Ouvrir le menu principal

AnthologieÉditions Paul Roubaud (p. 11-12).

Géographie nouvelle.

… On lit dans les manuels que la géographie a pour objet la « description de la terre ». C’est là quelque chose de très vaste puisque cette toute petite planète qui roule parmi les mondes renferme de quoi nous occuper et nous intéresser depuis des milliers d’années et que nous n’avons pas achevé de la conquérir ni même de la découvrir. La géographie est donc une science d’ensemble ; son domaine comprend les glaces polaires et les forêts tropicales, le régime des eaux et des vents, l’inventaire des richesses du sol, les établissements et les œuvres des hommes. Naturelle et sociale à la fois, pratique et philosophique, on trouve en elle tout ce qui peut actionner les intelligences, forger les caractères. Contemplez-la maintenant dans les programmes de l’instruction publique, dans les manuels d’examen. Dépouillée de toute vue d’ensemble, de toute idée générale, scindés, découpée et fractionnée à l’infini, elle n’est plus qu’une sèche nomenclature que l’élève s’assimile au moyen du procédé le plus misérable, le procédé mnémotechnique. Interrogez-le. Il vous dessinera sur le tableau noir des lignes de partage des eaux tout à fait étonnantes et n’ayant jamais existé que dans l’esprit des géographes élémentaires. Il se croirait perdu s’il oubliait quelque chaîne de collines qui portent sur la carte un nom souvent inconnu dans le pays où d’ailleurs elles ne forment qu’une suite de hauteurs insignifiantes. Mais ne faut-il pas une ligne de partage ? Périsse la géographie plutôt qu’un principe ! Quant aux caps, ils défilent en bataillons serrés suivis d’un régiment de golfes et l’image de ces sinuosités des côtes se grave dans la mémoire de l’écolier au détriment de leur configuration réelle.

… C’est l’opinion qui le veut ainsi. Elle pardonne au petit français d’ignorer jusqu’aux noms de Dunedin, d’Hobart, de Brisbane, de Vancouver, de Kimberley, mais s’il ne sait pas dire dans quels départements se trouvent Gannat, Boussac, Marvejols, Espalion, Sarlat, elle le classera d’emblée parmi les ignorants. Or, de toutes ces cités lesquelles méritent donc de retenir l’attention ? Les unes ne seront-elles pas demain des centres importants, les capitales de puissantes républiques qui feront grande figure dans le monde, alors que les autres n’auront pas cessé d’être de petites sous-préfectures françaises, à moins pourtant qu’elles n’aient perdu leur unique originalité qui est d’avoir des sous-préfets…

Congrès de l’Avancement des Sciences, Pau 1892.