Recherches statistiques sur l’aliénation mentale faites à l’hospice de Bicêtre/I/II/Sec 2/A

A.Fréquence relative des causes.

Les auteurs sont loin d’être d’accord sur la prédominance des causes physiques et morales : ce qui tient au défaut d’unité dans les divisions adoptées ; et il serait tout à fait impossible de concilier leurs résultats.

Voici la proportion relative des 5 grandes classes que nous avons adoptées :

1839. 1831–1838.
Causes morales, 87 472
Excès, 70 278
Privations, 29 »
Causes organiques, 65 154
Causes externes, 7 21
258 925

Et M. Parchappe :

Causes morales, 243
Excès, 80
Causes organiques, 57
Causes externes, 5
385

Les excès sensuels et intellectuels sont en bien plus forte proportion dans nos relevés que dans les siens, ce qui est dû à ce que nous avons plus souvent observé l’abus des alcooliques et des plaisirs vénériens.

Ordre de fréquence suivant les catégories de causes.
En 1839. En 1831–1838.
1. Excès sensuels, 65 Excès sensuels, 275
2. Causes organiques cérébrales, 51 Fortune, 203
3. Famille, affections, 32 Famille, affections, 173
4. Privations, 29 Causes organiques cérébrales, 135
5. Fortune, 28 Conservation, 46
6. Causes organiques non cérébrales, 14 Amour, 23
7. Amour, 8 Causes externes, 21
8. Causes externes, 7 Causes organiques non cérébrales, 19
9. Conservation, 6 Réputation, 13
10. Excès intellectuels, 5 Patrie, 13
11. Patrie, 5 Excès intellectuels, 3
12. Religion, 5 Religion, 1
13. Réputation, 3 Privations, 0
258 925

Comparons maintenant ce tableau à celui de M. Parchappe.

1. Excès sensuels, 65 7. Religion et conscience, 15
2. Famille, affections, 71 8. Réputation, 14
3. Fortune, 62 9. Causes organiques non cérébrales, 173
4. Conservation, 45 10. Excès intellectuels, 135
5. Amour, 32 11. Causes externes, 46
6. Causes organiques cérébrales, 30 12. Patrie, 23
258 925

S’il ressort de ces tableaux que les causes morales et les excès sensuels avec les maladies qui agissent directement sur le cerveau ont la plus grande part dans l’étiologie de la folie, on s’aperçoit facilement aussi, lorsqu’on veut déterminer la fréquence relative des classes principales, que les résultats varient à chaque instant ; et il doit en être ainsi lorsque l’on réfléchit que les observations sont faites dans des établissements qui ne sont point destinés aux mêmes classes de la société.