Ouvrir le menu principal

Hetzel (p. 253-266).
◄  XX
XXII  ►

CHAPITRE XXI


OÙ L’ON VERRA QUELLE CHARMANTE SURPRISE LA NATURE FAIT, UN BEAU SOIR, AUX HABITANTS DE GALLIA.


C’était, en effet, une merveilleuse habitation, toute chauffée, tout éclairée, que cette caverne, où le petit monde de Gallia trouverait aisément place. Et non-seulement Hector Servadac et « ses sujets », comme disait volontiers Ben-Zouf, pourraient s’y loger confortablement, mais les deux chevaux du capitaine et un nombre assez considérable d’animaux domestiques auraient là un abri contre le froid jusqu’à la fin de l’hiver gallien, — si cet hiver devait jamais avoir un terme.

Cette énorme excavation — cela fut aussitôt reconnu — n’était, à vrai dire, que l’épanouissement formé par une vingtaine de boyaux qui, après s’être ramifiés à l’intérieur du massif, venaient y aboutir. L’air chaud s’y propageait à une température remarquablement élevée. On eût dit vraiment que la chaleur transsudait à travers les pores minéraux du mont. Donc, sous ces épaisses voûtes, à l’abri de toutes les intempéries d’un climat polaire, bravant les froids de l’espace, si bas qu’ils pussent descendre, tous les êtres animés du nouvel astre devaient trouver un refuge assuré, — tant que le volcan se maintiendrait en activité. Mais, ainsi que le fit justement observer le comte Timascheff, aucun autre mont ignivome n’avait été signalé pendant le voyage de la Dobryna sur le périmètre de la nouvelle mer, et si cette unique bouche servait d’exutoire aux feux intérieurs de Gallia, l’éruption pouvait évidemment durer pendant des siècles.

Il s’agissait donc de ne perdre ni un jour, ni même une heure. Pendant que la Dobryna pouvait naviguer encore, il fallait retourner à l’île Gourbi, en « déménager » lestement, transporter sans retard à leur nouveau domicile hommes et animaux, y emmagasiner céréales et fourrages, et s’installer définitivement sur la Terre-Chaude, — nom très-justifié, qui fut donné à cette portion volcanique du promontoire.

La chaloupe revint le jour même à l’île Gourbi, et, dès le lendemain, les travaux furent commencés.

C’était d’un grand hivernage qu’il s’agissait alors, et à toutes les éventualités duquel il fallait parer. Oui, grand, long, interminable peut-être, bien autrement menaçant que ces six mois de nuit et d’hiver que bravent les navigateurs des mers arctiques ! Qui pouvait prévoir, en effet, le moment auquel Gallia serait délivrée de ses liens de glace ? Qui pouvait dire si elle suivait dans son mouvement de translation une courbe rentrante, et si un orbe elliptique la ramènerait jamais vers le soleil ?

Le capitaine Servadac apprit à ses compagnons l’heureuse découverte qu’il venait de faire. Le nom de « Terre-Chaude » fut accueilli par les bravos de Nina et des Espagnols surtout. La Providence, qui faisait si bien les choses, fut remerciée comme elle méritait de l’être.

Pendant les trois jours qui suivirent, la Dobryna fit trois voyages. Chargée jusqu’à la hauteur des bastingages, elle transporta d’abord la récolte des fourrages et des céréales, qui fut déposée dans les profonds réduits destinés à servir de magasins. Le 15 mars, les étables rocheuses reçurent ceux des animaux domestiques, taureaux, vaches, moutons et porcs, une cinquantaine environ, dont on voulait conserver l’espèce. Les autres, que le froid allait bientôt détruire, devaient être abattus en aussi grande quantité que possible, la conservation indéfinie des viandes étant facile sous ces climats rigoureux. Les Galliens auraient donc là une énorme réserve. Avenir rassurant, au moins pour la population actuelle de Gallia !

Quant à la question des boissons, elle était extrêmement facile à résoudre. Il faudrait évidemment se contenter d’eau douce ; mais cette eau ne manquerait jamais, ni pendant l’été, grâce aux ruisseaux et aux citernes de l’île Gourbi, ni pendant l’hiver, puisque le froid se chargeait de la produire par la congélation de l’eau de mer.

Tandis que l’on travaillait ainsi à l’île, le capitaine Servadac, le comte Timascheff et le lieutenant Procope s’occupaient d’aménager cette demeure de la Terre-Chaude. Il fallait se hâter, car déjà la glace résistait, même en plein midi, aux rayons perpendiculaires du soleil. Or il convenait, pour les transports, d’utiliser la mer tandis qu’elle était encore libre, plutôt que de la traverser péniblement sur sa surface solidifiée.

Cet aménagement des diverses excavations, ouvertes dans le massif du volcan, fut conduit avec une grande ingéniosité. De nouvelles explorations avaient amené la découverte de nouvelles galeries. Ce mont ressemblait à une vaste ruche, dans laquelle abondaient les alvéoles. Les abeilles — on veut dire les colons — trouveraient aisément à s’y loger, et dans de très-suffisantes conditions de confort. Cette disposition fit même donner à cette demeure, et en l’honneur de la fillette, le nom de Nina-Ruche.

Tout d’abord, le premier soin du capitaine Servadac et de ses compagnons fut d’employer au mieux des nécessités quotidiennes cette chaleur volcanique que la nature leur prodiguait gratuitement. En ouvrant aux filets de laves incandescentes des pentes nouvelles, ils les dérivèrent jusqu’aux endroits où ils devaient être utilisés. Ainsi, la cuisine de la Dobryna, ayant été installée dans un réduit convenablement approprié à cet usage, fut désormais chauffée à la lave, et Mochel, le maître-coq de la goëlette, eut bientôt la main faite à ce nouveau genre de foyer de chaleur.

« Hein ! disait Ben-Zouf, quel progrès, si, dans l’ancien monde, chaque maison avait pour calorifère un petit volcan qui ne coûterait pas un centime d’entretien ! »

La grande caverne, cette excavation principale vers laquelle rayonnaient les galeries du massif, fut destinée à devenir la salle commune, et on la meubla avec les principaux meubles du gourbi et de la Dobryna. Les voiles de la goëlette avaient été déverguées et emportées à Nina-Ruche, où elles pouvaient être employées à divers usages. La bibliothèque du bord, bien fournie de livres français et russes, trouva naturellement sa place dans la grande salle. Table, lampes, chaises en complétaient l’ameublement, et les parois furent ornées des cartes de la Dobryna.

On a dit que le rideau de feu, qui masquait la baie antérieure de la principale excavation, la chauffait et l’éclairait à la fois. Cette cataracte de laves se précipitait dans un petit bassin encadré d’une bordure de récifs, et qui ne semblait avoir aucune communication avec la mer. C’était évidemment l’ouverture d’un précipice très-profond, dont les eaux seraient sans doute maintenues à l’état liquide par les matières éruptives, même lorsque le froid aurait glacé toute la mer Gallienne. Une seconde excavation, située au fond, à gauche de la salle commune, devint la chambre spéciale du capitaine Servadac et du comte Timascheff. Le lieutenant Procope et Ben-Zouf occupaient ensemble une sorte de retrait, évidé dans la roche, qui s’ouvrait à droite, et on trouva même un réduit en arrière, dont on fit une véritable chambrette pour la petite Nina. Quant aux matelots russes et aux Espagnols, ils établirent leurs couches dans les galeries qui aboutissaient à la grande salle, et que la chaleur de la cheminée centrale rendait parfaitement habitables. Le tout constituait Nina-Ruche. La petite colonie, ainsi casée, pouvait donc attendre sans crainte le long et rude hiver qui allait la séquestrer dans le massif de la Terre-Chaude. Elle y devait impunément supporter une température qui, au cas où Gallia se verrait entraînée jusqu’à l’orbite de Jupiter, ne serait plus que la vingt-cinquième partie de la température terrestre.

Mais, pendant les préparatifs de déménagement, et au milieu de cette activité fébrile qui dévora même les Espagnols, que devenait Isac Hakhabut, demeuré au mouillage de l’île Gourbi ?

Isac Hakhabut, toujours incrédule, sourd à toutes les preuves que, par humanité, on avait accumulées pour vaincre sa méfiance, était resté à bord de sa tartane, veillant sur sa marchandise comme un avare sur son trésor, grommelant, gémissant, regardant à l’horizon, mais en vain, si quelque navire ne se présenterait pas en vue de l’île Gourbi. On était, d’ailleurs, débarrassé de sa vilaine figure à Nina-Ruche, et on ne s’en plaignait pas. — Isac avait formellement déclaré qu’il ne livrerait sa marchandise que contre argent ayant cours. Aussi, le capitaine Servadac avait-il défendu, en même temps qu’on lui prît quoi que ce soit, qu’on lui achetât quoi que ce fût. On verrait bien si cet entêté céderait devant la nécessité qui le presserait bientôt, et devant la réalité dont il serait convaincu avant peu.

Il était bien évident, du reste, qu’Isac Hakhabut n’admettait en aucune façon la situation redoutable, acceptée par les autres, faite à la petite colonie. Il se croyait toujours sur le sphéroïde terrestre dont un cataclysme avait modifié quelques portions seulement, et il comptait que, tôt ou tard, les moyens lui seraient donnés de quitter l’île Gourbi pour aller reprendre son commerce sur le littoral méditerranéen. Avec sa défiance de tout et tous, il s’imaginait que quelque trame avait été ourdie contre lui pour le dépouiller de son bien. Aussi, ne voulant pas être joué, il repoussait l’hypothèse de cet énorme bloc, détaché de la terre et emporté dans l’espace, et, ne voulant pas être dépouillé, il veillait nuit et jour. Mais, en somme, puisque jusqu’ici tout concluait à l’existence d’un nouvel astre pérégrinant dans le monde solaire, — astre habité seulement par les Anglais de Gibraltar et les colons de l’île Gourbi, — Isac Hakhabut avait beau promener sur la ligne d’horizon sa vieille lunette rapiécée comme un tuyau de poêle, il ne voyait aucun navire apparaître, ni aucun trafiquant accourir pour échanger son or contre les richesses de la Hansa.

Cependant, Isac n’avait pas été sans connaître les projets d’hivernage qui allaient être mis à exécution. Tout d’abord, suivant son invariable habitude, il refusa d’y croire. Mais lorsqu’il vit la Dobryna faire de fréquents voyages au sud, emportant les récoltes et les animaux domestiques, il fut bien obligé d’admettre que le capitaine Servadac et ses compagnons se préparaient à quitter l’île Gourbi.

Qu’allait-il donc devenir, ce malheureux Hakhabut, si, en fin de compte, tout ce qu’il refusait de croire était vrai ? Comment ! il ne serait plus sur la Méditerranée, mais sur la mer Gallienne ! Il ne reverrait plus jamais sa bonne patrie allemande ! Il ne trafiquerait plus avec ses faciles dupes de Tripoli et de Tunis ? Mais c’était sa ruine !

Alors, on le vit quitter plus souvent sa tartane et se mêler aux divers groupes de Russes et d’Espagnols, qui ne lui ménageaient pas les quolibets. Il essaya encore d’amadouer Ben-Zouf en lui offrant quelques prises de tabac, que l’ordonnance refusait « par ordre ».

« Non, vieux Zabulon ! lui disait-il. Pas une seule prise ! C’est la consigne ! Tu mangeras ta cargaison, tu la boiras, tu la priseras tout entière et tout seul, Sardanapale ! »

Isac Hakhabut, voyant enfin qu’il ne pouvait rien obtenir des « saints », se rapprocha du « Dieu », et, un jour, il se décida à demander lui-même, au capitaine Servadac, si tout cela était bien vrai, estimant qu’un officier français ne voudrait pas tromper un pauvre homme comme lui..

« Eh ! oui, mordioux ! oui ! tout cela est vrai, répondit Hector Servadac, impatienté de tant d’obstination, et vous n’avez que le temps de vous réfugier à Nina-Ruche !

— Que l’Éternel et Mahomet me soient en aide ! murmura Isac, faisant cette double invocation en véritable renégat qu’il était.

— Voulez-vous trois ou quatre hommes pour conduire la Hansa au nouveau mouillage de la Terre-Chaude ? lui demanda le capitaine Servadac.

— Je voudrais aller à Alger, répondit Isac Hakhabut.

— Je vous répète qu’Alger n’existe plus !

— Par Allah, est-ce possible !

— Pour la dernière fois, voulez-vous nous suivre avec votre tartane à la Terre-Chaude, où nous allons hiverner ?

— Miséricorde ! C’en est fait de mon bien !

— Vous ne le voulez pas ? Eh bien, nous conduirons la Hansa, malgré vous et sans vous, en lieu sûr !

— Malgré moi, monsieur le gouverneur ?

— Oui, car je ne veux pas que, par votre stupide entêtement, toute cette précieuse cargaison soit anéantie sans profit pour personne !

— Mais c’est ma ruine !

— Ce serait bien plus sûrement votre ruine, si nous vous laissions faire ! répondit. Hector Servadac en haussant les épaules. — Et, maintenant, allez au diable ! »

Isac Hakhabut retourna vers sa tartane, levant les bras au ciel et protestant contre l’incroyable rapacité des hommes « de la mauvaise race ».

Le 20 mars, les travaux de l’île Gourbi étaient terminés. Il ne restait plus qu’à partir. Le thermomètre était descendu, en moyenne, à huit degrés au-dessous de zéro. L’eau de la citerne n’offrait plus une seule molécule liquide. Il fut donc convenu que, le lendemain, tous s’embarqueraient sur la Dobryna et quitteraient l’île, pour se réfugier à Nina-Ruche. On convint également d’y conduire la tartane, malgré toutes les protestations de son propriétaire. Le lieutenant Procope avait déclaré que si la Hansa restait mouillée au port du Chéliff, elle ne saurait résister à la pression des glaces et serait immanquablement brisée. À la crique de la Terre-Chaude, mieux protégée, elle serait plus en sûreté, et, en tout cas, s’y trouvât-elle en perdition, sa cargaison, du moins, pourrait être sauvée.

C’est pourquoi, quelques instants après que la goëlette eut levé l’ancre, la Hansa appareilla aussi, malgré les cris et objurgations d’Isac Hakhabut. Quatre matelots russes s’y étaient embarqués par ordre du lieutenant, et, sa grande antenne déployée, le bateau-boutique, comme disait Ben-Zouf, quitta l’île Gourbi et se dirigea vers le sud.

Ce que furent les invectives du renégat pendant la traversée, et avec quelle insistance il répéta qu’on agissait malgré lui, qu’il n’avait besoin de personne, qu’il n’avait réclamé aucune aide, cela ne peut se dire. Il pleurait, il se lamentait, il geignait, — au moins des lèvres, — car il ne pouvait empêcher ses petits yeux gris de lancer certains éclairs à travers ses fausses larmes. Puis, trois heures après, lorsqu’il fut bien amarré dans la crique de la Terre-Chaude, quand il vit en sûreté son bien et lui, quelqu’un qui se fût approché aurait été frappé de la satisfaction non équivoque de son regard, et, en prêtant l’oreille, il l’eût entendu murmurer ces paroles :

« Pour rien, cette fois ! Les imbéciles ! les idiots ! ils m’ont conduit pour rien ! »

Tout l’homme était dans ces mots. Pour rien ! On lui avait rendu service « pour rien ! »

L’île Gourbi était maintenant et définitivement abandonnée des hommes. Il ne restait plus rien sur ce dernier lambeau d’une colonie française, à part les animaux de poil et de plume qui avaient échappé aux traqueurs, et que le froid allait bientôt anéantir. Les oiseaux, après avoir essayé de trouver au loin quelque continent plus propice, étaient revenus à l’île, — preuve incontestable qu’il n’existait ailleurs aucune terre qui les pût nourrir.

Ce jour-là, le capitaine Servadac et ses compagnons prirent solennellement possession de leur nouveau domicile. L’aménagement intérieur de Nina-Ruche plut à tous, et chacun se félicita d’être si confortablement et surtout si chaudement logé. Seul, Isac Hakhabut ne partagea pas la satisfaction commune. Il ne voulut même pas pénétrer dans les galeries du massif et resta à bord de sa tartane.

« Il craint sans doute, dit Ben-Zouf, qu’on ne lui fasse payer son loyer ! Mais bah ! Avant peu, il sera forcé dans son gîte, ce vieux renard, et le froid le chassera hors de son trou ! »

Le soir, on pendit la crémaillère, et un bon repas, dont les mets furent cuits au feu volcanique, rassembla tout ce petit monde dans la grande salle. Plusieurs toasts, dont la cave de la Dobryna fournit les éléments en vins de France, furent portés au gouverneur général et à son « conseil d’administration ». Ben-Zouf, naturellement, en prit pour lui une bonne part.

Ce fut très-gai. Les Espagnols se signalèrent par leur entrain. L’un prit sa guitare, l’autre ses castagnettes, et tous de chanter en chœur. À son tour, Ben-Zouf fit entendre le célèbre « refrain du zouave », si connu dans l’armée française, mais dont le charme ne peut être apprécié que de ceux qui l’ont entendu exécuter par un virtuose tel que l’ordonnance du capitaine Servadac :


Misti golh dar dar tire lyre !
Flic ! floc ! flac ! lirette, lira !
Far la rira,
Tour tala rire,
Tour la Pribaud,
Ricandeau,
Sans repos, répit, répit repos, ris pot, ripette !
Si vous attrapez mon refrain,
Fameux vous êtes.


Puis, un bal fut improvisé, — le premier, sans doute, qui eût été donné sur Gallia. Les matelots russes essayèrent quelques danses de leur pays, que le public goûta fort, même après les merveilleux fandangos des Espagnols. Un pas, très-connu à l’Élysée-Montmartre, fut même exécuté par Ben-Zouf avec autant d’élégance que de vigueur, et valut à l’aimable chorégraphe les sincères compliments de Negrete.

Il était neuf heures, lorsque se termina cette fête d’inauguration. On sentit alors le besoin de prendre l’air, car, les danses et la température aidant, il faisait vraiment chaud dans la grande salle.

Ben-Zouf, précédant ses amis, s’engagea dans la galerie principale qui aboutissait au littoral de la Terre-Chaude. Le capitaine Servadac, le comte Timascheff et le lieutenant Procope les suivaient d’un pas plus modéré, lorsque des cris qui retentirent au dehors les firent hâter leur marche. Cependant, ce n’étaient point des exclamations provoquées par la terreur, mais bien des bravos, des hurrahs, qui éclataient comme une mousquetade dans cette atmosphère sèche et pure.

Le capitaine Servadac et ses deux compagnons, arrivés à l’orifice de la galerie, aperçurent tout leur monde groupé sur les roches. Ben-Zouf, la main dirigée vers le ciel, était dans l’attitude de l’extase.

« Ah ! monsieur le gouverneur général ! Ah ! Monseigneur ! s’écria l’ordonnance avec un accent de joie qu’on ne saurait rendre.

— Eh bien ? qu’y a-t-il ? demanda le capitaine Servadac.

— La lune ! » répondit Ben-Zouf.

Et, en effet, la lune sortait des brumes de la nuit et apparaissait pour la première fois sur l’horizon de Gallia !