Fragments d’histoire/32

Imprimerie officielle (p. 66).

FAUBOURG CROZANVILLE


Au nord-est de la ville, entre La Levée, la route de la Redoute, la colline du Calvaire et la route du Fort Desaix s’étend un terrain dit autrefois du misérable qui a été réuni à la ville en vertu d’un arrêté du 7 mai 1846. Cet acte a décidé qu’il serait considéré comme faubourg de la ville et prendrait le nom de Crozanville, en souvenir du propriétaire, M. de Crozant, qui a cédé à titre gratuit et à perpétuité les terrains nécessaires pour l’ouverture des rues et des places publiques.

Les voies de ce quartier portent les noms de rues des Amours, du Centre, du Calvaire et du Lavoir.

En 1848, les maisons du faubourg étaient couvertes de paille et un délai de quinze jours fut alors accordé par la municipalité pour enlever ces toits[1].

Aujourd’hui il s’y trouve de nombreuses et importantes maisons construites en ciment armé et pourvues du confort moderne.

  1. J. O. Martinique, 6 mai 1848.