Différences entre versions de « Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/883 »

État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 50 : Ligne 50 :
 
BÉOTARQUE. s. m. Chef des Béotiens, premier Magistrat des Béotiens. ''{{lang|la|Bæotarcha}}''. Les ''Béotarques'' étoient chez les Béotiens, ce que les Archontes étoient chez les Athéniens. ''Voyez'' {{sc|Tite-Live}}, ''Liv. XLII. C. 43''.
 
BÉOTARQUE. s. m. Chef des Béotiens, premier Magistrat des Béotiens. ''{{lang|la|Bæotarcha}}''. Les ''Béotarques'' étoient chez les Béotiens, ce que les Archontes étoient chez les Athéniens. ''Voyez'' {{sc|Tite-Live}}, ''Liv. XLII. C. 43''.
   
Ce mot est formé de BohIos, ''Béotien'', & "f^c. ''Commandement, Empire''.
+
Ce mot est formé de {{lang|grc|{{corr|Βοιοτός|Βοιωτός}}}}, ''Béotien'', & {{lang|grc|ἀρχή}}, ''Commandement, Empire''.
   
BÉOTIE. ''{{lang|la|Bœtia}}''. Quelques-uns écrivent ''Bœtie'' suivant le mot grec, B »jo1, dont la première syllabe qui est la diphthongue ''oi'', a été rendue en latin par ''œ, Bœotes''. C’étoit anciennement une contrée de la Grèce, qui avoit porté auparavant les noms d’''Aonie'', d’''Ogygie'', d’''Hyantide'', de ''Messapie'', de ''Cadmeïde''. Diodore l’appelle ''Arné''. La ''Béotie'', dit Etienne le Géographe, touchoit trois mers ; celle du Péloponèse, la mer de Sicile & la mer Adriatique. Elle s’étendoit depuis le golfe de Zeiton, & le détroit de Négrepont, jusqu’au golfe de Lépante. Elle avoit la Mégaride vers le Midi, l’Attique au Levant, la Phocide avec les Locres, ou Locriens Epinémidiens, au Couchant. On divisoit la ''méotie'' en haute & basse. La haute étoit au Midi, & la basse au Septentrion. Aujourd’hui ce pays porte le nom de ''Siramulipa'', & fait une partie de la Livadie. La capitale de ''Béotie'' étoit Thèbes, bâtie par Cadmus.
+
BÉOTIE. ''{{lang|la|Bœtia}}''. Quelques-uns écrivent ''Bœtie'' suivant le mot grec, {{lang|grc|{{corr|Βοιοτία|Βοιωτία}}}}, dont la première syllabe qui est la diphthongue ''oi'', a été rendue en latin par ''œ, Bœotes''. C’étoit anciennement une contrée de la Grèce, qui avoit porté auparavant les noms d’''Aonie'', d’''Ogygie'', d’''Hyantide'', de ''Messapie'', de ''Cadmeïde''. Diodore l’appelle ''Arné''. La ''Béotie'', dit Etienne le Géographe, touchoit trois mers ; celle du Péloponèse, la mer de Sicile & la mer Adriatique. Elle s’étendoit depuis le golfe de Zeiton, & le détroit de Négrepont, jusqu’au golfe de Lépante. Elle avoit la Mégaride vers le Midi, l’Attique au Levant, la Phocide avec les Locres, ou Locriens Epinémidiens, au Couchant. On divisoit la ''méotie'' en haute & basse. La haute étoit au Midi, & la basse au Septentrion. Aujourd’hui ce pays porte le nom de ''Siramulipa'', & fait une partie de la Livadie. La capitale de ''Béotie'' étoit Thèbes, bâtie par Cadmus.
   
Le Géographe Etienne rapporte plusieurs éymologies de ce nom. Quelques-uns le tiroient de ''Beotas'', que les uns font fils d’Itonus, fils d’Amphiélyon ^ le plus jeune des enfans de Deucasion & de Pyrrha ; & d’autres, fils de Neptune & d’Arne. C est peut-être par allusion à cette fable, ou à cause de la multitude de leurs côtes ^ de leurs ports de mer, que l’on voit quelquefois sur leurs médailles un Neptune. Quoi qu’il enfoit, les Auteurs dont je parle, prétendent qu’il fut ainsi nommé de six ! , bœuf, parce que sa mère le cacha dans du fumier de bœufs quand il fut né, pour en dérober la connoissance à son père. Une féconde étymologie dérive ce nom de £« , bœuf, parce que Cadmus trouva un bœuf qui le conduisit dans l’endroit, où ensuite il bâtit Thèbes. D’autres veulent qu’il ait été donné aux Béotiens à cause de leur esprit pelant.
+
Le Géographe Etienne rapporte plusieurs éymologies de ce nom. Quelques-uns le tiroient de ''Beotas'', que les uns font fils d’Itonus, fils d’Amphictyon, le plus jeune des enfans de Deucalion & de Pyrrha ; & d’autres, fils de Neptune & d’Arne. C’est peut-être par allusion à cette fable, ou à cause de la multitude de leurs côtes & de leurs ports de mer, que l’on voit quelquefois sur leurs médailles un Neptune. Quoi qu’il en soit, les Auteurs dont je parle, prétendent qu’il fut ainsi nommé de {{lang|grc|βοῦς}}, bœuf, parce que sa mère le cacha dans du fumier de bœufs quand il fut né, pour en dérober la connoissance à son père. Une seconde étymologie dérive ce nom de {{lang|grc|βοῦς}}, bœuf, parce que Cadmus trouva un bœuf qui le conduisit dans l’endroit, où ensuite il bâtit Thèbes. D’autres veulent qu’il ait été donné aux Béotiens à cause de leur esprit pesant.
 
<section end="BÉOTARQUE"/>
 
<section end="BÉOTARQUE"/>
 
<section begin="BÉOTIEN"/><nowiki/>
 
<section begin="BÉOTIEN"/><nowiki/>
   
BÉOTIEN, ENNE. s. m. & f. Nom de peuple, & adjectif, qui se dit de ce qui appartient à ce peuple. BœotuS, Bœotius. Les Béotiens passoient pour avoir 1 humeur sauvage, de sorte que pour l’adoucir on eut besoin de joueurs de Ilûtcs, ce qui les rendit depuis affectionnés à cet instrument. T. {{sc|Corn}}. Les Béotiens furent d’abord sujets àdesRois. Ils établirent ensuite une forte de [République, dont les Thébains furent ordinairement les Chefs. {{sc|Id}}. Etienne dit que les Béotiens l’emportoient sur les autres peuples delà Grèce dansles exercices du corps, ou de la Gymnastique. C est peut-être ce que marquent sur leurs médailles le bouclier de la massue qu’on y voit souvent, au ! lî-bien qu’une figuic d’hcmme armé qui ticnt une pique. On disoit d’étranges choses de la stupidité des Béotiens, témoin le proverbe ; un cochon, un esprit, une oreille de Béotie ; pour signifierunyôr dcùnhébété-. Homère traite les Béotiens d’hommes fort épais & fort stupides. Pindàre & Plutarque, deux Béotiens quhe tentent guère le terroir, & qui prouvent bien que l’esprit est de tout pays & de tout sexe, passent condamnation sur la bêtise de leurs compatriotes. Lucien, dans ses Dialogues, fait répondre par une interlocuteur : ce que vous dites là est bien sauvage, & d’ablemeni Béotien. Horace dit qu’àjuger d’Alexandre par son mauvais goût furlaPoësie, onjugercit que c est un ùanc Béotien. {{sc|Tourr}}.
+
BÉOTIEN, ENNE. s. m. & f. Nom de peuple, & adjectif, qui se dit de ce qui appartient à ce peuple. ''{{lang|la|Bœotus, Bœotius}}''. Les Béotiens passoient pour avoir l’humeur sauvage, de sorte que pour l’adoucir on eut besoin de joueurs de flûtes, ce qui les rendit depuis affectionnés à cet instrument. T. {{sc|Corn}}. Les Béotiens furent d’abord sujets à des Rois. Ils établirent ensuite une sorte de République, dont les Thébains furent ordinairement les Chefs. {{sc|Id}}. Etienne dit que les ''Béotiens'' l’emportoient sur les autres peuples de la Grèce dans les exercices du corps, ou de la Gymnastique. C’est peut-être ce que marquent sur leurs médailles le bouclier & la massue qu’on y voit souvent, aussi-bien qu’une figure d’homme armé qui tient une pique. On disoit d’étranges choses de la stupidité des ''Béotiens'', témoin le proverbe ; un cochon, un esprit, une oreille de ''Béotie'' ; pour signifier un ''sot'' & un ''hébété''. Homère traite les ''Béotiens'' d’hommes fort épais & fort stupides. Pindare & Plutarque, deux Béotiens qui ne sentent guère le terroir, & qui prouvent bien que l’esprit est de tout pays & de tout sexe, passent condamnation sur la bêtise de leurs compatriotes. Lucien, dans ses Dialogues, fait répondre par une interlocuteur : ce que vous dites là est bien sauvage, & diablement ''Béotien''. Horace dit qu’à juger d’Alexandre par son mauvais goût sur la Poësie, on jugeroit que c’est un franc Béotien. {{sc|Tourr}}.
 
<section end="BÉOTIEN"/>
 
<section end="BÉOTIEN"/>
 
{{PetitTitre|{{sp|BEQ.}}}}
 
{{PetitTitre|{{sp|BEQ.}}}}
370 032

modifications