Biographie nationale de Belgique/Tome 7/FÉABLE

◄  Tome 6 Tome 7 Tome 8  ►



FÉABLE (Louis), en latin Fidelis, écrivain ecclésiastique, né à Tournai ou dans le Tournaisis, vers la fin du xve siècle, mort en 1555 ou 1562. Cette dernière date est contestée par plusieurs biographes, quoique ceux qui hésitent à l’admettre citent le testament de Féable comme ayant été fait pendant la même année. Notre écrivain termina ses études à l’université de Paris et s’y fit recevoir docteur en théologie, science qu’il y enseigna ensuite pendant quelque temps. Revenu à Tournai, il ne tarda pas à être nommé chanoine de la cathédrale et hostelier, c’est-à-dire directeur de l’hôpital de Notre-Dame. On lui doit la restauration et l’embellissement de plusieurs édifices religieux, entre autres de la chapelle de Sainte-Marthe, l’une de celles qu’on voit dans le circuit du chœur de l’église de Notre-Dame. Il y fonda un anniversaire et deux messes hebdomadaires, ainsi que six bourses d’études pour de pauvres écoliers. Il mourut dans sa ville natale et y fut enterré dans la chapelle de l’hôpital qu’il avait dirigé. Prêtre vertueux et érudit, Féable s’était fait connaître par les ouvrages suivants : 1o Ludovici Fidelis Nervii de Militia spirituali libri quatuor. Parisiis, 1540, in-12. Ouvrage de morale où les vices et les vertus sont représentés d’une manière typique. — 2o De Mundi structura seu de sex dierum opificio, libri VII. Parisiis, 1556, in-8o. Ce sont des réflexions de morale sur l’œuvre de la création. — 3o De humana Restauratione, sive de Incarnatione Domini. Antverpiæ, 1559, in-8o. Ce livre traite du Mystère de l’Incarnation. Les ouvrages de Féable ne sont dépourvus ni de style ni de savoir.

Aug. Vander Meersch.

Sweertius, p. 520. — Valère André, p. 635. — Foppens, Bibliotheca belgica, t. II, p. 831. — Lelong, Bibliotheca sacra, 725. — Paquot, Mémoires littéraires, t. XVII, p. 217. — Cousin, Histoire de Tournai, partie IV, p. 302. — Le Maistre d’Anstaing, Histoire de la cathédrale de Tournai, t. II, p. 298.