Ouvrir le menu principal

Catéchisme du diocèse de Sens/Chute du premier homme, et péché originel

Brown & Gilmore, imprimeurs de la Province (p. 24-25).

IX. Suite du i. Article du Symbole.

Chûte du premier Homme, et Péché Originel.

D. DANS quel état dieu créa-t’il Adam, et Eve ?
R. Il les créa dans un état de ſainteté et de bonheur.
D. Durerent-ils long tems dans cet état ?
R. Non, ils déchûrent bientôt par leur déſobéïſſance.
D. En quoi déſobéïrent-ils à Dieu ?
R. En mangeant d’un fruit que dieu leur avoit à défendu de manger.
D. Qu’eſt-ce qui les porta à déſobéïr à Dieu ?
R. Ce fut le Démon.
D. Quel mal a produit cette déſobéïſſance de nos premiers parens.
R. Elle les a rendus malheureux eux et tous leur deſcendans.
D. Comment les a-t’elle rendus malheureux ?
R. En ce qu’ils ſont devenus dignes de l’enfer, ſujets à la mort et à toutes ſortes de miſéres.
D. L’homme ne ſeroit-il point mort ſans le péché ?
R. Non, ſans le péché Adam et les hommes auroient été immortels et exempts de tous ces malheurs.

D. Comment cette déſobéïſſance a-t’elle rendu malheureux tous les deſcendans du premier homme ?
R. En ce qu’ils naiſſent tous coupables du même péché, et ſujets aux mêmes miſéres que lui.
D. Quand nous venons au monde, ſommes-nous coupables de quelque péché ?
R. Oüi, on apelle ce péché, le péché originel, à cauſe que nous le tirons de notre origine.
D. Quels ſont en nous les effets de ce péché ?
R. Il y en a quatre. 1. L’ignorance de dieu et de nos devoirs.
2. La concupiſcence, c’eſt-à-dire, l’inclination que nous avons au mal.
3. Les peines de cette vie eſt la mort.
4. La damnation éternelle.
D. Tous les hommes ſont donc dignes de la damnation éternelle dès leur naiſſance ?
R. Oüi, à cauſe du péché originel.
D. Comment eſt-ce qu’ils peuvent être délivrez de cette damnation ?
R. C’eſt par les mérites de Jeſus-Chriſt qui les a rachetez par ſa mort.
D. Qui ſont ceux pour qui Jeſus Chriſt eſt mort ?
R. Il eſt mort pour tous les hommes, et il veut ſincerement que tous les hommes ſoient ſauvez.

Chûte d’Adam dans le Paradis. Gen. ch. 3.
PRATIQUES. 1. Combattre en nous l’inclination qui nous porte au péché, et la mortifier par des actions contraires : par exemple,
2. Quand elle nous porte à la gourmandiſe, la combattre par des jeûnes et des abſtinences.
3. Quand elle nous porte à la vanité, la combattre par des humiliations volontaires, ou ſupportant ſans ſe plaindre les humiliations qui nous arrivent.
4. Remédier à notre ignorance par l’étude de nos devoirs, et la fidélité à ne rien faire d’important ſans conſeil.