Différences entre les versions de « Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 9.djvu/152 »

m
m
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 2 : Ligne 2 :
   
 
{{HdcerHors|Sa liaison avec les révolutions du monde politique.|ch48.2}}
 
{{HdcerHors|Sa liaison avec les révolutions du monde politique.|ch48.2}}
D’après ces considérations, j’aurais abandonné sans regrets les esclaves grecs et leurs serviles historiens, si le sort de la monarchie de Byzance ne se trouvait lié d’une manière passive aux révolutions les plus éclatantes et les plus importantes qui aient changé la face du monde. Au moment où elle perdait des provinces, de nouvelles colonies et de nouveaux royaumes s’y établissaient ; les nations victorieuses prenaient ces vertus actives de la guerre ou de la paix qu’avaient délaissées les vaincus ; et c’est dans l’origine et les conquêtes, dans la religion et le gouvernement de ces peuples nouveaux, que nous devons chercher les causes et les effets de la décadence et de la chute de l’[[:w:Empire byzantin|empire d’Orient]]. Au reste, ce nouveau plan, la richesse et la variété des matériaux, ne s’opposent point à l’unité du dessein et de la composition : semblable au musulman de [[:w:Fès|Fez]] ou de [[:w:Delhi|Delhy]], qui dans ses prières regarde toujours le temple de [[:w:La Mecque|la Mecque]], l’œil de l’historien ne perdra jamais [[:w:Constantinople|Constantinople]] de vue. La ligne qu’il va parcourir doit nécessairement embrasser les déserts de l’[[:w:Arabie|Arabie]] et de la [[:w:Tartarie|Tartarie]] ; mais le cercle qu’elle formera d’abord se resserrera définitivement aux limites toujours décroissantes de l’[[:w:Empire romain|Empire romain]].
+
D’après ces considérations, j’aurais abandonné sans regrets les esclaves grecs et leurs serviles historiens, si le sort de la monarchie de Byzance ne se trouvait lié d’une manière passive aux révolutions les plus éclatantes et les plus importantes qui aient changé la face du monde. Au moment où elle perdait des provinces, de nouvelles colonies et de nouveaux royaumes s’y établissaient ; les nations victorieuses prenaient ces vertus actives de la guerre ou de la paix qu’avaient délaissées les vaincus ; et c’est dans l’origine et les conquêtes, dans la religion et le gouvernement de ces peuples nouveaux, que nous devons chercher les causes et les effets de la décadence et de la chute de l’{{Hwp|Empire byzantin|empire d’Orient}}. Au reste, ce nouveau plan, la richesse et la variété des matériaux, ne s’opposent point à l’unité du dessein et de la composition : semblable au musulman de {{Hwp|Fès|Fez}} ou de {{Hwp|Delhi|Delhy}}, qui dans ses prières regarde toujours le temple de {{Hwp|La Mecque|la Mecque}}, l’œil de l’historien ne perdra jamais {{Hwp|Constantinople|Constantinople}} de vue. La ligne qu’il va parcourir doit nécessairement embrasser les déserts de l’{{Hwp|Arabie|Arabie}} et de la {{Hwp|Tartarie|Tartarie}} ; mais le cercle qu’elle formera d’abord se resserrera définitivement aux limites toujours décroissantes de l’{{Hwp|Empire romain|Empire romain}}.
   
 
{{HdcerHors|Plan du reste de l’ouvrage.|ch48.3}}
 
{{HdcerHors|Plan du reste de l’ouvrage.|ch48.3}}