Différences entre les versions de « Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/246 »

(Ernest-Mtl: split)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 3 : Ligne 3 :
 
Il parvint à la retourner sur la berge.
 
Il parvint à la retourner sur la berge.
   
« Bigre, pensa-t-il, quel miracle que nous n’ayons pas coulé ! »
+
Bigre, pensa-t-il, quel miracle que nous n’ayons pas coulé !
   
Il ne s’agissait pas d’une voie d’eau ordinaire, facile à aveugler, mais d’une planche entière pourrie, et d’une planche qui avait été récemment plaquée à cet endroit et qui ne tenait que par quatre clous.
+
Il ne s’agissait pas d’une voie d’eau ordinaire, facile à aveugler, mais d’une planche entière pourrie, et ''d’une planche qui avait été récemment plaquée à cet endroit et qui ne tenait que par quatre clous''.
   
 
Qui avait fait cela ? Tout d’abord Raoul songea au marquis de Talençay. Mais dans quel dessein le vieillard aurait-il agi ? Quel motif avait-on de penser que l’ami de d’Asteux voulût provoquer une catastrophe, au moment même où la jeune fille était conduite près de lui ?
 
Qui avait fait cela ? Tout d’abord Raoul songea au marquis de Talençay. Mais dans quel dessein le vieillard aurait-il agi ? Quel motif avait-on de penser que l’ami de d’Asteux voulût provoquer une catastrophe, au moment même où la jeune fille était conduite près de lui ?
Pied de page (noinclude) :Pied de page (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
   
<references/></div>
+
<references/>