Théologie portative, ou Dictionnaire abrégé de la religion chrétienne/G

◄  F
H  ►

G

Glaive. Jéſus-Chriſt, pour le bien du genre humain, eſt venu apporter le Glaive ; l’Egliſe de Dieu, qui eſt fort ſujette à ſe fâcher, poſſede dans ſon arsenal deux Glaives, l’un eſt le Glaive ſpirituel, qui vous expédie les ames ; l’autre eſt le Glaive temporel, qui vous expédie les corps ; c’eſt le moyen de mettre les gens à la raiſon. Au défaut de ces deux Glaives, l’Egliſe eſt encore en poſſeſſion d’un petit coutelet, mais elle le cache avec ſoin de peur qu’on ne le lui prenne ; elle ne s’en ſert jamais que dans les grandes occaſions. Voyez Régicide.

Gloire de Dieu. Nous ne pouvons douter que Dieu ne soit fier comme un Ecoſſois ; ſes Miniſtres nous le diſent à chaque inſtant ; c’eſt pour la plus grande gloire de Dieu qu’ils culbutent l’univers ; ce qui eſt très-légitime vû que Dieu n’a créé l’univers que pour ſa gloire, qui ſe confond toujours avec celle de ſes Prêtres.

Grace. Dont gratuit, que Dieu donne à qui bon lui ſemble, en ſe réſervant, comme de raiſon, le droit de punir tous ceux à qui il n’a point voulu la donner. Il n’eſt point encore bien décidé ſi pour produire ſon effet la grace doit être efficace ou ſuffiſante ; il faut attendre que Dieu nous donne ſa grace pour ſavoir à quoi nous en tenir ſur la nature de ſa grace.

Grandeurs. L’Egliſe de Dieu mépriſe les grandeurs de ce monde ; ſes Miniſtres n’en ſont aucunement curieux ; les Evêques ont une averſion marquée pour les titres, les cordons-bleus, les équipages &c. ils ſont ſur-tout très offenſés quand on leur donne le titre de grandeur.

Guerres de Religion. Saignées ſalutaires & copieuſes que les Médecins de nos ames ordonnent aux corps des nations, que Dieu veut favoriſer d’une doctrine bien pure. Ces ſaignées ont été fréquentes depuis la fondation de l’Egliſe ; elles ſont devenus très-nécéſſaires pour empêcher les Chrétiens de crever de la plénitude des graces que le ciel répand ſur eux.