Différences entre les versions de « Page:Anatole France - Le Jardin d’Épicure.djvu/167 »

aucun résumé de modification
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 11 : Ligne 11 :
 
{{centré|{{taille|SUR LES COUVENTS DE FEMMES|140}}}}
 
{{centré|{{taille|SUR LES COUVENTS DE FEMMES|140}}}}
   
  +
<br />
   
 
Il est pénible de voir une jeune fille mourir volontairement au monde. Le couvent effraye tout ce qui n’y entre pas. Au milieu du IVe siècle de l’ère chrétienne, une jeune Romaine nommée Blésilla fit dans un monastère de tels jeûnes qu’elle en mourut. Le peuple furieux, suivit le cercueil en criant : « Chassons, chassons de la ville cette détestable race des moines ! Pourquoi ne les lapide-t-on pas ? Pourquoi ne les
 
Il est pénible de voir une jeune fille mourir volontairement au monde. Le couvent effraye tout ce qui n’y entre pas. Au milieu du IVe siècle de l’ère chrétienne, une jeune Romaine nommée Blésilla fit dans un monastère de tels jeûnes qu’elle en mourut. Le peuple furieux, suivit le cercueil en criant : « Chassons, chassons de la ville cette détestable race des moines ! Pourquoi ne les lapide-t-on pas ? Pourquoi ne les
921

modifications