Ouvrir le menu principal

Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Dallage employé comme couverture

Dallage <
Index alphabétique - D
> Damier
Index par tome

dallage employé comme couverture. Lorsqu’on eut l’idée de remplacer les charpentes qui couvraient les salles et les vaisseaux par des voûtes, on pensa d’abord à protéger l’extrados de ces voûtes par des dalles ou de grandes tuiles posées à bain de mortier ; ce système de couverture s’appliquait parfaitement d’ailleurs sur les voûtes en berceau plein cintre ou composées d’arcs brisés. Dans le midi de la France, en Provence, sur les bords du Rhône et dans le Centre, on voit encore des nefs d’église dont les voûtes sont ainsi couvertes par des dalles superposées (8).

Dallage.sur.voute.png


Mais on reconnut bientôt que, si bien exécutés que fussent ces dallages, et si bonnes que fussent les pierres employées, ces pierres cependant, par l’effet de la capillarité, absorbaient une grande quantité d’eau et maintenaient sur les voûtes une humidité permanente ; on reconnut aussi que, du moment que les dalles étaient isolées de l’extrados, l’effet de la capillarité cessait, ou du moins que l’humidité ne se communiquait plus aux voûtes. On songea donc, vers le commencement du XIIIe siècle, à poser les dallages sur des arcs au-dessus des voûtes, de manière à laisser l’air circuler entre le dessous des dalles et l’extrados des voûtes, et à combiner ces dallages de manière à éviter autant que possible les joints découverts. Les constructeurs reconnurent aussi que les dallages ayant une pente assez faible, il était nécessaire d’activer l’écoulement des eaux pluviales sur leur surface pour éviter les détériorations de la pierre sur laquelle la pluie ne s’écoule pas rapidement. En conséquence, ils eurent le soin de tailler la surface extérieure des dalles en forme de cuvette (9).

Dallage.en.cuvette.png


Par ce moyen, l’eau réunie au milieu de chaque dalle se trouvait former un volume assez considérable pour produire un écoulement rapide, même pendant ces pluies fines qui, bien plus que les ondées, pénètrent et détruisent les matériaux calcaires. Les joints de ces sortes de dallages n’étaient pas assez relevés cependant pour ne pas être baignés pendant les averses ; on donna donc bientôt un profil décidé aux rebords des dalles, afin de relever entièrement le joint et ne plus l’exposer qu’aux gouttes d’eau tombant directement du ciel. C’est ainsi que sont exécutés les dallages des terrasses de la cathédrale de Paris posés sur des arcs et complètement isolés des voûtes (10).
Dallage.cathedrale.Paris.png
Ces grandes dalles sont encore légèrement creusées en canal dans leur milieu, afin de précipiter l’écoulement des eaux en formant dans ces milieux de petits ruisseaux. En outre, le recouvrement A de chaque dalle est taillé en mouchette, ainsi que l’indique le profil A′, pour éviter que les eaux en bavant sur les bords ne viennent, par l’effet de la capillarité ou d’un vent violent, à remonter dans le lit E.

Les dallages des terrasses de Notre-Dame de Paris reposent (comme le fait voir notre fig. 10) sur des pannes en pierre dure B, portées sur des arcs bandés de distance en distance et suivant la projection horizontale donnée par les arcs des voûtes, afin de ne pas multiplier les poussées. Au sommet et à l’extrémité inférieure de la pente, les dalles s’appuient sur le chéneau D et sur une assise saillante C incrustée dans le mur.

Un ouvrier s’introduisant sous ces dallages, au moyen de trappes ménagées à cet effet et percées ainsi que l’indique le tracé G, on peut surveiller ces voûtes, les réparer, les reconstruire même à couvert, s’assurer de l’état des joints des dalles, enlever celles-ci et les remplacer facilement si elles viennent à se détériorer. Certes, l’apparence extérieure de l’architecture demande chez l’architecte un goût sûr, une parfaite connaissance des ressources de son art ; mais ces soins apportés dans la combinaison des parties de la construction qui contribuent essentiellement à la conservation des édifices et à leur facile entretien ne sauraient trop être recommandés, car c’est à cette attention dans les moindres détails que l’on reconnaît le véritable maître de l’œuvre, celui dont l’esprit embrasse à la fois et les conceptions d’ensemble et l’organisation intime de l’édifice qu’il construit. Sous ce rapport, il faut avouer, encore cette fois, que nous avons beaucoup à prendre à ces artistes méconnus des siècles passés.

On trouve aussi des exemples de dallages dont la combinaison est moins simple, mais est plus propre encore à éviter l’entretien, en ce qu’aucun joint n’est découvert. Ce sont des dallages combinés à peu près comme l’étaient les couvertures en marbre ou en terre cuite des édifices grecs de l’antiquité. Des arcs légers (11) sont espacés de façon à recevoir des rangs de dalles creuses superposées ; sur les rangées de dalles servant de canal sont posés d’autres rangs de dalles formant un recouvrement complet, comme le fait voir le profil A.

Dallage.arc.antique.png


Dans ces sortes de dallages, il n’est besoin nulle part de mastic ou de mortier pour calfeutrer les joints qui sont tous masqués. On trouve de ces sortes de dallages sur les bas-côtés de l’église de Chaumont (Haute-Marne) et sur ceux de l’église collégiale de Poissy. Toutefois ces dallages sont chers, en ce qu’ils obligent de multiplier les arcs et exigent des tailles nombreuses.