Vengeance fatale/Préface

La Cie d'Imprimerie Desaulniers, Éditeurs (p. 5).


J’espère que le lecteur ne me refusera pas l’indulgence que je lui demande pour cet ouvrage. En effet, lorsque, sous le pseudonyme de Carle Fix je publiais, en 1874, « Pierre Hervart » dans l’Album de la Minerve, je n’avais pas dix-huit ans, et quelques semaines à peine s’étaient écoulées depuis que je venais de déserter, pour toujours, les bancs du collège.

Depuis longtemps, j’avais donc à cœur de faire disparaître, en autant qu’il me serait possible, les imperfections que je suis le premier à reconnaître dans ce péché de jeunesse que beaucoup de personnes, probablement, me reprocheront d’avoir arraché à l’oubli perpétuel auquel il semblait destiné, ainsi que le nom de son auteur inconnu. Je n’ai garde de m’insurger contre tout jugement à mon égard, quelque sévère qu’il puisse être ; toutefois j’ai dû céder à des circonstances difficiles et me décider à publier une nouvelle édition de ce petit livre, encore très défectueuse, sans doute, mais que j’ai revue avec soin et pour laquelle je sollicite de nouveau la bienveillance de mes lecteurs.

L. C. W. Dorion.

Montréal, avril 1893.