« Page:Revue des Deux Mondes - 1829 - tome 1.djvu/148 » : différence entre les versions

m
aucun résumé des modifications
(Pywikibot touch edit)
mAucun résumé des modifications
 
En-tête (noinclude) :En-tête (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
{{nr|132|PORTUGAL}}
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 3 : Ligne 3 :
Sa Majesté me répondit qu’elle appréciait la justesse des motifs qui me portaient à préférer les anciennes institutions du Portugal ; mais elle prétendit que, malgré mon admiration, je serais forcé de reconnaître la nécessité de modifier ces institutions pour les mettre en harmonie avec les besoins de l’époque, et qu’ainsi les cortès deviendraient elles-mêmes un corps constituant, qui ferait naître une foule d’obstacles et d’inconvéniens, qu’une charte pouvait seule prévenir. L’Empereur me présenta ensuite son projet de constitution, auquel il avait consacré la plus grande partie de la semaine ; et au plaisir qu’il avait à en parler, il était facile de voir que la promulgation de cet acte avait fourni à ses conseillers le premier moyen pour le déterminer à renoncer à la couronne de Portugal.
Sa Majesté me répondit qu’elle appréciait la justesse des motifs qui me portaient à préférer les anciennes institutions du Portugal ; mais elle prétendit que, malgré mon admiration, je serais forcé de reconnaître la nécessité de modifier ces institutions pour les mettre en harmonie avec les besoins de l’époque, et qu’ainsi les cortès deviendraient elles-mêmes un corps constituant, qui ferait naître une foule d’obstacles et d’inconvéniens, qu’une charte pouvait seule prévenir. L’Empereur me présenta ensuite son projet de constitution, auquel il avait consacré la plus grande partie de la semaine ; et au plaisir qu’il avait à en parler, il était facile de voir que la promulgation de cet acte avait fourni à ses conseillers le premier moyen pour le déterminer à renoncer à la couronne de Portugal.


Comme je ne pouvais examiner alors un travail de cette étendue, l’Empereur me dit que la constitution établissait deux chambres, et maintenait la prérogative royale ainsi que le pouvoir de la noblesse ; il ne partageait pas mes appréhensions à l’égard de l’impression qu’elle pourrait produire dans d’autre pays. Il développa ensuite son projet, d’après lequel son abdication est conditionnelle, et entièrement subordonnée au mariage de sa fille avec don Miguel, et à l’acceptation de la constitution par les Portugais. Si ces deux conditions se réalisent, la régence sera confirmée, une amnistie sera publiée, et dès que les trois états auront prêté serment de fidélité à la nouvelle constitution, la reine se rendra à Lisbonne. Après une courte discussion, Sa Majesté promit de différer la promulgation de la charte portugaise jusqu’au moment où elle aurait été acceptée à Lisbonne, et m’annonça qu’elle désirait que je portassent moi-même ces actes en Portugal, en qualité de plénipotentiaire portugais, parce qu’elle les considérait comme le complément du traité que j’avais souscrit pour la séparation des deux pays.
Comme je ne pouvais examiner alors un travail de cette étendue, l’Empereur me dit que la constitution établissait deux chambres, et maintenait la prérogative royale ainsi que le pouvoir de la noblesse ; il ne partageait pas mes appréhensions à l’égard de l’impression qu’elle pourrait produire dans d’autres pays. Il développa ensuite son projet, d’après lequel son abdication est conditionnelle, et entièrement subordonnée au mariage de sa fille avec don Miguel, et à l’acceptation de la constitution par les Portugais. Si ces deux conditions se réalisent, la régence sera confirmée, une amnistie sera publiée, et dès que les trois états auront prêté serment de fidélité à la nouvelle constitution, la reine se rendra à Lisbonne. Après une courte discussion, Sa Majesté promit de différer la promulgation de la charte portugaise jusqu’au moment où elle aurait été acceptée à Lisbonne, et m’annonça qu’elle désirait que je portasse moi-même ces actes en Portugal, en qualité de plénipotentiaire portugais, parce qu’elle les considérait comme le complément du traité que j’avais souscrit pour la séparation des deux pays.


Je fus un peu étonné de cette marque de confiance, et je cherchai à la détourner en exprimant le doute où j’étais que
Je fus un peu étonné de cette marque de confiance, et je cherchai à la détourner en exprimant le doute où j’étais que
71 949

modifications