« Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Construction -- Principes » : différence entre les versions

m
m (correction typo)
{{TextQuality|100%}}<div class=prose>
{| width=100% border="0"
| width=33% style="background: #ffe4b5" | <center>< [[Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 4, Construction|Construction]]</center>
malgré ses arcs doubleaux, ou avec ses arcs doubleaux, déversait peu à
peu les murs et les piles en dehors, et toute la construction s'écroulait.
Vers la fin du XI<sup>e</sup> siècle dejàdéjà, beaucoup d'églises et de salles ainsi voûtées,
bâties depuis un demi-siècle, tombaient en ruine, et il fallait les reconstruire.
Ces accidents étaient un enseignement pour les constructeurs: ils
des murs extérieurs. Ces expédients étaient suffisants dans de
petites constructions; ils ne faisaient, dans les grandes, que ralentir l'effet
des poussées sans les détruire complétementcomplètement.
</div>
[[Image:Coupe.eglise.XIe.siecle.2.png|center]]
de les prévenir. Le premier moyen qu'ils paraissent avoir employé est
celui-ci: ayant une nef dont les arcs doubleaux ont 7<sup>m</sup>,00 de diamètre à
l'intrados et 0,60 c. d'épaisseur de claveaux, et ayant remarqué (fig. 16) que
le segment <i>b'c'</i>, en s'affaissant, pressait le segment inférieur <i>a'b'</i> à l'intrados
en <i>b'</i> et la clef à l'extrados en <i>e'</i>, ils en ont conclu que le triangle curviligne
voûtes latérales qui forment une buttée continue enserrant les grandes
voûtes. Les travées étant barlongues et les formerets ayant leur naissance
au même niveau que les arcs doubleaux C, la clef de ces fermeretsformerets A est
à un niveau inférieur aux clefs de ces arcs doubleaux; les grandes voûtes,
par suite de cette disposition, sont très-relevées, leurs arêtes saillantes
de bois ou de métal et d'imprimer des livres ne vient que lorsque beaucoup
de gens savent lire, que les connaissances et l'instruction se répandent
dans toutes les classes et ne sont plus le privilégeprivilège de quelques clercs
enfermés dans leur couvent. Léonard de Vinci, et peut-être d'autres avant
lui, ont prévu que la vapeur deviendrait une force motrice facile à
le profil convenable. Des deux côtés de l'axe CD, prenant de même 0,20 c.,
nous tirons les deux parallèles KL, MN. Du point H, portant 0,40 c.
sur l'axe CD de H en C', nonsnous tirons une perpendiculaire LN à cet
axe, qui nous donne la face de l'arc doubleau; nous inscrivons son
profil. En P, nous supposons que la colonne portant formeret dépasse
les incendies, le défaut d'entretien ou des surcharges postérieures. De
tous ces monuments, l'un des plus parfaits et des mieux conservés est la
cathédrale de Noyon, bâtie de 1150 à 1190. Sauf les colonnettes, les gros
chapiteaux, les sommiers et quelques morceaux exceptionnels, toute la
bâtisse n'est en réalité composée que de moellon peu résistant.
lors, le poids BO, augmenté de la pression CD, devenant 15, par exemple, la
poussée EF est annulée. Si l'arc-boutant *[?G] oppose à la poussée CD une
résistance égale à cette pression oblique et la neutralise complétementcomplètement, la
poussée CD devient action verticale sur la pile AB, et il n'est plus besoin
que de maintenir l'action oblique de l'arc-boutant sur le contre-fort
étrangers à la politique, aux guerres, au trafic; qui, vers le milieu
du moyen âge, ont pris une si grande place dans le pays; de ces artistes
ou artisans, si l'on veut, constitués en corporations; obtenant des privilégesprivilèges
étendus par le besoin qu'on avait d'eux et les services qu'ils rendaient;
travaillant en silence, non plus sous les voûtes des cloîtres, mais dans
5 406

modifications