Fragments d’histoire/01

Imprimerie officielle (p. 8-12).

LE FORT


C’est sur cette presqu’île qui s’avance entre la baie des Flamands et le bassin du Carénage qu’a été construit un Fort. Duparquet le fit bâtir en palissades comme on pratiquait alors, le nomma Fort Royal et y établit sa résidence, à la fin de janvier 1639. Il fut obligé d’abandonner la localité à cause de son insalubrité.[1]

« Le projet de la citadelle du Fort Royal, dans l’endroit appelé le cul-de-sac, avait été conçu en 1642, dit Dessales, mais l’île était encore trop peu importante pour songer à un travail aussi considérable. La Compagnie puissante, à qui la souveraineté des îles avait été cédée, aurait dû naturellement pourvoir à leur défense, mais plus occupée de s’agrandir par le commerce, elle avait négligé la plus essentielle de ses obligations. Il fallait que le Roi pourvût à la sûreté de ses colonies dont il ne tirait aucun lucre et en conséquence, il ordonna l’établissement du Fort Royal qui fut fait en grande partie aux dépens des habitants ».[2]

En 1666 et 1667, ce fort n’était « qu’un réduit formé de palissades tracé par le S. Blondel, ingénieur, et commancé à travailler de deux demi-bastions avec fossé et demie-lune devant ».[3]

Le 20 juillet 1672, le Marquis de Baas, premier Gouverneur général, proposa au Conseil Souverain de « chercher quelques moyens de soulager les habitants pour la construction du Fort ». Il fut alors prévu un impôt qui permettrait d’avoir la main-d’œuvre nécessaire à l’entier achèvement du Fort et le Receveur des droits de capitation Cerberet fut chargé de le recouvrer[4].

Les premiers travaux étaient achevés en cette même année 1672, et déjà, le 19 juillet 1674, le Fort était attaqué par une flotte hollandaise de 48 vaisseaux sous les ordres de l’Amiral Ruyter. Malgré ces forces considérables, les 161 Français enfermés dans la citadelle et commandés par le Gouverneur de Sainte-Marthe et deux vaisseaux, « Les Jeux » et « Saint-Eustache », capitaines d’Amblimont et de Beaulieu, ont bouleversé la manœuvre ennemie et ont fait perdre la partie par « le fameux chef d’escadre des Provinces Unies, celui dont le pavillon était réputé invincible sur toutes les mers[5] ».

L’assaut contre le Fort a été repoussé par le capitaine de Cacqueray et l’enseigne de Martignac[5].

C’est pendant celle lutte héroïque que tomba le vieux compagnon de d’Esnambuc, l’intrépide et valeureux Guillaume d’Orange.

Les Hollandais regagnèrent leurs vaisseaux pendant la nuit, laissant sur le rivage les cadavres de quatre cent trente-trois des leurs et l’étendard du Prince, tandis que, de leur côté, les Français évacuèrent le fort dans la crainte d’une nouvelle attaque.

« Personne ne resta sur le rivage hormis les morts et les blessés hollandais, personne dans le Fort excepté un Suisse qui, ayant trop bu la veille, dormit tranquillement sans rien entendre et s’éveilla le lendemain, tout surpris de se trouver ainsi maître de la forteresse, sans amis ni ennemis[6] ». Hasard plaisant : ce Suisse s’appelait… Le Tonnelier[7].

À l’entrée du Fort, on lit la fière inscription par laquelle le Syndicat d’Initiative de la Martinique rappelle cette victoire qui eut un tel retentissement que Louis XIV fit frapper, pour en consacrer le souvenir, deux médailles d’or[8] et d’argent que nous avons remarquées en 1931 à la Bibliothèque Nationale, lors de son exposition de la rétrospective.

L’on peut voir la copie de l’une d’elles au Musée de la Martinique qui la doit à l’Administration des monnaies. L’avers porte l’effigie du Roy et l’inscription : Ludovicus Magnus Rex Christianissimus. Sur le revers, « Une victoire ailée planant sur un vaisseau brisé près duquel est enchaîné un Hollandais qui regarde un Caraïbe ».[9]

À l’exergue du revers, l’inscription : Colonia Francorum Américana Victrix », et au bas, les mots : Batavis ad Martinicam caesis et fugatis.

« Sur la seconde, la France assise au bord de la mer, entourée de petits génies jouant avec des coquillages, contemple la flotte ennemie à distance de la côte. À l’exergue : Spectante ne quidquam advente classe hostium maxima[10].

Dessales raconte à ce propos que « les premières lettres de noblesse dont il a plu au Roi de gratifier la colonie ont été accordées au sieur Cornette, Capitaine du quartier du Cul-de-Sac, la vigoureuse résistance qu’il fit paraître lors de l’attaque du Fort Royal par les Hollandais en 1674 lui méritèrent cette distinction flatteuse ».[11]

Deux ans après l’attaque de Ruyter, tes dessins du Fort Royal furent établis par Blondel. Louis XIV lui donna son nom et une lettre du Roi au Comte de Blénac du 12 juin 1680 atteste que « La Métropole a toujours attaché une importance exceptionnelle à l’achèvement des travaux de fortification du Fort Royal qu’elle regardait comme la clef de la colonie »,[12] mieux encore, « la clef des îles ».

C’était jusqu’alors des fortifications rudimentaires et bien longue serait l’énumération des travaux successivement entrepris pour la mise en état du Fort. Ils durèrent plus de 30 ans et un historien les a évalués 6 millions de francs[13].

De Blénac l’habita. On y transféra le pavillon royal et Saint-Pierre ne fut plus le siège du Gouvernement.

Saint-Pierre et sa rade ouverte offraient certes moins de sécurité que le Fort Royal et la baie qu’il protège, mais il semble vrai aussi que Blénac avait pour cette résidence une préférence personnelle, s’il faut en croire de Caylus qui écrivait le 4 août 1694, en apostille d’une lettre du Gouverneur Général :

« M. de Blénac loge au Fort Royal dans une vieille maison de bois, il est vray qu’il a un logement à Saint-Pierre qui couste dix mille écus au Roy, mais le séjour de Saint-Pierre ne lui plaist pas, et si j’avais voulu démolir ce bâtiment sur un ordre verbal et sous prétexte de se servir des bois pour la construction de la charpente des magasins, il y a tantôt deux ans qu’il ne serait plus en nature. J’ay eu plusieurs fois la confusion secrète de voir introduire les Estrangers dans une maison qui a plus l’air d’une case à nègres que du logis d’un Gouverneur et Lieutenant Général et cela m’a donné la pensée de destiner la salle E pour lui faire un appartement conforme à sa dignité[14]. »

L’Intendant Robert exprimait la même opinion le 12 Mai 1696. « Il n’y a dans ce fort qu’un logement pour le Lieutenant Général qui est très médiocre ».

Il existait déjà, du reste, un plan de Payen de 1682 concernant « le logement du Roy au dedans du Fort Royal de la Martinique » et un autre plan qui parait remonter à 1686 ou 1687 « du logement à faire dans le Fort Royal pour le Lieutenant Général des îles[15] ».

Quoi qu’il en soit, c’est dans ce Fort et dans cette modeste demeure que Blénac vécut pendant 17 ans et c’est là qu’il mourut le 8 juin 1696. « Un matin[16], on le trouva vaincu par la fièvre, dans la cellule qu’il habitait, à peine assez large pour son lit de fer et sa table de bois blanc[17] ».

Après lui, les Gouverneurs résidèrent assez longtemps encore au Fort, ainsi qu’il résulte d’un plan joint à une lettre de Rochemore, d’avril 1761[18].

Le Fort s’appela successivement Fort Royal, Fort Louis[19], Fort de la République et Fort Saint-Louis.

Le nom de Fort Saint-Louis figure déjà dans un plan de 1725[20].

Un canal fort utile au commerce permettait autrefois aux embarcations de passer du port du carénage dans la rade des Flamands sans avoir à doubler la presqu’île du Fort Saint-Louis. Il fut comblé par les Anglais et fut ensuite rétabli[21]. Le Conseil colonial s’est occupé de son entretien en 1840. Dans le procès-verbal dressé à cette époque, le rapporteur emploie tantôt l’expression Fort Saint-Louis, tantôt celle de Fort Louis[22]. Le canal a été de nouveau comblé plus tard et c’est assez récemment que le pont-levis a été supprimé.

  1. Histoire politique et économique de la Martinique par M. Bambuk, page 33
  2. Annales du Conseil souverain, tome 1er, page 135.
  3. Titre de la carte du « Cul-de-sac, Port du Carénage et Fort-Royal de la Martinique » reproduit en exergue sur la couverture de l’Histoire économique de la Martinique, par M. Louis Philippe May. Cette carte est à la Bibliothèque Nationale.
  4. Annales du Conseil souverain, tome 1er, pages 135 et suivantes.
  5. a et b Revue des Deux Mondes, 15 juillet 1927, page 400. La France des cinq parties du monde par Octave Homberg.
  6. Histoire inédite de la Martinique par un avocat du Gros-Morne, J. O. Martinique, 25 juin 1834.
  7. Rapport de Baas du 28 août 1674, arch. min. col. n° 7.
  8. 02-41 mm. Cab. des Médailles.
  9. La formation de l’armée coloniale, par M. Louis Beaudza.
  10. Bulletin municipal, septembre 1939, n° 3, page 113.
  11. Annales du Conseil Souverain, tome 1er, page 163.
  12. Citation faite dans un jugement du tribunal de Fort-de-France du 16 mars 1878.
  13. Baas et Blénac, 1936, par M. J. Rennard, page 157.
  14. Archives Ministère des Colonies n° 78.
  15. Archives Ministère des Colonies n°29 et 47.
  16. Histoire économique de la Martinique, par M. Louis-Philippe May, page 245.
  17. Inventaire des biens de Blénac et scellés du 8 juin 1696. Citation de M. May
  18. Arch. Min, Col. n° 174.
  19. Plan de 1826 et projet de 1827. Arch. minist. col. n° 657 et 733.
  20. Arch. Min. Col. n° 136.
  21. J. O. Martinique 3 mars 1834.
  22. J. O. Martinique 8 avril 1840.