Ouvrir le menu principal

Modifications

État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
 
{{c|LE|fs=160%}}
 
 
{{t3c|<big>LE REQUIEM DU CORBEAU</big>|fs=200%}}
 
{{-|5}}
 
{{C|<big>I</big>}}
 
Mon oncle Zacharias est le plus curieux original
Ainsi Dieu fit le rossignol, gourmand, curieux
et chanteur : mon oncle était rossignol.
 
On l’invitait à toutes les noces, à toutes les
fêtes, à tous les baptêmes, à tous les enterrements :
« Maitre Zacharias, lui disait-on, il
nous faut un ''Hopser''<supref>1''Hopser'', sauteuse,</supref>'', un ''Alléluia'', un ''Requiem''
pour tel jour. » Et lui répondait simplement :
« Vous l’aurez. » Alors il se mettait à l’œuvre,
 
L’oncle Zacharias et moi, nous habitions
une vieille maison de la rue des ''Minnæsingers''
à Bingen ; il en occupait le rez-de-chaussée,
 
 
<small>1)Hopser, sauteuse.</small>
 
 
un véritable magasin de bric-à-brac, encombré
de vieux meubles et d’instruments de musique ;
moi, je couchais dans la chambre au-dessus,
et toutes les autres pièces restaient
inoccupées. ; .
 
Juste en face de notre maison habitait le
Je distinguais aussi, dans les profondeurs
de la chambre, des vitrines remplies d’animaux
étrangers, de pierres luisantes , et de
profil, le dos de ses livres, brillant par leurs
dorures, et rangés en bataille sur les rayons
8 853

modifications