Différences entre les versions de « À propos du peuple »

m (Ernest-Mtl: match)
Aplatissons-nous contre la muraille. Voici un wagonnet de houille. Il est traîné par un cheval blanc qui va, d’un pas lent et résigné. Il passe. Une chaleur de vie, une odeur de fumier nous frappent : c’est l’écurie. Quinze bêtes sont là, condamnées à ces ténèbres depuis des années, et qui ne reverront plus le jour. Elles vivent dans ce trou, jusqu’à leur mort. Ont-elles, ces bêtes, le souvenir des plaines, du soleil et des brises ? Une image lointaine hante-t-elle leurs obscures intelligences ? Souffrent-elles du vague et constant regret du ciel clair ?
 
Parfois, quand l’une d’elles tombe malade, on la remonte une nuit, car la lumière du jour la rendrait aveugle. On la remonte et on la laisse libre, sur la terre.
==[[Page:Maupassant - À propos du peuple, paru dans Le Gaulois, 19 novembre 1883.djvu/11]]==
=== no match ===
terre.
 
 
Étonnée, elle lève la tête, aspire l’air frais, frissonne, remue le cou comme pour s’assurer que rien ne la tient plus ; puis elle s’élance éperdue. Elle s’élance, mais une force étrange la retient, car elle se met à tourner ainsi que dans un cirque, à tourner dans un cercle étroit, au grand galop, comme une folle. Il est inutile de l’attacher : elle ne sortira pas de cette piste, jusqu’au moment où elle tombera épuisée, ivre d’air.