Différences entre les versions de « Dialogues des morts/Dialogue 23 »

m
transclusion
m (Correction des redirects après renommage)
m (transclusion)
{{TextQuality|100%}}
<div class="text">
{{Navigateur|[[<pages index="Fénelon - De l’éducation des filles. Dialogues des morts/Dialogue.djvu" 22|header=1 -from=251 to=253 tosection=s1 Dialoguecurrent="" 22]]|titre="[[Dialogues des morts]]|[[Dialogues" des morts/Dialogue 24| - Dialogue 24]]}}>
 
 
Platon, et Denys Le Tyran.
 
Un prince ne peut trouver de véritable bonheur et
de sûreté que dans l' amour de ses sujets.
 
Denys Le Tyran.
 
Hé ! Bonjour, Platon. Te voilà comme je
t' ai vu en Sicile.
 
Platon.
 
Pour toi, il s' en faut bien que tu sois ici
aussi brillant que sur ton trône.
 
Denys Le Tyran.
 
Tu n' étois qu' un philosophe chimérique ;
ta république n' étoit qu' un beau songe.
 
Platon.
 
Ta tyrannie n' a pas été plus solide que ma
république ; elle est tombée par terre.
 
Denys Le Tyran.
 
C' est ton ami Dion qui me trahit.
 
Platon.
 
C' est toi qui te trahis toi-même. Quand on
se fait haïr, on a tout à craindre.
 
Denys Le Tyran.
 
Mais aussi, que n' en coûte-t-il pas pour se
faire aimer ! Il faut contenter les autres. Ne
vaut-il pas mieux se contenter soi-même au
hasard d' être haï ?
Platon.
 
Quand on se fait haïr pour contenter ses
passions, on a autant d' ennemis que de sujets,
on n' est jamais en sûreté. Dis-moi la vérité,
dormois-tu en repos ?
Denys Le Tyran.
 
Non, je l' avoue. C' est que je n' avois pas
encore fait mourir assez de gens.
 
Platon.
 
Hé ! Ne vois-tu pas que la mort des uns
t' attiroit la haine des autres ? Que ceux qui
voyoient massacrer leurs voisins attendoient
de périr à leur tour, et ne pouvoient se sauver
qu' en te prévenant ? Il faut, ou tuer jusqu' au
dernier des citoyens, ou abandonner la
rigueur des peines pour tâcher de se faire aimer.
 
Quand les peuples vous aiment, vous n' avez
plus besoin de gardes ; vous êtes au
milieu de votre peuple comme un père qui
ne craint rien au milieu de ses propres enfants.
 
Denys Le Tyran.
 
Je me souviens que tu me disois toutes ces
raisons quand je fus sur le point de quitter
la tyrannie pour être ton disciple ; mais un
flatteur m' en empêcha. Il faut avouer qu' il est
bien difficile de renoncer à la puissance
souveraine.
 
Platon.
 
N' auroit-il pas mieux valu la quitter
volontairement pour être philosophe, que d' en être
honteusement dépossédé pour aller gagner sa
vie à Corinthe par le métier de maître d' école ?
Denys Le Tyran.
 
Mais je ne prévoyois pas qu' on me chasseroit.
 
Platon.
 
Hé ! Comment pouvois-tu espérer de demeurer
le maître en un lieu où tu avois mis
tout le monde dans la nécessité de te perdre
pour éviter ta cruauté ?
Denys Le Tyran.
 
J' espérois qu' on n' oseroit jamais m' attaquer.
 
Platon.
 
Quand les hommes risquent davantage en
vous laissant vivre qu' en vous attaquant, il
s' en trouve toujours qui vous préviennent :
vos propres gardes ne peuvent assurer leur vie
qu' en vous arrachant la vôtre. Mais parle-moi
franchement, n' as-tu pas vécu avec plus de
douceur dans ta pauvreté de Corinthe que
dans ta splendeur de Syracuse ?
Denys Le Tyran.
 
Il est vrai : à Corinthe, le maître d' école
mangeoit et dormoit assez bien ; le tyran à
Syracuse avoit toujours des craintes et des
défiances ; il falloit égorger quelqu' un, ravir les
trésors, faire des conquêtes ; les plaisirs
n' étoient plus plaisirs, ils étoient usés pour moi,
et ne laissoient pas de m' agiter avec trop de
violence. Dis-moi aussi, philosophe, te trouvois-tu
bien malheureux quand je te fis vendre ?
Platon.
 
J' avois dans l' esclavage le même repos que
tu goûtois à Corinthe, avec cette différence,
que j' avois le bonheur de souffrir pour la vertu
par l' injustice du tyran, et que tu étois le
tyran honteusement dépossédé de sa tyrannie.
 
Denys Le Tyran.
 
Va, je ne gagne rien à disputer contre toi ;
si jamais je retourne au monde, je choisirai
une conditon privée, ou bien je me ferai
aimer par le peuple que je gouvernerai.
 
</div>
453 149

modifications