« Page:Désorgues - Voltaire, ou le Pouvoir de la philosophie, 1798.djvu/11 » : différence entre les versions

m
ponctuation. L'accent de monastère est volontaire ?
m (ponctuation. L'accent de monastère est volontaire ?)
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 2 : Ligne 2 :
Et je les instruisis à mériter sa cendre.
Et je les instruisis à mériter sa cendre.
Elle nous sauve encor de ces vils préjugés,
Elle nous sauve encor de ces vils préjugés,
Enfants de l’ignorance, à Rome protégés.
Enfans de l’ignorance, à Rome protégés.
Ce monstre, armé toujours de foudres, d’anathèmes,
Ce monstre, armé toujours de foudres, d’anathèmes,
Qui, soumettant la tombe à ses décrets suprêmes,
Qui, soumettant la tombe à ses décrets suprêmes,
Nous donne et nous ravit les honneurs du trépas,
Nous donne et nous ravit les honneurs du trépas,
Dans ce cloître-jamais n’osa porter ses pas :
Dans ce cloître jamais n’osa porter ses pas :
Il pense voir Voltaire au pont de l’abbaye
Il pense voir Voltaire au pont de l’abbaye
Debout entre la gloire et la philosophie,
Debout entre la gloire et la philosophie,
Suivi de ces héros qui , plus grands par ses vers,
Suivi de ces héros qui, plus grands par ses vers,
Sur la scène française ont instruit l’univers :
Sur la scène française ont instruit l’univers :
Il baisse alors d’effroi ses regards fanatiques,
Il baisse alors d’effroi ses regards fanatiques,
Cède, et rend.par sa fuite hommage à ses reliques.
Cède, et rend par sa fuite hommage à ses reliques.


Ah ! m’écriai-je alors, sage et pieux vieillard,
Ah ! m’écriai-je alors, sage et pieux vieillard,
2 164

modifications