. Il n’avait pas trouvé chez elle le moindre entraînement, et il avait été forcé d’attaquer et de flatter sa vanité, plus ingénieusement et plus patiemment peut-être qu’il ne l’avait fait de sa vie. Sa triste victoire avait excité chez Léonie un dégoût profond, un ressentiment amer, voisin de la haine et de la fureur. Elle l’avait menacé de dévoiler sa conduite à sa famille, de demander vengeance à son mari, même de se faire justice elle-même en le poignardant. Cette réaction violente n’était pas chez elle l’effet de la vertu outragée, mais celui de la vanité blessée et humiliée. Elle, si hautaine et si éprise d’elle-même, appartenir à un homme vieux, laid et froid ! Elle en faillit mourir, et ce fut là le plus grand chagrin de sa vie. Le marquis en fut effrayé, effrayé, lui qui ne l’avait jamais été ; aussi travailla-t-il à la rassurer et à la relever à ses propres yeux avec un soin et un zèle qui dépassaient tous ses miracles précédents en ce genre. Pour rien au monde il n’eût voulu laisser dans une âme si dédaigneuse et si vindicative un souvenir odieux. Il alla jusqu’à jouer le remords, le désespoir et la passion, et il le fit si bien, que la vicomtesse crut être le premier amour de ce vieillard blasé. Son premier soin fut de lui trouver et de lui donner un amant qui consolât son amour-propre, et il y parvint sans que cet homme se doutât de son plan et s’aperçût de son concours. Léonie ne savait pas que le marquis avait agi ainsi avec toutes les femmes dont il avait voulu rester l’ami ; et puis il fit pour elle cette différence, qu’avec les autres il avait parlé en philosophe du dix-huitième siècle, et qu’avec elle il parla en héros du dix-neuvième. Il feignit de se sacrifier, de s’arracher le cœur en se donnant un rival ; et comme elle aimait à se croire capable d’inspirer un sentiment sublime, elle accepta le rôle nouveau qu’il venait de créer pour elle. De son côté, il y goûta le plaisir d’inspirer une reconnaissance exaltée ; et ils jouèrent ensemble cette comédie tout le reste de leur vie. Il fut le confident résigné de tous ses caprices et l’entremetteur sentimental de toutes ses intrigues. Trop vieux désormais pour prétendre au partage, il s’en consola en se voyant prôné et cajolé ouvertement par une femme qui eût rougi d’avouer l’origine de leur intimité, mais qui le déclarait l’homme le plus remarquable, le plus grand esprit, et le plus beau caractère qu’elle eût jamais rencontré. Les femmes de seconde et de troisième jeunesse, qui avaient connu le marquis à leurs dépens, n’étaient pas dupes de cette amitié filiale ; mais elles ne se vantaient pas d’en avoir deviné la cause ; et lorsqu’il arrivait à quelqu’une d’entre elles de dire amen à tous les éloges que décernait Léonie au marquis, c’était quelque chose d’assez curieux que la contenance chaste et calme de ces deux femmes qui espéraient se tromper réciproquement, et qui savaient très-bien l’amer secret l’une de l’autre.

Il ne fallut qu’une journée au marquis pour deviner le penchant de la vicomtesse pour Horace. Comme, au point de vue de la prudence, qui est toute la morale du monde, il ne lui avait jamais donné que de bons conseils, il vit d’abord cette inclination d’un mauvais œil. Il ne pouvait pas suivre la chasse ; mais il lut sur le front du jeune roturier, lorsqu’au retour celui-ci aida la vicomtesse à descendre de cheval, que ses espérances avaient couru le grand galop. Il pénétra dans les appartements de Léonie pendant qu’elle se faisait coiffer par une de ces soubrettes comme il en reste peu, devant lesquelles on ne se gêne pas. Assister à la toilette des dames était un privilège de l’ancien régime auquel l’âge du marquis l’autorisait encore.

« Ah ça ! ma chère enfant, dit-il à Léonie, j’espère que si vous vous coiffez pour ce beau brun qui nous est tombé des nues, vous n’allez pas du moins vous coiffer de lui. C’est un garçon de bonne mine, et qui cause bien, j’en tombe d’accord ; mais c’est un homme qui ne vous convient pas.

— Comme je suis habituée à vos plaisanteries, je ne me défendrai pas de cette supposition, répondit la vicomtesse en riant ; mais dites-moi toujours pourquoi cet homme-là ne me conviendrait pas.

— Vous le savez bien, vous la femme la plus clairvoyante et la plus perspicace de la terre.

— Ma perspicacité ne m’a rien dit ; car je n’ai pas fait à lui la moindre attention.

— En ce cas, je vais vous le dire, reprit le marquis, à qui ce mensonge n’en imposait nullement : ce monsieur-là est un homme de rien, un être commun, une espèce en un mot.

— Cher ami, ceci n’a pas de sens pour moi, dit la vicomtesse ; vous oubliez toujours que je date mes opinions et mes idées d’après la révolution.

— Je date d’auparavant, et je n’ai cependant pas plus de préjugés que vous, ma chère vicomtesse ; mais il y a des faits, et je les observe. Les gens d’une certaine classe peuvent avoir des qualités qui nous manquent ; mais ils ont aussi des défauts que nous n’avons pas, et qui ne peuvent pas transiger avec les nôtres. Je ne leur refuse ni le talent, ni l’instruction, ni l’énergie ; mais je leur refuse positivement le savoir-vivre.

— Est-ce que ce garçon en a manqué ? dit la vicomtesse d’un air distrait ; je n’y ai pas pris garde.

— Il n’en a pas manqué encore ; il n’en manquera pas, tant qu’il ne s’agira que de se tenir parmi vos humbles serviteurs. Il ne pourrait, dans cette situation, que manquer parfois d’usage, et vous savez que je n’attache pas d’importance à de telles misères ; mais si vous l’éleviez à une hauteur pour laquelle il n’est point fait, vous le verriez bientôt, comme tous ses pareils en pareil cas, manquer de tact, de réserve, de goût et de tenue, et vous auriez bientôt à rougir de lui.

— Mais vraiment, s’écria la vicomtesse avec un rire forcé, vous en parlez comme d’une chose arrêtée dans ma pensée, et je n’ai pas seulement songé à regarder comment il a le nez fait. »

Horace avait dans le marquis un dangereux adversaire, et, s’il s’en fût douté, il l’aurait certainement indisposé encore plus par sa hauteur et ses bravades. Mais le pauvre enfant était trop candide pour soupçonner l’empire qu’exerçait le vieux roué sur l’esprit de sa belle vicomtesse. Il s’en méfiait si peu, qu’il céda à cette bienveillante admiration que lui inspiraient les gens de qualité. Malgré tout son républicanisme, Horace était aristocrate dans l’âme. On pouvait lui appliquer le mot pittoresque du Misanthrope : « La qualité l’entête. » Il éprouvait pour ce monde-là une tolérance politique sans bornes, une sympathie de nature. Il ne pouvait voir un crime dans les habitudes d’élévation et de grandeur, lui qui était dévoré du besoin de ces choses, et qui se sentait fait pour en prendre sa part. Il admirait donc la bonne compagnie sans la respecter ; il désirait s’y mettre à l’unisson par ses manières, et il s’y essayait avec la pleine confiance d’y réussir bien vite. Cette facilité à se transformer, cette absence de raideur et de crainte, lui donnaient véritablement un grand charme. Il faisait vingt gaucheries dont pas une ne déplaisait, parce qu’il s’en apercevait le premier et en riait de bonne grâce, ne demandant pas pardon d’ignorer ce qu’on ne lui avait pas appris, déclarant à qui voulait l’entendre qu’il n’avait jamais vu le monde, et ne montrant ni fausse honte ni sot orgueil. Le laisser-aller de la campagne venait à son secours. La vicomtesse affectait de pousser ce sans-gêne aussi loin qu’il était possible, et de friser le mauvais ton dans son enjouement avec une mesure toujours exquise. Elle riait de tout son cœur des maladresses du nouveau venu, après les avoir bien provoquées ; mais elle n’en riait que devant lui et avec lui ; et il mettait de son côté tant de bonhomie et d’ouverture de cœur, que, malgré toutes les préventions de l’entourage, il gagna en un jour toutes les sympathies, même celle du comte de Meilleraie, qui ne prit de lui aucun ombrage, se confiant dans la supériorité de ses belles manières. Par malheur, le comte attribuait à ces manières une importance dont la vicomtesse ne faisait plus aucun cas depuis douze heures. Horace était cent fois plus aimable, avec sa tenue étourdie et dégagée, que le comte avec son dandysme et son dandinage. Ce dernier mot fut celui dont elle se servit pour expliquer à Horace, qui le lui demandait naïvement, ce que signifiait littéralement le premier.

Malgré la fatigue de la journée, on veilla longtemps au salon ; à minuit on prit le thé, et à deux heures du matin on causait encore avec animation autour de la table chargée de fruits et de friandises sur lesquels Horace faisait main basse sans cérémonie. Le comte de Meilleraie, qui savait combien Léonie était romantique (au point de déclarer que lord Byron, qu’elle n’avait jamais vu, était le seul homme qu’elle eût aimé), se réjouissait de voir celui qui l’avait inquiété le matin se présenter sous un aspect aussi prosaïque. Il le bourrait de pâtisseries et de confitures, enchanté de voir la vicomtesse rire aux éclats de cette voracité d’écolier, et plein d’amicale gratitude pour Horace, qui se prêtait si bien à ce rôle d’homme sans conséquence. Mais la vicomtesse riait pour la première fois de sa vie sans ironie ; elle comprenait qu’Horace se dévouait à la divertir pour être admis, n’importe à quel prix, dans son intimité. Elle l’avait entendu parler mieux qu’aucun des hommes par lesquels il se laissait maintenant plaisanter ; elle l’avait vu à la chasse franchir des fossés et des barrières devant lesquels tous avaient reculé, parce qu’il y avait en effet dix chances contre une de s’y briser. Elle savait donc qu’il était supérieur à eux tous en esprit et en courage. Avec ces avantages-là, accepter le dernier rôle pour lui faire plaisir, c’était, selon elle, un acte de dévouement admirable et la preuve d’un amour sans bornes.