Revue des Romans/Jeanne-Marie Roland de La Platière

Revue des Romans.
Recueil d’analyses raisonnées des productions remarquables des plus célèbres romanciers français et étrangers.
Contenant 1100 analyses raisonnées, faisant connaître avec assez d’étendue pour en donner une idée exacte, le sujet, les personnages, l’intrigue et le dénoûment de chaque roman.
1839
◄  Roger de Beauvoir Roland  ►


ROLAND DE LA PLATRIÈRE
(Manon-Jeanne PHILIPPON, dame), née à Paris en 1754, morte sur l’échafaud révolutionnaire le 8 novembre 1793.


MÉMOIRES DE MADAME ROLLAND, précédés d’une notice sur sa vie (par MM. Berville et Barrière), 2 vol. in-8, 1820. C’est la réimpression de l’ouvrage intitulé Appel à la postérité, par la citoyenne Rolland, 4 part. in-8, 1795. — La candeur et le charme de style avec lequel Mme Rolland retrace les événements de sa vie, et la vérité des portraits que l’on y trouve des principaux personnages qui figuraient à l’époque du 31 mars, font rechercher ces mémoires avec le plus grand empressement. Les trois derniers mois de la vie de Mme Rolland, ceux qu’elle passa en prison, sont les plus beaux moments de l’existence de cette femme célèbre. Ses réclamations auprès des ministres Gohier et Garat sont nobles et fières ; sa présence d’esprit ne l’abandonne jamais, et s’étend à tout, à ses amis encore plus qu’à elle-même ; elle s’occupe de les défendre, et si sa défense est faible, c’est le défaut de son talent et non de son âme. Ses réponses à ses juges sont pleines d’adresse, de fermeté, d’énergie ; son courage est admirable. Elle est héroïque quand elle monte à l’échafaud, et son héroïsme est naturel et sans faste.