Différences entre les versions de « Page:Anatole France - Le Jardin d’Épicure.djvu/182 »

aucun résumé de modification
m (Marc: split)
 
En-tête (noinclude) :En-tête (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
{{nr|168|LE JARDIN D'ÉPICURE|}}
  +
{{----|100%}}
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
de goûter les fruits de son travail, se réveillait sans cesse aux cris de mort, aux lueurs de l’incendie, quand la vie était un cauchemar, les plus douces âmes s’en allaient rêver du ciel dans des maisons qui s’élevaient comme de grands navires au-dessus des flots de la haine et du mal. Ces temps ne sont plus. Le monde est devenu à peu près supportable. On y reste plus volontiers. Mais ceux qui le trouvent encore trop rude et trop peu sûr sont libres, après tout, de s’en retirer. L’Assemblée constituante avait eu tort de le contester, et nous avons eu raison de l’admettre en principe.
 
de goûter les fruits de son travail, se réveillait sans cesse aux cris de mort, aux lueurs de l’incendie, quand la vie était un cauchemar, les plus douces âmes s’en allaient rêver du ciel dans des maisons qui s’élevaient comme de grands navires au-dessus des flots de la haine et du mal. Ces temps ne sont plus. Le monde est devenu à peu près supportable. On y reste plus volontiers. Mais ceux qui le trouvent encore trop rude et trop peu sûr sont libres, après tout, de s’en retirer. L’Assemblée constituante avait eu tort de le contester, et nous avons eu raison de l’admettre en principe.
   
J’ai l’honneur de connaître la supérieure d’une communauté dont la maison-
+
J’ai l’honneur de connaître la supérieure d’une communauté dont la maison-mère
921

modifications