Ouvrir le menu principal

À travers les grouins/Foire aux jambons

P.-V. Stock, éditeur (p. 84-86).




FOIRE AUX JAMBONS


(Intimité)


Ma mignonne, voici l’avril ! Un air plus doux
Où flotte l’âme populaire du saindoux
Et des frites, ce soir, invite aux indécences
Les troubades sortis avec leurs connaissances.
Les boutiquiers ventrus, aux blairs de tamanoir.
En famille, ont empli le boulevard Lenoir.
Ils gagnent, essoufflés, la barrière du Trône
Et les lutteurs forains sont tous en maillot jaune !

Viens ! nous allons humer des glaces à deux sous,
Dédaignant le concert arabe, où les dessous
Précaires des oulets-naïls sentent le rance.
— Comme il est pur le ciel de notre belle France !
Viens ! nous irons tous deux, fidèles au drapeau.
Complimenter l’ « homme de bronze » dont la peau
Fait voir l’airain si cher à Monsieur Déroulède.
Le sabre, le fusil, la dague de Tolède
Figurent, à son poing aimé des caporaux,
Les croûtes de Neuville et celles de Morot.
Nous prendrons notre part de ces plaisirs austères
(Trois sols pour les pékins, deux pour les militaires)
Et notre cœur où Jeanne d’Arc revit encor
Magnifiera Boisdeffre avec l’État-Major.

Nous déambulerons parmi les odeurs grasses,
— Tes bottines à huit francs cinquante, un peu lasses —
Jusqu’à l’heure où, la main dans la main, et suçant
Les berlingots, dont le parfum est innocent,

Nous gagnerons, vers la place de la Bastille,
Les tirs aux macarons, luisants de canetille
Et l’échoppe où l’on voit, telle que nos guerriers,

Une hure de porc ceinte de verts lauriers.