Ouvrir le menu principal

Catéchisme du diocèse de Sens/Suite de la satisfaction et des bonnes œuvres

Brown & Gilmore, imprimeurs de la Province (p. 70-72).

XXXVII. Suite de la Satisfaction et des
bonnes œuvres.

D. SOmmes-nous obligés de faire pénitence toute notre vie ?
R. Oüi, ſi nous ne faiſons pénitence, nous ne ſerons point ſauvez.
D. En quoi conſiſte cette pénitence que dieu veut que nous faſſions ?
R. 1. A accepter avec ſoumiſſion les afflictions qui nous arrivent par la permiſſion de dieu.
2. A faire de bonnes oeuvres, qu’on appelle oeuvres ſatisfactoires.
D. Quelles ſont ces oeuvres ſatisfactoires ?
R. Les voici : Le Jeûne, la Priere, et l’Aumône.
D. Pourquoi appelle-t’on ces oeuvres ſatisfactoires ?
R. Parce qu’elles ſervent à ſatisfaire à dieu pour nos péchez.
D. Qu’entend-on par le Jeûne ?
R. On entend non ſeulement l’abſtinence des viandes, mais encore toutes les mortifications qui affligent notre corps et nos ſens.
D. Dans quel tems eſt-on obligé plus particulierement au jeûne et à la pratique de la mortification ?
R. Quand l’Egliſe l’ordonne, et que cela eſt néceſſaire pour vaincre nos paſſions.
D. Qu'entend-on par la priere ?
R. On entend toutes les oeuvres de piété, envers dieu.
D. Qu’entend-on par l’Aumône ?

R. On entend toutes les oeuvres de charité envers le prochain.
D. Quand eſt-ce qu’on eſt obligé plus particulierement de faire l’aumône ?
R. Quand nous connoiſſons la pauvreté de notre prochain.
D. Celui qui ſçait le beſoin de ſon prochain, et qui ne le ſecourt pas, fait-il un grand péché ?
R. Oüi, s’il le peut ſecourir.
D. Ceux qui étant pauvres eux-memes, n’ont pas de quoi faire l’aumône, que doivent-ils faire ?
R. Secourir le prochain ſelon qu’ils peuvent, en pratiquant les autres oeuvres de miſéricorde.
D. Quelles ſont les oeuvres de miſéricorde ?
R. On en diſtingue de corporelles et de ſpirituelles.
Les corporelles ſont, 1. Donner à manger à ceux qui ont faim.
2. Donner à boire à ceux qui ont ſoif.
3. Vêtir les nuds.
4. Loger les pelerins et étrangers.
5. Viſiter les malades.
6. Délivrer ou conſoler les priſonniers.
7. Enſevelir les morts.
Les ſpirituelles ſont, 1. Enſeigner les ignorans.
2. Reprendre ceux qui manquent.
3. Conſeiller ceux qui ſont en peine.
4. Conſoler les affligés.
5. Supporter les défauts et humeurs du prochain.
6. Pardonner les injures.
7. Prier dieu pour les vivans et les morts, et même pour ſes ennemis.

Converſion de Corneille Centurion. Chap. 10. des Actes
des Apôtres.
PRATIQUES. 1. Quand on a quelque choſe à ſouffrir, l’offrir à Dieu en ſatisfaction de ſes péchez, avoüant qu’on en a mérité davantage.
2. Pratiquer chaque jour quelque mortification, ſoit dans ſes repas, ſoit dans ſes plaiſirs, ſoit dans ſon travail, ſe privant de quelque commodité pour l’expiation de ſes péchez.
3. Pratiquer auſſi chaque jour quelque oeuvre de charité envers le prochain.
4. Partager ſon revenu, ou le gain de ſon travail, ou de ſon négoce, et en donner une certaine portion pour ſoulager les pauvres.