Ouvrir le menu principal

Renan, Taine, Michelet/Hippolyte Taine

Calmann Lévy (p. 51-52).


HIPPOLYTE TAINE


On ne s’est pas proposé dans les pages qu’on va lire d’analyser l’œuvre de Taine ni de la juger. Elle est trop connue pour avoir besoin d’être analysée, et trop récente pour pouvoir être jugée.

Nous nous sommes uniquement proposé de fixer avec autant de précision que possible les traits essentiels de la biographie de Taine et le caractère général de son œuvre. Sa vie est peu et mal connue. Il s’est efforcé de dérober sa personne à la curiosité des contemporains et de mettre scrupuleusement en pratique le précepte : « Cache ta vie et répands ton esprit. » La connaissance de sa vie n’est pourtant pas inutile pour comprendre son esprit, et, s’il se trouve qu’en voulant écrire sa biographie nous n’y découvrions d’autres aventures que des aventures intellectuelles, ce résultat même ne sera pas sans importance[1].

  1. Nous devons à des communications d’un prix inestimable et dont nous sommes profondément reconnaissant d’avoir pu donner à cette étude l’attrait de l’inédit.
    Nous exprimons notre gratitude à madame Taine, qui a bien voulu nous communiquer les lettres de Taine à Paradol et qui nous a guidé dans toutes nos recherches ; à M. Louis Havet, qui a mis à notre disposition seize lettres adressées par Taine à M. Ernest Havet ; à M. Paul Dupuy, qui a consulté pour nous les archives de l’École normale. On lira avec fruit les articles sur Taine publiés, en 1893, par M. E. Boutmy dans les Annales de l’École des sciences politiques, par M. Th. Froment dans le Correspondant, par M. Faguet dans sa Revue bleue. M. A. de Margerie a consacré à Taine un livre sérieux et respectueux où il cherche à démontrer que Taine revenait dans ses dernières années aux idées conservatrices et catholiques.