Synopse des quatre Évangiles/Synopse Évangélique

J. Gabolda et Fils (p. 29-258).
SYNOPSE ÉVANGÉLIQUE
________________________________________________________

PROLOGUE


1. Le Verbe incarné et son précurseur

Jn. i.1 Au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu, et le Verbe était Dieu.

2 Celui-là était au commencement avec Dieu. 3 Tout s’est fait par lui, et sans lui rien ne s’est fait de ce qui s’est fait. 4 En lui était [la] vie, et la vie était la lumière des hommes ; 5 et la lumière luit dans les ténèbres ; et les ténèbres ne l’ont point comprise.

6 Il y eut un homme, envoyé de Dieu. Son nom [était] Jean. 7 Celui-là vint pour [le] témoignage, afin de rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui – 8 non qu’il fût, lui, la lumière, mais afin qu’il rendit témoignage à la lumière.

9 C’était la vraie lumière, – celle qui éclaire tout homme, – venant dans le monde. 10 Il était dans le monde – et le monde a été fait par lui et le monde ne le connut pas. 11 Il vint chez lui, et les siens ne l’accueillirent pas ! 12 Mais tous ceux qui le reçurent, il leur donna pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom, 13 qui ne sont nés, ni du sang, ni d’un vouloir charnel, ni d’un vouloir d’homme, mais de Dieu. 14 Oui, le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous et nous avons contemplé sa gloire, gloire qu'un tel Fils unique tient d’un tel Père, plein de grâce et de vérité.

15 Jean lui rend témoignage et s’écrie disant : « C’était de lui que je disais : Celui qui vient après moi a passé devant moi, parce qu’il existait avant moi. »

16 Si bien que de sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce après grâce ; 17 car la Loi a été donnée par l'intermédiaire de Moïse, la grâce et la vérité se sont répandues par l'intermédiaire de Jésus-Christ. 18 Personne n'a jamais vu Dieu : un Dieu Fils unique, étant dans le sein de [son] Père, Celui-là [l’]a raconté.

2. Pourquoi et comment saint Luc a-t-il écrit.

Lc. i.1 Puisque précisément plusieurs ont entrepris de composer un récit des faits accomplis parmi nous, 2 d’après ce que nous ont transmis ceux qui ont été dès le début témoins oculaires et serviteurs de la parole, 3 il m’a paru bon, à moi aussi, qui, depuis longtemps, m'étais applique à tout, connaître exactement, de t’en écrire avec ordre, noble Théophile, 4 afin que tu saches bien la solidité de l’enseignement

que tu as reçu.
PREMIÈRE PARTIE

L’AURORE DU SALUT

3. Annonce de la naissance du Précurseur.

Lc. i.5 Il était au temps d’Hérode, roi de Judée, un prêtre du nom de Zacharie, de la classe d’Abia, et il avait une femme [issue] des filles d’Aaron, et son nom était Elisabeth.

6 Ils étaient tous deux justes devant Dieu, marchant dans tous les commandements et observances du Seigneur, irréprochables. 7 Et ils n’avaient pas d’enfants, parce qu’Elisabeth était stérile, et qu’ils étaient tous deux avances en âge.

8 Or il arriva, comme il était de service devant Dieu au tour de sa classe, 9 que d’après l’usage du service divin il fut désigné par le sort pour brûler l’encens, de sorte qu’il entra dans le sanctuaire du Seigneur, 10 et toute la foule du peuple se tenait en prière au dehors à l'heure de l'encensement.

11 Or un ange du Seigneur lui apparut, debout, a droite de l’autel de l'encensement. 12 Et Zacharie fut trouble a cette vue, et un effroi fondit sur lui.

13 Or l’ange lui dit : « Ne crains pas, Zacharie, car ta demande a été exaucée et ta femme Elisabeth t’enfantera un fils, et tu l’appelleras du nom de Jean. 14 Et ce sera pour toi joie et allégresse, et beaucoup se réjouiront de sa naissance. 15 Car il sera grand devant le Seigneur, et il ne boira ni vin ni boisson enivrante, et il sera rempli de l’Esprit-Saint dès le sein de sa mere, 16 et il ramènera de nombreux fils d’Israë1 au Seigneur leur Dieu ; 17 et lui-même marchera devant Lui avec l’esprit et l’énergie d’Élie, pour ramener les cœurs des pères vers leurs enfants et les indociles au sentiment des justes, [de façon à] préparer au Seigneur un peuple bien disposé. » 18 Et Zacharie dit à l'ange : « À quoi reconnaîtrai-je cela ? Car je suis vieux et ma femme est avancée en âge. » 19 Et l’ange lui répondit : « Je suis Gabriel, qui me tiens devant Dieu, et j’ai été envoyé pour te parler et te porter cette bonne nouvelle. 20 Et tu vas garder le silence, et tu ne pourras pas parler, jusqu’au jour où ceci arrivera, puisque tu n’as pas cru à mes paroles, qui s’accompliront en leur temps. »

21 Et le peuple attendait Zacharie, et l'on s’étonnait pendant qu’il s’attardait dans le Temple. 22 Or, étant sorti, il ne pouvait leur parler, et ils comprirent qu’il avait eu une vision dans le Temple ; lui, cependant, leur faisait des signes, et demeura muet.

23 Et quand furent accomplis les jours de son ministère, il s’en alla à sa maison.

24 Quelque temps après, Elisabeth, sa femme, conçut. Et elle se tenait cachée durant cinq mois, en se disant : 25 « Voilà donc ce que m’a fait le Seigneur, quand il lui a paru bon d’enlever mon opprobre

parmi les hommes. »

4. Annonce de la naissance du Verbe incarné.

Lc. i. 26 Or, au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé de la part de Dieu dans une ville de Galilée nommée Nazareth, 27 à une vierge fiancée a un homme nommé Joseph, de la maison de David, et le nom de la vierge était Marie.

28 Et l’ange, étant entré chez elle, lui dit : « Salut, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi. (Tu es bénie parmi les femmes.) »

29 Et elle fut troublée de ce discours, et se demandait ce que pouvait être cette salutation.

30 Et l’ange lui dit : « Ne crains pas, Marie, car tu as trouvé grâce devant Dieu. 31 Et voici que tu concevras et que tu enfanteras un fils. Et tu l’appelleras du nom de Jésus. 32 Il sera grand et sera appelé fils du Très-Haut. Et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père : 33 et il régnera sur la maison de Jacob pour les siècles. Et son regne n’aura pas de fin.

34 Or Marie dit a l’ange : « Comment en sera-t-il ainsi, puisque je ne connais pas d’homme ? » 35 Et l’ange, répondant, lui dit : « L’Esprit-Saint viendra sur toi, la vertu du Très-Haut te couvrira de son ombre ; et pour cela l’enfant né [sera] saint, il sera appelé Fils de Dieu. 36 Et voici qu’Élisabeth, ta parente elle aussi a conçu un fils dans sa vieillesse, et celle qu’on appelait stérile en est à son sixième mois, 37 car rien n’est impossible à Dieu. 38 Or Marie dit : « Voici la servante du Seigneur : qu’il me soit fait selon ta parole. »

Et l’ange la quitta.

5. La visitation.

Lc. i. 39 En ces jours-la, Marie se mit en route et partit avec diligence pour la montagne, vers une ville de Juda.

40 Et elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. 41 Or il arriva, lorsqu’Élisabeth entendit la salutation de Marie, que l’enfant tressaillit dans son sein. Et Élisabeth fut remplie de l’Esprit-Saint, 42 et elle éleva la voix avec un grand cri et dit : « Tu es bénie parmi les femmes, et le fruit de ton sein est béni ! 43 Et d’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne à moi ? 44 Car dès que le son de ta salutation est arrivé à mes oreilles, mon enfant a tressailli de joie dans mon sein. 45 Et heureuse celle qui a cru que s’accomplirait ce qui lui a été dit de la part du Seigneur. »

46 Et Marie dit :

« Mon âme glorifie le Seigneur, 47 et mon esprit a tressailli de joie en Dieu mon sauveur,

48 parce qu’il a regardé la bassesse de sa servante. Car voici que désormais toutes les générations me diront bienheureuse,

49 parce que le Puissant a fait pour moi de grandes choses, et son Nom est saint.


50 Et sa miséricorde [s’étend] de génération en génération, sur ceux qui le craignent ;

51 Il a déployé la puissance de son bras, Il a dispersé ceux qui s’écrivaient d’orgueil aux pensées de leur cœur,


52 Il a fait descendre les potentats de [leurs] trônes, et a élevé les humbles ;

53 Il a rassasié de biens les affamés, et a renvoyé les riches à vide.


54 Il a secouru Israël son serviteur, pour se souvenir de la miséricorde – 55 comme Il avait dit à nos pères – en faveur d’Abraham et de sa race, à jamais. »


56 Or Marie resta avec elle environ trois mois, et elle retourna dans sa maison.

6. Naissance et circoncision de saint Jean-Baptiste.

Lc. i. 57 Quant à Élisabeth, le temps fut révolu où elle devait accoucher, et elle enfanta un fils. 58 Et ses voisins et ses parents apprirent que le Seigneur avait signalé sa miséricorde envers elle, et ils se réjouissaient avec elle.

59 Et puis le huitième jour, ils vinrent pour circoncire l’enfant, et ils l’appelaient du nom de son père Zacharie. 60 Et sa mère, ayant pris la parole, dit : « Non, mais il s’appellera Jean. » 61 Et ils lui dirent : « Il n’est personne dans ta parenté qui s’appelle de ce nom. » 62 Alors ils faisaient des signes à son père [pour savoir] comment il voulait qu’il s’appelât. 63 Et ayant demandé une petite tablette, il écrivit pour dire : « Jean est son nom. » Et tous de s’étonner. 64 Or aussitôt sa bouche s’ouvrit, et sa langue, et il parlait, bénissant Dieu.

65 Et tous leurs voisins furent saisis de crainte ; et dans toute la montagne de Judée, toutes ces choses étaient l’objet des entretiens. 66 Et tous ceux qui en avaient entendu parler y prenaient garde en leur cœur, en se disant : « Que sera donc cet enfant ? » Et, en effet, la main du Seigneur était avec lui. 67 Et Zacharie son père fut rempli de l’Esprit-Saint, et prophétisa, disant :


I


« 68 Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, parce qu’Il est venu parmi nous, qu’Il a opéré la délivrance de son peuple,
69 Et qu’Il nous a suscité une corne de salut, dans la Maison de David, son serviteur,

70 Comme Il l’avait dit par la bouche de ses saints prophètes d’antan :
71 Pour nous sauver de nos ennemis, et de la main de tous ceux qui nous haïssent,

72 Faire miséricorde à nos pères, et se souvenir de sa sainte alliance,
73 Du serment qu’Il a juré à Abraham, notre père,

Afin de nous permettre, 74 exempts de crainte, delivrés des mains de nos ennemis,
De le servir 75 en : sainteté et justice, en sa présence, durant tous nos jours.



II




76 Et toi-même, petit enfant, tu seras nommé prophète du Très-Haut ;
Car tu marcheras devant la face du Seigneur, pour préparer ses voies,

77 Afin de donner la connaissance du salut à son peuple,
en la rémission de leurs péchés,
78 Ensuite de la miséricorde du cœur de notre Dieu, qui l’amènera parmi nous, Astre levé d’en-haut,

79 Pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et l’ombre de la mort,
Afin de mettre nos pieds dans le bon chemin, sur la voie de la paix. »

80 Or l’enfant croissait et se fortifiait en esprit, et il était dans les déserts jusqu’au jour de sa manifestation à Israël.

7. L’apparition à saint Joseph.

Mt. i.18 Or, la génération du Christ était telle :

Sa mère Marie : ayant été fiancée à Joesph, avant qu’ils eussent habité ensemble elle se touva enceinte par la vertu de l’Esprit-Saint. 19 Joseph, son mari, étant juste et ne voulant pas l’exposer au décri public, forma le dessein de la répudier secrètement. 20 Comme il était dans cette penséee, voici qu’un ange du Seigneur lui apparut en songe, disant : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ta femme, car ce qui est conçu en elle est l’ouvrage de l’Esprit-Saint. Elle enfantera un fils. Et tu lui donneras le nom de Jésus, car il sauvera son peuple de leurs péchés. »

22 Or, tout cela arriva pour que fut accompli ce que le Seigneur avait prononcé par le prophète qui avait dit :

23 Voici que la Vierge concevra et enfantera un fils, et on lui donnera le nom d’Emmanuel.,

ce qui veut dire « Dieu est avec nous ».

24Réveillé de son sommeil, Joseph fit ce que l’ange du Seigneur lui avait commandé. Et il prit chez lui sa femme ; 25a et il ne la connut pas jusqu’au jour où elle enfanta un fils (25b, §9).

8. Naissance de Jésus.

Lc. ii. 1 Or il arriva, en ces jours-là, qu’il sortit un édit de César Auguste [ordonnant] que l’univers entier fût recensé. 2 Ce recensement fut antérieur à [celui qui eut lieu] Quirinius étant gouverneur de Syrie.

3 Et tous partaient pour s’inscrire, chacun dans sa propre cité. 4 Joseph monta donc aussi de la Galilée, de la ville de Nazareth, vers la Judée, vers la ville de David qui se nomme Béthléem, – parce qu’il était de la maison et de la famille de David, – 5 pour s’inscrire avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte.

6 Or, pendant qu’ils étaient là, le temps où elle devait enfanter arriva. 7 Et elle enfanta son fils premier-né. Et elle l’enveloppa de langes. Et elle le coucha dans une crèche, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie.

8 Et il y avait dans cette même contrée des bergers qui demeuraient aux champs et veillaient durant la nuit sur leur troupeau. 9 Et un ange du Seigneur parut près d’eux et la Gloire du Seigneur les enveloppa de lumière. Et ils furent saisis d’une grande crainte. 10 L’ange leur dit : « Ne craignez pas ; car voici que je vous annonce une grande joie, destinée à tout le Peuple ; 11 car il vous est né aujourd’hui un Sauveur, qui est le Christ Seigneur, dans la ville de David. 12 Et voici ce qui vous servira de signe : vous trouverez un petit enfant enveloppé de langes et couché dans une crèche. »

13 Et aussitôt il y eut avec l'ange une troupe nombreuse de l’armée céleste, louant Dieu et disant : « 14 Gloire à Dieu dans les hauteurs, et paix sur la terre parmi les hommes de bonne volonté. »

15 Et lorsque les anges les eurent quittés allant, au ciel, les bergers se disaient les uns aux autres : « Allons donc jusqu’à Béthléem, et voyons ce qui est arrivé [et] que le Seigneur nous a fait connaître. » 16 Et ils vinrent en hâte. Et ils trouvèrent Marie, et Joseph, et le petit enfant couché dans la crèche.

17 Ce qu’ayant vu, ils firent connaître ce qui leur avait été dit de cet enfant. 18 Et tous ceux qui les entendirent s’étonnèrent de ce qui leur avait été dit par les bergers ; 19 mais Marie retenait toutes ces paroles, les méditant dans son cœur (Cf. v. 51, § 14).

20 Et les bergers s’en retournèrent, glorifiant et louant Dieu de tout ce qu’ils avaient entendu et vu, comme il leur avait été dit (Cf. Mt. ii1, § 11).

9. La Circoncision et le Nom de Jésus.

Lc. ii22 Et quand furent accomplis les huit jours [après lesquels] il devait être circoncis, on lui donna son nom de Jésus indiqué par l’ange avant qu’il eût été conçu dans le sein [de sa mère]. Mt. i.25b et il [Joseph] lui donna son nom de Jésus (Suite, § 11).

10. La Présentation au Temple.

Lc. ii.22 Et lorsque fut accompli le temps de leur purification, selon la Loi de Moïse, ils le portèrent à Jérusalem pour l’offrir au Seigneur, 23 selon qu’il est écrit dans la Loi du Seigneur, que : Tout enfant sorti le premier du sein maternel sera regardé comme consacré du Seigneur, 24 et pour donner en sacrifice, selon ce qui est dit dans la Loi du Seigneur, une paire de tourterelles ou deux jeunes colombres.

25 Et il y avait à Jérusalem un homme nommé Siméon. Et cet homme était juste, timoré, attendant la consolation d’Israël. Et l’Esprit-Saint reposait sur lui. 26 Et il lui avait été révélé par l’Esprit-Saint qu’il ne verrait pas la mort avant qu’il n’eût vu le Christ du Seigneur.

27 Et il vint au Temple, conduit par l’Esprit. Et au moment oiiles parents de l’Enfant Jésus l’amenaient pour faire ce que prescrivait la Loi à son sujet, 28 il le prit dans ses bras. Et il bénit Dieu et dit :

« 29 Maintenant, tu laisses aller ton serviteur, Maitre !
en paix, selon ta parole ;
30 Car mes yeux ont vu ton Salut,
31 que tu as preparé à la face de tous les peuples,
32 Lumière pour éclairer les Nations,
et Gloire de ton peuple Israël ! »

33 : Et son père et sa mère étaient étonnés de ce qui avait été dit de lui.

34 Et Siméon les benit et dit a Marie, sa mère : « Voici qu’il est placé pour la chute et le relèvement d’un grand nombre en Israël, et pour être un signe en butte à la contradiction. 35 Et ton âme, à toi aussi, sera transpercée d’un glaive. [Tout cela] afin que soient découvertes les pensées d’un grand nombre de cœurs. »

36 Et il y avait une prophétesse, Anne, fille de Phanouël, de la tribu d’Aser, — elle était très avancée en âge, ayant vécu avec son mari 7 ans depuis sa virginité, 37 et, [devenue] yeuve, jusqu’à 84 ans, — qui ne quittait pas le Temple, servant [Dieu] nuit et jour par les jeûnes et les prières.

38 Et paraissant au même moment, elle rendait gloire à Dieu et parlait de [l’Enfant] a tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.

11. Les Mages. La fuite en Égypte.
Le massacre des SS. Innocents.


Mt. ii.1 Or, Jésus étant né à Béthléem de Judée au temps du roi Hérode, voici que des Mages venus de [l’]Orient arrivèrent à Jérusalem, 2disant : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Car nous avons vu son astre à l’orient, et nous sommes venus l’adorer. »

3L’ayant appris, le roi Hérode fut troublé. Et Jérusalem tout entière avec lui. 4 Et ayant assemblé tous les princes des prêtres et les scribes du peuple, il s’informait auprès d’eux où devait naître le Christ. 5Ceux-ci lui dirent : « À Béthléem de Judée ; car il est ainsi écrit par le ministère du prophète :

6 Et toi, Béthléem, terre de Juda,
tu n’es pas la plus petite parmi les Princes de Juda :
Car de toi sortira un chef,
qui doit paître mon peuple Israël. »

7Alors Hérode, ayant fait appeler les Mages, apprit d’eux exactement le temps de l’apparition de l’astre. 8 Et les ayant mis sur le chemin de Bethléem, il dit : « Allez, enquérez-vous exactement de l’enfant. Et lorsque vous l’aurez trouvé, annoncez-le-moi, afin que moi aussi j’aille me prosterner devant lui. » Sur ces paroles du roi, ils partirent.

Et voici que l’astre qu’ils avaient vu à l’orient, les précédait jusqu’à ce qu’il vint s’arrêter au-dessus de l’endroit où était l’Enfant. 10À la vue de l’astre, ils se réjouirent vivement d’une grande joie

11Et étant entrés dans la maison, ils virent l’Enfant avec Marie sa mère. Et tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui. Et, ayant ouvert leurs trésors, ils lui offrirent des présents, de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

12 Et ayant été instruits en songe de ne pas revenir vers Hérode, ils se retirèrent dans leur pays par un autre chemin.

13Après qu’ils se furent retirés, voici qu’un ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph, disant : « Lève-toi, prend l’Enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Et restes-y jusqu’à ce que je te donne avis. Car Hérode va chercher l’Enfant pour le faire périr ! » 14Lui donc se leva pris l’Enfant et sa mère pendant la nuit et se retira en Égypte.

15Il y demeurait jusqu’à la mort d’Hérode, afin d’accomplir ce qui avait été dit par le Seigneur, par le ministère du prophète :

J’ai appelé d’Égypte mon fils.

16Alors Hérode, voyant qu’il avait été joué par les Mages, entra dans une grande fureur. Et il envoya tuer tous les enfants qui étaient à Béthléem et dans tout son territoire, depuis l’enfant de deux ans et au-dessous, selon le temps qu’il avait appris exactement des Mages.

17Alors fut accompli ce qui avait été dit par le prophète Jérémie :

18Une voix a été entendue dans Rama,
lamentation et maints gémissements :
Rachel pleure ses enfants
et n’a pas voulu être consolée, car ils ne sont plus.

12. Le retour d’Égypte.

Mt. ii.19 Or, Hérode étant mort, voici qu’un ange du Seigneur apparaît à Joseph en Égypte, 20disant : « Lève-toi, prends l’Enfant et sa mère et va au pays d’Israël, car ils sont morts ceux qui en voulaient à la vie de l’Enfant. »

21Lui donc se leva prit l’Enfant et sa mère, et entra dans le pays d’Israël. (Cf. Mt. ii., 15, § 11.)

13. Le retour à Nazareth.

Lc. ii. 39 Et lorsqu’ils eurent accompli tout ce qui regardait la Loi du Seigneur,
ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. Mt. ii. 22 Mais ayant entendu dire : « Archélaüs règne sur la Judée à la place d’Hérode son père » il craignit de s’y rendre.
Ayant été instruit en songe, il se retira dans la région de la Galilée, 23 et vint habiter dans une ville nommée Nazareth, afin d’accomplir ce qui avait été dit par le ministère des prophètes, qu’il serait appelé « Nazaréen ! ».

14. Le Recouvrement au Temple. La Vie cachée.

Lc. ii. 40 Cependant l’Enfant grandissait et se fortifiait, se remplissant de sagesse. Et la grâce de Dieu était sur lui.

41 Et ses parents allaient chaque année à Jérusalem pour la fête de la Pâque.

42 Et lorsqu’il eut 12 ans, comme ils étaient montés selon le rite de la fête, et après qu’ils eurent terminé le temps voulu, pendant qu’ils retournaient, l’Enfant Jésus resta à Jérusalem. Et ses parents ne s’en aperçurent pas.

44 Ayant donc supposé qu’il était dans la caravane, ils firent une journée de chemin. Et ils le cherchaient parmi leurs parents et connaissances. 45 Et ne l’ayant pas trouvé, ils retournèrent a Jérusalem en le cherchant.

46 Et il arriva qu’après 3 jours ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu, des maitres, et les écoutant, et les interrogeant ; 47 or, tous ceux qui l’écoutaient étaient stupéfaits de son intelligence et de ses réponses. 48 À cette vue, ils furent saisis d’étonnement. Et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois, ton père et moi, fort en peine, nous te cherchons. » 49 Et il leur dit : « Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas que je dois être auprès de mon Père ? » 50 Et ils ne comprirent pas la parole qu’il leur avait dite.

51 Et il redescendit avec eux et vint a Nazareth.

Et il leur était soumis.

Et sa mère observait toutes ces choses dans son cœur (Cf v. 19, § 8).

Et Jésus grandissait en sagesse, et en taille, et en grâce auprès de Dieu et des hommes.

DEUXIÈME PARTIE

JEAN PRÉPARE L’ARRIVÉE DU MESSIE

15. Entrée en scène de saint Jean-Baptiste


Lc. iii.1 Or, en l’an 15 du gouvernement de Tibère César, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée, Hérode tétrarque de la Galilée, Philippe son frère tétrarque de l’Iturée et du pays Trachronite, et Lysanias tétrarque de l’Abilène, 2 sous le grand prêtre Anne et Caïphe, la parole de Dieu fut [adressée] à Jean, fils de Zacharie, dans le Désert. Mc. i.3 Commencement de l’évangile de Jésus-Christ Fils de Dieu :
3 Il vint dans toute la région du Jourdain, prêchant un baptême de pénitence pour la rémission des péchés. 4 Jean, le Baptiste, fut dans le Désert, prêchant un baptême de pénitence pour la rémission des péchés Mt. iii.1 En ces jours-là apparaît Jean, le Baptiste, prêchant dans le Désert de Judée, 2 disant : « Faites pénitence car le règne des Cieux est proche. »
5 Et tout le pays de Judée venait auprès de lui, et tous ceux de Jérusalem. Et ils se faisaient baptiser par lui dans le fleuve du Jourdain, confessant leurs péchés. 5 Alors venait auprès de lui Jérusalem, toute la Judée et toute la région du Jourdain. 6 Et ils se faisaient baptiser dans le fleuve du Jourdain par lui, confessant leurs péchés.
6 Or Jean était vêtu de poils de chameau, avec un pagne de peau autour de ses reins. Et ils se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. (Suite § 18.) 4Lui-même, Jean, avait son vêtement [fait] de poils de chameau, avec une ceinture de cuir autour de ses reins. Sa nourriture était de sauterelles et de miel sauvage.
4 Ainsi qu’il est écrit au Livre des paroles du prophète Isaïe : 2 Ainsi qu’il est écrit dans le prophète Isaïe :
(Voici que j’envoie mon messager devant ta face pour disposer de ta voie. Cf. § 79.)
3 Car c’est lui dont il est parlé par le ministère du prophète Isaïe, disant :
Voix de celui qui crie dans le désert :

Préparez la voie du Seigneur,
  rendez droits ses sentiers :

3Voix de celui qui crie dans le désert :

Préparez la voie du Seigneur,
  rendez droits ses sentiers :

Voix de celui qui crie dans le désert :

Préparez la voie du Seigneur,
  rendez droits ses sentiers :

5Tout ravin sera comblé,

et toute montagne et [toute] colline abaissée,
Et les chemins sinueux deviendront [voie droite]
   et les raboteux des chemins unis :
6 Et toute chair verra le salut de Dieu.


[Jn. i. 6 Il y eut un homme, envoyé de Dieu. Son nom était Jean. Cf. § 1 23 Il dit : « Je suis la Voix de celui qui crie dans le désert. Redressez la voie du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe. » Cf. § 22.]

16. Prédication de saint Jean-Baptiste

Lc. iii. 7 Il disait donc aux foules qui venaient pour être baptisées par lui : « Race de vipères, qui vous a appris à fuit le colère à venir ? 8 Faites donc de dignes fruits de pénitence. Et n’allez pas vous dire : « Nous avons pour père Abraham ! » Car je vous dis que Dieu peut de ces pierres susciter des enfants à Abraham. 9 Et déjà même la cognée est placée à la racine des arbres ; tout arbre donc qui ne fait pas de bon fruit va être coupé et jeté au feu. » Mt. iii 7 Or, voyant beaucoup de Pharisiens et de Sadducéens qui venaient à son baptême, il leur dit : « Race de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir ? 8 Faites donc un digne fruit de pénitence. Et n’ayez pas l’air de vous dire : « 9 Nous avons pour père Abraham ! » Car je vous dis que Dieu peut de ces pierres susciter des enfants à Abraham. 10 Et déjà la cognée est placée à la racine des arbres ; tout arbre donc qui ne fait pas de bon fruit va être coupé et jeté au feu. (Suite, § 18.)

17. Avis particuliers donnés par le Baptiste

Lc. iii. 10 Et les foules l’interrogeaient, disant : « Que devons-nous donc faire ? » 11 Il répondait et leur disait : « Que celui qui a deux

tuniques partage aec celui qui n’en a pas, et que celui qui a de quoi manger fasse de même. »

12 Il vint aussi des publicains pour être baptisés, et ils lui dirent : « Maître, que devons-nous faire ? » 13 Et il leur dit : « N’exigez rien en plus de ce qui vous a été fixé. »

14 Des gens du service armé lui demandaient aussi : « Et nous, que devons-nous faire ? » Et il leur dit : « Ne molestez personne. Ne dénoncez pas faussement. Et contentez-vous de votre paye. »

18. Annonce de l’arrivée du Messie.

Lc. iii. 15 Tout le monde étant dans l’attente, et comme ils se demandaient dans leur cœur au sujet de Jean s’il ne serait pas le Christ, 16 Jean déclara, s’adressant à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau. Mais il vient, celui qui est plus fort que moi [et] dont je ne suis pas digne de délier la courroie des sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit-Saint et le feu. 17 Il a le van à la main pour nettoyer son aire et amasser le froment dans son grenier ; quant à la balle, il la brûlera dans un feu inextinguible. »</ br>18 Fréquemment donc, et par d’autres exhortations encore, il évangélisait le peuple (19-20 = §34). Mc. i. 7 Et il proclama hautement :
« Il vient derrière moi, celui qui est plus fort que moi ; et je ne suis pas digne de me mettre à ses pieds pour délier la courroie de ses sandales. 8 Moi je vous ai baptisé avec de l’eau ; mais lui vous baptisera dans l’Esprit-Saint. »
Mt. iii « … 11 Moi je vous baptise dans l’eau, pour la pénitence. Mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi : [lui] dont je ne suis pas digne de porter les sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit-Saint et le feu. 12 Il a le van à la main et il nettoiera son aire : et il amassera son froment dans le grenier ; quant à la balle, il la brûlera dans un feu inextinguible. »

[ Jn. i 12Jean [en tout temps et en tout lieu] lui rend témoignage et s’écrie, disant : « C’était de Lui que je disais « Celui qui vient après moi a passé devant moi », car il existait avant moi. » Cf. § 1.]

[ 26 Jean leur répondit disant : « Moi, je baptise dans l’eau ; au milieu de vous se tient quelqu’un que vous ne connaissez pas, 27 qui vient après moi, dont je ne suis pas digne de délier la courroie de la sandale. 28 Cela se passa à Béthanie, au delà du Jourdain, où Jean baptisait. Cf. § 22.]


[ 30 C’est lui dont j’ai dit [hier encore] : « Derrière moi vient un homme qui a passé devant moi … car il existait avant moi. – 33 Et pour moi, je ne le connaissais pas ; mais celui qui m’a envoyé baptiser Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/48 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/49 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/50 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/51 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/52 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/53 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/54 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/55 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/56 --’"’l- ’ ’, t II. DU

PRECURSEtfR AU

CHRIST, 34. Saint Jean-Baptiste est jete est’Lc. in. [ 18 Frequemment done et par d’autres exhortations, encore, il 6vang61isait le peuple, 8 18]. t 19 Mais le, tctrarque H6rode, i-epris par lui au sujet d’Herodiade la femme de-son frere, et au sujet de toutes les mauvaises actions qu’il avail commises lui H6rode, 20 a, o’usa encore ceci a tout [le reste] : il enferma Jean en prison !… (Suite, S 19.) Me. vi. 17 CarH6rode lui-même avail envoy6 arrfiter Jean et l’avait enchain, en prison, a cause d’H6rodiade, la femme de Philippe son fr6se, parce qu’il l’avait 18 Car Jean disait a H6rode : II ne t’est pas permis d’avoir la femme de ton frere.

19 Or, H^rodiadelui en voulait et ietait r6solue a le faire tuer.

Et elle ne [le] pouvait pas, 20 car.flerode avail du respecl pour Jean, sachant que c’ctait un homme juste et saint. Et il le mettait a couvert. Et quand il l’entendait, il e"tait fort perplexe ; et[pourtant] il l’ecoutait volontiers (Suite, 8 103).

MT. xiv. 3 Car alors H6rode avait fait arre> ter Jean et l’avaty enchain 6 et mis en prison, a cause d’H6rodiade, la femme de Philippe son frere.

. Car Jean lui disait :, II ne t’est pas permis de l’avoir.

5 Et youlant le tuer, il craignit la foule, parce qu’on le tenait pour un’prophete. (Suite.

SW3).. 34. Ifachfronte, debut de mai 28. H6rode-Antipas n’ose pas faire p6rit le Baptiste, par crainte du peuple. Mais la haine personnelle d’Herodiade saura trouver l’occasion de se venger (103).- On a vu au 32 l’allusion faisépar saiat Jean a cet emprisonnement raconte par les Synopliques.,, TROISIEME P ARTIE

LE MINISTERS EN GALILEE, JUSQU’A LA DEFECTION DE NOMBREUX DISCIPLES

1" section. Jisus tfiloigne de la Judde el va pricker en Galilee. 35. Retour en Galilee.

Lc. iv. . n t Et Je"sus, Me. i. u *Etapresque Mr. iv. " Et ayant parlavertu del’Esprit, Jean cut 6t6 hvre", J6- apprisque Jean avail retourna en Gahle’e. susserendit en Galilee, 6te livre, il se retira (14YS38). (14VS38). en Galilee. (13, 8 40). JN. iv. 1 LOTS done que le Seigneur cut appris que les Pharisiens avaicnt oui’ dire que Jesus faisait et baptisait plus de disciples que Jean, 2 quoique Jesus lui-m^me ne baptisat pas, mais ses disciples, 3 il quitta la Jude"e et s’en alia de nouveau en Galile"e. 36., Entretien avec la Samaritaine.

a) Introduction d Fentretien. ’.. :.

JN. iv. * Or, il fallait qu’il passat par la Samarie. 8 11 arrive done a une ville de la Samarie, nommfie Sychar, pres du champ que Jacob ayait donne a Joseph son fils. " e La se trouvait la Source de Jacob. Jesus done, fatigue du cheriiin, etait assis a meme, pres de la source. C’e~tait environ la sixieme heure. ,

b) Entrelien sur I’eau vive.

i Survient une femme, de la Samarie, pour puiser de I’eau. J4sus lui dit :

Donne-moi & boire. ~ .

8 Car ses disciples s’en dtaient all^s a la ville pour acheter.des vivres. .

9 La femme samaritaine lui dit done : ; Comment toi, qui es juif, me demandes-tu a boire, a moi, qui . suis une femme samaritaine ?

Car les Juifs n’ont point do rapports avec les Samari tains. 10 Si tu savais le don de DieuJlui r6pondit J6sus, etquelest celui qui te dit : Donne-moi a boire , cest toi qui 1’aurais pri6 ! Et il t’aurait donn6 de I’eau vive.

35. Pour le premier retour en Galilee apres le Bapteme, voir 25. Puisqu ’Herode a mis fln a 1’agitation provoqude par Jean, les Pharisiens veulent faire cesser 1’enlhousiasmfc souleve par Jesus. Le Sauveur juge done a propos de renoncer pour quelque temps a son action en Judee. 36. Au pied du Garizim, mat 28. Le disciple bien-aim6 a regn de J6sns la confidence de cet entretien. En disant : < Donne-moi a boire , c’est 1’amour de 53 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/59 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/60 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/61 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/62 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/63 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/64 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/65 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/66 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/67 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/68 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/69 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/70 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/71 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/72 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/73 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/74 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/75 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/76 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/77 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/78 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/79 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/80 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/81 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/82 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/83 .HESITATIONS ET ADHESl’ONS. 79

11 va ; et aun autre : Viens ! et teur : Fais celat et il le fait. ilvient ; et a mon serviteur : Fais

ceci ! et il le fait.,

, 9 Ce qu’ayant ehtendu, Jesus 10 Or, Jesus, ayant entendu [ces 1’admira. Et s’dtant tourn6 vers la mots], fut dans Padmiration et dit foule qui le suivait, il dit : Je a ceux qui suivaient : En verite vous Iedis : m6me en Israel, je n’ai je vous le dis : je n’aitrouve aupas trouv6 autant de foi f tant de foi chez personne en Israe’l !.(11-12=S 184).

10 Et les envoyes 6tant retour— 13 EtJdsus dit au centurion : Va, 6s a la maison trouverent le ser— qu’ilte soil fait selonquetu as cru. viteur guSri. Et le serviteur fut gueri a cette heure-la (Suite, $ 43).

77. Resurrection du fils de la veuve a Nam (Cf. 99 et 220). Lc. vn. n Et il arriva le [mois] suivant qu’il se rendit & une ville nominee Nam. Et ses disciples faisaient route avec lui, ainsi qu’une foule nombreuse.

12 Lorsqu’il approcha de la porte de la ville, yoici qu’on emportait mort, le fils unique de sa mere celle-ci etait veuve. Et des gens de la ville en grand nombre e’taient avec elle. 13 Et le Seigneur 1’ayant vue, eut piti6 d’elle et lui dit : Ne pleure pas.

" Et s’4tant approch6, il toucha le cercueil ceux qui le portaient s’arrfeterent et il dit : Jeune homme, je te. le dis : leve-toi ! 15 Et le mort se mit sur son s6ant et commenga aparler. Evil le remit a sa mere.

16 Tons furent saisis de crainte. Et ils rendaient gloire a Dieu, en disant : Un grand prophete a et6 suscite parmi nous ! et : Dieu a visit6 son peuple ! 17 Et ce discours se rcpandit a son sujet dans toute la Jud6e et dans tout le pays d’alentouiv

78. Le Message du Précurseur.

Lc. vii.18 Et les disciples de Jean lui rapportèrent tout cela.
Et ayant appelé deux de ses disciples, Jean 19envoya dire au Seigneur : « Es-tu Celui-qui-vient, ou en attendrons-nous un autre ? »
Mt. xi.2 Or Jean, ayant appris dans la prison les œuvres du Christ, lui envoya dire par ses disciples : 2 « Es-tu Celui-qui-vient, ou en attendrons-nous un autre ? »
20 À ce moment, il guérit beaucoup de personnes [affligées] de maladies et d’infirmités et d’esprits malins, et il accorda de voir à plusieurs aveugles.


20 Arrives aupres de lui, ces

hommes dirent : Jean, le Bap tiste, nous a envoyes pres de toi

pour te dire : Es-tu Celui-qui vient, ou en attendrons-nous un

autre ?,

21 A ce moment, il gu<Srit beau coup de personnes [affligees] de

par I’arrivde de Jesus, de prononcer Iui-m6mc la belle priere quo ses amis avaient missioa de transmettre…

77. Juillet 28. La nouvelle de ce beau miracle se repand done dans toutc la Palestine et mfime en Transjordane, jusqu’a Macheronte ou saint Jean-Baptiste est retenu prisonnier. Elle le determine a envoyer au Christ deux messagers.

22 Et il leur répondit : « Allez, rapportez à Jean ce que vous avez vu et entendu : les aveugles voient clair, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés et les sourds entendent, les morts ressuscitent, les pauvres sont évangélisés ! 4 Et Jésus leur répondit et dit : « Allez, rapportez à Jean ce que vous entendez et voyez : 5les aveugles voient clair et les boiteux marchent ; les lépreux sont purifiés et les sourds entendent ; les mortes ressuscitent ; et les pauvres sont évangélisés !
23 Et bienheureux celui pour lequel je ne suis pas objet de scandale. » 6 Et bienheureux celui pour lequel je ne suis pas objet de scandale ! »

79, Temoignage rendu au Precurseur par le Messie.

Lc. vii24 Lorsque les envoyés de Jean furent partis, il se mit à dire à la foule, au sujet de Jean : Mt. xi.7 Lorsque ceux-ci s’en furent allés, Jésus se mit à dire à la foule au sujet de Jean :
« Qu’êtes vous allés contempler dans le désert ?…
Un roseau agité par le vent ?…
« Qu’êtes vous allés contempler dans le désert ?…
Un roseau agité par le vent ?…
25 Mais qu’êtes-vous allés voir ?…
…Un homme revêtu d’habits moelleux ?… Or ceux qui sont vêtus d’habits somptueux et qui vivent dans les délices sont dans les palais des rois.
8 Mais qu’êtes-vous allés voir ?…
…Un homme revêtu d’[étoffes] moelleuses ?… Or ceux qui sont portent des [étoffes] moelleuses sont dans les demeures des rois.
26 Mais qu’êtes-vous allés voir ?…
Oui vous dis-je, et plus qu’un prophète.
9 Mais pourquoi êtes-vous sortis ?…
Pour voir un prophète ?… Oui vous dis-je, et plus qu’un prophète.
27 C'est celui dont il est écrit :
« Voici que j'envoie mon messager devant ta face,
pour disposer ta voie devant toi. » (Cf. Mc i, 2, §15.)
10 C'est celui dont il est écrit :
« Voici que j'envoie mon messager devant ta face,
pour disposer ta voie devant toi. »

Lc. vu. 24 Lorsque les envoyes de Jean furejit partis, il se mit a dire a la foule, au sujet de Jean : Qu’ete^-vou.s alles contempler dans le desert ?… Un roseau agite par le vent ?… ’… 25 Mais qu’etes-vous alles voir ?… … Un homme revetu d’habits moelleux ?… Or ceux qui sont vetus d’habits somptueux et qui vivent dans les delices sont dans les palais des rois. 26 Mais qu’etes-vous alles voir ?.-.., Un prophete ?… Oui vous dis-je, et plus qu’un prophete. 27 C’est celui dont il est ecrit :

’Void que j’envoie mon messager

devant ta face, pour disposer ta voie devant toi. (Cf. Me. I, 2, 15.)’ 28 Je vous le dis t’parmi les fils de la femme, il n’est pas de plus grand prophete que Jean ; mais le moindre dans le royaume de Dieu est plus grand que lui ! f xvi. 16 La Loi et les prophetes [vont] jusqu’a Jean ; depuis lors, le royaume de Dieu Mr. XL 7 Lorsque ceux-ci s’en furent alles, J6sus se mit a dire a la foule, au sujet de Jean : ’Qu’etes-vous altes contempler dans le desert ?… Un roseau agite par le vent ?… … 8 Mais qu’6tes-vouS alles voir ?… … Un homme revetu d’[6toffes] moelleuses ?… Or, ceux qui portent des [etoffes] moelleuses sont dans les demeures des rois. 9 Mais pourquoi etes-vous sortis ? … Pour voir un prophete ?… Oui vousdis-je, etplus qu’un prophete. 10 C’est celui dont il est ecrit : Voici que j’envoie mon messages devant ta face, 9 pour disposer ta vote devaitl toi, ri En verite je vous le dis : il n’a ete suscit6 parmi les fils de la femme personne de pfeus grand que Jean, le Baptiste ; mais ie moin 1. dre dans le r6j r aume des Cienx estplus grand quelui ! (12, apres 13), 1B Car tous les prophetes et la Loi jusqu’a Jean ont lait des propheties ; I2 naais depuis les jours de Jean, cles en sont la preuve),’qu, e ^esus ne yeyiUe, pas se mettre plus re, solunieijt. a 1’ceuyre predite au 18. J6 ? us 1’eclaire sur ce que doit &re le veritable inessjanisme. Allusi ; on a Is. —xs.ix.j— 18 s. ;.xxxv, 5 s., LXJ, , 1 et xxVi, 19. Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/86 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/87 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/88 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/89 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/90 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/91 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/92 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/93 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/94 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/95 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/96 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/97 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/98 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/99 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/100 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/101 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/102 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/103 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/104 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/105 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/106 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/107 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/108 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/109 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/110 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/111 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/112 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/113 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/114 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/115 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/116 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/117 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/118 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/119 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/120 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/121 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/122 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/123 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/124 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/125 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/126 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/127 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/128 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/129 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/130 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/131 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/132 123 IV, KEVfcLATlON PLUS CLAIRE. meme ce n’est pas la ’ volonte de votre Pere . qui [est] dans les cieux que p6risse un seul de ces petits. (Of. $195). (Suite, S 134.) L’energie pour se preserver du scandale recu. (Syn. gr. 133) Me. ix. 43 Et si ta main est pour toi un sujet de scandale, coupe-la. II vaut mieux que tu entres manchot dans la Vie, que d’aller, ayant les deux mains, a la Gehenne, au feu inextinguible, ( 44 ou leur ver ne i finit pas et [ou] le feu ne s’eteint pas). 45 Et si ton pied est pour toi un sujet de scandale, coupe-le. II vaut mieux que tu entres boiteux dans la yie, que d’etre jete, ayant les deux pieds, a la Gehenne, ( 46 ou leur ver rie finit pas et [ou] le feu ne s’eteint pas). ’ 47 Et si ton ceil est pour toi un sujet de scandale, arrache-le. II vaut mieux que tu entres avec un seul ceil dans le Royaume de Dieu que d’etre jete, ayant les deux yeux, dans la Gehenne, 48 ou leur ver ne finit pas et [ou] le feu ne s’eteint pas. - 49 Car tous doivent etre sales au feu. MT. XVHI. 8 Or, si ta main ou ton pied est pour toi un sujet de scandale, coupe-le et le jette [loin] de toi. II vaut mieux pour toi entrer dans la Vie manchot ou boiteux, que d’etre jete dans le feu eternel, ayant deux mains ou [ayant] deux pieds. (Ct. v, 29-30, 8 60). 9 Et si ton ceil est pour toi un sujet de scandale,- enleve-le et le jette [loin] de toi. 11 vaut mieux pour toi entrer dans la Vie avec un seul ceil que d’etre jete, ayant les deux yeux, dans la Gehenne du feu. (Suite, au milieu du S precedent.)

Les disciples doivent rester le sel de la Terre.

(Syn. gr. 134).

f Lc. xiv. 34 Done Me. ix. 50 . Le sel le sel est [quelque est [quelque chose de] chose de] bon. Mais, bpn. Mais, si le sel desi le selaussi s’affadit, vient fade, avec quoi avec quoi sera-t-il as- 1’assaisonnerez-yous ? saisonne ? 35 I1 ne peut etre utile ni pour la terre ni pour le f umier : on’ le jette dehors. Que celui qui a des oreilles pour entendre, MT. v. 13 C’est vous qui etes le sel de la Terre. Mais, si le sel s’affadit, avec quoi sera-t-il sale- ? II n’est plus bon a, rien qu’a etre jete dehors et foul6aux pieds. par les homines. (Suite,170.) 132. Pour eviter une occasion de chute, sacrifions sans hesiter ce qui de soi peut etre bon et legitime. , 133. Le manque d’energie et de ferveur nous rend inutile a Jesus et meprisable aux hommes. La charite doit rayonner avec force et douceur. La priere et le Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/134 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/135 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/136 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/137 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/138 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/139 13 Les Pharisiens lui dirent donc : « Tu te rends témoignage a toi-même : ton témoignage n’est pas vrai. » 14 Jésus répondit et leur dit : « Bien que je me rende témoignage a moi-même, mon témoignage est vrai ; parce que je sais d’où je suis venu et où je vais, tandis que vous ne savez ni d’où je viens ni où je vais. 15 Vous, vous jugez selon la chair ; moi, je ne juge personne. 16 Et si je juge, mon jugement à moi est véritable, parce que je ne suis pas seul, ayant avec moi le Père, qui m’a envoyé. 17 Et dans votre propre Loi, il est écrit que le témoignage de deux hommes est vrai. 18 C’est moi qui me rends témoignage à moi-même, et [mon] Père qui m’a envoyé me rend témoignage : 19 Ils lui disaient donc : « Où est ton père ? » Jésus répondit : « Vous ne connaissez ni moi ni mon Père. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Pere. »

20 Il leur tenait ce langage au Trésor, en enseignant dans le Temple. Et personne ne le saisit, parce que son heure n’était pas encore venue.

146. Il y a péril à méconnaître l'Envoyé de Dieu

Jn. viii. 21 Il leur dit donc encore : « Je m’en vais. Et vous me chercherez. Et vous mourrez dans votre péché. Où je vais, vous ne pouvez pas venir. »

22 Les Juifs [se] disaient donc : « Est-ce qu’il veut se tuer, qu’il dise : Ou je vais, vous ne pouvez pas venir ? »

23 Et il leur disait : « Vous, vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. Vous êtes de ce monde ; je ne suis pas de ce monde. 24 Donc je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés ; car si vous ne croyez pas que je suis, vous mourrez dans vos péchés. »

23 Ils lui disaient donc : « Qui es-tu, toi ? »

Jesus leur dit : « Faut-il même seulement que je vous parle ? 26 J’ai beaucoup à dire à votre sujet et à juger. Mais Celui qui m’a envoyé est véridique ; et ce que j’ai entendu de Lui, c’est de cela que je parle dans le monde. » 27 Ils ne comprirent pas qu’il leur désignait son Père.

28 Jésus donc [leur] dit : « Quand vous aurez dresse en haut le Fils de l'homme, alors vous comprendrez que je suis et que je ne fais rien de moi-même, mais que je parle là-dessus comme me [l’]a enseigné mon Père. 29 Et celui qui m’a envoyé est avec moi. Il ne m’a pas laissé seul, car je fais toujours ce qui lui plaît. »

30 Comme il parlait ainsi, beaucoup crurent en lui.

147. Les juifs ne sont plus enfants d'Abraham

Jn. viii. 31 Jésus disait donc aux Juifs qui avaient cru en lui : « Si vous demeurez en ma parole, vous êtes vraiment mes disciples. 32 Et vous connaîtrez la vérité et la vérité vous libérera. »

33Ils lui répondirent : « Nous sommes la postérité d’Abraham. Et de personne nous n’avons été esclaves jamais. Comment peux-tu [nous] dire : Vous deviendrez libres ? »

34Jésus leur répondit : En vérité, en vérité, je vous dis que quiconque commet le péché, (en) est esclave. 35Or, l’esclave ne demeure pas à la maison à jamais ; le fils [y] demeure à jamais. 36Si donc le Fils vous donne la liberté, vous serez réellement libres. 37 Je sais bien que vous êtes la postérité d’Abraham ; mais vous cherchez à me faire mourir, parce que ma parole ne pénètre pas en vous. 38Ce que j’ai vu auprès de [mon] Père, je le dis ; vous aussi donc, ce que vous entendîtes auprès de [votre] père, vous le faites. »

39Ils répondirent et lui dirent : « Notre père, c’est Abraham ! » Jésus leur dit : « Si vous êtes des enfants d’Abraham, faites les œuvres d’Abraham ! 40Mais maintenant, vous cherchez à me faire mourir ; [moi], un homme qui vous ai dit la vérité que j’entendis auprès de Dieu ! cela, Abraham ne l’eut pas fait ! 41Vous faites les œuvres de votre père !… »

Ils lui dirent : « Nous ne sommes pas nés d’une prostitution ; nous n’avons qu’un Père : Dieu. »

42 Jésus leur dit : « Si Dieu était votre père, vous m’aimeriez, car, c’est de Dieu que je suis sorti et venu : car je ne suis pas venu de moi-même, mais c’est Lui qui m’a envoyé. 43 Pourquoi ne comprenez-vous pas mon langage ? Parce que vous ne pouvez pas entendre ma parole. 44 Vous avez le Diable pour père. Et ce sont les désirs de votre père que vous voulez réaliser. Celui-là était homicide dès le commencement. Il ne se tenait pas dans la vérité, parce qu’il’ n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son fond, parce qu'il est ami et père du mensonge. 45 Mais moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas. 46 Qui d'entre vous me convainc de péché ? Si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas ? 47 Celui qui est de Dieu, entend les paroles de Dieu ; si vous ne [les] entendez pas, c’est que vous n’êtes pas de Dieu.

48 Les Juifs répondirent et lui dirent : « N’avons-nous pas raison de dire que tu es un Samaritain, et possédé d’un démon ? »

49 Jésus répondit : « Je ne suis pas possédé d’un démon, mais j’honore mon Père. Et vous me traitez avec mépris. 50 Pour moi, je ne cherche pas ma gloire ; il y a quelqu’un qui [la] cherche et qui juge. 51En vérité, en vérité, je vous [le] dis : si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort. »

52 Les Juifs lui dirent : « Maintenant nous voyons bien que tu es possédé d’un démon. Abraham est mort. Et les prophètes aussi. Et toi, tu dis : Si quelqu’un garde ma parole, il ne goûtera jamais la mort ! 53 Serais-tu plus grand que notre père Abraham, qui est mort ? Et les prophètes aussi sont morts ! Qui prétends-tu être ? »

54 Jésus répondit : « Si je me glorifie moi-même, ma gloire n’est rien. C'est mon Père qui me glorifie, dont vous dites : C’est notre Dieu. 55 Et vous ne le connaissez pas ; mais moi, je le connais. Et si je disais que je ne le connais pas, je serais semblable à vous, un menteur. Mais je le connais, et je garde sa parole. 56 Abraham, votre père, a tressailli de joie [à la pensée] de voir mon jour : et il [l’]a vu, et s’[en] est réjoui. »

57 Les Juifs lui dirent donc : « Tu n’as pas encore cinquante ans et tu as vu Abraham ? »

58 Jésus leur dit : « En vérité, en vérité, je vous [le] dis : avant qu’Abraham soit, je suis. » 59 Ils prirent donc des pierres pour les lui jeter ; mais Jésus se déroba et sortit du Temple.

148. Guérison d’un aveugle-né.

a) Le miracle. Premières impressions.

Jn. ix. 1 Et en passant, il vit un homme aveugle de naissance. 2 Et ses disciples l’interrogerent, disant : « Rabbi, qui a péché, lui ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle ? » 3 Jésus répondit : « Ni lui n’a péché, ni ses parents ; mais c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. 4 Nous avons à opérer les œuvres de Celui qui m’a envoyé, tant qu’il fait jour ; vient [la] nuit, où personne ne peut travailler. 5 Durant que je suis dans le monde, je suis la Lumière du monde. »

6 Ayant dit cela, il cracha à terre, et fit de la boue avec la salive, et enduisit de [cette] boue les yeux [de l’aveugle] 7 et lui dit : « Va, lave-toi à la Piscine de Siloé - [mot] qui signifie « envoyé ». - L’aveugle [y] alla donc, et se lava et s’en alla voyant clair.

8 Les voisins donc et ceux qui avaient accoutumé de le voir auparavant - car il était mendiant - disaient : « N’est-ce pas celui qui était assis et qui mendiait ? » 9 D’autres disaient : « C’est lui ! » D’autres disaient : « Non ; mais il lui ressemble. » Lui disait : « C’est moi ! »

10 Ils lui disaient donc : « Comment donc tes yeux ont-ils été ouverts ? » 11 Lui répondit : « L’homme qu’on appelle Jésus a fait de la boue, et m’a enduit les yeux et m’a dit : « Va à Siloé et lave-toi. » J’[y] suis donc allé. Je me suis lavé et j’ai recouvré la vue. »

12 Et ils lui dirent : « Où est-il ? » Il dit : « Je ne sais. »

b) L’enquête des Pharisiens. Leur obstination.

13 On l'amène aux Pharisiens - celui qui avait été aveugle. - 14 Or, c’était un sabbat ce jour où Jésus avait fait cette boue et lui avait ouvert les yeux.

15 De nouveau donc, les Pharisiens aussi lui demandaient comment il avait recouvre la vue. Il leur dit : « Il a mis de la boue sur mes yeux. Et je me suis lavé et je vois clair. » 16 Quelques-uns donc des Pharisiens disaient : « Cet homme n'est pas de Dieu, puisqu'il ne garde pas le sabbat ! » Mais d'autres disaient : « Comment un homme pécheur pourrait-il faire de tels miracles ? » Et ils étaient en désaccord.

17 Ils disent donc de nouveau à l’aveugle : « Toi, que dis-tu de lui [après] qu’il t’a ouvert les yeux ? » Et lui de dire : « C’est un prophète. »

18 Les Juifs ne crurent donc point qu’il eut été aveugle et qu’il eut recouvré la vue, jusqu’à ce qu’ils eussent fait appeler les parents de celui qui avait recouvré la vue. 19 Et ils les interrogèrent, disant : « Est-ce que celui-ci est votre fils, dont vous dites qu’il est né aveugle ? Comment donc voit-il clair à présent ? » 20 Ses parents répondirent : « Nous savons que c’est bien notre fils et qu’il est né aveugle. 21 Mais comment [se fait-il qu’]il voit clair maintenant, 138

IV. REVELATION PLUS CLAIRE.

nous ne le savons pas, ni qui lui a ouvert les yeux. Interrogez-le. II a 1’age. II parlera pour soi. 22 Ses parents parlerent ainsi parce qu’ils avaient peur des Juifs. .Deja en euet.les Juifs etaient convenus que quiconque recoiinaitrait [Jesus] pour le Messie serait exclu de la synagogue. w Voila pourquoi ses parents dirent : II a 1’age. Questionnez-le. M Une deuxieme fois done ils firent appeler I’homme qui avait et6 aveugle. Et ils lui dirent : Rends gloire a Dieu ! nous savons, nous, que cet hqmme est un pecheur. ^ Celui-ci done repondit : S’il est pecheur, je n’[en] sais [rien] ! je sais seulement que f etais aveugle et qu’a present je vois. 86 Ils lui dirent done : Que t’a-t-il fait ? Comment t’a-t-il ouvert les yeux ? 27 II leur repondit : Je vous [1’jai deja dit ! Et vous n’avez pas ecoute. Pourquoi voulez-vous [1’Jentendre encore ? Serait-ce que... vous aussi, vous voulez devenir ses disciples ?... 28 Etilsl’injurierent et [lui] dirent : C’est toi qui es disciple de cet [homme] ! mais nous, c’est de.Moi’se que nous-sommes disciples. 89 Nous savons Men que Dieu a parle a Moise ; quant a celui-la, nous ne savons pas d’ou il est. 3Q L’homme repondit et leur dit : C’est cela en eifet I’etonnant ! vous ne savez pas d’ou il est, alors qu’il m’a ouvert les yeux ! 3i Nous le savons, Dieu n’ecoute pas [lapriere des] pecheurs ; mais, si quelqu’un est pieiix et fait la volonte de [Dieu], c’est celui-la que [Dieu] ecoute. 32 Au grand jamais on n’a entendu dire que quelqu’un ait ouvert les yeux d’un aveugle-ne. 33 Si celui-ci n’etait pas de Dieu, il ne pourrait rien faire [de semblable]. 34 Ils repon dirent et lui dirent : Tu .es n6 tout entier dans les peches et tu nou s fais la lecon !-

Et ils le chassereht dehors.

c) Foi et aveuglement.

35 Jesus .apprit qu’ils 1’avaient chasse dehors. Et Payant trouve, [Jesus] lui dit : Crois-tu au Fils de I’homme ? > 36 Celui-la repondit : Et qui est-ce. Seigneur, pour que je croie en lui ? 37 Jesus lui dit : Et tu le vois et celui qui te parle e’est fui-meine. 38 II dit : Je crois, Seigneur ! et il se prosterna clevant [Jesus] . 39 Et Jesus lui dit, : Je suis venu en ce monde pour que se produise le discernement, afin que ceux qui ne voieut pas, voient, e t ’que ceux qui voient deviennent aveugles. 40 Quelques Pharisiens qui etaient avec lui entendirent ces mots et lui ’dirent : Serions-nous aussi des aveugles ? 41 Jesus leur dit : Si vous etiez des aveugles, vous n’auriez pas de peche ; mais maintenant vous dites : Nous voyons clair ! Votre peche demeure.

149. Notre bon Pasteur fait le sacrifice de sa vie. JN. x. i En verit6, en verite, je vous [le] dis : Celui qui n’entre pas par la porte dans le bercail des brebis, mais qui y monte par ailleurs, celui-la est un voleur et un larron. a Mais celui qui entre par la porte estpasteur des brebis. 3 C’est a lui que le portier ouvre. Et les 149. Cette parabole contient des elements allegoriques : les voleurs (les faux Messies), le pare (oil se developpe le Peuple d’Israel), les brebis lointaines (les Gentils a conveftir). L’oeuvre du salut, consommee par la mort du Fils deDieu, se poursuivra par sa vie nouvelle de Chef d’une societe visible, unique et uniflce. .

DBS TABERNACLES A LA DEDICACE. 139

brebis Scoutent sa voix. Et ses brebis a lui, il les appelle par lour nom et il les emmene. 4 Lorsqu’il a fait sortir toutes les siennes il marche devant elles. Et les brebis le suivent parce qu’elles connaissent sa voix. 6 Mais elles ne suivront pas un etranger. Au contraire, elles le f uiront, parce qu’elles ne co nnaissent pas la voix des etrangers. fi Jesus leur dit cette parabole ; naais eux, ils ne comprirent pas ce dont il parlait.

a) La Porle du Bercail.

7 Jdsus [leur] dit done de nouveau : En verit6, en v6rite, je vous [le] dis : c’est moi qui suis la Porte des Brebis . 8 Tous ceux qui sont yenus sont des yoleurs et des larrons ; mais les brebis ne les ont pas ecoutes. 9 Je suis la Porte ; si quelqu’un entre par moi, il sera en surete ; et il entrera et sortira [librement] ; et il trouvera des paturages. i0 Le voleur ne vient que pour voler, et pour egorger, et pour dfitruire. Je suis venu pour que [les Brebis] aient la vie, et qu’elles [l’]aient abondante.

6) Le bon Pasleur.

11 Je suis le bon Pasteur. Le bon pasteur offre sa vie pour les brebis. 12 Celui qui est mercenaire et non pas pasteur, auquel les brebis n’appartiennent pas en propre, voit venir le loup, et laisse les brebis, et prend la fuite, et le loup les ravit et les disperse, 13 parce qu’il est mercenaire et ne se soucie pas des brebis. 14 Je suis le bon Pasteur. Et je connais mes Brebis et mes Brebis me connaissent ; 15 comme [mon] Pere me connait [etque] moiaussi je connais [mon] Pere.

Et j’offre ma vie pour les Brebis.

16 Et j’ai d’autres Brebis qui ne sont pas de ce Bercail. II faut que je les conduise aussi, et elles entendront ma voix, et il y aura un seul Troupeau, un seul Past eur.

" Mon P6re m’aime pour ce motif que j’offre ma vie, pour la prendre de nouveau. d6 Personne ne me 1’a enlevee, mais je 1’offre de moim 6me. J’ai le pouvoir de 1’offrir et le pouvoir de la reprendre : tel est le commandement que j’ai recu de mon Pere. 150. Impressions diverses.

JN x. 19 De nouveau il y eut disaccord parmi les Juifs, al’occasion de ces discours.

20 Beaucoup d’entre eux disaient : II est possede d’un demon ! Et il d6raisonne ! Pourquoi l’6coutez-vous ?

2 1 D’autres disaient : Ces paroles ne sont pas d’un possede. Un demon peut-il ouvrir les yeux des aveugles ? (Suite, 185.) 4 e section. De la fle des Tabernacles d la fete de la Dedicace. 151. Trois cas de vocation.

Mr. viii. [ i8 Et Jesus, voyantau-

tour de lui des groupes nomb ?eux,

150. La tendance representee par Nicodeme a done gagne du terrain (Lag.) en Judee. Jesus va en profiler pour y envoyer une mission, avec un personnel sixfois plus nombreux que la premiere fois (Cf. 101). 151. Trois appels. Le second peutfortbien avoir eu lieu avantle voyage aupays Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/145 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/146 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/147 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/148 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/149 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/150 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/151 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/152 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/153 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/154 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/155 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/156 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/157 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/158 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/159 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/160 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/161 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/162 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/163 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/164 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/165 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/166 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/167 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/168 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/169 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/170 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/171 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/172 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/173 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/174 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/175 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/176 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/177 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/178 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/179 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/180 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/181 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/182 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/183 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/184 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/185 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/186 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/187 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/188 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/189 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/190 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/191 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/192 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/193 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/194 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/195 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/196 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/197 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/198 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/199 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/200 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/201 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/202 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/203 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/204 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/205 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/206 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/207 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/208 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/209 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/210 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/211 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/212 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/213 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/214 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/215 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/216 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/217 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/218 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/219 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/220 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/221 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/222 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/223 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/224 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/225 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/226 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/227 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/228 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/229 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/230 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/231 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/232 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/233 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/234 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/235 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/236

3e section.Jésus devant le Gouverneur.

276. Jésus est traduit devant le Gouverneur.

(Syn. gr. 275.)
Lc. xxiii.1 Et s’étant levés tous en corps, ils le conduisirent devant Pilate. Mc. xv.1 Et, ayant lié Jésus, ils l’emmenèrent et le livrèrent à Pilate.
(Suite § 289.)
Mt. xxvii. (1, §274) 2 Or, l’ayant lié, ils le conduisirent et le livrèrent à Pilate, le gouverneur

Jn. xviii. 28 Ils conduisent donc Jésus de [chez] Caïphe au prétoire. C’était de très bonne heure. Et eux-mêmes n’entrèrent pas dans le prétoire, pour ne pas se souiller, mais [pouvoir] manger la pâque. (Suite, § 277.)

277. Les accusations.

Lc. xxiii. 2 Et ils se mirent à l’accuser en disant : « Nous avons trouvé cet homme mettant le désordre dans notre nation et empêchant de payer le tribut à César et se donnant pour Christ roi. »

Jn. xviii. 29 Pilate sortit donc dehors vers eux. Et il dit : « Quelle accusation portez-vous contre cet homme ? » 30 Ils lui repondirent : « Si celui-ci n’était pas un malfaiteur, nous ne te l’aurions pas livré… » 31 Pilate donc leur dit : « Prenez-le vous-mêmes : et jugez-le selon votre loi. » Les Juifs donc lui dirent : « Il ne nous est pas permis de mettre à mort personne. }} – 32 [Cela est arrivé] pour que la parole de Jésus fût accomplie, [parole] qu’il a dite en indiquant de quel genre de mort il devait mourir. (Cf. § 230 et § 30.)

278. L’interrogatoire.



Lc. xxiii.3 Pilate l’interrogea en ces termes : « Tu es le le Roi des Juifs ? » Et il lui répondit : « Tu [le] dis. » Mc. xv.2 Et Pilate l’interrogea : « Tu es le Roi des Juifs ? » Et lui de répondre : « Tu [le] dis. » Mt. xxvii.11 Or, Jésus comparut devant le Gouverneur. Et le Gouverneur l’interrogea en ces termes : « Tu es le Roi des Juifs ? » Et Jésus dit : « Tu [le] dis. »

Jn xviii 33 Pilate rentra donc dans le prétoire et appela Jésus. Et il lui dit : « Tu es le Roi des Juifs ? » 34 Jésus répondit : « Dis-tu cela de toi-même, ou si d’autres te l’ont dit de moi ? » 35 Pilate répondit : « Est-ce que je suis juif, moi !… Ta nation et les grands prêtres t’ont livré a moi. Qu’as-tu fait ? » 36 Jésus répondit : « La royauté [qui est] la mienne, n’est pas [originaire] de ce monde. Si ma royauté venait de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour que je ne fusse pas livré aux Juifs. Mais, maintenant [qu’ils n’ont pas combattu], ma royauté ne vient pas d’ici-bas. » 37 Pilate donc lui dit : « Alors tu es Roi tout de même ? » Jésus répondit : « Tu le dis ; je suis Roi. Je suis né pour ceci, et je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Quiconque procède de la vérité, écoute ma voix. » 38 Pilate lui dit : « Qu’est-ce que la vérité ?… » (Suite, § 280.)

279. L’indécision du Gouverneur.

Mc. xv.3 Et les grands prêtres portaient contre lui beaucoup d’accusations. 4 Or Pilate l’interrogeait de nouveau, disant : « Tu ne réponds rien ? vois combien d’accusations on porte contre toi. » 5Jésus ne répondit r=plus rien, de sorte que Pilate fut dans l’étonnement. Mt. xxvii.12 Et aux accusations portées contre lui par les grands prêtres et les anciens, il n’a rien répondu. 13 Alors, Pilate lui dit : « Tu n’entends pas combien de témoignage on porte sur toi ? » 14 Et il ne lui répondit sur aucun point, de sorte que le Gouverneur fut fort étonné. (Suite § 282.)

280. Le procès est renvoyé au Tétrarque de Galilée.

Lc. xxiii. 4 Pilate dit aux grands prêtres et aux foules : « Je ne trouve rien de criminel en cet homme. 5 Mais eux insistaient avec force, disant : « Il soulève le peuple, en enseignant dans toute la Judée : depuis la Galilée, où il a commencé, jusques ici. » 6 Pilate, ayant entendu cela, demanda si « l’homme » était galiléen. 7 Et apprenant qu’il était sujet d’Hérode, il le renvoya à Hérode, qui était lui-même à Jérusalem en ces jours-la.

Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/239 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/240 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/241 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/242 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/243 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/244 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/245 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/246 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/247 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/248 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/249 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/250 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/251

SEPTIÈME PARTIE

Résurrection, apparitions et ascension du Christ

306. Les saintes femmes vont au Saint-Sépulcre.

Lc. xxiv.1 mais le premier jour de la semaine, de grand matin, elles vinrent au monument, portant les aromates qu’elles avaient préparés.


2Or elles trouvèrent que la pierre avail été roulée de devant le tombeau.
Mc. xvi.1 Et quand le sabbat fut passé, Marie de Magdala, Marie [mère] de Jacques, et Salomé achetèrent des aromates pour venir pratiquer sur lui les onctions. 2 Et de bon matin, le premier jour après le sabbat, elles viennent au tombeau, le soleil étant déjà levé. 3 Et elles se disaient entre elles : « Qui nous roulera la pierre, pour dégager l’entrée du tombeau ? » 4 Et après avoir regardé, elles virent que la pierre avait été roulée sur le côté – car elle était très grande. Mt. xxviii. 1 Après le sabbat, à l’aurore du premier jour de la semaine, Marie de Magdala et l’autre Marie vinrent voir le sépulcre. 2 Et voici qu’il y eut un grand tremblement de terre ; car l’ange du Seigneur descendu du ciel et s’approchant roula la pierre et s’assit dessus. 3 Son aspect était comme un éclair, et son vêtement blanc comme la neige. 4 À sa vue, les gardes effrayés tremblèrent et devinrent comme morts.

Jn. xx. 1 Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala vient de bonne heure, quand il faisait encore nuit, vers le tombeau. Et elle voit la pierre enlevée du tombeau.

307. Sainte Madeleine court prévenir saint Pierre et saint Jean.

Jn. xx. 2 Elle se met donc à courir et se rend auprès de Simon-Pierre et auprès de l’autre disciple que Jésus aimait et leur dit : « On a enlevé le Seigneur du tombeau ! et nous ne savons où on l’a

mis… » (Suite, £ 310.)

308. Des anges apparaissent aux saintes femmes.

Lc. xxiv. 3 Et etant entrees, elles ne trouverent pas le corps du Seigneur Jesus.*Ettandisqu’elles nesavaient a quoi s’entenir, void que deux hommes se presentment a elles, ayec un veteriient eblouissant. 5 Cbinnie elles etaient , saisies d’effroi et inclinaient le visage vers la tef re, ilsleurdirent : Pourqupi cherchez - vb’us parini les morts celui qui est viyant ? 6 II h’est pas ici, mais il est ressiiscite.-Souvenez-vous de ce qu’il vousadit, etaht encore en Galilee. n au.siijet du Fils de rhomine qii’il dieyait 6tre livr& entre les mains d’h'binmes pecheuf ?, et 6tre crucifle et ressuscitef le troisieiiie jbiir. (Cf. S 128), 8 Et elles se ressouvinrent de ses parolesj Me. xvi. s Et etant entr 6es dans le torn beau, elles virent un jeune hoirirae. assis a droite, revetu d’une robe blanche, et elles furent saisies de stupeur. 6 Or il leur dit : Ne soyez pas dans la stupeur. Vous cherchez Jesus de Nazareth, le cru6if36 ; il est ressuscite, il n’est pas ici. Voici la place ou on I’avait depose. 7 Mais, allez et dues a ses disciples et a Pierre : ’ 11 vous precede en Galilee ; la, vous le verrez, comme il vous 1’a dit. 8 Et, sortant dutombeau, elles s’enfuirent ; car elles etaient prises d’effroi et hors d’elles-memes. Et elles ne direht rien a personrie, tant elles 6taient effrayees (Suite, S3li). MT. xxyni. & L’ange, s’adressaht aiix i’enimes, dit : Ne craignez pas, vous ; car je sais que vous, cherchez Jesus le crucifie ; 6 il n’est pas ici, car il est ressuscite comiiie il 1’a dit. Venez, voyez la place ou il etait depose ; 7 et, partant bien vite, dites a ses disciples : II est ressuscite d’entre les morts, et voici qu’il vous precede en Galilee ; la vous le verrez ; e’est ce qiie j’avais a vous dire. * 309. Les saintes portent la nouvelle aux disciples. Le. xxiyi 9 et-, revenues du tombeaiij. elles anhoiicereht tout cela aux Onze et a tous les autres. 10 Or c’etaient Marie de Magdala, et Jeanne et Marie [mere] de Jacques -r et les autres qui Etaient avec elles eh disaieht atitarit aiix Ap6tres. u Etces paroles leurparurent MT. XXVIH. 8 Etquittant bien vite le toinbeaii avec [des sentiments de] crainte et [de] grande joie, elles coururent porter la nouyelle k ses disciples. nouveau malheur. Pierre et Jean sont partis aussitdt que Madeleine les cut pre’vemis ; mats Lire yeut en finir avec les saintes femmes avant d’en venira vPierre ; La Visile qu’il attribue a ce dernier [310] est done identique a celle que Pierre el Jean firenl en commun. (LESfiruE, p. 184s.) ;

  • 309 ; Ayaht -surmonte leur terreur premierfci les saintes.se decident enfln a

parler, non seulement aux Onze, mais a tous les disciples, entre autres aiix deiix Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/254 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/255 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/256 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/257 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/258 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/259 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/260 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/261 Page:Lagrange - Synopse des quatre Evangiles.djvu/262

    père de la miséricorde de Dieu. Il jette son argent à terre, dans la salle Gazith où plus tard le premier martyr rendra témoignage à Jésus. Saint Matthieu, écrivant à Jérusalem, avant la dispersion des Apôtres (avant 44 probablement) peut rappeler à ses lecteurs l’existence du Champ du Sang connu avant l’an 30 sous le nom de « Champ du Potier ». À ce propos il cite la Sainte Écriture : à cause du champ il nomme Jérémie, mais il renvoie implicitement au passage bien connu de Zacharie (A). On peut croire aussi que saint Matthieu n’a pas nommé le prophète cité, et que le mot Jérémie a été ajouté de bonne heure à son texte (Lag.). – Mt. xxvii, 9 Zach, xi, 13.

    Temple comme à l’epoque de ses douze ans. La lumière se rend visible par son éclat infime. Jésus est la seule lumière du monde ; saint Jean-Baptiste (§ 113) et des disciples (§ 170) ne sont que les rayons de ce foyer lumineux (A). Cette lumière est vivante, divine et vivifiante. Toute la vie de Jésus nous prouve que nous devons croire en sa doctrine. – Jn. viii., 17, cf. Deut. xix, 15.

  1. 1. Les miséricordes du Seigneur sont vie et lumière. Le Verbe éternel et créateur est venu dans le monde : il s’est incarné et a vécu parmi les Juifs. Ceux qui croient en Jésus, sont régénérés par le baptème et participant à sa plénitude de grâce. Tandis que la Loi a été donnée par l'intermédiaire de Moïse, la grâce et la vérité sont « produites » (facia est) par le Verbe incarné, de même que l'univers a été produit (facia sunt) par le Verbe éternel. L'évangéliste, ancien disciple du Baptiste, souligne l’importance du témoignage du plus grand des Prophètes.
  2. 2. Le monde ne pourrait contenir le récit complet d’une vie si riche et si belle. Chaque évangéliste a donc fait un choix et s’est tracé son plan. Saint Luc « a interrogé soigneusement ceux qui avaient été témoins oculaires et mélés aux événements » (Lag.). La chronologie formera le cadre ; et, dans ce cadre, les groupements rendront sensible « la dépendance des faits entre eux » (Lag.).
  3. 3. À la fin de l’an 6 avant notre ère (?) (Les dates indiquées dans cette Synopse, étant approximatives, comportent toujours ce point d’interrogation). À Jérusalem, dans le Sanctuaire, derrière le voile qui se déchirera au moment de la mort de Jésus. L’ange se tient au sud de l’autel des parfums. Il fait allusion à la prophétie de Malachie (iii, 1 et 23-24). Le signe accordé est « un châtiment adouci par son caractère de gage des promesses divines » (Lag.).
  4. 4. Le 25 mars de l’an 5 avant notre ère. Dieu n’envoie pas encore son ange à saint-Joseph, mais à celle qui va devenir la Vierge-Mère. En araméen, « Maria » signifie Dame ou Princesse. La Vierge Immaculée est l’objet des complaisances du Seigneur. Son humilité et sa virginité la préparent à devenir Reine du Ciel et Mère de Dieu. Son enfant sera saint ; il sera vraiment le Fils de Dieu. Il sera aussi le Fils de David, car Joseph son père adoptif et Marie sa mère virginale descendent l’un et l’autre du roi David (cf. Rom i., 3). L’Incarnation du Verbe est l’œuvre de la Trinité ; on l’attribue spécialement au Saint-Esprit, parce qu’elle provient de l’Amour infini de Dieu (saint Thomas d’Aquin).
  5. 5. Aïn-Karim, fin-mars l’an 5 avant notre ère. Écoutons le cantique sacré qui jaillit du cœur de la Reine des Anges. Imitons « l’ardente charité » de la petite servante de Dieu (T).
  6. 6. Fin-juin. Saint Luc « a insinué que Marie n’était plus là, et qu’il y a un certain intervalle entre la naissance de Jean et le cantique. Le cantique est donc la réponse de Zacharie à la question qu’on se pose pour Jean, et cette réponse comprend tout ce que la présence de Marie a révélé aux deux époux. » (Lag.).
  7. 7. Nazareth, juillet, an 5 avant notre ère. Le Messie devait naître d’une vierge. Certain de l’innocence de Marie, Joseph était fermement résolu à ne pas la dénoncer publiquement. L’ange le décide à rendre son mariage définitif et à accepter la paternité officielle du Messie (Lag.). Le silence de Marie nous révèle « la grandeur et la toute-puissance d’une âme qui n’attend son secours que des cieux… » (T). – Mt. i, 23, citation d’Is vii, 14.
  8. 8. Le 25 décembre, an 5 avant notre ère. Sur Béthléem comme pays natal du Christ, voir Mt ii, 1 et 5, §11 et Jn vii, 42, §143. C'était le lieu d'origine de David. « Le voyage de Nazareth à Béthléem pouvait se faire commodément en quatre jours en traversant la Samarie, soumise à Hérode comme la Judée. » (Lag.). La plupart des étables en Palestine sont dans des grottes. Pour le détail et l'enchaînement des faits, saint Luc se réfère aux souvenirs personnels de la Vierge-Mère. Quirinius fit un recensement, en l'an 7 après Jésus-Christ. Saint Luc nous prévient qu'il s'agit ici d'un recensement antérieur. Opposer la formule dont il se sert au ch. xi, v. 14 (§164) : « et il arriva, le démon sortant », c'est-à-dire : c'est lorsque le démon sortit (que le muet se mit à parler).
  9. 9. Béthléem, le 1er janvier de l'an 4 de notre ère. Dieu a voulu que son Fils fut soumis à toutes les observances légales et portât le nom glorieux de Jésus, qui signifie Sauveur, parce qu’il est le vrai Messie d’Israël et 1’unique Rédempteur du monde. — Ô Nom sacré, je t’adore et je t’aime (T).
  10. 10. Jérusalem, le 2 fevrier, 4 avant notre ère. La Reine des Vierges se soumet à la cérémonie de la purification légale ; la Reine des Martyrs accepte et attend le glaive qui doit transpercer son cœur maternel. Ah ! comme elle admire la conduite de Dieu de lui montrer d’avance ce glaive précieux ! Jésus est reconnu comme Messie, dans le Temple de son Père, de son Dieu. Lc. ii, 23, allusion à Ex. xiii, 2, 12 et a Nombres, xviii, 15 ; Lc. ii, 24 se réfère à Lév. xii, 6-8 et v, 11.
  11. 11. Février de l’an 4 avant notre ère. Le roi Hérode veut faire mourir le petit roi, qui reçoit dans sa cour les « vainqueurs charmants » immolés a la place de celui qui doit s’immoler pour eux et pour eux remporter la victoire (T). « On peut supposer qu’après la naissance de Jésus, Joseph a pu lui trouver un abri plus commode ou simplement que Mt. se sert d’un terme vague, tout naturel si l’on ne voulait rien préciser » (Lag.). Il semble qu’au moment où les Mages arrivent, l’Enfant soit dans les bras de sa mère. — Mt. ii, 6, citation de Mich. v, 2, cf. II Rois, v, 2. — Mt. ii, 15, citation d’Osée, xi, 1. — Mt. ii, 18, citation de Jér. xxxi, 15.
  12. 12. Après la Pâque de l’an 4 avant notre ère. Quand Dieu rappelait d’Égypte Israël son fils bien-aimé, il nous présageait le retour de la Sainte Famille.
  13. 13. Saint Joseph a pu croire que le Messie d’Israël devait vivre en Judée. Il dut fuir encore et se fixer en Galilée. — Mt. ii, 23, allusion à Is. liii tout entier, à Ps. lxviii, 9, et en général à tous les passages « des prophètes » annonçant que le Messie serait méconnu, méprisé et insulté. L’épithète de « Nazaréen » qui rattachait Jésus à une bourgade sans histoire « était bien un sobriquet dans la pensée des Juifs » (Lag.). Cf. Jn. i, 46, au § 25.. L’injure serait plus cinglante encore, si les ennemis des premiers chrétiens avaient joué sur les mots « Nazaréens » et « Nasoréens », ce dernier désignant les membres d’une secte particulièrement méprisée.
  14. 14. Jérusalem, à la Pâque de l’an 9. La Sagesse, âgée de douze ans, brille d’un doux éclat aux yeux des Docteurs ; mais, elle va se cacher encore durant dix-huit années. Marie versa des larmes bien amères… Avec quelle tendresse [Jésus] la consola ! » (T). Son admiration toutefois « suppose un certain étonnement » (T) : « le mystère de Jésus contient des profondeurs insondables » (Lag.}. – Cf. Ép. aux Hébreux, ii, 10 : Il convenait, en effet, que celui pour qui et par qui sont toutes choses, entreprenant de conduire à la gloire un si grand nombre de fils, rendît parfait par le moyen des souffrances le Chef qui les devait acheminer au salut. – v, 9 : Et ainsi rendu parfait, il devint pour tous ceux qui lui obéissent, un principe de salut éternel. – vii, 28 : La Loi avait établi grands prêtres des hommes faillibles. La parole du serment, survenue après la Loi, a établi un Fils dont la perfection est consommée pour toujours.
  15. 15. Aux bords du Jourdain, après le 1er octobre 27. « En ces jours-là » ne se rapporte évidemment pas à ce qui précède ; S. Mt. indique les jours qui Vont suivre (Cf. § 247). Les Évangélistes citent les paroles d’Isaïe (xl, 3-5 ; au § 22, saint Jean citera les paroles du Baptiste s’identifiant à « la Voix » qui crie dans le désert. La « 15e année de Tibère va du 1er octobre 27 au 30 septembre 28, si l'on admet que saint Luc adopte ici la manière de nommer, à Antioche, les années impériales (Lag.). – Mc. i, 26 fait difficulté, puisque le texte allégué est de Malachie (iii, 1). Comme nous retrouverons le même texte au § 79, avec les mêmes retouches au texte des Septante (pour le rapprocher du texte hébreux et rendre fidèlement une parole bien connue de Jésus), on peut croire que le glossateur a transporté ce verset de Mt. et de Lc. « dans Mc. pour compléter ce qu’il dit ici du précurseur » (Lag.).
  16. 16. Malgré de légères différences dans les termes, l’idée affirmée (sententia) est bien la même dans les deux récits (A).
  17. 17. Le prédicateur se fait directeur de conscience.
  18. 18. Jean s’estime indigne de délier, indigne de porter à la main les chaussures du Messie : quelle que soit l’expression exacte de cette pensée, nous voyons qu’il a voulu opposer l’excellence du Seigneur à sa propre bassesse (A).
  19. 78. « C'est bien Jean qui onterroge, et c'est bien à Jean que Jésus répond. » (Lag.). Son âme ardente souffre d'apprendre que Jésus, qui le peut (ses
  20. 79, 79. Le Sauyeur profile de Tqccasipn pour signaler’aj la foule 1’erreur coupabte de ceux qui n’pnt, cpinpris ni’le r61e du prewfs^ur rti le rle du Rlessiiei, et quj -.3Ht, A*^_.
  21. 146. Les prophéties du divin Maître menacent ses ennemis et consolent ses amis. Les dispositions agressives de ses adversaires restent vaines ; aussi cette protection divine provoque-t-elle quelques conversions.
  22. 147. Un mot d’encouragement à ces nouveaux convertis (vv. 31-32) ; puis, une attaque véhémente contre les pires ennemis du Sauveur (vv. 33-47) ; enfin, contre-attaque d’une violence exceptionnelle de la part de ceux-ci (vv. 48-59).
  23. 148. On sent que la cause de Jésus a progressé. Les Pharisiens sentent que si ce miracle est prouvé, la foule sera persuadée que Jésus est l’envoyé de Dieu et qu’il est la vraie lumière des âmes.
  24. 276. Entre 6 et 7 heures du matin. Un procès capital doit être renvoyé après la Fête (cf. Act. xii, 4) ou conduit rapidement avant. Or, on est au matin du 14 nisan. C’est ce soir même que les Juifs doivent manger l’agneau pascal. Pour en imposer au Gouverneur, on prend soin de lier Jésus.
  25. 277. Pilate préfère ne pas juger. Mais il s’agit, lui dit-on, du crime de sédition ; or les Juifs n’ont plus le droit de vie et de mort. S’ils l’avaient eu, Jésus aurait été lapidé. Mais Jésus a prédit qu’il serait « élevé de terre » (§ 230.), c’est-à-dire crucifié…
  26. 278. L’accusation vient des juifs, il s’agit donc de la royauté messianique. Or, cette royauté ne peut inquiéter le Gouverneur ; elle ne vient pas de ce monde, bien qu’elle doive s’exercer en ce monde. Discrètement, Pilate est, invite à entrer dans le Royaume de la vérité. « Je n’ai jamais fait comme Pilate qui refusa d’entendre la vérité. J’ai toujours dit au bon Dieu : Ô mon Dieu, je veux bien vous entendre, je vous en supplie, répondez-moi quand je vous dis humblement : Qu’est-ce que la vérité ? Faites que je voie les choses telles qu’elles sont, que rien ne m’éblouisse » (T).
  27. 279. Pilate a compris que la royauté de Jésus est plus religieuse que politique. Il voudrait que Jésus lui fit connaître, le motif de la haine que lui a voué la Hiérarchie (Lag.). Jésus, accusé injustement, préfère se taire sans s’excuser. Ce silence impatiente le Gouverneur.
  28. 280. Ce procès ennuie Pilate : Hérode décidera. « Le seul crime reproché à Notre-Seigneur par Hérode fut celui d’être fou… et franchement c’était vrai ! » (T.)
  29. 306. Dimanche, 9 avril 30. Jésus entre dans sa gloire (cf. Lc. xxiv, 26). Sainte Madeleine arrive « seule et de beaucoup la première » (Lag.) ; ses compagnes, retardées par l’achat des aromates (Lag.), la rejoignent au moment où le soleil vient de se lever. La terre tremble. Un ange descend du ciel et dégage l’entrée du Sépulcre. Saint Jean ne nomme que la sainte la plus aimante (A).
  30. 307. Sainte Madeleine, apercevant le tombeau ouvert, s’affole. Sans voir l’ange ou du moins en se méprenant sur son identité, elle s’élance vers la chambre sépulcrale. « Ils ont enlevé le Seigneur du tombeau !… » Elle cherche autour du jardin et ne retrouve pas son Jésus. Alors, elle quitte précipitamment ses compagnes (A) et rentre dans la ville : il faut que saint Pierre et saint Jean sachent ce
  31. 308. Dfeiix anges apparaissent ; mais il est plus naturel ’de ne laisser la parole qu’a 1’un des deuxi Le chef de PEglise, deja pardonne, recoit i’ordre de con-’ duire lies disciples en Galilee, oil le divin Ressuscite organisera la mission vers le ! monde entier ( 318).