Différences entre versions de « Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Animaux »

m
(→‎ANIMAUX : typo)
=== ANIMAUX ===
 
s. m. Saint Jean (''apocalypse'', chap. IV et V) voit dans le ciel entr’ouvert le trône de Dieu entouré de vingt-quatre vieillards vêtus de robes blanches, avec des couronnes d’or sur leurs têtes, des harpes et des vases d’or entre leurs mains ; aux quatre angles du trône, sont quatre animaux ayant chacun six ailes et couverts d’yeux devant et derrière : le premier animal est semblable à un lion, le second à un veau, le troisième à un homme, le quatrième à un aigle. Cette vision mystérieuse fut bien des fois reproduite par la sculpture et la peinture pendant les {{s|XII|e|-}}, {{s|XIII|e|-}}, {{s|XIV|e|-}} et {{s|XV|e|s}}. Cependant, elle ne le fut qu’avec des modifications importantes. On fit, dès les premiers siècles du christianisme, des quatre animaux, la personnification des quatre évangélistes : le lion à saint Marc, le veau à saint Luc, l’ange (l’homme ailé) à saint Matthieu, l’aigle à saint Jean ; cependant saint Jean, en écrivant son ''Apocalypse'', ne pouvait songer à cette personnification puisque alors les quatre évangiles n’étaient pas écrits. Toutefois, l’''Apocalypse'' étant considérée comme une prophétie, ces quatre animaux sont devenus, vers le {{s|VII}}, la personnification ou le signe des évangélistes. Pendant le {{s|XII}}, la sculpture, déjà fort avancée comme art, est encore toute symbolique ; le texte de saint Jean est assez exactement rendu. Au portail occidental de l’église de Moissac, on voit représenté sur le tympan de la porte le Christ sur un trône, entouré des quatre animaux nimbés, tenant des phylactères, mais ne possédant chacun que deux ailes, et dépourvus de ces yeux innombrables ; au-dessous du Christ, dans le linteau, sont sculptés les vingt-quatre vieillards. <span id=Chartres>Au portail royal de la cathédrale de {{DRAFL2|C|Chartres}} (fig. 1), on voit aussi le Christ entouré des quatre animaux seulement. Les vingt-quatre vieillards sont disposés dans les voussures de la porte. Au portail extérieur de l’église de Vézelay, on retrouve, dans le tympan de la porte centrale, les traces du Christ sur son trône, entouré des quatre animaux et des vingt-quatre vieillards placés en deux groupes de chaque côté du trône. Plus tard, au {{s|XIII}}, les quatre animaux n’occupent plus que des places très-secondaires. Ils sont placés comme au portail principal de Notre-Dame de {{DRAFL2|P|Paris}}, par exemple, sous les apôtres, aux quatre angles saillants et rentrants des deux ébrasements de la porte. L’ordre observé dans la vision de saint Jean se perd, et les quatre animaux ne sont plus là que comme la personnification admise par tous, des quatre évangélistes. On les retrouve aux angles des tours, comme à la tour Saint-Jacques-la-Boucherie de {{DRAFL2|P|Paris}}, {{s|XVI}} ; dans les angles laissés par les encadrements qui circonscrivent les roses, dans les tympans des pignons, sur les contre-forts des façades, dans les clefs de voûtes, et même dans les chapiteaux des piliers de chœurs.
</div>
[[Image:Animaux.cathedrale.Chartres.png|center]]