Différences entre les versions de « Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome28.djvu/301 »

aucun résumé de modification
m (→‎top : clean up, remplacement: môme → même avec AWB)
En-tête (noinclude) :En-tête (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
{{nr||DE MADAME DE CAYLUS.|291}}
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
<nowiki />
DE MADAME DE CAYLUS. 291
 
   
Un jour que le carrosse de M""" de Montespan passa sur le corps d'un pauvre
+
Un jour que le carrosse de Mme de Montespan passa sur le corps d'un pauvre homme sur le pont de Saint-Germain, Mme de Montausier, Mme de Richelieu,
 
Mme de Maintenon, et quelques autres qui étaient avec elles, en furent effrayées et saisies comme on l'est d'ordinaire en de pareilles occasions ; la seule
homme sur le pont de Saint-Germain, M""" de Montausier, M™^ de Richelieu,
 
 
Mme de Montespan ne s'en émut pas, et elle reprocha même à ces dames leur faiblesse. « Si c'était, leur disait-elle, un effet de la bonté de votre cœur
M"'" de Maintenon, et quelques autres qui étaient avec elles, en furent effravées
 
 
et une véritable compassion, vous auriez le même sentiment en apprenant que cette aventure est arrivée loin comme près de vous. »
et saisies comme on l'est d'ordinaire en de pareilles occasions; la seule
 
M"" de Montespan ne s'en émut pas, et elle reprocha même à ces dames
 
leur faiblesse. « Si c'était, leur disait-elle, un effet de la bonté de votre cœur
 
et une véritable compassion, vous auriez le même sentiment en apprenant
 
que cette aventure est arrivée loin comme près de vous. »
 
   
Elle joignit, à cette dureté de cœur ^ une raillerie continuelle, et elle por-
+
Elle joignit, à cette dureté de cœur
  +
<ref>
tait des coups dangereux à ceux qui passaient sous ses fenêtres pendant
 
 
Comment accorder cette dureté avec les larmes
qu'elle était avec le roi.
 
 
compatissantes et généreuses dont elle parle page 50
  +
''(a)''?
 
</ref> une raillerie continuelle, et elle portait des coups dangereux à ceux qui passaient sous ses fenêtres pendant qu'elle était avec le roi.
   
Si on considère le mérite et la vertu de M. de Montausier 2, l'esprit et le
+
Si on considère le mérite et la vertu de M. de Montausier
  +
<ref>
savoir de M. de Meaux, quelle haute idée n'aura-t-on pas et du roi qui fait
 
 
Remarquez ce contraste.
élever si dignement son fils, et du dauphin qu'on croira savant et habile
 
 
</ref>, l'esprit et le savoir de M. de Meaux, quelle haute idée n'aura-t-on pas et du roi qui fait
parce qu'il le devait être ?
 
 
élever si dignement son fils, et du dauphin qu'on croira savant et habile parce qu'il le devait être ?
   
M. de Lauzun, peu content d'épouser Mademoiselle, voulut que le ma-
+
M. de Lauzun, peu content d'épouser Mademoiselle, voulut que le mariage se fit de couronne à couronne; et, par de longs et vains préparatifs, il
  +
donna le loisir à Monsieur le Prince d'agir et de faire révoquer la permission que le roi lui avait accordée. Pénétré de douleur, il ne garda plus de mesures, et se fit arrêter et conduire dans une longue et dure prison
riage se fit de couronne à couronne; et, par de longs et vains préparatifs, il
 
  +
<ref>
donna le loisir à Monsieur le Prince d'agir et de faire révoquer la permission
 
 
Beaucoup trop dure sans doute.
que le roi lui avait accordée. Pénétré de douleur, il ne garda plus de me-
 
 
</ref> par la manière dont il parla à son maître.
sures, et se fit arrêter et conduire dans une longue et dure prison ^ par la
 
manière dont il parla à son maître.
 
   
  +
Sans cette folle vanité, le mariage se serait fait ; le roi, avec le temps, aurait calmé Monsieur le Prince, et M. de Lauzun se serait vu publiquement le mari de la petite-fille de Henri IV, refusée à tant de princes et de rois pour ne les pas rendre trop puissants. Il se serait vu cousin germain de son maître. Quelle fortune détruite en un moment par une gloire mal placée !
Sans cette folle vanité, le mariage se serait fait ; le roi, avec le temps,
 
aurait calmé Monsieur le Prince, et M. de Lauzun se serait vu publiquement
 
le mari de la petite-fille de Henri IV, refusée à tant de princes et de rois
 
pour ne les pas rendre trop puissants. Il se serait vu cousin germain de
 
son maître. Quelle fortune détruite en un moment par une gloire mal
 
placée !
 
   
Peut-être aussi n'avait-il plu à Mademoiselle que par ce même carac-
+
Peut-être aussi n'avait-il plu à Mademoiselle que par ce même caractère audacieux, et pour avoir été le seul homme qui eût osé lui parler
 
d'amour
tère audacieux, et pour avoir été le seul homme qui eût osé lui parler
 
  +
<ref>
d'amour *.
 
 
Par les ''Mémoires de Mademoiselle'', il est manifeste que ce fut elle qui en parla la première.
 
  +
<p>
��1. Comment accorder cette dureté avec les larmes compatis-
 
  +
''(a)''
santes et généreuses dont elle parle page 50*?
 
 
Ce n'est pas à la page 50, mais à la page 54, que Mme de Caylus raconte que, dans un entretien avec Louis XIV, Mme de Maintenon se plaignant de la
 
 
dureté de Mme de Montespan, le monarque, prenant la défense de sa maîtresse, dit : « Ne vous êtes-vous souvent aperçue que ses beaux yeux se remplissent de
2. Remarquez ce contraste.
 
 
larmes lorsqu'on lui raconte quelque action généreuse et touchante ? »</ref>.
 
3. Beaucoup trop dure sans doute.
 
 
h. Par les Mémoires de Mademoiselle, il est manifeste que ce fut
 
elle qui en parla la première.
 
 
* Ce n'est pas à la page 50, mais à la page 54, que M"* de Caylus raconte
 
que, dans un entretien avec Louis XIV, M""* de Maintenon se plaignant de la
 
dureté de M"" de Montespan, le monarque, prenant la défense de sa maîtresse,
 
dit : « Ne vous êtes-vous souvent aperçue que ses beaux yeux se remplissent de
 
larmes lorsqu'on lui raconte quelque action généreuse et touchante ? »
 
 
��