Différences entre les versions de « « Depuis un mois il neige à flots » »

nouvelle page
(nouvelle page)
 
(nouvelle page)
{{TextQuality|75%}}<div class="text">
{{TitrePoemePoèmeNav|[[William Chapman]]|''[[Les Fleurs de givre]]''|William<br>'''Les ChapmanPreux'''</br><br>Les Martyrs du Long-Saut|Le|''[[Cadieux Givre(Chapman)|Cadieux]]''}}
 
 
 
<div class="text">
<poem>
<small>Poème lu par son auteur, à la troisième séance du Congrès
Depuis un mois il neige à flots. La nuit dernière
du Parler Français, à Québec, le juin.
Il a plu. Maintenant sous la froide lumière
Du soleil hivernal le givre immaculé
Étincelle aux rameaux du grand bois constellé.
Quel séduisant tableau ! quelle vaste féerie !
Chaque fourré devient une cristallerie ;
Et les blancheurs du lait, de la nacre, du sel,
De l’onyx, de l’argent, de la nappe d’autel,
Sur les branches du Pin, du chêne et de l’érable
S’entremêlent dans une harmonie ineffable.
Parfois des rayons d’or frappent l’arbre qui luit,
Et l’on dirait alors qu’au milieu de la nuit
Une fée a touché du bout de sa baguette
Les fûts de la forêt solitaire et muette,
En a fait les piliers d’une église sans nom ;
On songe au merveilleux temple de Salomon,
Aux trésors apportés du Pérou par Pizarre.
Parfois sur ces piliers d’agate et de carrare
Une ombre passe et fait évanouir soudain
Le vif scintillement de ce nouvel Éden.
Et le bois assombri, que nul souffle n’agite,
Devient la grotte où pend la blanche stalactite ;
Le soleil, mi-voilé d’un nuage blafard,
Entre d’épais massifs glisse un tremblant regard,
Tandis qu’aux alentours un feu d’apothéose
Sur les rameaux vitreux met une lueur rose
Projetant sur la neige un reflet de vermeil.
Mais un nuage encor nous cache le soleil :
Le morne clair-obscur des vieilles basiliques
Filtre à peine à travers les fûts mélancoliques
Du temple indescriptible habité par l’Hiver ;
Puis tout à coup des traits lumineux fendent l’air,
Et, frappés par ces traits comme par un bolide,
Le frimas étoilé, le glaçon translucide,
Reprennent leur éclat ; et notre œil ébloui
S’enivre de nouveau d’un spectacle inouï ;
Que ne saurait décrire aucune langue humaine
Est-ce un rêve ? Toujours une nouvelle scène
Du long panorama dessiné par le gel
Se déroule au sommet du grand bois solennel,
Comme un drapeau géant tissé de blanche soie
Sous la mitraille d’or du soleil qui flamboie.
Tantôt, aux vifs rayons qui pleuvent du ciel bleu,
L’immensité s’embrase : on croirait que le feu
Dévore, comme en juin, la forêt centenaire.
Tantôt, dans plus d’un arbre inondé de lumière,
Par un mystérieux et magique travail
La branche se transforme en rameau de corail.
Tantôt, le chêne altier, qu’hier tordait Eole,
Prend l’aspect d’une immense et riche girandole.
Tout ce que le ciseau patient du sculpteur
Dans le marbre ou le bois sait créer d’enchanteur
En ciselant le lis, le lotus et l’acanthe,
Scintille sous les arcs de la forêt géante.
Tout ce que le ciseau du maître à l’œil de feu
Peut, comme un blanc reflet de la maison de Dieu,
Déployer dans l’abside, autour du tabernacle,
Serait terne à côté de ce mouvant spectacle.
 
À Sa Grandeur Monseigneur P. Bruchési,
Mais peut-être demain le grand flambeau des cieux
Archevêque de Montréal.</small>
Fera fondre les fleurs du givre radieux,
Et tout ce vaste éclat de prodige et de rêve
Devra s’évanouir comme la lueur brève
D’un espoir qui, parfois illuminant nos jours,
Brille quelques moments et s’éteint pour toujours.
 
 
 
 
Parcourez, attentifs, toute l’histoire humaine.
De l’éclat de Ninive à la splendeur d’Athènes,
Des travaux de Lincoln aux actes de Zénon,
Du grand Démétrius au grand Napoléon,
Et vous ne lirez pas de plus sublime page
Que celle écrite, au bord de l’Ottawa sauvage,
Avec un sang aussi hardi que généreux,
Par des soldats français qui furent nos aïeux.
 
Champlain avait fondé Québec. La colonie,
Grâce à son dévoûment et grâce à son génie,
Qu’au berceau les enfants apprennent à bénir,
Plongeait avec espoir son œil dans l’avenir.
À l’appel de cet homme à la vaillance antique,
Les fils de Loyola, traversant l’Atlantique,
Étaient venus verser l’eau du baptême au front
Du farouche Algonquin et du fauve Huron ;
Maintes tribus des bois s’alliaient à. nos pères,
Et les seuls Iroquois gardaient, dans leurs repaires,
Où fumaient nuit et jour des cadavres sanglants,
L’amour de l’embuscade et la haine des Blancs
Dont le fer abattait les forêts séculaires.
Déjà le bourg naissant de la Pointe-à-Callières
Avait vu des héros, la croix ou l’arme aux mains,
Tomber sous la fureur de ces monstres humains
Qui promenaient partout le meurtre, l’incendie
Et l’âpre et courageux colon de Normandie
N’osait fouiller le sol aux abords d’un bosquet
Sans avoir déposé près de lui son mousquet
Sous les yeux vigilants de quelque sentinelle.
 
Un jour, le vent des bois apporta sur son aile
La rumeur que, rêvant de combler les horreurs
De ses assauts sans fin contre nos laboureurs,
La peuplade, encor plus barbare et frénétique,
S’apprêtait à noyer tous les Francs d’Amérique
Dans un fleuve de sang, que pas un pionnier
Ne devait échapper au désastre dernier
Pour l’aller raconter à la mère patrie.
 
Quel homme sauvera Québec, Ville-Marie,
Trois-Rivières, sur qui, l’enfer dans le regard,
Marchent les Iroquois ?
― Moi, dit Adam Dollard,
Presque un adolescent, né sur le roc celtique.
 
Et, sans tarder, nourri du pain eucharistique,
Qui triple le courage au cœur de tous chrétiens,
L’altier Breton, suivi de seize Laurentiens,
Jeunes comme leur chef, sous l’œil de Maisonneuve
Toujours stoïque et grand aux heures de l’épreuve,
Quitte la plage où brille aujourd’hui Montréal,
Et, certain de mourir dans un combat brutal,
Qui peut-être fera vivre la colonie,
Il perce, l’arme au poing, la forêt infinie
Pour aller endiguer le fleuve menaçant
Qui doit tout submerger de ses vagues de sang
Et déjà gronde au fond des solitudes mornes.
 
À peine sous l’arceau des ramures sans bornes,
Que le vent d’avril berce au-dessus de leurs fronts,
Les nôtres sont rejoints par quarante Hurons
Brûlant d’offrir au fier Dollard leur assistance
Contre le sanguinaire ennemi qui s’avance.
 
Un pacte solennel est fait ; et, sous un ciel
De lapis, dont le pur éclat semble éternel,
Le Long-Saut, quatre jours plus tard, voit la poignée
De ces héros obscurs, maniant la cognée,
Réparer un vieux fort construit, non loin d’un mont,
Par des Indiens amis. Ils s’y retrancheront
Pour attendre, en silence, au guet, dans la prière,
Les démons tatoués sur le sentier de guerre.
Et, pendant que Dollard se prépare au combat,
Le voile de la nuit s’étend ; le vent s’abat ;
La paix de l’infini descend sur la redoute ;
Pas un bruissement de feuille sous la voûte
De la forêt ne rompt le calme solennel
Qui plane sur le mont comme sur un autel :
Seul le grondement sourd des cascades prochaines,
Coupé du sifflement des haches sur les chênes
Et les pins entourant l’étroit rempart de pieux,
Émeut le grand désert sauvage et giboyeux ;
Et si quelque chasseur, marchant à l’aventure,
Passait près du fortin caché par la ramure
D’arbres portant leur cime altière jusqu’aux cieux,
Sans doute il entendrait ― murmure harmonieux
Où palpitent l’espoir, l’amour et le mystère ―
Les Français réciter, front nu, le Notre Père.
Cependant le sommeil clôt plus d’un œil lassé
Dans la redoute obscure où tout bruit a cessé.
Mais le chef des vaillants, toujours anxieux, veille
Et penche, à tout moment, au dehors son oreille,
Et, comme auréolé d’un étrange reflet,
Pieusement dans l’ombre égrène un chapelet
Qu’au moment de quitter la côte d’Armorique
Il reçut, disait-il, d’une main angélique.
Tout à coup, dominant la voix sourde des eaux,
Un hurlement éclate au milieu des roseaux
Que les flots du rapide effleurent et balancent.
Et huit cents Iroquois pêle-mêle s’élancent
Contre la palissade. Échevelés, hagards,
Fougueux comme chacals, panthères et jaguars,
Avec de lourds leviers de chêne ouvrant des brèches
Dans le fort, ils y font grêler pierres et flèches.
En vain les Blancs du plomb de leurs mousquets tonnants
Criblent-ils les nombreux agresseurs étonnants
D’agilité féline et d’audace féroce ;
En vain font-ils sur eux pleuvoir les coups de crosse ;
En vain labourent-ils du bout de longs épieux
Leurs bras nus et sanglants crispés autour des pieux ;
En vain leur lancent-ils leurs haches à la tête :
Rien ne les déconcerte et rien ne les arrête.
À tout prix l’ennemi veut lutter corps à corps.
Mais toujours Dollard voit avorter ses efforts ;
Toujours le grand Breton et sa petite armée
Repoussent, triomphants, la horde décimée.
Et les corps pantelants de deux cents Iroquois
Jonchent déjà le sol épouvanté des bois,
Et plus d’un assiégé, percé d’un dard, succombe.
Le ciel resta serein devant cette hécatombe,
Et la lune, glissant ses rayons à travers
L’épaisse frondaison des chênes déjà verts,
Jusqu’à l’aube éclaira l’attaque forcenée
Des guerriers infernaux.
 
Cette lutte acharnée
― Les Iroquois battus reçurent du secours ―
Se poursuivit ainsi durant douze longs jours.
Confondus, furieux et fous, les cannibales,
Incessamment courbés sous l’ouragan des balles,
Hurlaient comme les loups harcelés par la faim,
Mais, sûrs de triompher, renouvelaient sans fin
L’assaut du fort tremblant et troué comme un crible.
Tandis que, dévorés d’une soif indicible,
Qui força les Hurons à déserter, un soir,
Les Français combattaient sans renfort, sans espoir,
Tour à tour ripostant et priant Dieu dans l’ombre.
Ils avaient vu périr la moitié de leur nombre,
Et plus déterminés que jamais à mourir,
Dollard et ses héros brûlaient d’un seul désir :
Stupéfier par des miracles de courage
Les Peaux-Rouges de plus en plus ivres de rage.
Mais quel est donc le feu qui brûle dans le cœur
Du soldat et lui fait, en déroute ou vainqueur,
Sous les plis en lambeaux d’une vieille bannière,
Répandre tout son sang pour garder une terre
Qu’un brutal ennemi tente de conquérir ?
Et pourquoi les Français semblent-ils mieux nourrir
Que tous leurs fiers rivaux cette flamme féconde
Capable d’embraser ou de sauver un monde ?
 
Or, depuis Jeanne d’Arc, jamais un pareil feu
N’avait électrisé le peuple aimé de Dieu,
Jamais ses fils n’avaient, pour en marquer l’Histoire,
Fait un geste aussi beau d’héroïsme et de gloire
Que celui qui devait, béni par le Très-Haut,
Rendre immortels les noms des martyrs du Long-Saut,
Rappeler à toujours la défense homérique
Qui sauva de la mort la Gaule d’Amérique.
 
Et Dollard répétait :― Il nous faut tous périr.
Seul le bras du Seigneur pourrait nous secourir,
Seule la mort mettra fin à la résistance.
Nous défendons le seuil de la Nouvelle-France,
Et, pour atteindre aux murs de Québec menacé,
L’Indien devra marcher sur le dernier blessé ! ―
 
Un matin que la lutte était plus âpre et noire,
Que les Blancs n’avaient plus qu’une eau bourbeuse à boire,
Que le poste comptait à peine dix soldats,
Grand comme Botzaris, Roland, Léonidas,
Dollard, voyant s’ouvrir une nouvelle brèche,
Prend un baril de poudre, y cheville une mèche,
L’allume, et, d’une main qui n’a jamais frémi,
Lance le formidable engin vers l’ennemi.
Mais un rameau mouvant l’arrête et le renvoie.
Et le baril fatal, en éclatant, foudroie
Les derniers preux roidis dans un dernier effort.
 
Et quand le chef indien pénétra dans le fort
Éclaboussé du sang de la troupe stoïque,
Il vit ― scène à la fois horrible et magnifique,
Dont l’évocation fait battre tous les cœurs ! ―
Dollard, resté debout seul devant les vainqueurs,
Noir de poudre, en lambeaux, de l’écume à la lèvre,
Echevelé, les yeux agrandis par la fièvre,
Achever à grands coups de hache les mourants,
Pour les soustraire au scalp de bourreaux délirants,
Puis, le crâne brisé par une arquebusade,
S’affaisser lourdement le long d’un camarade.
 
Devant tant de bravoure et tant de dévoûment,
Les noirs envahisseurs, frappés d’effarement,
Et n’osant attaquer nos bourgades guerrières,
Reprirent le chemin de leurs lointains repaires
Sous les forêts du nord aux grands fourrés dormants.
Mais avant de quitter les décombres fumants,
Ils ouvrirent ― maudit soit l’instinct de leur race ! ―
Les corps des glorieux défenseurs de la place,
Et, sûrs d’y puiser plus d’audace et de succès,
Dévorèrent le cœur palpitant d’un Français,
Après avoir brûlé jusqu’au dernier cadavre.
Et l’on dit que, le soir de ce drame qui navre,
Un vieux coureur des bois, attiré par le bruit
Du baril explosé dans le poste détruit,
Crut voir ― ô vision aussi belle qu’étrange ! ―
Un doux fantôme blanc, une femme au front d’ange,
Recueillir de la cendre encor chaude des preux
Qui venaient de verser leur sang si généreux
En couvrant de leurs corps la patrie éperdue,
Puis, d’un geste embrassant la sauvage étendue,
― Comme fait le semeur debout dans son enclos ―
L’épandre dans le vent qui caressait les flots,
Les roseaux et les foins, les fleurs et les feuillages.
 
Cette cendre sacrée a fécondé nos plages ;
Et là même où les troncs d’insondables forêts
Se dressaient vers le ciel, les chênes du Progrès
Balancent au soleil leurs rameaux forts et denses ;
D’opulentes moissons de vertus, de sciences,
Dans un rayonnement d’aurore et d’idéal,
Croissent sous l’infini de l’azur boréal ;
Là même où l’Iroquois tendait ses embuscades,
Brillent de hauts clochers, de superbes arcades
Réfléchissant les feux éblouissants de l’Art.
Oui, grâce au dévoûment sublime de Dollard
Et de ses compagnons, au sein du Nouveau-Monde
Notre race survit, grandit, essaime et fonde,
En gardant sa croyance et sa langue et ses droits
Par le livre, le soc, la parole et la croix.
Oui, grâce à ces héros immortels, l’Espérance
Caresse les enfants d’une seconde France ;
L’avenir radieux sourit aux rejetons
Des tenaces Normands et des vaillants Bretons
Qui, pour peupler nos bords, avaient quitté leurs côtes ;
La nef de nos destins, les voiles toutes hautes,
Sous pavillon anglais cingle avec majesté
Vers le port du Triomphe et de la Liberté !
</poem>
<br />
29 409

modifications