Différences entre les versions de « Les Petites Comédies du vice/Le Pendu par conviction »

m (liens vers l'espace auteur)
*Et la table.
 
Pour toute ''famille’’famille'', il ne laissait derrière lui qu'un oncle propriétaire... de deux abrutissants défauts : il était bête et il avait de la mémoire.
 
Il vous infligeait donc sa propre bêtise et se faisait l'écho de celle des autres.
 
La ''gloire’’gloire'' ne lui parut plus que l'unique prétexte pour détruire par masses, en plein midi et à grand bruit, cette pauvre race humaine qui se fabrique peu à peu dans l'ombre et le mystère.
 
Le reste n'était plus qu'une question de passementerie.
Il se mit à rire au souvenir de ces vaillants engagés qui, par faute de balles, s'arrachaient les dents pour en charger les espingoles.
 
Il vit ''l'argent’’argent'' entre les mains de trois ou quatre fripons, momentanément adroits, qui, ne pouvant épouser la fortune, l'avaient violée un beau matin dans une ornière.
 
La justice leur faisait rendre gorge.
1 832

modifications