Ouvrir le menu principal

◄  XVI.
XVIII.  ►

XVII.

Horace n’était pas réellement jaloux d’Arsène au point d’être inquiet des sentiments de Marthe pour lui, mais il craignait qu’il n’y eût entre eux, dans le passé, un engagement plus intime qu’elle ne voulait l’avouer. Il pensait que, pour être si fidèlement dévoué à une femme qui vous sacrifie, il fallait conserver, ou une espérance, ou une reconnaissance bien fondée ; et ces deux suppositions l’offensaient également. Depuis qu’Eugénie lui avait révélé tout le dévouement d’Arsène, il avait pris encore plus d’ombrage. Ainsi qu’il l’avait naïvement avoué, il était blessé d’un parallèle qui ne lui était pas avantageux dans l’esprit d’Eugénie, et qui lui deviendrait funeste dans celui de Marthe, s’il devait être continuellement sous ses yeux. Et puis notre entourage voyait confusément ce qui se passait entre eux. Ceux qui n’aimaient pas Horace se plaisaient à douter de son triomphe, du moins ils affectaient devant lui de croire à celui d’Arsène. Ceux qui l’aimaient blâmaient Marthe de ne pas se prononcer ouvertement pour lui en chassant son rival, et ils le faisaient sentir à Horace. Enfin, d’autres jeunes gens qui, n’étant pour nous que de simples connaissances, ne venaient pas chez nous et jugeaient de nous avec une légèreté un peu brutale, se permettaient sur Marthe ces propos cruels que l’on pèse si peu et qui se répandent si vite. Obéissant à cette jalousie non raisonnée que l’on éprouve pour tout homme heureux en amour, ils rabaissaient Marthe, afin de rabaisser le bonheur d’Horace à leurs propres yeux. Plusieurs de ceux-là, qui avaient fait la cour à la beauté du café Poisson, se vengeaient de n’avoir pas été écoutés, en disant que ce n’était pas une conquête si difficile et si glorieuse, puisqu’elle écoutait un hâbleur comme Horace. Quelques-uns même disaient qu’elle avait eu pour amant son premier garçon de café. Enfin, je ne sais quel esprit fut assez bas, et quelle langue assez grossière, pour émettre l’opinion qu’elle était à la fois la maîtresse d’Arsène, celle d’Horace et la mienne.

Ces calomnies n’arrivèrent pas alors jusqu’à moi ; mais on eut l’imprudence de les répéter à Horace. Il eut la faiblesse d’en être impressionné, et il ne songea bientôt plus qu’à éblouir et terrasser ses détracteurs par une démonstration irrécusable de son triomphe sur tous ses rivaux vrais ou supposés. Il tourmenta Marthe si cruellement qu’il lui fit un crime et un supplice de la vie tranquille et pure qu’elle menait auprès de nous. Il voulut qu’elle se montrât seule avec lui au spectacle et à la promenade. Ces témérités affligeaient Eugénie, et ne lui paraissaient que d’inutiles bravades contre l’opinion. Tout ce qu’elle tentait pour empêcher son amie de s’y prêter poussait à bout l’impatience et l’aigreur d’Horace.

« Jusqu’à quand, disait-il à Marthe, resterez-vous sous l’empire de ce chaperon incommode et hypocrite, qui se scandalise dans les autres de tout ce qui lui semble personnellement légitime ? Comment pouvez-vous subir les admonestations pédantes de cette prude, qui n’est pas sans vues intéressées, j’en suis certain, et qui regarde comme l’amant préférable celui qui peut donner à sa maîtresse le plus de bien-être et de liberté ? Si vous m’aimiez, vous la réduiriez promptement au silence, et vous ne souffririez pas qu’elle m’accusât sans cesse auprès de vous. Puis-je être satisfait quand je vois ce tiers indiscret s’immiscer dans tous les secrets de notre amour ? Puis-je être tranquille lorsque je sais que votre unique amie est mon ennemie jurée, et qu’en mon absence elle vous aigrit et vous met en garde contre moi ? »

Il exigea qu’elle éloignât tout à fait Paul Arsène, et il y eut dans cette expulsion qu’il lui imposait quelque chose de bien particulier. Il craignait beaucoup le ridicule qui s’attache aux jaloux, et l’idée que le Masaccio pourrait se glorifier de lui avoir causé de l’inquiétude lui était insupportable. Il voulut donc que Marthe agît comme de propos délibéré et sans paraître subir aucune influence étrangère. Il rencontra de sa part beaucoup d’opposition à cette exigence injuste et lâche ; mais il l’y amena insensiblement par mille tracasseries impitoyables. Elle n’avait plus le droit de serrer la main de son ami, elle ne pouvait plus lui sourire. Tout devenait crime entre eux : un regard, un mot, lui étaient reprochés amèrement. Si Arsène, obéissant à une habitude d’enfance, la tutoyait en causant, c’était la preuve flagrante d’une ancienne intrigue entre eux. Si, lorsque nous nous promenions tous ensemble, elle acceptait le bras d’Arsène, Horace prenait un prétexte ridicule, et nous quittait avec humeur, disant tout bas à Marthe qu’il ne se souciait pas de passer pour l’antagoniste de Paul, et que c’était bien assez de succéder à un M. Poisson, sans partager encore avec son laquais. Quand Marthe se révoltait contre ces persécutions iniques, il la boudait durant des semaines entières ; et l’infortunée, ne pouvant supporter son absence, allait le chercher, et lui demander pour ainsi dire pardon des torts dont elle était victime. Mais si elle offrait alors d’avoir une franche explication avec le Masaccio, avant de le renvoyer :

« C’est cela, s’écriait Horace, faites-moi passer pour un fou, pour un tyran ou pour un sot, afin que M. Paul Arsène aille partout me railler et me diffamer ! Si vous agissez ainsi, vous me mettrez dans la nécessité de lui chercher querelle et de le souffleter, quelque beau matin, en plein café. »

Épuisée de cette lutte odieuse, Marthe prit un jour la main d’Arsène, et la portant à ses lèvres :

« Tu es mon meilleur ami, lui dit-elle, tu vas me rendre un dernier service, le plus pénible de tous pour toi, et surtout pour moi. Tu vas me dire un éternel adieu. Ne m’en demande pas la raison ; je ne peux pas et je ne veux pas te la dire.

— C’est inutile, j’ai deviné depuis longtemps, répondit Arsène. Comme tu ne me disais rien, je pensais que mon devoir était de rester tant que tu semblerais désirer ma protection. Mais puisqu’au lieu de t’être utile, elle te nuit, je me retire. Seulement, ne me dis pas que c’est pour toujours, et promets-moi que quand tu auras besoin de moi, tu me rappelleras. Tu n’auras qu’un mot à dire, mot à dire, un geste à faire, et je serai à tes ordres. Tiens, Marthe, si tu veux, je passerai tous les jours sous ta fenêtre : tu n’as qu’à y attacher un mouchoir, un ruban, un signe quelconque, le même jour tu me verras accourir. Promets-moi cela. »



Cette femme, c’était Marthe. (Page 45.)

Marthe le promit en pleurant ; Arsène ne revint plus. Mais ce n’était pas assez pour satisfaire l’orgueil d’Horace. Un jour que, suivant sa coutume, il avait emmené Marthe chez lui, nous l’attendîmes en vain pour souper, et nous reçûmes d’elle, le soir, le billet suivant :

« Ne m’attendez pas, chers et dignes amis. Je ne rentrerai plus dans votre maison. J’ai découvert que je n’y devais pas mon bien-être à votre seule générosité, mais que Paul y avait longtemps contribué, et qu’il y contribue encore, puisque tous les meubles que vous m’avez soi-disant prêtés lui appartiennent. Vous comprenez que, sachant cela, je n’en puis plus profiter. D’ailleurs, le monde est si méchant qu’il calomnie les affections les plus vertueuses. Je ne veux pas vous répéter les vils propos dont je suis l’objet. J’aime mieux, en les faisant cesser et en m’arrachant avec douleur d’auprès de vous, ne vous parler que de mon éternelle reconnaissance pour vos bontés envers moi, et de l’attachement inaltérable que vous porte à jamais.

« Votre amie, Marthe. »

« Voici encore une lâcheté d’Horace, s’écria Eugénie indignée. Il lui a révélé un secret que j’avais confié à son honneur.

— Ces sortes de choses échappent, malgré soi, dans l’emportement de la colère, lui répondis-je ; et c’est le résultat d’une querelle entre eux.

— Marthe est perdue, reprit Eugénie, perdue à jamais ! car elle appartient sans réserve et sans retour à un méchant homme.

— Non pas à un méchant homme, Eugénie, mais à quelque chose de plus funeste pour elle, à un homme faible que la vanité gouverne. »

J’étais outré aussi, et je me refroidis extrêmement pour Horace. Je pressentais tous les maux qui allaient fondre sur Marthe, et je tentai vainement de les détourner. Toutes nos démarches furent infructueuses. Horace, prévoyant que nous ne lui abandonnerions pas sa proie sans la lui disputer, avait changé immédiatement de domicile Il avait loué, dans un autre quartier, une chambre où il vivait avec Marthe, si caché, qu’il nous fallut plus d’un mois pour les découvrir. Quand nous y fûmes parvenus, il était trop tard pour les faire changer de résolution et d’habitudes. Nos représentations ne servirent qu’à les irriter contre nous. Horace exerçait sur sa maîtresse un tel empire, que désormais elle nous retira toute sa confiance. Oubliant qu’elle nous avait longtemps raconté tous ses griefs contre lui, elle voulait nous faire croire désormais à son bonheur, et nous reprochait de lui supposer gratuitement des souffrances dont son visage portait déjà l’empreinte profonde. Prévoyant bien qu’elle allait manquer, qu’elle manquait déjà d’argent et d’ouvrage, nous ne pûmes lui faire accepter le plus léger service. Elle repoussa même nos offres avec une sorte de hauteur qu’elle ne nous avait jamais témoignée.



Voilà bien du tapage, monsieur mon propriétaire. (Page 53.)

— Je craindrais, nous dit-elle, qu’un bienfait d’Arsène ne fût encore caché derrière le vôtre ; et, quoique je sache combien votre conduite envers moi a été généreuse, je vous confesse que j’ai de la peine à vous pardonner les trop justes méfiances que cet état de choses a inspirées à Horace contre moi.

Eugénie poussa la constance de son dévouement envers sa malheureuse compagne jusqu’à l’héroïsme ; mais tout fut inutile. Horace la détestait et indisposait Marthe contre elle ; toutes ces avances furent reçues avec une froideur voisine de l’ingratitude. À la fin, nous en fûmes blessés et fatigués ; et, voyant qu’on nous fuyait, nous évitâmes de devenir importuns. Dans le courant de l’hiver qui suivit, nous nous vîmes à peine trois fois ; et au printemps, un jour que je rencontrai Horace, je vis clairement qu’il affectait de ne pas me reconnaître, afin de se soustraire à un moment d’entretien. Nous nous regardâmes comme définitivement brouillés, et j’en souffris beaucoup, Eugénie encore davantage ; elle ne pouvait prononcer le nom de Marthe sans que ses yeux s’emplissent de larmes.