Différences entre versions de « Page:Coubertin - Histoire universelle, Tome IV, 1926.djvu/199 »

aucun résumé de modification
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
donné ensuite par ses collègues, Delcassé trouva le parlement préoccupé avant tout d’éviter la guerre et trop empressé à le laisser voir. Il dut se retirer. C’était une capitulation. L’humiliation était grande. Deux jours durant, Guillaume {{rom-maj|ii|2}} fut l’arbitre des destinées européennes. Si, pour bien marquer son désir de paix, il avait alors convié les nations à de vastes assises dont Berlin eût pu être le siège, il eût probablement réalisé l’œuvre devant laquelle Nicolas {{rom-maj|ii|2}} avait échoué et rendu à l’Allemagne une situation de prépondérance indiscutée. Ni l’empereur ni sa chancellerie n’aperçurent cette issue. Ils voulurent pousser leur avantage présent et provoquèrent l’ouverture d’une période d’incohérences et de malaises d’où devait finalement sortir la guerre<ref name=p195>En général l’Europe soutint la France. {{corr|A|À}} la conférence d’Algésiras (1906) les {{corr|Etats-Unis|États-Unis}} entrèrent en scène et leur action pro-française compensa l’effacement de la Russie alors en guerre avec le Japon et essuyant des défaites aussi retentissantes qu’inattendues. Algésiras ne mit pas fin aux incidents marocains. La situation franco-allemande demeura tendue.</ref>.
donné ensuite par ses collègues, Delcassé trouva le parlement
 
préoccupé avant tout d'éviter la guerre et trop empressé à le
 
laisser voir. Il dut se retirer. C'était une capitulation. L'humi·
 
liation était grande. D eux jours durant, Guillaume II tut l'ar-
 
bitre des destinées européennes. Si, pour bien marquer son
 
désir de paix, il lavait alors convié les nations à de vastes ass[ises
 
dont Berlin eût pu être le siège, il eût probablement r éalisé
 
l'œuvre devant laquelle Nicolas II avait échoué et rendu à.
 
l'Allemagne une situation de prépondérance indiscutée. Ni l'em-
 
pereur ni sa chancellerie n'aperçurent cette issue. Ils voulurent
 
pousser leur avantage présent ·et provoquèrent l 'ouverture d'une
 
période d'incohérences et de malaises d'où devait finalement
 
sortir la guerre<ref name=p195>En général l'Europe soutint la France. {{corr|A|À}} la conférence d’Algésiras (1906) les {{corr|Etats-Unis|États-Unis}} entrèrent en scène et leur action pro-française compensa l’effacement de la Russie alors en guerre avec le Japon et essuyant des défaites aussi retentissantes qu’inattendues. Algésiras ne mit pas fin aux incidents marocains. La situation franco-allemande demeura tendue.</ref>.
 
 
{{astérisme}}
 
{{astérisme}}
 
Tandis que l'Allemagne resserrait ses forces autour d'une
 
Tandis que l'Allemagne resserrait ses forces autour d'une
101 382

modifications