Différences entre versions de « Page:La Nouvelle Revue - 1899 - tome 117.djvu/459 »

aucun résumé de modification
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
jouissaient dans le pays n’étilient proches d’aucune route ni sur
+
jouissaient dans le pays n’étaient proches d’aucune route ni sur
le passage d’aucun sentier iinportant. La solitude y demeurait donc
+
le passage d’aucun sentier important. La solitude y demeurait donc
introublée pour Etienne et il en profitait largement. Souvent il
+
introublée pour Étienne et il en profitait largement. Souvent il
arrivait à cheval et dessellant aussitôt Rob Roy, laissait l’animal
+
arrivait à cheval et dessellant aussitôt {{lang|en|Rob Roy}}, laissait l’animal
 
satisfaire en liberté ses caprices. Quand il n’apercevait plus à travers
 
satisfaire en liberté ses caprices. Quand il n’apercevait plus à travers
 
le feuillage des rares buissons, son joli poil fauve à reflets
 
le feuillage des rares buissons, son joli poil fauve à reflets
d’or, il le sifflait et Rob Roy accourait au galop. Ces jours·là, quabd
+
d’or, il le sifflait et {{lang|en|Rob Roy}} accourait au galop. Ces jours-là, quand
 
le feu brillait, l’installation d’Etienne ressemblait assez à. uri campement :
 
le feu brillait, l’installation d’Etienne ressemblait assez à. uri campement :
 
la selle et la sangle trainaient sur l’herbe et le jeune
 
la selle et la sangle trainaient sur l’herbe et le jeune
82 498

modifications