Bonheur manqué/XXXII

Paul Ollendorff (p. 57).
◄  XXXI
XXXIII  ►



XXXII


Avril.
Concours hippique.


J’ai ramassé l’œillet comme une fleur perdue ;
Puisque tu dois venir, hâte l’heure attendue ;
Tu vois bien que je t’aime et que tu m’appartiens.

Oh ! je te donnerai l’ivresse du parjure,
Mon front sur ton épaule, et sous ta chevelure,
De crainte que mes yeux fassent baisser les tiens.